AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782901967118
96 pages
Ailes et Graines (01/05/2020)
4.29/5   128 notes
Résumé :
"… Qui n’a jamais mis un manteau à son enfant malgré le fait qu'il dise avoir chaud, sous prétexte que nous avions froid ?
Qui n'a jamais demandé à son enfant de finir son assiette alors même que nous ne le faisons pas toujours ?
Qui n'a jamais entendu untel dire que notre petit est un peu sauvage parce qu'il refuse les embrassades que nous n'accepterions pas non plus ?
Quid de toutes ces anecdotes que chaque parent connaît bien, pour le meilleu... >Voir plus
Que lire après Et si on changeait d'angle Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 128 notes
5
20 avis
4
12 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
Le principe de cet ouvrage est d'inviter les adultes à voir les choses sous l'angle des enfants.
Des petites scènes dessinées reproduisent des situations connues entre adultes et enfants
« finis ton assiette
- Mais j'ai plus faim
- Je ne veux pas le savoir »
Sauf que l'enfant est remplacé par un adulte.
On comprend ainsi qu'on impose aux enfants, des situations qui seraient inimaginables avec un adulte.
Ces petites scènes sont accompagnées soit d'une invitation à la reformulation, impliquant un plus grand respect de l'enfant, soit un texte signé d'une personnalité (pédiatre, psychologue, ...) acquise à la cause des enfants.
La fin de l'ouvrage est composée d'une BD plus longue mais dans la même logique. Enfin des témoignages d'adultes évoquant un épisode de leur enfance viennent clôturer l'oeuvre.


En lisant ce livre, je me suis d'abord souvenu d'un épisode de l'émission « E=m6 » ou Mac Lesggy se retrouve dans « la peau d'un enfant » avec un décor agrandi, des chaises ou des tables très hautes. On lui demande de faire certaines choses qu'un enfant peut être amené à faire (comme verser du lait – d'une bouteille très grande et lourde – dans un bol – sur une table très haute –). Bien évidemment, Mac Lesggy en renverse…comme le ferait un enfant. Sauf que l'enfant, lui, se ferait gronder !
L'idée de cet ouvrage m'a donc paru excellente au point que je me suis dit qu'il faudrait étendre ce concept pour développer l'empathie sur d'autres catégories de la population.

Il me semble qu'une des compétences fondamentales qui devrait être développée pour améliorer la vie des uns et des autres et nos relations ensemble est l'empathie : être capable de se mettre à la place de l'autre. C'est valable entre adultes mais aussi entre adultes et enfants.
Le livre part de ce principe qu'on ne se met pas assez à la place des enfants et que si on le faisait, on ferait bien des choses autrement. Je suis d'accord en très grande partie avec cette idée. de même, ce principe pourrait être appliqué à d'autres situations pour se mettre un peu plus à la place des gens (gendarmes, immigrés, banlieusards pauvres, fonctionnaires, politiques, etc.) un peu comme le proposait à une époque l'émission de TV « Vis ma vie ». Si on se mettait un peu plus à la place des autres, on les critiquerait moins. C'est aussi le cas de gens qui ont eu une enfance cruelle et qui, devenus adultes, deviennent délinquants ou criminels. Si on pouvait être à leur place et les comprendre, on chercherait à les soigner ou les soulager plutôt qu'à les punir. Il faut toujours essayer de comprendre avant de juger. Quand on a compris, on a plus envie de juger.

En tant qu'enseignant, j'ai souvent été confronté à des situations où les professeurs se comportent d'une manière qu'ils n'accepteraient pas venant d'un élève. J'ai le souvenir d'une fois où accompagnant un collègue avec ses élèves, j'ai fait une bêtise. le collègue pensant qu'il s'agissait d'un élève s'est fâché après eux, jusqu'à ce que je lui dise que c'était moi. Il s'est alors adouci et m'a dit « c'est pas grave » (alors qu'il venait de faire comprendre le contraire aux élèves).


La lecture a alors démarré dans cet état d'esprit plutôt positif vis à vis de ce livre. Mais, très rapidement, les choses se sont gâtées.
On écrit un livre avec ce qu'on est, ce que la vie nous a donné ou ce qui nous a manqué. C'est aussi ce qui dirige nos choix, celui d'un métier, d'une vie de famille… C'est probablement ce qui explique pourquoi Fanny Vella a construit ce livre.
On lit un livre et on l'accueille aussi avec ce qu'on est, ce que la vie nous a donné et ce qui nous a manqué. le vécu des uns n'est pas celui des autres et parfois, cela paraît incompatible et on ne parvient pas à se comprendre. C'est ce qui s'est produit parfois avec ce livre.

Cet ouvrage fait clairement partie des lectures qui donnent mauvaise conscience aux parents et ne les aident pas. Il laisse un peu d'aigreur et on a tendance à se dire « ces gens ne savent pas ce que c'est qu'un enfant, ils n'en ont pas eu ou ils en ont eu des calmes »… Elever un enfant aujourd'hui, avec toutes les injonctions (parfois contradictoires) et la surcharge mentale que ça implique est très difficile et les parents ne sont pas à blâmer comme c'est un peu trop facilement le cas dans ce livre.
Les parents qui seraient amenés à lire ce genre d'ouvrage sont déjà des parents bienveillants qui cherchent à faire de leur mieux et leur infliger cette lecture ne peut que les décourager. Par ailleurs, les quelques parents qui négligent leurs enfants, ceux qui seraient vraiment concernés par ce livre, ne s'intéressent pas suffisamment à eux pour avoir ce genre de lecture. Ce livre manque sa cible !

Comment un livre qui prône autant l'empathie avec les enfants peut-il en avoir si peu pour ceux qui s'occupent d'eux : parents, nounous, enseignants,… ?

Du coup, ce livre m'a laissé un goût mitigé mais un peu amer : Parfois, les situations sont bien vues et les propos me semblent justifiés. Parfois, il est trop moraliste, naïf ou semblant coupé de la réalité du terrain.
Il fait souvent la même erreur que l'anthropocentrisme qui cherche à comprendre les animaux en imaginant qu'ils fonctionnent et ressentent exactement comme les humains. L'humain est un animal mais les animaux ne sont pas tous humains.
L'enfant est un adulte en devenir mais ce n'est pas un adulte. Il n'a pas les mêmes besoins, les mêmes ressentis, la même conscience des dangers ou des pratiques sociales…même s'il peut y avoir évidemment des ressemblances. Voilà les limites de l'exercice.

Ce livre est parfois tellement caricatural qu'on a envie de le caricaturer. Quelques extraits pour vous donner un aperçu :

1) « On essaye de ne pas faire trop de remarques sur la façon dont mange l'enfant. S'il mange comme cela, c'est qu'il en a besoin. On ne veut pas qu'il pense que c'est un problème. » : J'ai forcément une pensée pour mes élèves en obésité morbide et je ne me vois pas dire à mes enfants : « Allez-y mangez autant de bonbons que vous voulez, si vous mangez cela, c'est que vous en avez besoin ».

2) « Tu peux aller aux toilettes lorsque tu en ressens le besoin ». Si chaque élève en classe va aux WC lorsqu'il veut, le cours va vite devenir ingérable.

3) « Mes parents ont toujours été très à l'écoute de mes émotions et de mon bien-être. Par exemple, jamais ma parole n'a été remise en doute face à celle d'un adulte. Si je disais qu'il y avait un problème, même avec un professeur, ils agissaient toujours en partant du principe que je ne mentais pas ». Comment une personne peut-elle décider dans son ouvrage de mettre des propos aussi irresponsables ? J'ai forcément une pensée pour tous ces élèves, qui, pour ne pas faire une punition ou un devoir, mentent ou déforment des situations une fois rentrés à la maison pour que la faute retombe sur le prof et non sur eux. Dédicace particulière pour ces deux élèves qui avaient des parents qui fonctionnaient ainsi : l'un des deux a mis le feu à une poubelle (le père est pompier), son frère a fait tomber une professeure dans un escalier et a été exclu de l'établissement…Celà faisait des années que les professeurs alertaient de la dégradation de l'attitude de ces enfants et que les parents préféraient croire leurs enfants que les professeurs !

4) A un moment, je m'attendais également à avoir « Tiens je te donne les clés de la voiture, si tu as un accident, c'est pas grave, c'est en faisant des erreurs qu'on apprend et on en rediscutera après ».
Commenter  J’apprécie          81
A ne lire que si vous avez du temps, car il y en a long à dire !
Je suis irritée par Et si on changeait d'angle. Dès l'introduction de Catherine Gueguen, pédiatre, j'ai été énervée voire choquée par les généralisations du type : « … nous traitons nos enfants comme s'ils étaient des objets qui ne ressentent rien, ne pensent pas et à qui on ne demande jamais leur avis. » Je suis sexagénaire et ce type de comportement correspond effectivement à ce que j'ai vécu, enfant, mais ce n'est pas ce que d'une part j'ai moi-même fait avec mes propres enfants, même si je n'ai pas la prétention de ne jamais avoir commis d'erreur, et ce n'est pas non plus ce que je constate aujourd'hui, même si je ne nie pas que cela puisse encore éventuellement exister dans certaines familles.
J'ai du mal à concevoir qu'une psychologue puisse tenir un discours aussi peu bienveillant à l'encontre des parents dont elle critique le manque de bienveillance à l'égard de leurs enfants. Elle souligne par exemple « nos habitudes ancestrales avec les enfants », ce qui est, à mon sens, non seulement excessif, mais qui amène également à se demander comment elle peut ignorer l'évolution évidente de l'éducation au cours des dernières décennies.
Il y a beaucoup d'enfants et adolescents autour de moi, et ce que je constate assez souvent, mais pas tout le temps (je ne tiens pas à généraliser), c'est un certain laxisme, ou du moins des excès dans le sens totalement inverse de ce qui est critiqué dans ce livre. Je connais des parents qui demandent leur avis aux enfants sur absolument tout, autrement dit, ce sont eux qui décident. Imaginez une famille de six personnes : si chacun a un avis différent sur le menu, la destination des vacances, l'heure du repas, l'heure du coucher, que devient la vie de famille ?
J'ai écrit « des parents qui demandent leur avis sur tout », mais en fait j'aurais dû écrire « qui demandaient » car j'ai constaté des retours en arrière, faute de ne plus pouvoir gérer la situation qu'un tel comportement avait parfois générée.
Après cette introduction, le lecteur trouve l'avant-propos de l'auteure elle-même ; même réaction en ce qui me concerne : à l'écouter, elle semble n'avoir entendu dans sa vie que des injonctions négatives, des promesses de lendemains qui déchantent, etc … Je trouve cela excessif et peu réaliste.
Page 7, elle écrit : « attitude reléguant au rang d'obsolètes les conseils des proches qui me priaient de ne pas tomber dans le piège en prenant ma fille dans les bras à chaque fois qu'elle pleurait ». Je donnerais volontiers un exemple personnel à ce propos : l'une de mes belles-filles prenait sa fille (sa première !) dans ses bras quand elle pleurait et ça pouvait durer longtemps. Se rendant compte que le bébé ne cessait pas de pleurer pour autant, elle se désolait et disait ne plus savoir quoi faire. Alors les deux mamies, à deux occasions différentes, ont tenté de l'aider à trouver une réponse : « as-tu essayé de la coucher pour voir ce que ça donnerait ? ». Comme elle est intelligente, et qu'elle a senti la bienveillance de notre attitude, elle n'a pas du tout vécu ça comme une injonction et a répondu : « non, mais je vais essayer ». Et le bébé s'est endormi très rapidement.
Voilà, à mon sens, le genre de risques que font courir certaines allégations à l'emporte-pièce.
Le fait de mettre un adulte dans la situation de l'enfant est drôle, mais pas nouvelle. Je le fais avec des élèves qui se sentent brimés par l'école ; nous intervertissons les rôles et cela leur permet de mieux comprendre certaines choses et attitudes.
Pour entrer un peu plus dans le corps de l'ouvrage, je voudrais prendre quelques exemples et vous dire ce qu'ils m'inspirent. Autrement dit, de la pratique plutôt que de la théorie.
Page 18 : à propos d'un enfant qui pleure parce qu'il est tombé, le parent lambda dirait : » Arrête ton cinéma, relève-toi ! » alors qu'un adulte bienveillant au regard neuf sur l'éducation (ce que prétend être l'auteure) dirait : « Tu as dû avoir peur, c'était une sacrée chute pour toi. » Premièrement, je trouve que les deux interventions sont excessives, je ne sais pas depuis combien d'années je n'ai pas entendu la première. Deuxièmement, ne peut-on pas dire que l'auteure génère l'idée que l'enfant a forcément eu peur, et que si l'on tombe, on se fait forcément mal ?
Cela ne vous est-il jamais arrivé d'assister à ce genre de scène : un enfant tombe et regarde ses parents : s'ils ont l'air inquiet ou surprotecteur, il se met à pleurer voire à hurler ? Ou au contraire, si les parents n'ont rien remarqué, il se relève et reprend son activité comme s'il ne s'était rien passé ?
Autre cas de figure page 20 : là encore, je trouve les propos contradictoires :
1. J'ai (moi l‘adulte) besoin d'un week-end pour moi.
2. Je dis à l'enfant : est-ce que tu aimerais aller passer le week-end chez Papi et Mamie ? Ils ont
hâte de partager un moment avec toi.
Qui veut quoi dans cette histoire ? On dirait que l‘adulte (le soi-disant bienveillant) n'ose pas dire les choses honnêtement. Imaginons que l'enfant dise Non, je ne veux pas y aller. Que font les parents alors ? Ils renoncent à leur week-end ? Donc l'enfant est roi ! S'il y a un choix à laisser à l'enfant, ça peut très bien être : tu préfères qu'ils viennent ou aller chez eux ?
Mon dernier exemple, page 12 : critique du parent qui demande à son enfant de prêter un jouet à un copain. Pour démontrer la justesse de son argument, l'auteure met cette situation en parallèle avec un adulte à qui la femme demanderait de prêter sa voiture à un inconnu. Cela fait peut-être sourire, mais honnêtement, y a-t-il une commune mesure entre un jouet (entre mille car les enfants d'aujourd'hui en ont franchement beaucoup trop) et une voiture unique souvent indispensable pour aller au travail ou une urgence… Et même, en dehors de cela, où est la notion de partage et de vie collective? Même entre frères et soeurs, cela nécessite un apprentissage.
Heureusement, une suggestion est faite, que j'approuve cette fois-ci, plus plausible (il y en a quelques-unes quand même) : « je te propose de mettre de côté les jeux que tu ne veux pas partager et on laisse à disposition les autres pour que tu puisses jouer avec les enfants. » J'ajoute que c'est exactement ce que je faisais avec les miens, il y a 35 ans de cela, rien de neuf donc.
Par ailleurs, je vois régulièrement des petits touche à tout débarquer chez mes enfants adultes et se servir de tout, sans demander la moindre autorisation, qu'il s'agisse d'ailleurs de jouets ou de bibelots.
Je ne vais pas donner plus d'exemples, je vous laisse découvrir ce livre si vous le souhaitez et avoir votre propre réflexion sur le sujet. Mais je dois ajouter que j'ai trouvé l'analyse assez superficielle, simpliste. Même sur le plan graphique, j'ai été déçue car il y a assez peu de dessins finalement.
Pour terminer, je rappellerai cette affirmation de Boris Cyrulnik, personnage bienveillant s'il en est : « il est indispensable qu'avant l'entrée à l'école (donc avant l'âge de trois ans), l'enfant ait appris la frustration ». Non pas parce que l'école est un lieu de frustration permanent, mais parce qu'il est un lieu collectif où l'on apprend à vivre ensemble. Chacun le sait, je pense, la vie en collectivité implique des compromis d'une part. D'autre part, c'est le lieu où l'on apprend l'écoute, le partage, l'échange, et où l'on tente de former des citoyens tournés vers l'autre, ouverts et épanouis.
Vous aurez donc compris que je n'ai pas particulièrement apprécié cette lecture, cette critique à peine voilée (et pas assumée) des générations précédentes. Chaque nouvelle génération se bâtit sur les précédentes, sans lesquelles elles n'existeraient pas, et c'est sur ce socle qu'elle peut introduire des nouveautés, procéder à des expérimentations, sans pourtant prétendre détenir la vérité. Il faut garder à l'esprit que la jeune génération d'aujourd'hui, à son tour, critiquera l'éducation qu'elle a reçue de ses parents.

Commenter  J’apprécie          60
Encore une fois je suis conquise. Conquise par les belles illustrations et par le talent de Fanny (que j'ai eu la chance de rencontrer il y presque deux semaines). Conquise par ce graphique qui met en lumière la manière dont les enfants sont traités.

« Finis ton assiette ou tu n'auras pas de désert ! », « Garde ton manteau ! », « Allez ne fait pas ta timide, viens dire bonjour. », « Va au lit, laisse ta mère discuter », « Ta soeur elle y arrivait elle »… Vous aussi, vous avez sûrement entendu l'une de ces phrases. Qui marquent. Qui touchent.

Fanny Vella, toujours avec humour et délicatesse, nous permet à nous adultes (parents, tantes, oncles, grands-parents, amis etc.) de prendre conscience de la manière dont les phrases sont prononcées et vont souvent à l'encontre des enfants. La parentalité est décortiquée en mettant en scène des adultes pour montrer avec ironie l'incohérence des propos.

Tout est une histoire d'explications et de bons sens.

En lisant ces pages, je me suis remémorée mon propre vécu. Lorsque l'on me jugeait fatiguée et non souriante (nombreux de mes bulletins de notes font référence à cela). Mes professeurs et « amis » me jugeaient ainsi puisque j'avais des cernes naturelles. Je répondais souvent que l'on ne sourit pas h24 et je rentrais dans le jeu en disant que j'étais effectivement fatiguée.

Mon hypersensibilité a beaucoup eu un impact dans mon enfance. Même si aujourd'hui, j'essaye d'en faire une force chaque jour. A l'époque, cela m'a valu beaucoup de remarques comme dans le graphique.

J'ai beaucoup apprécié les témoignages qui mettent en avant la relation de confiance entre enfant et adulte. Je souhaite contribuer ici moi aussi ! Je pense que la période est la bonne pour mon petit témoignage.

Je suis la troisième d'une fraternité de filles. J'ai longtemps été considérée comme le bébé (et malheureusement encore…). J'ai eu du mal à apprendre à lire. Je mélangeais les lettres. Au lieu de chien, par exemple, je lisais niche. On remercie notre fidèle Ratus (si vous êtes des années 90, vous devez le connaître : Ratus est un rat et faisait parti du programme scolaire). J'ai donc été dans le groupe qui avait des difficultés à lire. Ma mère avait eu un échange avec la personne qui s'occupait du groupe pour dire mes difficultés. En sortant, j'ai dit à ma mère que des enfants m'avaient dit que le Père Noël n'existait pas. Elle s'est retournée vers moi et m'a dit : « et toi tu en penses quoi ? ». Je lui ai répondu qu'il existait. Elle m'a dit que c'était à moi de choisir en quoi je croyais ! Je me suis sentie si fière de pouvoir choisir.

(Bon je ne vous raconte pas comment j'ai appris pour les cloches et la petite souris. C'était très drôle !)

Je vous recommande ce graphique sans modération !
Commenter  J’apprécie          20

🧸Résumé : Quel parent n'a jamais forcé un enfant à prêter son jouet à son copain, à mettre son manteau, à finir son assiette ou à embrasser son tonton, en considérant que ce sont des principes d'éducation tout à fait banals ?

Et si on changeait d'angle ? Si on transposait ces situations dans le monde des adultes ? Ce serait totalement incongru ! Imaginez-vous demander à votre mari de prêter sa voiture à un inconnu ou de lui imposer d'embrasser tante Agathe pour lui dire au revoir ! Avec beaucoup de subtilité, d'humour et d'ironie, Fanny Vella nous invite à voir la parentalité et l'enfant autrement afin de déconstruire bon nombre d'idées reçues !

🧸 Mon avis : j'ai beaucoup apprécié retrouver l'univers de Fanny Vella. Cet univers coloré, rempli d'humour et de bienveillance tout en évoquant importants.

Que celui qui n'a jamais forcé son enfant à finir son assiette me jette la première pierre !

Notre rôle de parent et de faire grandir nos enfants dans un cadre bienveillant, sécurisant, apaisant et rempli d'amour. Mais voilà, parfois nos réactions ne sont pas adaptées face aux ressentis de nos trésors.

Et ça, Fanny Vella aidée de spécialistes de la petite enfance, nous le rappellent avec humour et bienveillance.

Elle nous explique que parfois se mettre dans la peau d'un enfant peut permettre de voir les choses sous un autre angle et le relativiser. Elle explique que la communication est précieuse même (surtout) avec un enfant.

Sans être moralisatrice ou sans chercher à culpabiliser les parents, elle essaie simplement de nous donner des ressources supplémentaires pour essayer de prendre conscience de certaines choses à propos de l'éducation que nous avons reçu et que nous donnons à nos enfants.

Une jolie BD que je conseille à tous pour passer un chouette moment de lecture tout en réfléchissant sur notre posture d'adulte face à des enfants.

Les illustrations sont sublimes et les dialogues sont remplis d'humour. Une petite pépite !

Vous l'avez lu ? Ça vous tente ?
Commenter  J’apprécie          20
J'aime beaucoup ce que fait Fanny Vella.
Elle est talentueuse, intelligente et à la capacité (comme tout bon dessinateur) à nous amener à réfléchir sur des situations qui nous échappaient par leur banalité.
En mettant en scène des situations de la vie courante dans lesquelles les enfants sont des parents, on se rend compte des injonctions contradictoires, incohérentes et souvent injustes que l'on impose à nos enfants (le prêt de jouet ou les caprices notamment…).

Cependant, ce livre est à lire quand on est dans une période positive et qu'on est à l'aise avec sa parentalité.
Maman de trois enfants, j'ai lu des dizaines d'ouvrages sur l'éducation positive (notamment tous ceux de Gueguen, Filliozat …).
Ils m'ont aidé à cheminer mais m'ont aussi souvent fait douter et ont participé parfois à une sensation d'infériorité vis à vis d'autres mamans sûrement meilleures que moi.
La réalité est qu'être parent, c'est difficile et que même avec la meilleure volonté du monde … les grandes théories sont difficilement applicables quand nos limites personnelles sont franchies.

Aujourd'hui, j'ai confiance en moi et je sais que je suis une bonne maman. Je le suis, parce que j'ai conscience de ne pas être parfaite, pas toujours bienveillante, mais que je chemine et que je tente de faire du mieux que je peux avec les ressources dont je dispose.
Je connais aussi mes limites et je veille à exister auprès de mes enfants en tant que femme qui a des sentiments, qui peut s'énerver, manquer de patience ou d'envie pour qu'ils n'aient pas l'impression d'être élevée par une maman dévouée corps et âme à eux sans exister par/pour elle même.
Je n'ai pas envie qu'ils aient cette vision là de la femme.

Sans ce recul, le livre de Fanny Vella m'aurait certainement culpabilisé et aurait contribué à nourrir ma culpabilité maternelle (deja bien épaisse), ce qui est dommage car il est certain que c'est l'inverse total de ce qu'a voulu transmettre l'autrice !
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Sceneario
28 décembre 2020
Un livre assez léger, qui met en avant des éléments qu'il est intéressant de garder en mémoire, ne serait-ce que pour simplement respecter son interlocuteur. Malgré tout, il n'y a pas lieu non plus de faire des généralités, loin de là !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
La seule comparaison motivationnelle efficace que l'adulte puisse faire à l'enfant, c'est celle qui lui fait remarquer ses propres progrès par rapport à sa propre expérience et non par rapport à celle d'autrui.
Dr Jacqueline Bencardino
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Fanny Vella (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fanny Vella
Le samedi 27 novembre 2021, Babelio accueillait dans ses locaux le salon Leduc Graphic. Une bonne occasion de présenter le projet éditorial qui a guidé les premières parutions, mais aussi de permettre aux lecteurs de rencontrer les autrices derrière ces premières publications. Retrouvez dans cette vidéo l'ambiance de cette journée entre conférences, dessins en direct et dédicaces.
0:12 Barbara Astruc, directrice éditoriale de Leduc Graphic, nous présente la collection 1:12 Mathilde Poncet, éditrice chez Leduc, nous explique les grandes thématiques abordées par la collection 1:51 Cévany nous présente sa BD 'Maman, maman, maman' https://www.babelio.com/livres/Cevany-Maman-maman-maman/1366769 2:50 Fanny Vella nous présente 'On l'appelait Vermicelle' https://www.babelio.com/livres/Vella-On-lappelait-Vermicelle/1339527 3:32 Gomargu nous présente 'On en a gros !' https://www.babelio.com/livres/Gomargu-On-en-a-gros-/1343810 4:32 Juliette Mercier nous présente 'Ma Crohn de vie' https://www.babelio.com/livres/Mercier-Ma-Crohn-de-vie/1346996 6:05 Masha S'explique nous présente 'Un corps pour deux' https://www.babelio.com/livres/Sexplique-Un-corps-pour-deux/1366765 6:44 Samboyy nous présente 'C'est mon p'tit doigt qui me l'a dit' https://www.babelio.com/livres/Samboyy-Cest-mon-ptit-doigt-qui-me-la-dit/1366766 7:10 Steffi nous présente 'Voyage au coeur de mon âme' https://www.babelio.com/livres/Celerault-Voyage-au-coeur-de-mon-ame/1361934
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : parentalitéVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (281) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5215 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..