AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225808458X
Éditeur : Les Presses De La Cite (21/10/2010)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Dans le haut Velay, au XIXe siècle, le roman d'une " Rastignac au féminin " dans l'univers de la dentelle. " Tout commença vraiment le jour où la jeune Honorine Feynerolles posséda un crayon. " En cachette des siens, une petite paysanne apprend seule à lire et à écrire. Mûrie trop vite au sein d'une fratrie de brutes, elle décide de s'arracher à la misère et de construire son destin. Au village d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
thegoodgirl
  09 septembre 2016
Le destin d'Honorine c'est un peu le téléfilm régional de France 3 mais attention un bon téléfilm voire très bon !
C'est une histoire forte et passionnante celle d'Honorine, ancrée dans le terroir auvergnat du Haut-Velay, dans les années 1830.
J'ai eu beaucoup de plaisir à suivre son parcours semé d'embuches de toute nature, celles dont la vie seule a le secret.
Notre héroïne, Honorine Feynerolles, est une fillette au destin incroyable, issue d'une famille de crève-la-faim dans les campagnes dans la région du Puy-en-Velay.
Flanquée de ses nombreux frères et soeurs, rompue à l'ouvrage à la ferme ou à la maison dès le plus jeune âge, Honorine se promet d'échapper à la vie que connait alors sa mère « la Rose », vie de labeur permanent, soumise à la marmaille et à un ivrogne de mari.
Notre Honorine a un rêve : devenir dentellière et posséder sa propre fabrique. le chemin est long … mais impossible n'est pas Honorine, tenace fillette, courageuse et opiniâtre.
Elle va se révéler intelligente, maline et patiente et saura éliminer les obstacles les uns après les autres. Sa rencontre avec Benoit Chalençon, jeune noble désargenté, sera décisive.
Rapidement je me suis attachée à ce personnage attendrissant, pas gâtée par la vie mais qui ne lâche rien. Je suis entrée dans sa vie, ses pensées, désirs et peurs, l'accompagnant dans son quotidien de campagnarde et l'observant découvrir la réalité de la vie, la cupidité des hommes et aussi leur perversité.
L'auteur fait vivre également un très joli personnage, celui de Benoit Chalençon, à la vie plus douce mais non sans désillusions.
Hubert de Maximy nous offre un bon roman, avec des personnages finement construits et qui traduisent bien les conditions de vie du début du 19è siècle dans les campagnes. le style est simple, fluide, parfois sec à la manière des auvergnats.
Prise de passion pour cette jeune Honorine, j'avais hâte de connaitre la fin : va-t-elle réussir ? le lecteur a très envie d'assister à sa réussite et à la possibilité d'une vie meilleure.
A lire si vous recherchez un agréable moment de lecture, en toute simplicité, auprès d'une héroïne à l'histoire hors du commun, sur fond de vie rurale au 19è siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Lire-une-passion
  11 janvier 2015
Il est vrai qu'au début du blog, je ne lisais pas beaucoup de roman du terroir, mais avec le boulot que je fais, nous en avons pas mal à la bibliothèque, et je trouve qu'il est important que j'en lise, afin de pouvoir conseiller les lecteurs ! Puis bon, aimant l'historique et la romance, je n'ai pas pu m'empêcher de m'arrêter sur ce genre de lecture. Même si ici, le côté romance n'arrive qu'à la fin, ça rend aussi la chose plus belle ! le résumé de ce roman m'avait pas mal attirée, et du coup, je suis partie positive en le commençant. Et je dois dire que j'en ressors satisfaite. J'ai vraiment apprécié ma lecture et les deux personnages principaux m'ont touchée.
Honorine n'a pas la vie facile. Vivant à la ferme en compagnie de ses frère et ses parents, la vie n'est pas la plus douce qu'il soit. Battue – ainsi que les autres membres de sa famille – par son père dès qu'il rentre soul et en colère, elle craint à chaque fois la fin de journée. En parallèle, nous suivons Benoît, qui vient d'une famille aisée et qui semble être plus proche de son père que de sa mère, qui garde en tête qu'elle est riche. Leur destin semble diamétralement opposé, et pourtant, quelque chose les unit, bien plus qu'on ne le pense.
Comme je viens de le dire, Honorine a une vie compliquée. Chez elle, qu'ils soient jeunes ou non, les enfants doivent pourvoir aux besoins de la famille, quels qu'ils soient. Étant au 19ème siècle, tout cela est normal, car à cette époque, tous les membres de la famille travaillent pour ramener de quoi manger dans le foyer. Même si ça m'a révulsée de le lire, je sais que c'était ainsi que cela se passait. Durant son apprentissage de la vie, elle va souffrir, mais cette souffrance va l'endurcir et lui faire prendre confiance en elle. Rêvant de devenir la reine de la dentelle, elle va trouver un travail dans une entreprise, tenue par un homme pas très... accueillant, pour ne pas dire plus. À ses côtés, elle apprendra la dur vie du travail, ses conséquences et les secrets des travailleurs.
Benoît, quant à lui, vit auprès de ses parents et la relation qu'il entretient avec son père est très fusionnelle. Au début. Car, très vite, le jeune homme découvrira quelque chose qui le fera changer d'avis sur celui qu'il considère comme le père parfait. Envoyé étudier auprès des prêtres, il se découvrira une passion pour le dessin. Il croisera aussi la route d'Honorine, qui trouvera en lui une personne qui pourrait très bien, et plus rapidement qu'elle le croit, la mener à son rêve.
Lorsque j'ai commencé ce livre, j'avais mal interprété le résumé, et du coup j'ai été très surprise de la tournure que prenait l'intrigue. Si au début j'ai été déboussolée, très vite, je m'y suis faite et à partir de là, j'ai vraiment apprécié ma lecture. Les chapitres se lisent tout seuls et les actions et retournements de situation qui en découlent sont d'autant plus prenants. Ici, vous n'aurez pas une histoire d'amour bouleversante, mais plutôt une jeunesse brisée par la loi du plus fort, une rencontre qui découlera sur une amitié pas totalement acquise, et la découverte de l'amour et ses vertus par de jeunes adolescents, faisant leur entrée chez les grands.
Ce que j'aime dans l'historique, c'est que les vraies histoires d'amour n'arrivent qu'à la toute fin, ou presque. Ici, il y a des règles à respecter, qui n'existent plus à notre époque. Les hommes voulant une femme comme épouse, doivent le mériter et prouver à qui veut le voir qu'ils seront aimants envers elles. Il faut aussi (pour la plupart) qu'ils aient de quoi subvenir à leurs besoins. Même si ce n'est pas l'intrigue principale du roman, j'ai aimé, une nouvelle fois, voyager dans cet univers qui est à mille lieues du nôtre actuellement, l'histoire n'en est que plus belle.
De secrets en vérités, nos deux jeunes découvriront un monde qu'ils ne pensaient pas aussi pourri. Même si Benoît fait de plus belles rencontres qu'Honorine, les deux-là étaient faits pour se rencontrer. L'auteur ne lésine pas sur les moyens pour montrer la rudesse d'un père envers son enfant, et d'un frère ayant les hormones en ébullition devant sa soeur. J'ai été outrée et choquée devant certaines scènes, rendant le roman d'autant plus réaliste à mes yeux. Me dire que ce qu'elle a vécu a très bien pu arriver en ces temps me débecte complètement. C'est donc un roman que je conseille, qui montre une belle histoire d'amour mais aussi l'ambition de deux jeunes voulant réussir dans leur vie future.
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zazimuth
  25 novembre 2013
Honorine est née dans une famille de fermiers pauvres dans la campagne d'une région lyonnaise. Futée, la fillette observe ce qui se passe autour d'elle et se fait le serment de devenir riche et de vivre comme les bourgeois. Elle pense d'abord gagner sa vie en faisant de la dentelle fine puis en en dessinant les cartes mais s'aperçoit rapidement qu'elle n'en a pas le talent. Elle décide alors de faire son propre apprentissage afin de monter sa fabrique et son commerce de dentelles de luxe.
Au fil des ans, on suit l'évolution de la fillette qui par son astuce, sa volonté, son sens pratique et ses qualités va gravir les étapes de son projet. Employée comme simple secrétaire dans la fabrique de Félix Dassandoux, Honorine va petit à petit se rendre indispensable et devenir le bras droit de cet homme paresseux. Elle découvre les magouilles et les profits des différents intervenants de la chaîne de ce commerce, du patron à la leveuse qui va payer les dentellières sur le terrain. Et elle va s'en servir pour faire pression sur les personnes au moment où elle en aura besoin.
En parallèle de son histoire, on suit celle de Benoît, garçon d'une famille un peu plus aisée, que les études n'intéressent pas mais qui est passionné de nature et excellent dessinateur.
J'ai trouvé que c'était un regard original sur cette période (1830-1840) et un beau portrait de femme ambitieuse.
Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
elematt44
  30 mai 2012
J'ai vraiment été emportée par la première moitié du roman, terroir comme j'aime beaucoup ! Puis, petit à petit l'histoire m'a lassée, je ne suis pas parvenue à comprendre "l'arrivisme" du personnage d'Honorine. Je déplore également quelques"erreurs"de la part de l'auteur : il nous explique que la mère de l'héroïne a perdu plusieurs bébés, ok mais au début du roman, elle est enceinte, a une fille Elodie âgée de 10 mois et ces deux personnages disparaissent ( vraisemblablement ) sans qu'on nous l'explique. Par ailleurs, les petits frères de l'héroïne sont suffisamment costauds et matures à 10 ans pour "tuer et saigner des animaux" mais pourtant quelques pages plus loin, leur soeur continue de les débarbouiller... un peu déroutant !
Commenter  J’apprécie          40
sorayabxl
  17 juin 2017
Honorine Feynerolles, petite paysanne au père ivrogne et sans le sou, témoigne dès son enfance d'une ambition hors du commun et décide de consacrer toute son énergie à réaliser son rêve : faire fortune en créant sa propre fabrique de dentelles. le roman se déroule principalement dans les années 1830 dans le région de Puy-en-Velay, un village situé à environ 150 km au sud de Lyon. L'auteur, Hubert de Maximy, un ancien producteur et réalisateur de télévision, est originaire de cette région rurale qu'il décrit de manière pittoresque.
On pourrait dire du "Destin d'Honorine" que c'est un peu la version féminine des romans d'apprentissage du XIXe siècle. le récit débute en 1831 alors qu'Honorine n'a qu'une dizaine d'années et s'achève en 1843. Sa détermination et son absence de scrupules en font un personnage fort, loin des clichés romantiques. Après une première initiation à la dentelle chez les soeurs, elle parvient à se faire embaucher comme assistante dans une fabrique de dentelles avant de devenir progressivement le bras droit du gérant. Avec Benoît Chalencon, fils d'artistocrates ruinés doué pour le dessin, elle forme un duo atypique et attachant. On suit avec un intéressant croissant les péripéties d'Honorine et de Benoît, à mesure que les personnages gagnent en maturité et en complexité.
Le style est globalement agréable même si, de temps en temps, le narrateur se fait trop présent et nous empêche de "sentir" les choses à travers les personnages. C'est notamment le cas lors qu'il analyse le caractère d'Honorine, avec des phrases qui, d'après moi, sont superflues, telles que :
"Elle en vint aussi, insensiblement, à amalgamer son aîné et la gent masculine. Les hommes devenaient des
prédateurs, voire des ennemis" ;
ou encore : "Honorine se sentait bien, presque folâtre. Une humeur rare chez cette calculatrice."
Ces quelques défauts mis à part, le roman offre un bon moment de lecture et donne envie de continue avec les deux tomes suivants de la trilogie : "Alice la flamboyante", et "Pierre, maître de dentelle".
Lien : https://histfict.blog/372
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sissou60sissou60   21 août 2012
Elle serait riche. Mais pour y arriver il lui fallait apprendre à lire, à écrire, à dessiner et une foule d'autres choses. Elle ressentait la nécessité impérieuse de tout savoir. Mais comment faire?
Commenter  J’apprécie          130
meknes56meknes56   03 septembre 2019
Il fallait la convaincre rapidement, ou abandonner. Sinon, gare aux taloches. Elles pleuvaient dru à la ferme du Haut-Plat, hameau d'Aubissoux. Les mioches, les bêtes et le ménage occupaient sans répit "la" Rose Feynerolles. Tout ergotage, vorace de temps, était dangereux.
- Je vais dessiner dessus, dit-elle très vite, ensuite je froisserai les pages. Elles seront prêtes pour allumer le feu.
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1746 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre