Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Romain Gary (1703)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par ignatus-reilly, le 04/11/2012

    Les racines du ciel de Romain Gary

    Les hommes ont besoin d'amitié.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par stcyr04, le 23/10/2012

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Vague et lancinant, tyrannique et informulé, un rêve étrange s’était mis à bouger en moi, un rêve sans visage, sans contenu, sans contour, le premier frémissement de cette aspiration à quelque possession totale dont l’humanité a nourri aussi bien ses plus grand crimes que ses musées, ses poèmes et ses empires, et dont la source est peut-être dans nos gènes comme un souvenir et une nostalgie biologique que l’éphémère conserve de la coulée éternelle du temps et de la vie dont il s’est détaché. Ce fut ainsi que je fit connaissance avec l’absolu, dont je garderai sans doute jusqu'au bout, à l’âme, la morsure profonde, comme l’absence de quelqu’un. Je n’avais que neuf ans et je ne pouvais guère me douter que je venais de ressentir pour la première fois l’étreinte de ce que, plus de trente ans plus tard, je devais appeler “les racines du ciel”, dans le roman qui porte ce titre. L’absolu me signifiait soudain sa présence inaccessible et, déjà, à ma soif impérieuse, je ne savais qu’elle source offrir pour l’apaiser. Ce fut sans doute ce jour là que je suis né en tant qu’artiste; par ce suprême échec que l’art est toujours, l’homme, éternel tricheur de lui-même, essaye de faire passer pour une réponse ce qui est condamné à demeurer comme une tragique interpellation.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par KATE92, le 09/10/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Il y avait chez nous pas mal de mères qui venaient une ou deux fois par semaine mais c'était toujours pour les autres. Nous étions presque tous des enfants de putes chez madame Rosa, et quand elles partaient plusieurs mois en province pour se défendre là-bas, elles venaient voir leurs mômes avant et après. C'est comme ça que j'ai commencé à avoir des ennuis avec ma mère. Il me semblait que tout le monde en avait une sauf moi. J'ai commencé à avoir des crampes d'estomac et des convulsions pour la faire venir.[...] J'ai même chié partout dans l'appartement pour plus de remarque. Rien. Ma mère n'est pas venue et Madame Rosa m'a traité de cul d'Arabe pour la première fois, car elle n'était pas française. Je lui hurlais que je voulais voir ma mère et pendant des semaines j'ai continué à chier partout pour me venger. Madame Rosa a fini par me dire que si je continuais c'était l'Assistance publique et là j'ai eu peur, parce que l'assistance publique c'est la première chose qu'on apprend aux enfants. J'ai continué à chier partout pour le principe mais ce n'était pas une vie. On était alors sept enfants de putes en pension chez Madame Rosa et ils se sont tous mis à chier à qui mieux mieux car il n'y a rien de plus conformiste que les mômes et il y avait tant de caca partout que je passais inaperçu là-dedans.
    Madame Rosa était déjà vieille et fatiguée même sans ça et elle le prenait très mal parce qu'elle avait déjà été persécutée comme Juive. Elle grimpait ses six étages plusieurs fois par jour avec ses quatre-vingt-quinze kilos et ses deux pauvres jambes et quand elle entrait et qu'elle sentait le caca, elle se laissait tomber avec ses paquets dans son fauteuil et elle se mettait à pleurer car il faut la comprendre. Les français sont cinquante millions d'habitants et elle disait que s'ils avaient tous fait comme nous même les Allemands n'auraient pas résisté, ils auraient foutu le camp. Madame Rosa avait bien connu l'Allemagne pendant la guerre mais elle en était revenue. Elle entrait, elle sentait le caca, et elle se mettait à gueuler: "c'est Auschwitz ! C'est Auschwitz!", car elle avait été déportée à Auschwitz pour les Juifs. Mais elle était toujours très correcte sur le plan raciste. Par exemple il y avait chez nous un petit Moïse qu'elle traitait de sale bicot mais jamais moi. Je ne me rendais pas compte à l'époque que malgré son poids elle avait de la délicatesse.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par KATE92, le 09/10/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Philippe-rodolphe, le 09/08/2012

    Les racines du ciel de Romain Gary

    Il la suivit jusqu'au bar. Elle donna des ordres aux boys qui s'affairèrent autour de de Vries. Puis ils demeurèrent un moment sans se parler. Appuyée contre le mur, les bras croisés, elle le regardait gravement. Il baissait la tête, tournant et retournant son verre sur le comptoir. Elle attendait, tranquille, avec une assurance extraordinaire, et il lutta un moment contre cet appel muet. […]
    Il sourit et se mit à lui parler doucement, gentiment, un peu comme on parle aux enfants. Il ne lui dit ni qui il était, ni d'où il venait, mais lui parla des éléphants, comme si c'était la seule chose qui comptait. C'était par dizaines de milliers, dit-il, que les éléphants étaient abattus chaque année en Afrique – trente mille, l'année dernière – et il était décidé à tout faire pour empêcher ces crimes de continuer. Voilà pourquoi il était venu au Tchad : il avait entrepris une campagne pour la défense des éléphants. Tous ceux qui ont vu ces bêtes magnifiques en marche à travers les derniers grands espaces libres du monde savent qu'il y a là une dimension de vie à sauver. La conférence pour la protection de la faune africaine allait se réunir bientôt au Congo et il était prêt à remuer ciel et terre pour obtenir les mesures nécessaires. Il savait bien que les troupeaux n'étaient pas menacés uniquement par les chasseurs – il y avait aussi le déboisement, la multiplication des terres cultivées, le progrès, quoi ! Mais la chasse était évidemment ce qu'il y avait de plus ignoble et c'était par là qu'il fallait commencer. Savait-elle par exemple qu'un éléphant tombé dans un piège agonisait souvent, empalé sur des pieux, pendant des jours et des jours ? Que la chasse au feu était encore pratiquée par les indigènes sur une large échelle et qu'il lui était arrivé de tomber sur les carcasses de six éléphanteaux victimes d'un feu auquel les bêtes adultes avaient pu échapper grâce à leur taille et à leur rapidité ? Et savait-elle que des troupeaux entiers d'éléphants s'échappaient quelquefois de la savane enflammée brûlés jusqu'au ventre et qu'ils souffraient pendant des semaines ? - il avait entendu pendant des nuits entières les cris de ces bêtes blessées. Savait-elle que la contrebande de l'ivoire était pratiquée sur une grande échelle par les marchands arabes et asiatiques qui poussaient les tribus au braconnage ? Des milliers de tonnes d'ivoire vendues chaque année à Hong-Kong… Trente mille éléphants par an – pouvait-on réfléchir un instant à ce que cela représente sans avoir envie de saisir un fusil pour se mettre du côté des survivants ? Savait-elle qu'un homme comme Haas, fournisseur choyé de la plupart des grands zoos, voyait crever sous ses yeux au moins la moitié des éléphanteaux qu'il capturait ? Les indigènes, eux, au moins avaient des excuses : il n'y avait pas assez de protéines dans leur régime alimentaire. Ils abattaient les éléphants pour les manger. C'était, pour eux, de la viande. La préservation des éléphants exigeait donc, en premier lieu, l'élévation du niveau de vie en Afrique, condition préalable de toute campagne sérieuse pour la protection de la nature. Mais les blancs ? La chasse « sportive » - pour la « beauté » du coup de fusil ?

