Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253177407
Éditeur : Le Livre de Poche (2013)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.54/5 (sur 67 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
De ses amours avec César et Marc Antoine, Cléopâtre eut quatre enfants. Seule Séléné survécut au destin tragique de la reine d’Egypte. Âgée de dix ans lors de la prise d’Alexandrie, elle n'oublia jamais l'anéantissement de sa famille, de son royaume, de sa dynastie, de ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Cath36, le 12 novembre 2012

    Cath36
    Françoise Chandernagor, dont j'adore les livres, a toujours l'art de la formule qui frappe, de l'image qui transperce et la manière de savoir en dire beaucoup en peu de mots, quel que soit le sujet qu'elle aborde. Ce livre sur la fille méconnue de Cléopâtre en est un nouvel exemple : bien documenté, beau, profond dans son humanité rendue, il nous décrit l'échec et la déchéance d'un Marc-Antoine généreux et sensible face à un Octave dominateur et impitoyable ainsi que ses relations avec Clopâtre dans leurs derniers instants. Pouvoir, intérêts, sentiments, forces et faiblesses, Chandernagor mêle tout cela en un roman d'où ressort la personnalité d'une petite fille au destin à la fois tragique et oublié, comme l'est bien souvent celui des vaincus. On voit d'ailleurs peu à peu se cumuler les circonstances qui feront d'Antoine un perdant, à la manière de ces héros victimes à la fois de la fatalité et d'eux-mêmes. Face à la loi du plus fort, que peuvent un couple et ses enfants ? Périr ou disparaître. Françoise Chandernagor excelle a lier les causes humaines aux circonstances historiques ; le résultat en est un récit vivant, concret, qui est à la fois une prise de recul par rapport aux événements et une manière de les vivre comme si nous y étions. J'ai hâte de lire la suite de cette histoire sombre mais passionante qui nous fait mieux connaître l'histoire de l'Egypte à travers sa civilisation, sa famille royale et ses rapports avec une Rome "mondialisatrice" avant l'heure....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par agenet, le 19 février 2014

    agenet
    Voici un livre auquel je n'ai pas du tout accroché. J'aime pourtant autant les biographies et les livres d'Histoire que les romans historiques, mais j'ai pourtant abandonnée celui-ci avant la moitié. Il ne manque certes pas d'érudition, mais le style ne m'a pas du tout captivée. Déjà, il est écrit au présent, avec un narrateur à la fois omniscient et pourtant relativement détaché des personnages. C'est un choix narratif particulier. le présent peut permettre une immersion plus rapide ou, au contraire, laisser au bord du chemin.
    De plus, j'ai eu l'impression que ce livre hésitait toujours entre documentaire historique et fiction, sans se décider vraiment pour l'un ou pour l'autre. Il relève trop du premier pour que je m'abandonne à l'intrigue et aux personnages, mais trop de la seconde pour que je l'apprécie par pure curiosité intellectuelle. Je ne sais pas ce que l'auteur cherche à nous dire: nous distraire ou nous faire un cours d'histoire?
    Peut-être passé-je à côté de quelque chose, car ce livre semble assez unanimement apprécié, quoi qu'il en soit, je préfère retourner à d'autres auteurs, aussi érudits en matière historique mais choisissant un mode plus clairement romanesque, ou au contraire vers des livres d'histoire à proprement parler
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Madamedub, le 27 août 2011

    Madamedub
    Parmi la grande foule des romans dits historiques, il est certains auteurs que l'on a plaisir à retrouver, et dont on attend avec impatience le prochain voyage dans le temps.
    Françoise Chandernagor, a priori, est de ceux-là. Avec elle on s'attend à être entraîné dans une époque, à s'imprégner des décors, des évènements et des personnages que l'on croit connaître mais qu'on ne demande qu'à redécouvrir. N'avez-vous pas eu l'impression de faire partie de la splendeur et des intrigues du grand Versailles en lisant L'Allée du Roi, avec sa précision historique, son vocabulaire d'époque, ses descriptions ?
    Pari réussi pour cette plongée dans l'Alexandrie de la fin du Ier siècle avant Jésus Christ, époque charnière s'il en est, où la face du monde (occidental) est bouleversée par l'apogée de Rome, en passe de devenir un empire.
    Pari difficile surtout, après tant de récits, d'adaptations cinématographiques comme livresques, de présumer à nouveau de la personnalité de figures mythiques telles que Cléopâtre ou Marc Antoine. L'auteur fait le choix de l'intime, de la petite histoire mêlée à la grande, pour essayer de nous décrire aussi vraisemblablement que possible la « vie de famille » de cette tribu atypique.
    Marc et Cléopâtre étaient-ils un vrai couple, ou seul le calcul politique les unissait-ils ? Qui était vraiment Césarion, fils de la reine et du grand Jules, enfant pharaon écrasé trop tôt sous le poids des responsabilités, impuissant face à la perte des siens ? L'extrapolation est peut-être plus facile pour ses cadets, dont on ne sait pratiquement rien hors des sources officielles, et même là …
    Cléopâtre-Séléné, Alexandre-Hélios et le petit Ptolémée-Philadelphe pour les enfants du couple dirigeant, entourés d'Antyllus, fils de Marc Antoine et d'une de ses précédentes épouses, et d'Iotapa, petite fiancée mède d'Alexandre, sont les vrais héros du récit. Séléné surtout, car c'est à travers ses yeux que l'on suit le cours des choses, et parce que c'est elle que l'on retrouvera à Rome dans le tome suivant.
    Ces enfants sont les témoins innocents des ravages de la guerre politique et fratricide qui se joue entre Antoine et Octave, pourtant anciens alliés. Les enjeux de ce conflit, pour le pouvoir sur l'empire en gestation, et pour la succession de César, sont le décor et le moteur de l'histoire.
    Romancé mais jamais délirant, Chandernagor nous fait grâce d'un scénario hollywoodien et nous épargne les clichés habituels sur les sulfureux amants. Mais elle nous démontre que c'est dès ce moment, et grâce à la propagande redoutable d'Octave, futur Auguste, que cette image leur colle encore à la peau 2000 ans plus tard !
    Dommage cependant, qu'en cherchant à expliquer ses choix narratifs par un exposé des faits et des sources de son travail, il semble qu'elle cherche à se justifier. Tout comme par de petites incursions du narrateur / auteur au cœur même du récit, elle a presque l'air de s'excuser. S'excuser de faire parler ses personnages comme des humains, parfois crûment, parfois simplement ; s'excuser de devoir imaginer les parties du récit que l'Histoire a gardé pour elle, ou d'attribuer à ses héros les pensées qui peuvent expliquer leurs actes.
    Elle a pourtant fait un travail d'historien, un travail de fourmi dont on ne peut que reconnaître la valeur, et on ne saurait lui reprocher les suppositions nécessaires à la conduite logique de son récit.
    Le propre d'un grand roman historique, c'est de savoir créer le suspens dans un récit dont tout le monde connaît déjà la fin !
    C'est ce que fait ici Françoise Chandernagor, académicienne Goncourt pour le titre officiel, et sans aucun doute référence du récit historique. L'ampleur de ce morceau d'Histoire méritait une vraie fresque, et elle lui donne toute sa mesure en préparant les deux suites de cette trilogie méditerranéenne, à suivre…
    S.L.

    Lien : http://madamedub.com/WordPresse3/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par dancingbrave, le 01 mars 2014

    dancingbrave
    Roman de l'amour entre Cléopâtre et Marc Antoine. Amour né politiquement qui a grandit jusqu'à devenir immense, face à l'adversité.
    Roman historique au style très littéraire, à la documentation fouillée et réfléchie.
    S'appuyant sur des certitudes historiques, Françoise Chandernagor nous conte l'enfance de Cléopâtre Séléné fille de la reine Cléopâtre et de l'imperator Marc Antoine
    L'auteur traite son sujet avec toute son habituelle érudition ; chaque scène, chaque personnage, chaque parole sont fouillés et avérés.
    L'ordonnancement chronologique est parfois, de son propre aveu, malmené mais tous les évènements importants sont réels.
    Nous pénétrons de façon très réaliste dans la vie de la famille royale et sommes véritablement imprégnés des mœurs antiques avec tout ce qu'elles ont de troublant voire de gênant à notre époque.
    Ainsi,la vie, tout au moins dans ce milieu, n'avait vraiment pas la même valeur que celle que nous lui accordons de nos jours ; les exécutions et les suicides étaient monnaie courante. de même la vie sexuelle était, elle aussi, toute autre ; complètement débridée mais respectueuse, curieux oxymore.
    Le langage des ses personnages est très réaliste, nettoyé, de tout le maniérisme et de la pudibonderie adoptés jusqu'à présent, ce qui en fait un roman très présent, très frais. Les enfants s'expriment comme des enfants, les militaires comme des militaires.
    Dans ce roman on parle « en chair humaine, chair impure, remuante, malodorante, certes, mais jeune éternellement ». La langue est parfois crue mais c'est celle d'Horace, de Juvénal, de Pétrone ; celle sans doute parlée par Marc-Antoine il y a près de 2000 ans.
    Françoise Chandernagor s'est voulue véritable traductrice des textes antiques.
    Si parfois quelques longueurs m'ont un peu fâché, l'emballage stylistique du roman est si plaisant que mon ressenti final est très agréable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 13 juin 2011

    brigittelascombe
    Le phare d'Alexandrie est la dernière des sept merveilles du monde, la bibliothèque d'Alexandrie fut la plus célèbre de l'antiquité, dans cette "Très brillante" les palais et les temples rivalisaient de blancheur, marbre et albatre scintillaient et se miraient dans les turquoises de l'eau. Voici le décor choisi par Françoise Chandernagor pour le premier tome de sa saga "Les enfants d'Alexandrie"
    J'ai lu, il y a fort longtemps les mémoires imaginaires de Madame de Maintenon dans "L'Allée du Roi", ici nous remontons le temps, aux côtés de l'historienne, avant Jésus Christ, à l'époque d'Antoine et de Cléopatre, un couple mythique et passionné à la sensualité exacerbée, lui l'hélléniste, l'intellectuel, mais elle le fin stratège au sens de la politique aiguisé qui le pousse et le guide durant treize ans.
    Quatre enfants les entourent Césarion, le fils que Cléopatre a eu avec César, des jumeaux Séléné, lunaire et Hélios solaire et le petit Ptolémé.
    On va découvrir le monde à travers de Séléné-Cléopatre, petite fille triste qui a dix ans lorsque les romains détruiront toute la dynastie des Ptolémée, que sa mère se suicidera et que seule rescapée de la tuerie, elle partira à Rome enchainée. Les deux prochains tomes raconteront sa vie.
    Françoise Chandernagor nous livre également la façon intuitive dont elle a écrit ce roman parti d'un cauchemar où elle voyait justement cette petite Séléné enchainée,déambuler dans les rues de Rome et le besoin impérieux de divulguer au public l' histoire d'une oubliée de l'histoire.
    Un beau livre, de l'amour,des combats,des conquêtes,des défaites, de l'histoire. Passionnant!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


Critiques presse (4)


  • Telerama , le 22 juin 2011
    L'apprentissage tragique de Séléné vaut néanmoins mieux qu'un détour : une lecture, qu'on promet plus qu'attrayante.
    Lire la critique sur le site : Telerama
  • Lexpress , le 15 juin 2011
    Françoise Chandernagor redonne vie avec brio aux grandes personnalités comme aux humbles figures du passé.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • Lexpress , le 14 juin 2011
    Elle nous invite aussi à un voyage captivant, digne des romans d'aventure de London ou de Conrad, sur les traces de héros qui préfèrent mourir plutôt que de perdre toute forme d'engagement ou d'idéal.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • LeSoir , le 14 juin 2011
    [Françoise Chandernagor] se penche sur des enfants largement éclipsés par l’Histoire, alors qu’ils étaient le fruit d’un couple légendaire s’il en est : celui, passionnel, formé par Antoine et Cléopâtre, rien de moins.
    Lire la critique sur le site : LeSoir

> voir toutes (19)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cath36, le 12 novembre 2012

    La petite fille apeurée de mes cauchemars, je l'ai vue comme aucun ne l'avait montrée : voyageuse de l'aube, debout à l'avant d'une barque légère ; messagère silencieuse, condamnée, tel le passeur des contes, à refaire éternellement le même chemin...
    Son bateau fend la nuit comme cette lampe-vaisseau qu'utilisaient les Anciens : elle en est la mèche, elle en est la flamme. Et, dans les marges de la "grande Histoire", je la devine errant sur la mer, quand -renvoyée de Cléopêtre à Antoine et d'Antoine à Cléopâtre, craignant l'un et craignant l'autre, admirant les deux- elle va de la rive de l'île à la rive du cap, déchirée, transie, figée. Je la vois, pétrifiée comme une gisante, mais dressée, cariatide fragile qui porte ses parents sur ses épaules. Impuissante, mais invincible, dans la ville assiégée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Cath36, le 12 novembre 2012

    De quel oeil regarde-t-on une femme dont on croit qu'elle songe à vous supprimer ? une femme que son propre médecin traitait d'empoisonneuse un an plus tôt ? Antoine et Cléopâtre, ces deux fauves qui, dès le premier jour, se sont reconnus, mesurés et appréciés, s'aiment maintenant d'un amour déchiré : ils s'y sont trop aiguisés les dents.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par agenet, le 19 février 2014

    Il est rare, dans l'Histoire, qu'un chef d'armée fasse progresser la technique militaire à l'occasion d'une défaite, mais plus rare encore qu'il obtienne des troupes démoralisées, pressées de toutes parts, l'exécution parfaite d'une manœuvre inédite.

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la citation

  • Par Cath36, le 12 novembre 2012

    Etrange guerrier que cet homme qui voulut être aimé. Plus spontané, plus tendre, qu'il ne convenait à un vrai romain.... Quoi de commun entre cet Antoine première manière, tout de joies et d'élans, et le reclus de la Timonnière ? Le présent n'est pas le fils du passé. Au mieux, son petit-cousin... Le destin d'un homme n'est qu'un arlequin de pièces et de morceaux.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Cath36, le 12 novembre 2012

    Ce fut peut-être leur plus belle nuit d'amour. Parce que désespérée : vierge de tout avenir, pure de tout calcul... "L'âme d'un amant vit dans le corps d'un autre" : cette nuit-là, Antoine reprit vie dans le corps de Cléopâtre. Isis, une fois encore, ressuscitait ;osiris.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de Françoise Chandernagor

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Françoise Chandernagor


La chronique de Gérard Collard - Prix Goncourt
Pour cette rentrée littéraire, notre chroniqueur-libraire Gérard Collard réagit à l'annonce de la première sélection de livres susceptibles de remporter le Prix Goncourt 2011. Pour information le jury de l'académie Goncourt est composé d'Edmonde Charles-Roux, Jorge Semprun, Régis Debray, Françoise Mallet-Joris, Robert Sabatier, Patrick Rambaud, Bernard Pivot, Françoise Chandernagor, Tahar Ben Jelloun, Didier Decoin. Voici leur sélection : rom@ de Stéphane Audeguy aux éditions Gallimard Limonov d'Emmanuel Carrère aux éditions POL Retour à Killybegs de Sorj Chalandon aux éditions Grasset Dans un avion pour Caracas de Charles Dantzig aux éditions Grasset Les Souvenirs de David Foenkinos aux éditions Gallimard L'Art français de la guerre d'Alexis Jenni aux éditions Gallimard Jayne Mansfield 1967 de Simon Libérati aux éditions Grasset Un sujet français d'Ali Magoudi aux éditions Albin Michel Du Domaine des Murmures de Carole Martinez aux éditions Gallimard Des vies d'oiseaux de Véronique Ovaldé aux éditions L'Olivier Le système Victoria d'Eric Reinhardt aux éditions Stock Monsieur le commandant de Romain Slocombe aux éditions Nil Tout, Tout de Suite de Morgan Sportès aux éditions Fayard La belle amour humaine de Lyonel Trouillot aux éditions Actes Sud Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan aux éditions JC Lattès








Sur Amazon
à partir de :
4,00 € (neuf)
7,14 € (occasion)

   

Faire découvrir La Reine oubliée, tome 1 : Les Enfants d'Alexandrie par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (145)

> voir plus

Quiz