AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791033913641
304 pages
Harper Collins (05/04/2023)
3.93/5   95 notes
Résumé :
Flic expérimenté, Stanislas Diamick a quasiment tout vu au cours de sa carrière. Alors, sa nouvelle scène de crime sur le parvis du Louvre ne l'inquiète pas. Les symboles étranges dont l'assassin a couvert le corps, non plus. Cela l'intrigue, tout au plus. L'absence de tout indice, en revanche, c'est une autre histoire et notre lieutenant s'apprête à passer une très longue et éreintante nuit. Mais quand une seconde victime est retrouvée dès le lendemain place du Pal... >Voir plus
Que lire après 666Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 95 notes
5
25 avis
4
17 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Bon, je me lance à contre-courant de l'appréciation favorable générale de ce roman me semblant sur-estimé avec une cote de 4 étoiles
.
Roman décevant, peu crédible car construit sur une trame bien trop alambiquée, cousue de fils blancs par trop faciles et visibles pour y adhérer. Beaucoup trop de passages invraisemblables même en étant bon public plombent l'ensemble.
[Par exemple narrons l'épisode avec le très sympathique ministre de l'intérieur que rencontre une fois l'enquêteur, et qui lui arrange spontanément la corruption d'une juge aux affaires familiales, au risque de sa carrière politique celà dit, et pour un lieutenant de police rencontré brièvement à une seule reprise, et parce qu'il trouve injuste le fait que son ex femme soit partie avec les e faits, et d'ailleurs elle sera bien punie par la justice influencée, na].

La piste satanisme, symbolisée par le titre aguicheur, est une bonne idée de dérivation mais qui déconnectée de l'enquête part en sucette, l'enquêteur en chef y déléguant l'inspectrice sans plus s'en préoccuper ; elle semble n'être présente que parce qu'il faut un peu d'ésoterisme pour être à la mode et se débarrasser d'un personnage dont on se demande ce qu'elle fait là à part justifier une présence féminine moderne.

Particulièrement prégnante, cette impression de sponsorising par le lobby de cette malbouffe, obsédant des enqueteurs ne pensant qu'à se nourrir de kebbabs devient assez vite lassante ; une ou deux fois cela peut faire sourire mais répétée tous les 2 chapitres...

L'on a finalement l'impression de lire un synopsis de téléfilm de deuxième partie de soirée et non pas un roman avec cette histoire et toutes ces remarques descriptives entre parenthèses.

Avec plus de simplicité et moins de digressions sans intérêts, canalisant ainsi son imagination, l'auteur pourrait faire plus attractif.
Commenter  J’apprécie          496
Un flic avec de la bouteille, aidé par un collègue plus jeune et une toute nouvelle recrue, vont devoir faire la lumière sur des meurtres qui ont lieu dans des lieux touristiques de Paris.
Les meurtres semblent viser des étrangers en vacances, il faut donc arrêter le coupable au plus tôt, sous peine de faire fuir les touristes.
L'enquête va nous emmener dans des milieux différents et très fermés : la franc-maçonnerie et le satanisme, mais nous allons aussi découvrir des endroits ayant des liens avec un personnage célèbre.
J'ai dévoré ce roman, dans lequel on est immergé dès les premières pages.
J'ai adoré découvrir la franc-maçonnerie ainsi que l'univers très sombre du satanisme, ces deux milieux ayant en commun d'être des mondes ésotériques très fermés pour les non-initiés.
Un polar sacrément haletant avec une fin réaliste.
Commenter  J’apprécie          390
Pour cette première chronique de l'année 2024, je vous présente un roman qui est peut-être passé sous les radars que j'avais commencé à lire puis que j'ai abandonné avant de revenir dessus et de lui donner une seconde chance. Comme c'est la première fois que je parle de cet auteur, il est important de faire son portrait.

666 est le second roman de Jérémy Wulc publié chez Pygmalion en 2022. En 2021, l'auteur avait sorti un autre thriller intitulé « le loups-garous d'Argentine » (que j'avais failli acheter à l'époque). L'auteur est un mélomane assumé du groupe The Cure. En 2009, il publie chez Camion blanc un ouvrage intitulé « The Cure : My dream comes true ». Il s'agit d'un carnet de route sur le groupe lors de ses tournées. En 2018, il publie un premier roman sur le leader du groupe, Robert Smith. Avant d'attaquer le roman, que peut-on dire de plus sur lui ? Véritable touche-à-tout, il s'est illustré au théâtre, au cinéma et à la télévision en tant que scénariste, metteur en scène et comédien et si vous avez grandi dans les années 90, il a été l'un des protagonistes d'une série AB Productions, « La philo selon Philippe ».

Comme dit ci-dessus, le roman a été publié en 2022 chez Pygmalion en grand format et connaît une seconde vie en livre de poche chez Harper Collins en 2023. Restons sur ces deux formats. Chez Pygmalion, le grand format se revêt d'une jolie teinte bleu canard et de jaune pour le titre et le nom de l'auteur pour dire de trancher. Une photo du Louvre en négatif avec cette nuance de bleu et au-delà du titre, ce qui attire l'oeil, c'est ce pentacle sur la pointe. le chiffre de la bête et cette étoile à cinq branches, on sait vers quoi nous allons. Puis, il y a couverture du format poche qui est un peu plus « racoleuse », plus roman de gare qui attire d'autant mieux l'oeil quand on est dans un Press shop et qu'on se tâte entre une revue, un livre et une barre chocolatée. On garde Le Louvre sous un autre angle, le pentacle, au diable le bleu et on part sur du rouge avec effet néon. Pour en rajouter une couche, on y ajoute une équerre et un compas qui s'emboîte autour de l'étoile.

Sur Babelio, la page de l'auteur se dit fan des romans de Giacometti & Ravenne, de Steve Berry et de Dan Brown. Il faut dire que ces auteurs sont le fonds de commerce du blog, donc il est normal que Jérémy Wulc trouve sa place ici et tant que j'y suis et si l'auteur lit cette chronique, sur votre page Babelio, dans la description, le nom Ravenne, c'est avec 2 N et un 1 E. Fermons la paranthèse.

On ne va pas se mentir, 666 est un ersatz des aventures d'Antoine Marcas déjà à la lecture de la quatrième de couverture et puis du roman en lui-même. Sans se mouiller et pourtant, l'ouvrage est documenté, l'auteur va permettre au lecteur de faire le tour du Paris mystérieux, du Paris de l'occulte et du satanisme mais aussi du Paris maçonnique. On est sur des clichés assumés du thriller ésotérique et 666 nous fait la joie de mixer la franc-maçonnerie et le satanisme. On est sur du très gros cliché, on tire les grosses ficelles pour ne pas dire les cordages !

On sent que l'auteur est une jeune romancier même s'il a l'habitude d'écrire pour la télévision, le cinéma ou le théâtre. Son roman est très scénarisé et pourrait servir de matériau de base pour une bande dessinée ou pour faire un téléfilm comme la série des « Meurtres à … ». Écrire un roman est un autre exercice même si celui-ci est plutôt généreux. Voyons ce qui va et ce qui ne va pas. le principal avantage, c'est la manière dont il décrit le cadre, les situations et les réactions de chaque personnages. Cela permet une bonne immersion, ce qui est important. Concernant les protagonistes, nous avons au centre de l'intrigue, un policier, un lieutenant de police et chose rare, il n'est pas franc-maçon. Stanislas Diamick, notre héros, est borné, véritable pittbull devant la criminalité, il frise parfois la caricature. Policier débordé en instance de divorce, le héros ne se réfugie pas dans l'alcool mais plutôt dans le fast-food, le soda et autres cochonneries. Il est secondé par son ami et collègue Khalid Harouche et une nouvelle recrue Justine Liemans.

Au cours du mois de mai 2021, des corps sont découverts au pied des monuments parisiens comme au Louvre, dans la cour d'honneur du Palais-royal où on retrouve les colonnes de Buren, au monument des Droits de l'homme, etc. Mais qu'est-ce que tous ces crimes ont en commun ? La réponse est simple, des entailles avec des symboles ésotériques comme des équerres et des compas et le nombre 666. Il n'en faut pas de plus pour que les policiers enquêtent sur les francs-maçons et sur le satanisme. le mariage contre-nature des francs-maçons et des adorateurs de Satan, le grand classique qui ravit tous les amateurs du roman de gare et/ou les complotistes bas de plafond.

Le parallèle avec les Giacometti & Ravenne et Dan Brown est une évidence avec ce premier meurtre au Louvre et la plongée dans le monde ésotérique est assez particulière. On pourrait s'attendre que ce soit le héros qui soit entièrement immergé et qu'il soit perdu face au symbolisme que requiert la franc-maçonnerie ou même le satanisme. Je trouve que l'auteur fait de son héros quelqu'un qui reste distant voire hermétique face à ce sujet, comme si ce n'était pas concret. Il touche du doigt mais n'ose pas et il envoie la recrue de ce trio de policiers en la plongeant dans le bain des adorateurs de Satan. Quitte à sacrifier quelqu'un autant envoyer la jeune femme. Ironie.

Autre détail amusant dans la trame, c'est l'utilisation des lettres F et M et si la plupart d'entre-nous se diront que ces lettres sont l'abréviation de franc-maçonnerie et auront raison, mais l'auteur est retord en faisant des références à François Mitterrand. On sait que l'ancien Président français a été un amateur d'ésotérisme et chercheur de spiritualité. le grand public sait qu'il était demandeur en matière d'astrologie et a été conseillé régulièrement par l'astrologue Elizabeth Teissier dès le début de son second mandat en 1989. On peut ajouter un autre détail, la création d'une secte, dont le nom existe réellement, qui s'appelle la Fraternité Mondiale sans aucun rapport avec le livre. le rôle des lettres F et M est un peu alambiqué et si ça part bien, on arrive sur un sac de noeuds où on se demande comment Jérémy Wulc par l'intermédiaire de ses héros va démêler tout ça. Je pense avoir suffisamment spoilé le roman comme cela.

Finalement, la lecture est sympathique. Ce n'est pas le roman de l'année mais cette enquête sur fond de mystères et de complotisme est généreuse. Peut-être un peu trop ce qui apporte quelques lourdeurs. C'est un peu comme dessert déjà très sucré sur lequel vous ajoutez de la chantilly en espérant que ça ne va masquer le goût prononcé du sucre. Ben non, ça ne fonctionne pas comme ça. le roman aurait gagné en fluidité si il n'y avait pas eu les satanistes et si on avait impliqué un peu plus cette fameuse Fraternité Mondiale et les ramifications qu'elle peut avoir jusqu'au sommet de l'État. Une telle idée peut laisser la place à un éventuel tome 2 et cela vaut ce que ça vaut. Par contre, je ne serais pas contre d'aller à la découverte de son précédent roman en tant que lecture de vacances tout en me refaisant l'anthologie de The Cure.
Lien : https://litteraturemaconniqu..
Commenter  J’apprécie          40
Stanislas Diamick a tout vu dans sa carrière de flic, expérimenté il va vite tomber en enfer après la découverte d'un crime sur le parvis du Louvre, les symboles étranges que l'assassin a laissé l'intrigue et moi aussi, l'absence totale d'indice en revanche va compliquer l'affaire. Tout s'imbrique très bien dans ce roman survolté, dès le début j'ai été pris par l'intrigue et rapidement elle avance tout en gardant quelques secrets, les rebondissements vont bon train. le personnage de Stanislas est bon, pas non plus très original mais suffisamment bien écrit pour donner de la profondeur au récit.
J'adore l'ésotérisme et dans ce roman, il y en a à la pelle, autant vous dire que j'ai tout de suite adoré mais ce qui fait sa grande force, selon moi, c'est de toucher un public plus large que les ermites comme moi. L'ambiance est parfois pesante, tendue mais jamais trop, l'auteur a su trouver le juste milieu entre suspens et chaos. Jérémy Wulc est clairement un bon scénariste, le déroulé de l'intrigue se prête très bien à une adaptation télé.

Il y a juste le petit côté Dan Brown qui ne m'a pas trop plu, j'entends par là la fin abrupte, parfois l'intrigue va trop vite et je n'ai pas le temps de profiter de l'action mais il y a quand même un bon travail de recherche derrière pour happer le lecteur dans l'enquête.
Les personnages sont bons également, en dehors de notre flic, ses collègues et le tueur sont facilement identifiables, avec un peu de profondeur aussi même si je les trouve un peu moins puissants que Diamick. Toutefois la psychologie des personnages est travaillée et j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui mêle à merveille le réel et la fiction. Pour finir, les chapitres courts sont toujours appréciés, je trouve que cela donne un bon rythme au livre et il se dévore plus facilement. Belle découverte.
Commenter  J’apprécie          80
🥰 Pas un livre mais un script
Résumé en photo 👉

👿Même si j'ai frôlé plusieurs fois le mur, j'ai vraiment bien aimé ce livre.

� mur est celui des clichés et stéréotypes... car on y fonce à 100 kms/h pour ... dévier au dernier moment. Vraiment, ces rétropédalages sont bien maîtrisés.

👿Ça va être difficile de parler des personnages sans parler du style car ils vont de paire. C'est rare comme sensation mais pourtant bien réelle.

�n fait le style est très cinématographique. Parfois, j'ai eu l'impression limite de lire un script. le placement, les mimiques, les intonations des acteurs sont précisés (cest subtil et sans aucune lourdeur, promis). Acteurs, car les personnages sont tellement bien précisés et détaillés qu'on les imagine jouer devant nous. Et ça donne une vraie crédibilité et réalisme à l'ensemble.

👿Mention spéciale aussi aux dialogues qui renforcent cette impression: ce sont de vrais dialogues de vraies personnes dans la vraie vie (enfin on se comprend hein 😅)

👿Pour finir avec le style, il est simple et ponctué, ainsi on lit très facilement et rapidement. Pas de noeuds au cerveau pour comprendre... c'est fluide.

�ôté histoire, c'est bien ficelé. Comme je le disais j'ai eu peur de foncer droit dans le mur des clichés des vilains francs-maçons maitres du monde ... mais il y en a d'autres du même acabit. Et promis, non la toute fin sort des sentiers battus. Ouf 🤗.

👿Outre le fait que les personnages soient réalistes, ils sont aussi attachants. Surtout Stan et Khalid ... ils sont tous les deux mes coups de coeur. Impossible à les séparer tellement ils se complètent parfaitement.

�n conclusion, un livre qui m'a donné quelques frayeurs mais où tout se finit bien. Un style cinématographique, simple et ponctué donne une vraie fluidité à la lecture. Les personnages et les dialogues sont hyper réalistes ce qui apportent la touche de crédibilité. Résultat un livre que j'ai vraiment bien aimé à tous les niveaux.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Les bureaux de la police judiciaire ressemblaient à la Sécurité sociale après 17 h 30. Les couloirs étaient vides, les bureaux fermés et la lumière n’éclairait, par intermittence, que quelques mètres de couloir. Depuis leur déménagement du 36, quai des Orfèvres jusqu’à la porte de Clichy, les flics se sentaient déboussolés et surtout arrachés de leurs racines. Pour eux, le vieux parquet ne craquait plus, la Seine devenait un lointain souvenir et les cloches de Notre-Dame s’étaient malheureusement tues. La déprime prenait, un par un, les policiers dans ses bras. Qu’est-ce qu’ils avaient fait pour mériter de se retrouver dans un bâtiment froid, sans âme et qui, en plus, ressemblait à un hôpital désaffecté ?
Commenter  J’apprécie          50
Le duo de flic entra dans le hall à la lueur de la pleine lune. Il ne manquait plus que les hurlements d'une meute de loups pour pimenter encore un peu plus cette nuit étrangement singulière.
Commenter  J’apprécie          60
Il la répéta dans sa tête en montant les trois marches qui le séparaient de l'accueil : Etre libre n'est pas seulement se débarasser de ses chaînes, c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.
Commenter  J’apprécie          20
Mes chers compatriotes, je crois aux forces de l'esprit et je ne vous quitterai pas. (F.Mitterrand)
Commenter  J’apprécie          20

Video de Jérémy Wulc (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémy Wulc
Ils vont laisser leur empreinte dans le noir
autres livres classés : twitterVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (230) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2855 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..