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par gean25, le 19/07/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    c'est madame Nadine qui m'a montré comment on peut faire reculer le monde et je suis très intéressé et le souhaite de tout coeur. Le docteur Ramon est même allé chercher mon parapluie Arthur, je me faisais du mauvais sang car personne n'en voudrait à cause de sa valeur sentimentale, il faut aimer.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par gean25, le 19/07/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Madame Rosa a commencé à s'affoler car la dernière chose qu'il nous fallait c'était la police, qui ne finit jamais quand elle commence.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par peacenour, le 09/07/2012

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Nous étions en assez bons termes, lui et moi, peut-être justement parce que nous n'avions rien de commun, et que tout ce qui nous séparait établissait entre nous une sorte de lien, par contraste.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par ChicagoJulie, le 16/05/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Ils avaient peur, tous les deux, car ce n`est pas vrai que la nature fait bien les choses. La nature, elle fait n`importe quoi à n`importe qui et elle ne sait même pas ce qu`elle fait, quelquefois ce sont des fleurs et des oiseaux et quelquefois, c`est une vieille Juive au sixième étage qui ne peut plus descendre. Ce Monsieur Charmette me faisait pitié, car on voyait bien que pour lui aussi c`était rien et personne, malgré sa sécurité sociale. Moi je trouve que ce sont surtout les articles de premières nécessité qui manquent.
    C`est pas la faute des vieux s`ils sont toujours attaqués à la fin et je suis pas tellement chaud pour les lois de la nature.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par lehane-fan, le 15/03/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    (...) Madame Rosa voyait que les gens devenaient de plus en plus gentils avec elle et ce n'est jamais bon signe .

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par lehane-fan, le 15/03/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Je n'avais pas le moral et les bonnes choses sont encore mieux quand on a pas le moral . J'ai souvent remarqué ça . Quand on a envie de crever , le chocolat a encore meilleur gout que d'habitude .

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par lehane-fan, le 14/03/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    - Lorsqu'on s'occupe des enfants , il faut beaucoup d'anxiété , docteur , sans ça ils deviennent des voyous .

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Trissotin, le 01/02/2012

    Gros-Câlin de Romain Gary

    En général, les aveugles sont très gentils et aimables, à cause de tout ce qu’ils n’ont pas vu dans la vie.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 02/01/2012

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Mais je tiens pas tellement à être heureux, je préfère encore la vie. Le bonheur, c’est une belle ordure et une peau de vache et il faudrait lui apprendre à vivre. On est pas du même bord, lui et moi…

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 20/12/2011

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Je crois que c'est les injustes qui dorment le mieux, parce qu'ils s'en foutent, alors que les justes ne peuvent pas fermer l'oeil et se font du mauvais sang pour tout.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par chatsyl, le 30/11/2011

    La Vie devant soi de Romain Gary

    "Ils avaient peur, tous les deux, car ce n'est pas vrai que la nature fait bien les choses. La nature, elle fait n'importe quoi à n'importe qui et elle ne sait même pas ce qu'elle fait, quelquefois ce sont des fleurs et des oiseaux et quelquefois, c'est une vieille Juive au sixième étage qui ne peut plus descendre. Ce monsieur Charmette me faisait pitié, car on voyait bien que pour lui aussi c'était rien et personne, malgré sa sécurité sociale".

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par eric, le 08/10/2011

    Chien blanc de Romain Gary

    le destin : cette bataille perdue qu'il ne nous est même pas permis de livrer.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Persepolis, le 06/10/2011

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Monsieur Hamil a de beaux yeux qui font du bien autour de lui.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par litolff, le 21/09/2011

    Les cerfs-volants de Romain Gary

    - Je ne vous poserai qu'une question et je vous demande de me répondre par un seul mot. Qu'est-ce qui caractérise la grâce ?
    Je pensai à la petite Polonaise, à son cou, à ses bras, au vol de sa chevelure, et je répondis sans hésiter :
    - Le mouvement.
    J'eus un dix-neuf. Je dois mon bac à l'amour

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par messagerLu, le 19/05/2011

    Les cerfs-volants de Romain Gary

    Rien ne vaut la peine d'être vécu qui n'est pas d'abord une œuvre d'imagination, ou alors la mer ne serait plus que de l'eau salée...

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation





Faire découvrir Romain Gary par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz