AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364682096
Éditeur : Editions du sous-sol (26/05/2016)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Elle s'appelle, elle s'appelait Madeleine, elle aurait eu 100 ans cette année. Et elle avait rangé toute sa vie dans une cave : carnets, photos, souvenirs, bijoux, lettres, vieux journaux... que Madeleine avait classés, emballés, étiquetés dans des enveloppes, des cartons ou des valises. Pour qui ? Pour quoi ? La vieille dame n'a pas eu de descendants. A sa mort en 2011, le trésor est resté à l'abandon, il aurait pu finir à la décharge. Mais la journaliste Clara Bea... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
lucia-lilas
28 septembre 2016
Je dois dire qu'au début, je n'ai pas forcément bien pris la chose : Quoi ! Elle fouille dans ses affaires, lit ses lettres, son courrier, ouvre les boîtes, les valises, observe ses photos….
Non, vraiment, au début, l'entreprise ne m'a pas plu…
Et puis, j'ai lu, je n'ai pas pu m'arrêter et j'ai aimé. Et je me suis dit qu'aimer les autres, s'attacher à eux, s'intéresser à ce qu'ils ont fait, à ce qu'ils ont été, ça ne pouvait pas leur faire de mal, au contraire, alors j'ai continué…
Bon, je vous raconte : Clara Beaudoux, jeune journaliste, s'installe à Paris dans un nouvel appartement. Nous sommes en juillet 2013. Elle apprend par un courrier publicitaire pour une mutuelle que l'ancienne locataire s'appelait Madeleine. Elle découvre aussi que Madeleine est morte un an avant son installation et aurait eu cent ans en 2015.
L'agence lui annonce qu'elle dispose d'une cave: pleine, fermée à clef et sans clef. Elle a pourtant deux trois bricoles à y déposer, alors, elle scie le cadenas et découvre… des caisses, des valises, des objets, un matelas en décomposition.
Elle ne sait pas trop quoi faire de tout ça. Elle jette quelques vieilles choses qui pourrissent tout en prenant le soin de les photographier avant de s'en débarrasser.
Pourquoi ? Elle ne sait pas encore.
Elle prend finalement contact avec le filleul de la dite Madeleine, seul lien familial de cette femme: que doit-elle faire de tout cela ? le jeter à la benne, lui répond-il.
Deux ans plus tard, en 2015, elle décide d'explorer la cave, dans le détail, et de publier sur Internet, sous forme de tweets, des photos et des petits commentaires sur ce qu'elle trouve, ses sentiments, ses interrogations…
Ici un journal, des carnets, une liste de courses, là une lettre : tiens, qui était Loulou ? et Martial ?, ailleurs une photo : où est Madeleine ? Je me penche sur la photo et la cherche, comme l'a fait Clara.
Sur les réseaux sociaux, le public se passionne pour l'entreprise et des milliers d'internautes aident Clara à situer les lieux, donnent des précisions sur les dates, testent des recettes de cuisine, expliquent l'usage que l'on avait de tel ou tel objet devenu bien mystérieux. Beaucoup se souviennent, d'autres souhaitent témoigner ou émettre des hypothèses.
Les gens veulent intervenir, font des suppositions, ont des idées.
L'histoire de Madeleine devient l'histoire de tout le monde, « l'intime rejoint l'universel », l'Histoire et surtout… Madeleine… REVIT, oui, vraiment, une femme extraordinaire prend forme petit à petit.
Je sens, au fil de ma lecture, que je m'attache à elle, que je veux en savoir plus, que si j'arrête ma lecture, elle va me manquer. J'apprends que la saison 3 est sur Internet. Je me précipite…
Madeleine Project est un très beau portrait de femme, d'une femme hors du commun (et je ne vous dirai pas pourquoi), que l'on a failli oublier, qui a failli disparaître et grâce à Clara… (je ne vous ai pas parlé de Clara mais j'ai tout de suite beaucoup aimé celle qui prenait les photos et postait ses tweets, toujours avec retenue, respect, générosité, quelqu'un d'une grande sensibilité…), grâce à Clara disais-je, Madeleine EXISTE, oui, vraiment, je vous assure ! Il suffit de voir la photo où elle sourit avec un petit air malicieux pour se dire que si Clara l'avait rencontrée, elles auraient été amies et elles se seraient certainement bien amusées toutes les deux…
Et, puis, il faut que je vous avoue encore une chose que Clara ne sait pas encore : Madeleine venait l'été se reposer… dans la ville où j'habite ! Alors, peut-être, vais-je proposer à Clara de rechercher… où Madeleine logeait, où elle aimait se promener, quels étaient ses divertissements, avec qui elle aimait bavarder, sur quel banc elle aimait s'asseoir…
L'ai-je rencontrée ? Parfois, cette idée me laisse rêveuse… Oui, c'est fort possible…
Si j'avais su !

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SophieLesBasBleus
19 janvier 2017
Voilà un document, un "reportage" comme le souligne la première de couverture, qui m'a impressionnée par la profondeur de ce qui se trame sous sa simplicité formelle. Dans la cave de l'appartement où elle a emménagé deux auparavant, Clara Beaudoux découvre les souvenirs de toute une vie, la vie de Madeleine née en 1915 et précédente occupante du logement. A mesure que les sacs, valises, cartons, pochettes, entassés en vrac, libèrent progressivement leurs dérisoires et précieux trésors, Clara Beaudoux en fait l'inventaire qu'elle poste sur Twitter par photos interposées accompagnées d'une légende forcément laconique. L'ensemble de ces "tweets", de novembre 2015 à février 2016, est reproduit dans cet ouvrage, constituant les deux premières "saisons" du projet.
Utiliser Twitter comme base de document alors que l'on y côtoie souvent le pire du langage et des idées en 140 signes me semblait a-priori paradoxal et d'un intérêt discutable. Il ne m'a pourtant pas fallu plus de deux pages pour être totalement aspirée par l'histoire de Madeleine telle que ses traces nous la racontent et par les questions existentielles, historiques et littéraires que suscite ce projet. Clara Beaudoux enquête sur une vie destinée à rester dans l'anonymat, mais en projetant des images, des photos, des hypothèses et des questions sur les réseaux sociaux, elle rend public ce qui ressort de la sphère privée, souvent intime. Madeleine, par la force des pages qui se succèdent et des blancs qui subsistent dans sa biographie, devient un personnage romanesque. Les contraintes de Twitter empêchent le développement du récit qui est alors pris en charge par chaque lecteur, lui-même amené à combler les vides de l'histoire. Entre fiction et réalité. C'est l'un des aspects vertigineux de ce "tweet-documentaire" qui prend l'apparence d'un feuilleton, d'où l'émotion surgit à chaque carton ouvert, devant chaque photo ancienne.
La mémoire, la transmission, L Histoire et l'individu, la notion de temps, les choses qui demeurent alors qu'on meurt... traversent l'enchaînement des images et ce qu'elles nous révèlent ou nous cachent de l'existence réelle de Madeleine. Je reste encore subjuguée par toutes les questions fécondes que soulève une telle expérience ainsi partagée sur les réseaux sociaux. L'engouement suscité par #madeleineproject débouche sur d'autres recherches, d'autres trouvailles, et donne une ampleur décuplée au projet, transformant en actes l'idée de transmission. Tout se passe comme si la Madeleine reconstruite aujourd'hui avait quelque chose à nous révéler sur ce que nous sommes. Il va loin et il creuse profond, le projet de Clara Beaudoux commencé un peu comme un jeu !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ValerieLacaille
21 juin 2016
Ce reportage de Clara Beaudoux se lit très vite du fait de sa forme: une succession de tweets du 2 novembre 2015 au 12 février 2016, ayant pour sujet la découverte de l'univers de Madeleine, à travers ce qu'elle a laissé dans la cave de l'immeuble dans lequel elle a vécu jusqu'à son décès.
La journaliste a pris soin de partager chaque lettre, chaque photo, chaque objet découverts sur Tweeter. Il faut reconnaître que le projet est original. Cependant, j'ai regretté le manque de fond de ce reportage. On apprend le métier exercé par Madeleine, ses amours, les membres de sa famille, mais au final, on ne sait absolument rien de son histoire.
Je pense que j'aurais aimé que Clara Beaudoux imagine la vie de Madeleine, entre deux pages de tweets, un peu comme l'a fait Isabelle Bonin avec "Les gens dans l'enveloppe". Mais son projet n'était pas celui-ci...
Commenter  J’apprécie          80
rene6344a16
22 septembre 2016
Pourquoi ce livre?
Expérimental dans sa forme (l'éditeur le présente, en quatrième de couverture, comme un « tweet documentaire »), ce livre dresse de manière singulière le portait d'une inconnue, Madeleine, en reproduisant les dizaines de tweets que la journaliste Clara Beaudoux a publiés en novembre 2015 et en février 2016. Madeleine, qui a habité le même appartement parisien que la journaliste, a laissé à son décès des cartons remplis d'objets, de photos et de carnets, cartons que la nouvelle locataire a explorés avec curiosité et passion durant deux ans, avant de créer le #Madeleineproject.
Un premier aspect qui m'a plu :
L'idée de rendre publiques des archives personnelles, des fragments de mémoire, au moyen d'un média de masse, surprend : Twitter n'est-il pas le média de l'instantanéité ? La publication sous forme de livre du #Madeleineproject prend le relais des tweets et inscrit l'histoire de Madeleine dans une certaine pérennité et par le fait même, renforce la valeur symbolique du livre. Ici, loin d'ébranler les fondements de la littérature, Twitter vient plutôt la nourrir. Et ce qui peut être perçu comme une aventure technologique, en marge de la culture traditionnelle, vient en fait renforcer la fonction culturelle du livre.
Un second aspect qui m'a plu :
L'organisation du texte sous forme de reproduction de tweets induit un rythme de lecture rapide, fait d'interruptions et de reprises : la majorité des tweets sont constitués de photos commentées par de courtes phrases de 140 caractères maximum. Toutefois, l'intégration de vidéos aux statuts Twitter nécessite parfois l'utilisation d'un support informatique en parallèle, ce qui offre une expérience de lecture unique, à mi-chemin entre la lecture traditionnelle et l'expérience multimédia. Une manière ingénieuse pour Clara Beaudoux de faire rimer art et journalisme!
Un aspect qui m'a moins plu :
Autant la contrainte des 140 caractères peut être stimulante pour un auteur, autant elle a ses limites : les quelque 500 tweets qui parlent de Madeleine, qui montrent ses objets et ses souvenirs, échouent à décrire la psychologie du « personnage » et ses émotions (ce que le roman ou la biographie peuvent faire avec grande finesse, par exemple). le choix de Twitter comme outil pour diffuser les archives de Madeleine oblige l'auteure à décrire des faits de manière souvent succincte et fragmentée. Bref, bien qu'intéressant sur le plan formel, le #Madeleineproject s'essouffle justement à cause des contraintes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LillyMaya
02 juin 2016
Est-ce que ça compte, si je n'ai pas le livre, mais j'ai suivi toute l'histoire via Storify et Twitter ? Et ce livre reprend l'intégralité de ce qui a été publié sur internet.
J'ai trouvé cette initiative émouvante. Un bel hommage à cette femme inconnue. Ce devait être aussi étrange, d'ouvrir des cartons, des cahiers et de découvrir ce que Madeleine a laissé derrière elle (des photos, du linge, des recettes, des livres, des objets mystérieux...).
Et on ressent une petite pointe de regret quand l'aventure s'arrête. On aimerait faire encore connaissance avec Madeleine à travers tout ce qu'elle a laissé derrière elle.
Commenter  J’apprécie          70

Les critiques presse (1)
LeDevoir11 juillet 2016
C’est l’histoire d’une vie dont la mémoire était condamnée à disparaître complètement, comme c’est le cas généralement quand un anonyme s’éteint.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
blandine5674blandine567426 octobre 2016
Je me souviens de cet homme de radio qui disait que les reportages les plus poignant ne sont pas forcément au bout du monde, mais parfois au coin de la rue. Pour moi, il avait simplement fallu ouvrir une porte, celle de ma cave, pour que l’aventure commence.
Commenter  J’apprécie          60
Pixie-FlorePixie-Flore05 février 2017
Et maintenant, quand je passe dans une brocante, j'imagine toutes les vies derrière chaque objet, vertigineux #Madeleineproject

[p249]
Commenter  J’apprécie          30
ValerieLacailleValerieLacaille21 juin 2016
Ces petits détails infimes, ces microsouvenirs, ces pétales séchés, ces crayons vieillis... Toute cette beauté du quotidien, qu'on oublie souvent de regarder, pouvait se révéler.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Clara Beaudoux (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clara Beaudoux
Clara Beaudoux - Madeleine project .Clara Beaudoux vous présente son ouvrage "Madeleine project" aux éditions du sous-sol. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/beaudoux-clara-projet-madeleine-9782364682092.html Notes de Musique : Improvisation 2 by Steve Gunn. Free Music Archive. Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : twitterVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
418 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .