Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 978B08F2QT8HM
315 pages
Librinova (31/07/2020)
4.67/5   12 notes
Résumé :
Chine, VIIIe siècle après J.-C. L'action se passe à Chang'an, capitale cosmopolite de l'empire de Tang Xuanzong. Orphelin de père, Liang est un enfant du peuple qui vit seul avec sa mère. Très vite, il comprend que seul le savoir lui permettra de s'élever dans la hiérarchie sociale. Son esprit vif et son intelligence exceptionnelle interpellent plusieurs personnages qui deviennent ses mentors et l'incitent à passer les examens impériaux, seule voie possible pour qui... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,67

sur 12 notes
5
10 avis
4
1 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Simplydream
  29 septembre 2021

Dès le début, cette histoire qui se déroule dans la Chine du 8ème siècle s'est installée en moi comme un parcours initiatique, j'ai progressé page après page à pas feutrés, en tant que spectatrice émerveillée, telle une petite souris tapie dans un coin, qui cherche à se faire la plus discrète possible de peur de rompre la magie ambiante.
J'ai découvert Chang'an, capitale cosmopolite sur la Route de la Soie, point de rencontre de plusieurs cultures, ethnies, langues, ce qui en fait un symbole de tolérance. J'ai suivi les pas de Liang,un jeune homme surdoué qui va rencontrer le meilleur mentor dont on puisse rêver… qui va donc avoir beaucoup de chance mais qui va aussi et surtout avoir l'intelligence de provoquer les belles choses qui vont se produire...
Cet être d'exception va rencontrer et se lier d'une profonde amitié avec trois autres jeunes hommes tout aussi exceptionnels que lui, Wu, Xiao et Fang, chacun ayant une spécialité. Tous sont issu d'un milieu très modeste et vont gravir un à un tous les échelons de la société jusqu'à accéder aux plus hautes fonctions de l'Etat et avoir toute la confiance de l'empereur, le Fils du Ciel... la première étape décisive étant d'intégrer l'université. Chacun veut absolument exceller dans son art et travaille assidûment pour y parvenir. La persévérance est une vertu qu'ils sont en commun. Une qualité également très largement mise en valeur chez les 4 amis: la modestie! Chacun est brillant mais extrêmement modeste face à ses aptitudes.
Je me suis fondue en eux alors qu'ils cherchaient la concentration, avant de peindre, de réciter un poème, etc... vibrant sous le feu de leur passion.
La passion tient une place toute particulière dans cette histoire…
C'est l'un des très beaux aspects de ce superbe conte: cette société fait la part belle aux érudits, cet empereur éclairé épris de culture, grand amateur d'art, de poésie, de musique, de chant…( Tang Xuanzong), va largement contribuer à promouvoir les quatre jeunes protagonistes à une élévation sociale en récompense de leur talent particulier.
Jean-Jacques Zeis est un spécialiste: il nous montre par le biais de cette histoire son incroyable savoir, c'est un passionné, un impressionnant puits de science! Il aurait pu se limiter à nous impressionner, mais au risque de nous assommer . Loin de là! Tout son art a été de savoir doser, entre nous inculquer toutes ces choses, sans nuire au développement de tous ses personnages et à la progression du récit, dans une écriture qui reste très fluide. Au fil des lignes, les protagonistes sont tellement bien travaillés que l'on ressent leurs émotions, notamment à propos de la thématique de l'inspiration: l'inspiration du peintre, du poète, du compositeur... Se nourrir de leur passion est divin!
Mais pas seulement...Dès la première page j'ai plongé dans chaque description ( de demeure, de paysage, j'ai touché les matières, écouté les bruits, observé les lumières, humé les odeurs... J'ai caressé les étoffes, les broderies, suivi les cérémonies, mes papilles ont goûté des mets très nouveaux notamment les desserts préférés de Liang (très gourmand!)... J'ai appris des mots, tels que sanshuis, raviolis jiaozis...
Si vous cherchez un roman d'action, mauvais choix: pas de suspense insoutenable, pas de grand retournement, au contraire, on se laisse porter calmement, dans la paix, la sérénité, au rythme d'un petit filet d'eau tranquille qui coule dans une rigole…
J'ai pris tout mon temps, j'ai savouré, lu et relu certains passages plusieurs fois pour ne rien rater, pour bien m'imprégner de tout... Rien ne presse, tout est lenteur... Même si le roman s'achève sur un avenir bien troublé pour l'empereur (et un acte héroïque de la part des protagonistes), le lecteur ressort dans un état de paix intérieure intense, grandi par autant de beauté, et toutes ces belles leçons d'humanisme... Une qualité très largement mise en valeur chez les 4 amis: la modestie! le roman est désormais derrière moi, mais le petit filet d'eau continue de s'écouler dans la plus grande des tranquillité. J'ai en moi une émotion supplémentaire, toutefois. Je le sais, dans quelques temps, lorsque mes sensations seront estompées, je referai ce voyage !
Du coup cette belle histoire me donne envie de me renseigner plus sur cette période lumineuse de la Chine antique, sur cet empereur aux qualités hors-normes, sur cette société où les calligraphes, les poètes, les peintres, les musiciens, etc. étaient considérés comme des individus remarquables...

+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          1 0
JJ-VITIELLO
  21 septembre 2020
« Deux sapèques le jiaozi ? Tu te moques de moi, petit ! Tes raviolis sont-ils si exceptionnels pour justifier un tel prix ? »
Sur la route de la soie nous sommes témoins de la difficile ascension de ce petit Liang Wang en Chine impériale, où règne l'Empereur « le fils du ciel ».

Par sa fine intelligence et sa loyauté, il ira loin de ce destin pitoyable qu'aurait pu être le sien. Et cela au pays où des cultures se mêlent en respect total, comme Liang verra la sienne avec la culture musulmane avec un mentor de cette confession pour lui et ses amis. Tout n'étant qu'harmonie, remarquable équilibre entre les principes yin et yang éclatant témoignage de l'humanisme et de l'intelligence, de la connaissance et de l'expérience, de la justice et de l'honnêteté, de la mesure et du discernement.
La rencontre avec ceux qui seront ses amis de toujours, aux portes du palais le conduira aux plus hautes distinctions par les enseignements de l'école Confucéenne, le Rúxué ou «Enseignement des lettrés». Lui qui vendait, de sa misérable condition, ses raviolis dans la neige et la boue, aura les honneurs du « fils du ciel » et de ses ministres, en contrepartie des fourberies et trahisons que cache le palais. Et elles sont légion.
Les expériences que partagera Liang avec Xiao le poète, Wu l'astronome et Fang le futur juge, consolidera les liens et finalisera leur amitié. Un proverbe arabe dit « Si tu veux connaitre ton ami, voyage avec lui » et ils vont, en effet consolider leur lien par ce voyage à la Porte du Dragon.
Quel beau périple sage et reposant sur plusieurs années que nous offre Jean-Jacques Zeis, empreint d'un style à la fois élancé et généreux, mêlant harmonie et raffinement. Jusqu'à une fin qui laisse pensif et demanderait une suite.
J'étais pressé d'arriver à la nuit pour continuer ce récit qui illumine, tout en douceur. Amis du sang et du crime, vous ne trouverez pas là votre bonheur. Ici, le mot coule et décrit, explique et fait connaitre les us et coutumes d'une époque impériale et de ses sujets. le tout au son des instruments et des poètes clamant leur art, « Ecoutez là-bas sous les rayons de la lune, le singe accroupi qui pleure, tout seul sur les tombeaux », poème de Li Bai, auteur du VIIIe siècle, qui chante les intrigues des palais impériaux, l'ivresse bienfaisante, les femmes et la beauté de la nature. Et là n'est qu'un exemple. N'oublions pas « Tiouk Tiouk» l'hôte du jardin des chrysanthèmes, mais lisez ce roman et vous ferez sa connaissance.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0
statyra
  25 avril 2021
Le Pin, le Prunier et le Bambou de Jean-Jacques Zeis.
Un jeune garçon, un rêve. Un empereur, un destin. Quatre amis, une complicité. Liés par leur ambition, leur fidélité et leur humanité, quatre hommes surdoués issus de milieux modestes vont peu à peu gravir les échelons jusqu'aux plus hautes fonctions de l'État. Cette ascension est rendue possible grâce à la perspicacité et le dévouement de quelques mentors bienveillants et à l'esprit ouvert et la sensibilité d'un grand souverain : l'empereur Tang Xuanzong.
Nous nous immergeons dans la Chine du VIIIe siècle, dans la capitale Chang'an, cité cosmopolite et tolérante, pour y trouver l'osmose des cultures et des religions apportées par la route de la soie. Pendant cette période brillante où écrivains, poètes, peintres et calligraphes sont particulièrement respectés et considérés, nous suivons le parcours de Liang, Xiao, Wu et Fang. Nous partageons leurs doutes, leurs espoirs, leurs bonheurs et leurs joies. Nous découvrons en détail les atmosphères et les paysages, les palais et les demeures, les fêtes et les cérémonies, les broderies des robes et les décorations des tasses à thé.
Dans cette histoire rien ne presse. Nous pouvons délaisser le livre un jour, deux jours et le reprendre avec plaisir. Nous ne passons pas des nuits d'insomnie. Car l'histoire se dévoile comme un ruisseau qui s'écoule paisiblement. Une histoire empreinte de sérénité et baignée d'une douce lumière. Une histoire émouvante qui se termine par un ultime témoignage de dévouement.
Peut-être un jour nous découvrirons la suite…
Le récit nous permet d'en apprendre davantage sur une période florissante de l'histoire de la Chine antique, celle de la dynastie Tang. Il nous renseigne sur la hiérarchie social et politique, sur les moeurs et usages, sur les coutumes de la vie quotidienne.
L'écriture est belle, fluide, poétique, érudite.
Le pin, le prunier et le bambou, dans le confucianisme, incarnent les vertus de persévérance, d'intégrité et de modestie et représentent les qualités nécessaires de l'homme lettré que je devine être Jean-Jacques Zeis.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
Ianilecteur
  20 mars 2021
Il existe quelques périodes dans l'histoire de l'humanité considérées comme des âges d'or. Des hommes ou des femmes de pouvoir, exceptionnels, ont souhaité fonder des civilisations, parfois des empires, sur le mérite. C'est le cas de l'empereur Xuanzong dont l'autorité constitua l'apogée de la dynastie Tang. Des hommes aux grandes qualités humaines repéraient des jeunes gens talentueux et leur donnaient leur chance en leur offrant éducation et possibilités d'ascension sociale, parfois très très haut. Peu importait leur naissance. Bien sur les lieux de pouvoirs sont des lieux de cours, de courbettes, de jalousies, de fausses rumeurs qui tuent plus sûrement que n'importe quel sabre. Et il est bien difficile d'y garder son intégrité.
Mais, parfois, dans l'histoire, les plus « nobles » (au meilleur sens du terme, à savoir sur le plan humain), les plus sages, le plus généreux, les plus doués… sont parvenus à tenter une société… oserais-je dire, un peu meilleure. le titre n'est pas anodin et je vous laisse découvrir quelles valeurs représentent le pin, le prunier et le bambou.
J'ai beaucoup apprécié ce livre. Mais comme j'ai eu du mal à comparer avec notre monde d'aujourd'hui où, pour reprendre une expression connue, tant de Mozart sont assassinés chaque jour !
Dans cet ouvrage, Jean-Jacques Zeis apporte beaucoup de connaissances, indispensables pour la compréhension du contexte, mais cela ne nuit en rien à l'histoire car il est très bien écrit et c'est un plaisir de le lire. C'est un érudit et, pour un lecteur qui aime l'histoire, l'anthropologie, la science, la psychologie, c'est un régal. On y parle peinture, astrologie, calligraphie, médecine, politique… Les personnages sont travaillés, bien placés dans leur contexte. L'histoire est belle et il est évident que Jean Jacques ZEIS y a mis tout son coeur. J'attends avec impatience son prochain ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
Soleildesmontagnes
  03 septembre 2021
C'est l'histoire de Liang, un jeune garçon, orphelin de père, qui aide comme il peut sa mère à survivre en vendant des raviolis dans la rue. Et son chemin épineux croise celui d'hommes qui seront ses professeurs, ses guides spirituels ; ayant conscience que Liang est plein de ressources et a l'ambition de s'élever dans l'échelle sociale, ces derniers vont en effet l'aider... A cette époque, en Chine, sous le règne de l'Empereur Xuanzong, tout à chacun pouvait faire partie du monde des lettrés. Mieux même : tout était fait pour éviter la corruption des examinateurs ; on enfermait chaque postulant dans une pièce et sa copie finale était recopiée afin que les juges n'aient pas connaissance de son identité ! Mes impressions : j'ai adoré me plonger dans cette époque grâce au talent de l'auteur. Jean Jacques Zeis sait nous plonger littéralement dans le VIII ème siècle en Chine grâce à tous ses détails précieux, ses précisions sur les bâtiments, les habitudes, les paysages … C'est comme si j'étais dans un jeu virtuel, en mieux bien sûr, car il y a tout le charme de l'écriture de Jean Jacques Zeis, empli de poésie et de zénitude. C'est également une belle morale que celle qui me semble donnée par son roman : la vertu, la persévérance, le mérite sont mis à l'honneur. C'est un superbe hymne à l'amitié également. J'ose espérer une suite …
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JJ-VITIELLO JJ-VITIELLO   21 septembre 2020
Ecoutez là-bas sous les rayons de la lune, le singe accroupi qui pleure, tout seul sur les tombeaux. Li BAI
Commenter   J’apprécie          2 0
Soleildesmontagnes Soleildesmontagnes   03 septembre 2021
Vous n'étiez que des branches d'arbre tordues et l'enseignement qui vous a été prodigué a fait de certains d'entre vous des magnifiques bambous capables de souplesse de par leur caractère empreint de tolérance, gracieux par leur maintien et leur éloquence et endurants par leur capacité de travail.
Commenter   J’apprécie          0 0

autres livres classés : chine Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoise Créer un quiz sur ce livre