AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laura Derajinski (Traducteur)
ISBN : 2846261512
Éditeur : Au Diable Vauvert (03/01/2008)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Retour à la case départ. Après des années de galère, Renton, Begbie, Sick Boy et Spud se retrouvent dans le huis clos froid et pluvieux d'Édimbourg. Le crack, la misère et les coups foireux sont au rendez-vous, mais la rage de vivre demeure. Avec Nikki, une étudiante invraisemblablement belle et hantée à l'idée de vieillir, ils décident de s'en sortir en produisant... le porno du siècle !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Pcpa
  24 juillet 2019
On est ici dans la suite du grand Trainspotting : Trainspotting 2 ou Porno pour les intimes. Deuxième opus écrit 9 ans après le premier.
On y retrouve d'entrée notre bande de marginaux déjantés et toujours la même écriture extrêmement percutante et agréable à lire d'Irvine Welsh.
Cette "suite" est un peu plus cadrée niveau personnages, c'est vrai que l'on pouvait parfois se perdre un peu dans Trainspotting, et le roman est bien moins axé sur la drogue que le premier. On parle ici de sexe mais de manière très simple comme sait si bien le faire Irvine Welsh sans tabous mais sans rentrer dans la transgression comme le fait Chuck palahniuk. Le format n'est pas le même mais on est assez proche du grand Charles Bukowski.
Au final cela reste une lecture destinée à un public amateur des excès en tous genres et on a bien là à faire à un très grand écrivain.
Commenter  J’apprécie          430
Blackrosesforme
  28 août 2016
Irvine Welsh, ce romancier écossais au style «naturaliste », flingueur de bons sentiments, secoueur de tripes, revient, quatorze ans plus tard, sur les parcours de Renton, Begbie, Sick boy et Spud, les « héros » de Trainspotting. Tout ce petit monde se porte à merveille.
L'écosystème éclairé des critiques littéraires s'arrache désormais les interviews de l'auteur, passé en une décennie du statut d'écrivaillon un brin pervers à celui de représentant des classes populaires. Heureusement, ce succès n'a en rien dévoyé l'essence de l'oeuvre. Ses thèmes habituels sont toujours présents : bandes de jeunes, foot, musique, culture pop, came et dépendances alcooliques ; celui de la pornographie, symbole du consumérisme forcené de la société britannique, y fait une entrée remarquable. Welsh, toujours inspiré, porteur d'une langue fleurie et efficace digne d'un ethnographe, en scrute les différents aspects : la création, la production, mais évidemment, et surtout, l'image de soi, notre rapport au corps, le voyeurisme, la possession. Et à travers les films de fesses amateurs, c'est bien une critique virulente de la société que Welsh dresse. Dans Trainspotting, les « héros » étaient broyés par le système Thatcher, le chacun pour soi, l'avenir réservé aux golden boys… Dans Porno, Welsh dénonce les avatars de la vision blairiste du monde. le « consommez plus pour vivre plus », ce modèle économique vanté comme la panacée universelle aux problèmes de tous, ce modèle où tout s'achète et tout se vend, (même les corps, même les sentiments) n'a fait qu'empirer la situation des déjà faibles. Dix ans après, tout est plus dur, plus perverti et malgré tout, et il faut bien tout le talent de l'auteur pour réaliser l'exploit, la lecture s'avère jouissive et trop vite terminée.
A propos de ses héros, Welsh affirme: « Au début, ça m'a clairement gêné, que les personnages reviennent. Cette intrusion n'était pas bienvenue. C'est comme lorsque vous donnez une fête, il y a un ami que vous n'avez pas invité et qui vient quand même : vous n'allez pas le chasser… ». Mais en tant que lecteur, on ne peut que le remercier d'avoir finalement donné une suite aux tribulations écossaises de ces admirables rebuts d'une société en pleine déliquescence. Bien sûr, c'est dans notre tête et pas dans notre salon qu'ils sont invités. Et plutôt que des salissures, c'est un nettoyage complet de nos idées reçues et de nos idées noires qu'ils effectuent. Derrière le côté glauque, l'aspect lucratif, le sexe avec Welsh, c'est aussi une forme de libération.
Hâte de voir le film !!
Lien : https://blackrosesforme.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
strummer
  11 mai 2012

ouais bof, suffit pas de dire putain, bite cul chatte, vomi pour faire un bon bouquin
Commenter  J’apprécie          93
MaelDuss
  05 août 2013
Quel plaisir ! Quelle joie de réaliser que je pouvais retrouver tous ces personnages attachants/détestables du livre/film Trainspotting. Écrit avec un humour décapant, une sexualité incroyable et des personnages plus fascinants les uns que les autres. Un 700 pages qui se laisse lire tout seul. J'ai déjà hâte à la prochaine traduction. 10/10
Commenter  J’apprécie          40
Ianouch
  26 décembre 2015
Viens de passer un vrai bon moment de lecture . Irwin welch sait raconter des histoires ! Comme dans le cultissime trainspoting il y a des scènes mémorables, il na pas son pareil pour les comiques de situation. Alors oui c'est trash et vulgaire comme la vie de 4 loosers dans la banlieu ecossaises !
Jai pris plaisir à retrouver Rent, Sick boy, Spud et Begbie personnages déjantés mais attachants !
Hâte de les revoir au cinema en 2016 toujours sous la direction de danny Boyle.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ZinaidaZinaida   12 novembre 2012
Très tôt, j'ai décidé que les autres seraient des objets à manipuler, à positionner pour obtenir un résultat d'où découlerait ma satisfaction personnelle optimale. J'ai vite découvert que le charme fonctionne mieux que les menaces, et que l'amour et l'affaction aboutissent mieux que la violence. Avec l'amour, on peut se contenter d'en priver l'autre, ou de le menacer de l'en priver.
Commenter  J’apprécie          80
autogrobiaphieautogrobiaphie   28 mars 2014
Il appartient vraiment à une forme d'humanité rendue obsolète par le nouvel ordre des choses, mais c'est toujours un être humain. Les clopes, l'alcool, la coke, le speed, la pauvreté et les manipulations des médias : les armes du capitalisme sont bien plus subtiles et efficaces que celles du nazisme, et il est sans ressources devant elles.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Irvine Welsh (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irvine Welsh
Cette année, dans le cadre de la programmation cinéma de Quais du Polar, James Grady présentait "Les Trois jours du Condor" de Sydney Pollack au Com?dia, Irvine Welsh "Trainspotting", Jérôme Leroy "Vanishing Point", Richard Price "Assurance sur la mort" et Philippe Jaenada "Laura" à l'Institut Lumière, Bertrand Tavernier "Dans la brume électrique" au CNP Terreaux, David Lagercrantz "Millénium" au Pathé Bellecour, et bien d'autres ! Retrouvez toute la programmation ici : http://www.quaisdupolar.com/wp-content/uploads/2013/06/QDP16_PROGRAMME-BD.pdf Vidéo réalisée par les étudiants de Factory.
autres livres classés : édimbourgVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
689 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre