AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.86/5 (sur 5543 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Antibes , le 19/08/1977
Biographie :

Valentin Musso est un écrivain français.

Il est le frère cadet de l'auteur Guillaume Musso (1974). Sa mère dirigeait la bibliothèque municipale d'Antibes ; son père était secrétaire général et directeur des finances de la mairie de la ville.

Passionné de lettres et d’écriture, il entame alors des études de littérature pour devenir professeur de Lettres agrégé. Aujourd’hui, il enseigne la littérature et les langues anciennes dans les Alpes-Maritimes.

En parallèle de ses études universitaires, il commence alors à écrire de courtes nouvelles, faute de temps pour approfondir ses histoires. Il commence lorsqu'il est étudiant à prendre quelques notes avant de se lancer véritablement avec son premier thriller, "La Ronde des Innocents", qui plonge ses lecteurs dans l'univers des enfants précoces. Il le soumet en 2009 sous pseudonyme aux internautes du site des Nouveaux auteurs. Le plébiscite est immédiat et unanime et, bien vite, le livre voit le jour sous la marque Les Nouveaux auteurs, en 2010.

Ce premier roman rencontre rapidement la reconnaissance de la profession et un vrai succès auprès des lecteurs. Il obtient le prix littéraire au sommet de La Clusaz 2010.

Puis viennent "Les cendres froides" (2011), Prix du polar des lectrices Confidentielles, 2012, "Le murmure de l’ogre" (2012), Prix Sang d’encre des lycéens 2013 et Prix du polar historique de Montmorillon, et "Sans faille" (2014) qui sortent aux éditions du Seuil. Quatre romans qui propulsent le professeur antibois au rang des auteurs reconnus de romans policiers.

Valentin Musso est l'auteur de plusieurs romans publiés aux éditions du Seuil, dont "Un autre jour" (2019), "Qu'à jamais j'oublie" (2021), "L'Homme du Grand Hôtel" (2022).

page Facebook : https://www.facebook.com/valentin.musso.auteur

Bibliographie :
La Ronde des innocents
Les Cendres froides
Le Murmure de l’ogre
Sans faille
Une vraie famille
La Femme à droite sur la photo
Dernier été pour Lisa
Un autre jour
Qu’à jamais j’oublie


+ Voir plus
Source : http://www.k-libre.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Valentin Musso   (15)Voir plus


Valentin Musso et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

À l`adolescence, Le Grand Meaulnes d`Alain Fournier a été décisif dans mon envie de raconter des histoires. C`est un livre merveilleux qui ouvre les portes de l`imaginaire. Je ne supporte pas le mépris condescendant qu`il suscite chez certains, sous prétexte qu`il n`aurait pas révolutionné l`histoire de la littérature et qu`il ne serait qu`une lecture d`adolescent. Je dirais aussi les livres de Dumas pour son talent de conteur.


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

Lire de grands auteurs me motive plutôt, sinon je crois que je n`aurais jamais écrit la moindre ligne. Mais c`est vrai que dans le domaine du policier, quand je ferme un livre de Iain Pears, de Donna Tartt ou de Dennis Lehane, je me dis que j`aurais volontiers donné mon âme au diable pour écrire un tel bouquin.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

L`education sentimentale de Flaubert et Proust que je lisais pendant les longues journées d`été quand j`avais quinze ou seize ans.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Les Hauts de Hurlevent. Vraiment dans un autre genre, les albums de Hergé et de Edgar P. Jacobs que je ne me lasse pas de lire.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Je trouve qu`on ne devrait pas éprouver de honte en tant que lecteur. La lecture ne doit pas devenir culpabilisante, c`est une vision tellement déprimante. Mais il y a évidemment plein de classiques que je n`ai pas lus : Don Quichotte par exemple ou des auteurs comme Borges que je connais très mal et que je veux lire depuis des années.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Le roman de l`adolescent myope de Mircea Eliade, un roman qui m`avait touché adolescent mais que je n`ai pas relu.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Je ne pourrais pas citer un livre en particulier, mais je pense à certains auteurs du Nouveau Roman qui ont poussé à bout et de manière artificielle la déconstruction romanesque. En revanche, j`aime pas mal de livres de Marguerite Duras qui est restée en marge de ce mouvement.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Une citation d`André Gide : « L`art est toujours le résultat d`une contrainte. Croire qu`il s`élève d`autant plus haut qu`il est plus libre, c`est croire que ce qui retient le cerf-volant de monter, c`est sa corde. »


Et en ce moment que lisez-vous ?

Un automne à River Falls d`Alexis Aubenque, un bouquin impossible à lâcher…


Mots pour mots : Valentin Musso répond à ses lecteurs !


Dans le cadre de notre nouvelle opération "Mots pour mots", nous avons demandé à 100choses, à Mutinelle et à Delcyfaro de poser quelques questions à Valentin Musso, autour de La ronde des Innocents et Les cendres froides ! Voici leurs questions et les réponses de l`auteur :

D`où vous est venue l`idée d`écrire, avec La Ronde des Innocents, un roman policier mêlé de dons psychiques ? le genre de centre où est Stéphane existe-t-il vraiment en France ?

Il y a bien sur l`influence de mes lectures d`adolescent, des auteurs comme Stephen King ou Richard Matheson. Avec La Ronde des Innocents, j`ai aussi voulu naviguer entre les genres et ne pas me contenter de combler l`horizon d`attente des lecteurs de polars. J`aime les policiers qui flirtent avec les limites de la raison. Mais ces éléments légèrement fantastiques ne sont qu`un prétexte pour créer une tension et traiter les thèmes du malaise de l`adolescence et de l`enfance sacrifiée. le genre d`institutions décrites dans le roman existent effectivement, mais j`en ai imaginé la face cachée qui, elle, est purement romanesque.


La mythologie étrusque est un univers rarement développé en littérature. Pourquoi ce choix ? Est-ce un domaine que vous connaissiez particulièrement où vous y êtes-vous intéressé pour la création de la ronde des innocents ?

J`ai fait des études de Lettres classiques : il était donc difficile de passer à côté des Etrusques. C`est une civilisation passionnante qui a beaucoup influencé les Romains mais qui reste assez méconnue. C`était un peuple très pieux, et j`ai voulu utiliser cette dimension religieuse et spirituelle pour teinter le roman d`éléments fantastiques. Je trouvais aussi amusant de construire un roman policier autour d`une citation de Cicéron sur un peuple vieux de 3000 ans.


Vous semblez disposer de connaissances très précises sur le fonctionnement des institutions pour surdoués et j`ai aimé cet ingrédient dans La Ronde des Innocents. Est-ce réellement un monde que vous avez eu l`occasion de fréquenter ?

Dans le cadre de mon métier d`enseignant, j`ai eu l`occasion de m`intéresser aux enfants surdoués. J`ai lu beaucoup de livres sur ce qu`on appelle aujourd`hui la « surdouance ». Certains étaient plutôt risibles — je les ai utilisés pour quelques dialogues du roman –, d`autres touchaient à la réelle souffrance d`enfants qui se sentent différents et exclus à cause de leurs capacités intellectuelles hors du commun.


Comment avez-vous choisi les catastrophes reliées à Stéphane ? En particulier pourquoi cette récurrence du train et de L`accident ferroviaire ?

J`ai retenu L`accident ferroviaire pour sa force visuelle. Je voulais qu`on découvre le premier accident par des images prises d`hélicoptère. Les wagons enchevêtrés sont décrits comme de simples jouets cassés et abandonnés par un enfant dans le coin d`une chambre : c`était une façon de relier l`innocence de l`enfance et l`horreur des catastrophes qui se succèdent dans le roman. Il y a peut-être eu aussi des influences cinématographiques : j`ai pensé a posteriori à la très belle scène d`ouverture d`Incassable.


Pourquoi avoir choisi le département des Hautes-Pyrénées ? Y avez-vous vécu ? Ou représente-t-il quelque chose de particulier ?

Ma femme a grandi dans les Hautes-Pyrénées. C`est une région que j`ai appris à connaître. Je m`y sens bien pour écrire parce que dans le village où nous allons, on a l`impression d`être coupé du monde.


Nous laissons Justine dans une position bien délicate. Aurons-nous un jour de ses nouvelles ?

Je sais que la fin de La Ronde des Innocents a pu surprendre certains lecteurs. Il est tout à fait possible que je remette Justine en scène un jour, c`est un personnage auquel je me suis attaché.


Dans Les cendres froides, vous évoquez le sujet des « lebensborn ». Pourquoi ce sujet si particulier ?

J`ai eu l`idée de cette histoire il y a environ deux ans quand je suis tombé sur un article de l`Express qui parlait de ces maternités nazies qui avaient été ouvertes dans les pays occupés durant la guerre. C`est effectivement un sujet mal connu et qui a peu intéressé les historiens alors que ces lebensborn sont une clé de la compréhension de l` entreprise eugéniste des nazis


le fait d`être le frère de Guillaume vous a-t-il ouvert des portes plus facilement dans le milieu littéraire ou au contraire vous a-t-on encore plus attendu au tournant ?

Ça ne m`a pas aidé en tout cas à être publié car j`ai envoyé le roman sous pseudonyme et qu`il a été soumis à un comité de lecture citoyen qui ne connaissait pas mon identité. Je ne craignais pas trop la comparaison parce que j`écris des romans dans un genre très éloigné de celui de mon frère. le lien de parenté a également peu joué une fois le livre sorti : il y a peut-être eu un phénomène de curiosité chez certains lecteurs, mais les ventes ont vraiment décollé quand j`ai obtenu de bons papiers et que des libraires ou chroniqueurs comme Gérard Collard ont défendu le livre.



Merci à 100choses, Mutinelle, Delcyfaro pour leurs excellentes questions et à Valentin Musso pour ses réponses et sa disponibilité !


Découvrez Les cendres froides et La ronde des innocents, les deux premiers romans de Valentin Musso !



étiquettes
Videos et interviews (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de la 19ème édition du salon "Lire en Poche" à Gradignan, Valentin Musso vous présente son ouvrage "Dans mon obscurité" aux éditions Seuil. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2818344/valentin-musso-dans-mon-obscurite Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat

+ Lire la suite

Citations et extraits (546) Voir plus Ajouter une citation
Tout être humain est un abime. On a le vertige quand on regarde dedans.
Commenter  J’apprécie          330
C'est une absurdité de croire que les sentiments seuls ont le pouvoir d'effacer les mensonges et les trahisons.
Commenter  J’apprécie          280
Quand on se tait, on a toujours l'air intelligent. Dès qu'on ouvre la bouche, on s'expose.
Commenter  J’apprécie          281
Nous vivions à la campagne et les enfants à l’époque se faisaient parfois corriger violemment. Alors nous enfermer dans une pièce, même froide et sombre, ce n’était pas le pire des châtiments croyez-moi.
Aujourd’hui, évidemment, si des parents agissent de la sorte, ils se retrouveraient immédiatement au poste. On voudrait même interdire la fessée. C’est d’un ridicule !
Pour ça, elle n’avait pas tort. Il s’en était pris, des torgnoles, gamin, et ça ne l’avait pas traumatisé…
Commenter  J’apprécie          230
La véritable histoire d’un être n’est pas dans ce qu’il a fait, mais dans ce qu’il a voulu faire.
Commenter  J’apprécie          240
C'est le grand drame des handicapés des sentiments : Ils ont l'impression constante de se faire violence et de dépasser leurs propres limites dans l'indifférence la plus totale, sans que personne ne leur sache gré de leurs efforts.
Commenter  J’apprécie          220
Derrière la vitre du véhicule, elle t’a fait un petit signe de la main. Tu l’as vue sourire, d’un sourire triste qui t’a fait culpabiliser. Tu as songé qu’il y avait une certaine cruauté à se montrer aimable et poli à longueur de journée avec des quasi-inconnus et si dur avec ceux qu’on aime.
Commenter  J’apprécie          180
Assister à une autopsie, dans ces salles carrelées, totalement aseptisées et baignées d'une lumière trop artificielle était un moment difficile à passer: on pouvait supporter, mais on ne se blindait jamais.
Commenter  J’apprécie          170
Parfois, nous fuyons le bonheur parce qu'il nous semble une chose trop simple, et, en provoquant notre propre échec, nous voulons nous donner raison d'y avoir renoncé. (p398)
Commenter  J’apprécie          170
Les secrets ont leur rhétorique fallacieuse. Un secret n’est pas un mensonge par omission – conception trop facile et rassurante. Il est un négatif photographique, une réalité en creux ayant sa propre existence et qui le jour où elle est mise à jour peut tout dévaster, là où, révélée à temps, elle aurait sans doute blessé, mais de ces blessures dont on guérit. Sa force destructrice réside dans la dissimulation, plus que dans le contenu dissimulé. C’est ce qu’avaient refusé de comprendre mes grands-parents.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Valentin Musso Voir plus

Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de Roald Dahl ?

James et la ... pêche ?

Fabuleuse
Grosse

10 questions
166 lecteurs ont répondu
Thème : Roald DahlCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..