AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782376863908
430 pages
Éditeur : Editions ActuSF (22/10/2021)
4.78/5   9 notes
Résumé :
Vingt mois ont passé depuis l'arrivée de Yuri en Keltia et le couronnement de Louis-Philippe en France. La tension n'a cessé de monter entre les deux pays, malgré les tentatives des Ambassadeurs japonais et ottomans pour calmer les velléités belliqueuses du jeune Roi d'un côté et la punition commerciale des Keltiens de l'autre. Lorsque la situation dérape, Yuri réalise qu'elle est la seule à pouvoir, peut-être, éviter au monde de basculer dans la guerre. Reste à sav... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
oursinculte
  26 novembre 2021
Oui, chers lectrices et lecteurs, en deux tomes et un recueil bonus, je suis devenu dingue d'une oeuvre publiée sous un label Young Adult avec pour héroïne une jeune princesse qu'on veut pousser au mariage : La dernière geste de Morgan of Glencoe. Oui, moi, l'ours amateur de fantasy adulte épico-bourrino-bastonneuse. Est-ce que je suis malade ? Non. Est-ce que je me suis un peu trop auto-caricaturé moi-même en 8 ans de blog au point que personne ne comprend rien à ce que j'aime ? Peut-être. Et j'en suis fier. Toujours est-il que, quand Ordalie est arrivé j'me suis jeté dessus.
Yuri vit maintenant en Keltia et se la coule douce dans son nouveau rôle, plus de protocole relou, plus de mariage politique arrangé, plus de soumission. Mais à Paris, le nouveau roi de France est tout énervé, il en a gros, comme disent les sages. le jour où la situation dérape dans une altercation entre soldat français et une fourmi de la rame 5, l'équilibre diplomatique précaire entre la Triade et Keltia menace d'exploser. Les ambassadeurs et les traités commerciaux ne suffiront pas à calmer le jeu, Yuri réalise qu'elle est peut-être la plus apte à rétablir le dialogue entre les différentes puissances.
C'est toujours délicat de revenir vers une série « chorale » un an après avoir lu le tome précédent, il faut le temps de resituer tout le monde, de retrouver l'univers, de retomber sur ses grosses papattes. Bon, ici on a déjà le résumé des épisodes précédents, initiative toujours très bienvenue, merci. Puis Morgan of Glencoe y va progressivement, arrive à replacer les gens et le background avec brio, avant de démarrer vraiment son intrigue par un moment de tension extrême qui te scotche. Alors tu te remets un peu de la petite claque, et quand tu crois que ça se calme pour souffler un peu, tu te trompes. Ça se calme pas, Ordalie tient pendant plus de 400 pages sur une tension constante, une situation explosive aux multiples trames qui se croisent sans arrêt pour ne jamais nous lâcher.
Les personnages ont encore une fois une importance capitale dans l'univers de la dernière geste. Au coeur de cette crise diplomatique, ce sont eux qui vont sauter de drame en réussite, et entrainer l'adhésion du lecteur. L'évolution de Yuri qui avait pu paraitre abrupte dans le premier tome est ici très bien dosée, on voit tout le chemin qu'elle a parcouru et elle se dresse maintenant face à ses responsabilités et ses idéaux. Mais elle n'est qu'une des pièces de cet énorme puzzle que devient l'univers de la saga. C'est toute la richesse du casting qui lui donne sa nuance et sa force, le bondissant Pyro qui cherche sa place, la petite Roussette qui fonce dans le tas, Trente-chênes qui vole le show avec sa présence et son caractère, et tous les autres qui, ensemble, forment cette grande famille qu'on prend énormément de plaisir à retrouver à chaque fois.
Quel exploit d'arriver à écrire une histoire si rythmée et prenante, avec tant de points de vue et de fils scénaristiques qui se croisent. On saute d'un lieu à l'autre sans jamais perdre de vue l'enjeu central et comme chaque personnage est un régal à suivre on dévore le bouquin. L'univers est extrêmement solide dans son ensemble, tout est à sa place, l'équilibre politique et les évènements qui en découlent paraissent naturels et logiques. Evidemment ils amènent leur dose de sous-texte et de réflexions, juste assez pour donner de la profondeur et des thématiques à une aventure déjà très riche au premier degré.
Mais tout ce que j'ai raconté jusqu'ici ne suffit pas à rendre hommage à la qualité de ce bouquin, on va essayer comme ça. La dernière geste nous déroule une histoire fantastique, dans un univers travaillé, original et immersif, c'est dit. Mais surtout, l'autrice arrive à nous prendre au tripes dans une succession de moments, des scènes où ses personnages sont poussés par les circonstances à de petites actions qui, mises bout à bout, deviennent un exploit collégial. le souffle collectif de cette partition devient un élan épique qui réveille les émotions dans un effet boule de neige magique. On en arrive à être ému aux larmes sur une scène qui n'a l'air de rien (cette haie d'honneur), exaltés pour les petites victoires en chemin, révoltés à vouloir bouffer certains personnages tout en comprenant d'où ils viennent, et ce que ces circonstances ont de fatalité. La concrétisation de cette qualité de construction, de cette rigueur d'exécution, et de ce talent qu'a Morgan of Glencoe, c'est ce niveau supérieur que très peu d'auteurs et d'autrices atteignent jamais, c'est le coup de poing au coeur.
Les esprits chagrins à l'âme sombre diront que l'univers est un peu trop bisounours, que ça dégouline de bienveillance et que Keltia est vraiment trop « le pays des gentils ». Pourtant, c'est d'une part cette bienveillance et ces « bons sentiments » qui rendent l'oeuvre si spéciale à mes yeux, parce que j'adore ça quand c'est bien fait. Donnez-moi plus de héros honorables et bienveillants, pitié, j'en ai marre des univers sombres aux protagonistes « ambigus ». Mes plus gros coups de coeurs littéraires ont ça en commun : des héros et des héroïnes bons, des valeurs positives, dans un univers qui sombre et les défie. de plus, ici on commence aussi à voir quelques travers de Keltia, sa suffisance, son isolement détaché, où tout cela va les mener dans un conflit ? Jusqu'à quels travers le sentiment de supériorité morale peut nous amener quand on nous pousse ?
Voilà, j'ai rien à ajouter, si j'ai pas réussi à vous convaincre de tenter cette aventure, c'est peut-être simplement pas pour vous. Si vous n'avez pas encore commencé La dernière geste et que ma chronique vous a parlé, foncez lire Dans l'ombre de Paris. Si vous êtes déjà acquis à la cause, vous savez, nous sachons, clin d'oeil, clin d'oeil. J'ai hâte de lire les tomes 4 et 5 de cette pentalogie commencée au hasard, qui m'a pris par surprise au premier tome et m'embarque plus loin à chaque épisode. Merci Morgan.
Lien : https://ours-inculte.fr/orda..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JessieL
  23 octobre 2021
Suite à l'agression de l'Aeling Mistral par des soldats français, les relations diplomatiques entre Keltia et la France se sont nettement dégradées. En effet, entre les velléités du jeune roi Louis-Philippe II et les représailles commerciales des Keltiens, les ambassadeurs japonais et ottoman ont bien du mal à faire tampon. La guerre semble inéluctable. Pour Yuri, une seule solution s'impose à elle, à savoir, retourner à la cour de France afin de défendre au mieux les intérêts de Keltia, d'obtenir le soutien des autres membres de la Triade et peut-être de faire fléchir ce pompeux et bien présomptueux roi de France...
Avec Ordalie, Morgan of Glencoe signe un tome charnière qui marque un tournant dans ce cycle. Véritable point de bascule narratif, ce livre cristallise toutes les tensions faisant monter la pression crescendo. C'est le roman de tous les dangers autant pour les personnages dans leur histoire personnelle que pour les royaumes dans leur destin.
Ecrire une pentalogie est un challenge ambitieux qui nécessite à la fois de construire un univers fouillé et de dérouler une intrigue principale cohérente. C'est un travail au long cours qui doit tenir la distance tout en évitant les écueils des longueurs narratives pour garder son lectorat captif tout au long du récit.
Avec Ordalie, on a atteint la moitié du cycle de la Dernière Geste et on arrive donc à ce moment de lecture où l'on peut légitimement juger la valeur de ce texte. En effet, maintenant que l'on est parfaitement bien immergé dans les enjeux de l'intrigue et que l'on a fait connaissance avec tous les protagonistes, on peut s'abandonner pleinement à l'histoire et l'apprécier jusque dans les moindres détails.
Toute jeune plume qu'elle est, Morgan of Glencoe nous impressionne par la profondeur de son écrit, la pertinence de ses mots et son indéniable qualité de conteuse.
J'ai particulièrement apprécié ce troisième volet où elle explore avec beaucoup de justesse la psychologie de ses personnages, en les poussant dans leur retranchement, et en les plaçant face à leurs contradictions pour en faire sortir le meilleur comme le pire.
Dans Ordalie, on continue d'explorer les charmes de Keltia qui incarne une utopie prônant de belles valeurs d'égalité et de tolérance. Ici, l'autrice dessine les contours d'une société finalement très humaniste où il fait bon vivre mais qui vient se heurter au reste du monde, englué dans son conformisme étriqué. de cette intolérance et cette défiance naissent des situations de tension et de violence qui sont inévitables.
En confrontant des mentalités aux antipodes, Morgan of Glencoe se fait l'autrice d'un récit bouleversant qui déclenche mille émotions dans notre coeur de lecteur. Par le prisme de sa féerie, elle sensibilise sans ambages sur ces thématiques qui sont au coeur des fondements de nos sociétés. Ce qui rend la lecture de cette saga d'autant plus intéressante, surtout qu'elle est publiée dans une collection jeunesse qui invitera - j'en suis certaine - les jeunes lecteurs à se questionner sur leurs propres comportements.
La Dernière Geste est un très beau cycle de fantasy que l'on a clairement pas envie de lâcher.
Suspense, féerie et émotions sont les enjeux de ce cycle. On apprécie d'emblée cette jeune plume qui nous surprend par la grande qualité de ce premier texte très immersif et particulièrement captivant... suite sur Fantasy à la Carte.
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lilou08
  14 novembre 2021
Vraiment quel plaisir immense de replonger dans l'écriture de Morgan of Glencoe et de retrouver l'univers et les personnages de la « Dernière Geste ». Cette saga de modern fantasy est un réel bonheur à lire : bien écrit, original, de l'aventure et du suspense, mais aussi beaucoup d'humanité, de tendresse et de respect envers les différences. Les personnages sont pour la plupart attachants, sachant pour la plupart évoluer… Oui je dis pour la plupart, car comme dans toute bonne histoire, il faut bien des méchants, et ceux-ci sont vraiment méchants… mais ils ont tout de même leurs failles, leurs faiblesses qui peuvent en partie expliquer certains de leurs comportements, expliquer mais pas pardonner. Loin s'en faut. Je pense en particulier au roi de France, Louis-Philippe et son bras droit, Madame de Fontainebleau-d'Armentières, duchesse d'Alsace. Oui roi de France car dans le monde de la « Dernière Geste », la révolution française a raté et la Bastille est toujours là ainsi que la royauté. le récit démarre dans ce troisième chant vingt mois après la fin de « L'héritage du rail ». Yuri et les frères Saint-Elme, Pyro et Ashe, feux-follets orphelins après l'hécatombe des Egouts, habitent maintenant en Keltia, chez Lord Clifford Lynwood Redmark qu'ils appellent tous Uncle Cliff comme le fait Bran, la petite Selkie que l'on voit peu dans ce tome car en fin d'initiation avec Maître Taliesìn. Yuri, l'ancienne princesse japonaise Nekohaima Yuri, est devenue Sir Lily d'Enez Eusa (Yuri a pris le nom de sa mère keltienne Mona d'Enez Eusa) et gardienne du Redbook of Westmarch. Pyro quant à lui va à l'Université de Naoned. Ils sont tous heureux en Keltia, nation de sauvages pour les Français, mais nation qui entretient au contraire une belle douceur de vivre et de respect envers tous les êtres humains mais aussi tous les êtres féériques. Quand il est question d'envoyer un nouvel ambassadeur de Keltia à Paris, au coeur de la Triade, la situation est très tendue à Paris, en particulier à la Grand'Gare. En effet, le roi de France considérant toutes les fées comme des animaux, a donné ordre qu'on les marque toutes au fer sur une joue. Pour rappel, en Keltia et donc sur toutes les rames de train, les Keltiens vivent en harmonie avec les fées et les considèrent à égalité. Quand un officier français prend au piège et marque au fer rouge l'Aeling Mistral Alethia, ses deux fils sur le point de subir le même sort, son épouse Cers tire depuis le toit de rame cinq et tue le Français. Drame absolu qui mène à l'arrestation et l'embastillement de la Capitaine Trente Chênes qui dirige la rame cinq. le choix du nouvel ambassadeur de Keltia est donc très délicat. N'écoutant que son coeur et son amour pour son nouveau pays, Keltia, Sir Lily se propose comme ambassadrice. En effet, elle connaît bien la Cour de France et tous ses pièges, elle qui il y a encore deux ans était la fiancée du futur roi de France, et fille de l'ambassadeur du Japon. C'est très risqué pour elle car le désormais roi Louis-Philippe, son ex-fiancé, l'aime autant qu'il la hait. le dernier ambassadeur keltien, Sir Edward James Longway, le parrain de Yuri, a été tué par Louis-Philippe. le poste est vraiment dangereux et le futur ambassadeur devra tout tenter pour sauver les Fourmis de la rame cinq et éviter la guerre entre Keltia et la Triade (France, Japon et Sultanat). Sir Lily est finalement choisie comme ambassadrice de Keltia en France. Elle y retrouvera donc son ancien fiancé, son demi-frère Ryûzaki, maintenant à la tête du clan Nekohaima et nouvel ambassadeur du Japon à Paris et bien d'autres personnages de cette histoire haletante et addictive. Je ne vous en dirais pas plus. Beaucoup de rebondissements et une fin incroyable et glaçante vous attendent dans cette « Ordalie ». Il est évident qu'il faut absolument avoir lu les précédents tomes avant de déguster « Ordalie ». J'ai tellement hâte de lire la suite…. Gros coup de coeur !
Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Dup
  08 décembre 2021
Lorsque ce troisième opus démarre, la tension entre la France et Keltia est plus que tendue. Pour Louis-Philippe, outre la piètre opinion qu'il a de ces "sauvages", l'affront de savoir que s'y sont réfugiés Yuri, sa mère Gabrielle et son ancien ambassadeur du Japon Kenzo, fait bouillir son sang. Il poursuit son travail de sape à grand coup de décrets à l'encontre des keltiens.
Et ce qui devait arriver arriva, l'incident diplomatique de trop. L'aeling Mistral capturé et marqué au fer rouge dans l'enceinte de la Grand'Gare, l'officier responsable tué d'une balle entre les deux yeux par Cers, la femme de Mistral, perchée sur la rame 5. La France exige l'emprisonnement et l'exécution de Cers, la capitaine Trente-Chênes refuse et se livre à la place. Elle est menée tout droit à la Bastille. le rail se fige, toutes les rames à l'arrêt.
La guerre est donc à deux pas. Les deux autres membres de la Triade sont en quelque sorte le c** entre deux chaises, dépendant économiquement du rail, donc de Keltia. Or Keltia ne survivrait pas face à la supériorité numérique de la France. Il faut donc désamorcer le conflit... et je ne peux vous dire ni qui, ni comment puisque c'est tout l'objet de ce troisième tome. le titre en dit bien assez !
La suite sur le blog ;)
Lien : https://www.bookenstock.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yuyine
  02 décembre 2021
Ordalie est un immense coup de coeur, une lecture absolument inoubliable par l'intensité de son intrigue, la richesse de son univers, la diversité et le réalisme de ses nombreux personnages et la maîtrise indéniable de la construction narrative audacieuse de son autrice. C'est un troisième tome très abouti qui nous fait vivre un véritable ascenseur émotionnel, nous captive par sa tension qui monte crescendo et nous laisse le souffle coupé par son final. Si vous n'avez pas encore commencé à lire La dernière geste, qu'attendez-vous ?!
Critique complète sur yuyine.be!
Lien : https://yuyine.be/review/boo..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
YuyineYuyine   02 décembre 2021
On n'érige des murs que quand on a peur d'ériger des ponts. Et je n'aime pas l'idée que des Keltiens aient un jour vécu dans la peur. Même si je sais que c'est le cas.
- La peur qu'elle inspire fait partie de la grandeur d'une nation.
- Ou de son incapacité à vivre en paix.
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   13 novembre 2021
Non, elle ne baisserait plus les yeux devant personne, et certainement pas devant lui, lui qui l’avait crue conquise, acquise, soumise. Le souvenir de Sir Edward revint, vivace, dans son esprit. Ce dernier sourire, ces yeux gris qui avaient soutenu les yeux bleus qu’elle affrontait à présent…
« Je chante pour toi, ô Keltia !
Et tous les miens chantent avec moi… »
Elle en avait désormais la certitude : elle n’était pas seule. Son parrain était avec elle, et sa mère aussi, et Lord William. Ils lui avaient donné une arme, la plus redoutable des armes. Alors, sans détacher son regard de ces yeux bleus qu’elle détestait tant, elle étira les lèvres en un sourire qui n’avait rien de courtisan, rien qui siée à une dame. C’était le sourire qu’elle avait vu sur les photos de Mona d’Enez Eusa, sur les portraits de Sir Edward et de sa sœur, Sir Lindsey : un sourire bravache de guerrière, qui sait que sa victoire est proche.
« Ô Keltia, si je dois mourir,
Pour que tes enfants vivent heureux,
J’irai me battre et avec un sourire,
Je tomberai dans tes bras bleus. »
Face à elle, Louis-Philippe déglutit un peu trop fort, déstabilisé. Elle comprit qu’il l’avait reconnue, et la surprise de voir sur son visage, autrefois aussi fixe que celui d’une poupée, une expression aussi franche, aussi sûre, suffit à le déstabiliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08Lilou08   13 novembre 2021
Ryûzaki nota que le patrouilleur donnait à son garde du corps un mug portant l’inscription : « Je suis mignon… à l’intérieur » et figurant un petit chat portant un kigurumi de dragon. Il tiqua un peu plus en recevant celui dont le message était « Grognon du matin, pas câlin ». Shadow lui sauta sur les genoux et réclama des caresses, qui lui furent instantanément accordées. Arkhip et Tasha, les deux renards-garous, grimpèrent chacun sur une épaule d’Alcyone, dardant sur les invités leurs regards attentifs.
- Comment va Ren-san ? s’enquit Levana.
- Il dort. Il allait vraiment mal, aujourd’hui. Il dit que c’est à cause d’un truc important que fait le p’tit Orque, et que c’est pas bien grave.
- Mais tu es inquiet quand même, constata Ryûzaki.
- Tu l’serais aussi, si c’était ton frère.
- Je n’ai pas de frère.
- T’as une sœur. C’est pareil.
Ryûzaki roula des yeux. Un point pour l’Aeling.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08Lilou08   13 novembre 2021
- T’as tellement de chance d’avoir connu Sir Longway et de vivre avec Lord Redmark ! Elle a vécu dans cette maison, tu sais !
Pyro s’assombrit aussitôt.
- Je suis pas sûr que ce soit de la chance. Les Égouts, c’était mieux que Paris-la-Noire, dans le sens où on risquait pas de se faire trucider dans notre sommeil par n’importe qui, mais… T’as déjà eu faim, Danig ? Faim pour de vrai, j’veux dire, faim à t’empêcher de dormir, parce que tout le monde avait beau laisser les meilleures portions aux plus jeunes, y’avait même pas assez juste pour nous ? T’as déjà partagé tes chaussures avec huit autres personnes ? On t’a déjà réveillé en pleine nuit parce que la ventilation avait planté et que si t’as pas réparé le truc en cinq heures top chrono, tous ceux que tu aimes seront en asphyxie et devront être évacués vers nulle part ? T’as déjà flippé quand tes parents sortaient, parce que t’étais pas sûr de les voir revenir ? Et qu’un jour, ils sont pas revenus ? Si c’est ça que t’appelles de la chance, je te la file quand tu veux.
Elle avait écouté sa tirade sans l’interrompre, avec les grands yeux paniqués de quelqu’un qui réalise l’ampleur de sa bêtise.
- Non, je… Je suis désolée, Pyro. J’ai parlé sans réfléchir, et c’était blessant. Je te demande pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   13 novembre 2021
Malgré ses origines plutôt inattendues, l’ex-référent technique adjoint de la Communauté de l’Égout s’était adapté sans grand mal à la majorité des mœurs des Sept Royaumes, ou du moins des deux qu’il fréquentait : Breizh, où se trouvait son université et ses nouveaux amis, et Logres, où se trouvait, eh bien… sa maison et son petit frère. Les Keltiens étaient, à son avis, plus proches des mœurs féeriques que les Français, et bien plus tolérants, et puis maintenant qu’il voyait le ciel tous les jours, il ne s’en serait passé pour rien au monde. Souvent, le soir, il grimpait jusque sur le toit de l’université pour regarder les étoiles. Il aurait, bien sûr, pu se rendre sur la plate-forme d’astronomie et profiter des nombreux télescopes et lunettes à la disposition des élèves. Mais c’était sur un toit, en compagnie de Bran, qu’il avait vu les étoiles pour la première fois, et c’était sur les toits qu’il préférait les regarder.
- Hé, ma Luciole d’amour, le taquina Loardan alors qu’ils arrivaient à destination, reviens-moi : tu rêves…
Pyro sortit de ses songes et sursauta devant la foule qui se tenait devant lui : des milliers de personnes affluaient dans un vaste pré de plusieurs hectares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Morgan of Glencoe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Morgan of Glencoe
Avis sur Dans l'ombre de Paris à 13:33
autres livres classés : féerieVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2453 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..