Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Romain Gary (1660)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Sarahcarabin, le 30/10/2009

    Les racines du ciel de Romain Gary

    C'était un gars qui avait confiance en nous, d'une manière totale et inébranlable, et c'était quelque chose d'aussi élémentaire, d'aussi irraisonné que la mer, ou le vent - quelque chose, ma foi, qui finissait par ressembler comme deux gouttes d'eau à la force même de la vérité. Je dus vraiment faire un effort pour me défendre - pour ne pas succomber sous cette étonnante naïveté. Il croyait vraiment que les gens avaient encore assez de générosité, par les temps que nous vivons, pour s'occuper non seulement d'eux-mêmes, mais encore des éléphants. Qu'il y avait dans leur coeur encore assez de place. C'était à pleurer. Je restais là, muet, à le regarder, à l'admirer, devrais-je plutôt dire, avec son air sombre, obstiné, et sa serviette bourrée de toutes les pétitions, de tous les manifestes que vous povuez imaginer. Désopilant, si vous voulez, mais aussi désarmant, parce qu'on le sentait tout pénétré de ces belles choses que l'homme s'est racontées sur lui-même dans ses moments d'inspiration. Et, de plus, têtu, - avec une révoltante application de maître d'école qui s'est mis en tête de faire faire ses devoirs à l'humanité, et qui n'hésiterait pas à la punir, si elle se conduisait mal. Vous voyez que c'était un malade dangereusement contagieux.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Malachi, le 29/06/2009

    Les racines du ciel de Romain Gary

    Il fut réveillé une troisième fois par une présence féminine à ses côtés et se dressa d’un bons, le cœur affolé : mais ce n’était que la nuit africaine, avec son allure de femme voilée

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Nanne, le 30/04/2009

    Education européenne de Romain Gary

    Rien d'important ne meurt ... sauf les hommes et les papillons.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par vanillabricot, le 03/08/2008

    La Vie devant soi de Romain Gary

    Monsieur Hamil s'est mis à me parler de Nice, qui est mon récit préféré. Quand il aprle de clowns qui dansent dans les rues, et des géants joyeux qui sont assis sur les chars, je me sens chez moi. J'aime aussi les forêts de mimosas qu'ils ont là-bas et les palmiers et il y a des oiseaux tout blancs qui battent des ailes comme pour aplaudir tellement ils sont heureux. Un jour, j'avais décidé Moïse et un autre mec qui s'appelait autrement de partir à Nice à pied et de vivre là-bas dans la forêt de mimoses du produit de nos chasses. Nous sommes partis un matin et nous sommes allés jusqu'à la place Pigalle mais là on a eu peur parcequ'on était loin de chez nous et on est revenu. Madame Rosa a cru devenir folle mais elle sit toujours ça pour s'exprimer.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Puszi, le 22/03/2015

    La Vie devant soi de Romain Gary

    p.79 "Madame Rosa allait bientôt être atteinte par la limite d'âge et elle le savait elle-même. L'escalier avec ses six étages était devenu pour elle l'ennemi public numéro un. Un jour, il allait la tuer, elle en était sûre."

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par Unity, le 15/03/2015

    Les enchanteurs de Romain Gary

    Je n’avais que douze ans et demi, l’âge auquel on est parfois marqué à jamais par une émotion profondément ressentie. Je ne sais ce qu’en pensent aujourd’hui les nouveaux psychologues, mais je suis convaincu qu’à partir de cet instant, mon existence devint une inlassable poursuite de ce que je ne pouvais jamais saisir. Rien ne pouvait plus tenir une promesse que seul ce moment était capable à la fois de donner et d’accomplir. Après cela, il n’y eu que des pauvretés. Depuis, je n’ai cessé de chercher, de femme en femme, de boudoir en bouge, d’étreinte en étreinte, ce que m’avait promis le premier baiser de Teresina et que lui seul eût pu tenir. A partir de là, tout ne fut plus que plaisir. Qu’on n’aille point chercher là quelque romantisme d’un autre âge, quelque factice exaltation d’un écrivain qui fouette son imagination comme un vieux cheval fatigué. L’explication est simple. En un instant, au contact de ces lèvres, l’enfant était devenu un homme et ne pouvait donc plus jamais retrouver ce qu’il avait connu, pressenti, attendu, parce qu’il ne pouvait plus redevenir enfant.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par OlivierH77, le 25/02/2015

    Clair de femme de Romain Gary

    La frigidité, c'est lorsque la morale et la psychologie couchent ensemble.

    Commenter     J’apprécie          2 5         Page de la citation


  • Par acm01, le 19/02/2015

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    La psychanalyse prend aujourd'hui, comme toutes nos idées, une forme aberrante totalitaire ; elle cherche à nous enfermer dans le carcan de ses propres perversions.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par CatchMe, le 17/02/2015

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    "Certes, il m'est arrivé de tuer des hommes, pour obéir à la convention unanime et sacré du moment, mais ce fut toujours sans entrain, sans une véritable inspiration. Aucune cause ne me paraît assez juste, et le cœur n'y est pas. Lorsqu'il s'agit de tuer mes semblables, je ne suis pas assez poète. Je ne sais pas y mettre la sauce, je ne sais pas entamer un hymne de haine sacrée et je tue sans panache, bêtement, puisqu'il le faut absolument."

    Mon avis sur ce passage :
    Si ça, ce n'est pas de l'humour noir, du grand cynisme ou/et de la provocation pure et simple, alors qu'est-ce que c'est ?

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par Bruno_Cm, le 02/01/2015

    Pour Sganarelle de Romain Gary

    La faim cherche la quantité, son assouvissement mène à la qualité : c'est un fait historique. Le sort de la qualité culturelle n'est pas entre les mains des Pop' de toutes espèces, de cette "culture de troupeaux de cochons", il est dans la suppression de la misère.

    Commenter     J’apprécie          3 5         Page de la citation


  • Par Austral, le 19/12/2014

    La nuit sera calme de Romain Gary

    J'ai vu un de mes amis collé à Tahiti avec un vrai taudis sur pied, délabrée au possible, et c'est tout juste s'il ne m'expliquait pas que si la bonne femme n'avait plus de dents, c'est parce qu'elle n'en avait pas encore.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par NMTB, le 18/12/2014

    Les cerfs-volants de Romain Gary

    - Bon, je me tais. Je suis le dernier homme à te donner des conseils. Je n’ai jamais aimé qu’une femme dans ma vie et comme ça n’a pas marché…
    - Pourquoi ça n’a pas marché ? Elle ne vous aimait pas ?
    - Ca n’a pas marché parce que je ne l’ai jamais rencontrée. Je l’avais bien en tête, je la voyais tous les jours dans ma tête pendant trente ans, mais ça ne s’est pas trouvé. On ne s’est pas rencontrés. L’imagination vous joue parfois de vrais tours de cochon. C’est vrai pour les femmes, pour les idées et pour les pays. Tu aimes une idée, elle te semble la plus belle de toutes, et puis quand elle se matérialise, elle ne se ressemble plus du tout ou même devient carrément de la merde. Ou encore, tu aimes tellement ton pays qu’à la fin tu ne peux plus le souffrir, parce que ce n’est jamais le bon.
    Il rigola.
    - Et alors, on fait de sa vie, de ses idées et de ses rêves… des cerfs-volants.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par Sarindar, le 10/12/2014

    La nuit sera calme de Romain Gary

    En ce moment même, on assiste, au nom de l'unité européenne, à la plus basse, la plus acharnée et la plus bête compétition commerciale. Les siècles passés pratiquaient l'injustice au nom des vérités fausses "de droit divin", mais auxquelles on croyait fermement. Aujourd'hui, c'est le règne des mensonges les plus éhontés, le détournement constant de l'espoir, le mépris le plus complet de la vérité.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par sevm57, le 18/11/2014

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Quelque chose de son courage était passé en moi et y est resté pour toujours. Aujourd'hui encore sa volonté et son courage continuent à m'habiter et me rendent la vie bien difficile, me défendant de désespérer.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par noor, le 30/10/2014

    Gros-Câlin de Romain Gary

    Je sais qu'il existe aussi des amours réciproques, mais je ne prétends pas au luxe.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par lanard, le 29/10/2014

    Vie et mort d'Emile Ajar de Romain Gary

    J'écris ces lignes à un moment où le monde, tel qu'il tourne en ce dernier quart de siècle, pose à un écrivain, avec de plus en plus d'évidence, une question mortelle pour toutes les formes d'expression artistique: celle de la futilité. De ce que la littérature se crut et se voulut être pendant si longtemps - une contribution à l'épanouissement de l'homme et à son progrès - il ne reste même plus l'illusion lyrique. J'ai donc pleinement conscience que ces pages paraîtront sans doute dérisoires au moment de leur publication, car, que je le veuille où non, puisque je m'explique ici devant la postérité, je présume forcément que celle-ci accordera encore quelque importance à mes œuvres et, parmi celles-ci, aux quatre romans que j'ai écrits sous le pseudonyme d’Émile Ajar.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par claireo, le 14/10/2014

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Je juge les régimes politiques à la quantité de nourriture qu'ils donnent à chacun, et lorsqu'ils y attachent un fil quelconque, lorsqu'ils y mettent des conditions, je les vomis : les hommes ont le droits de manger sans conditions.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par noor, le 11/10/2014

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Je devais un jour opter pour la littérature, qui me paraissait le dernier refuge, sur cette terre, de tous ceux qui ne savent pas où se fourrer.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par noor, le 11/10/2014

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Curieux comme l'enfant peut survivre dans l'adulte.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par noor, le 11/10/2014

    La Promesse de l'aube de Romain Gary

    Je suis convaincu que les frustrations éprouvées dans l’enfance laissent une marque profonde et indélébile et ne peuvent plus jamais être compensées; à quarante-quatre ans, chaque fois que je plonge mes dents dans une pastèque, j’éprouve un sentiment de revanche et de triomphe extrêmement satisfaisant, et mes yeux semblent toujours chercher, par-dessus la tranche ouverte et parfumée, le visage de mon petit camarade pour lui signifier que nous sommes enfin quittes, et que moi aussi, je suis parvenu à quelque chose dans la vie. J’ai beau, cependant, me gaver de mon fruit préféré, il serait vain de nier que je sentirai toujours la morsure de regret dans mon cœur et que toutes les pastèques du monde ne me feront pas oublier celles que je n’ai pas mangées à huit ans, lorsque j’en avais le plus envie, et que la pastèque absolue continuera à me narguer jusqu’à la fin de mes jours, toujours présente, pressentie, et toujours hors de portée.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation





Faire découvrir Romain Gary par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz