Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266138081
Éditeur : Pocket (2004)


Note moyenne : 4.14/5 (sur 946 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Des dizaines et dizaines de personnes ont disparu à New York dans des circonstances étranges. La moitié d’entre elles n’ont pas été retrouvées. Julia, elle, l’a été. Elle est découverte vivante, scalpée dans un parc. Sa photo figure au milieu d’une soixantaine d’autres ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (83)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Colette, le 29 septembre 2013

    Colette
    Difficile d'écrire une critique à la hauteur de ce thriller qui est pour moi un vrai coup de cœur! Maxime Chattam est un auteur doté d'un talent incroyable! Il a l'art de mener son lecteur dans les tréfonds de sa débordante imagination sans qu'on s'en lasse une seule minute.
    Dans ce deuxième tome de La trilogie du mal, nous retrouvons Joshua Brolin, beaucoup plus sombre et mystérieux, à cause des événements qu'il a vécu dans "L'âme du Mal", le tome précédent. Il se retrouve plongé dans une enquête particulièrement glauque, suite à la découverte d'une femme scalpée prétendant avoir échappé à l'enfer...
    Dans ce tome nous découvrons le personnage d'Annabel, qui va également tenter de résoudre cette mystérieuse affaire.
    Ce roman est beaucoup plus sombre que le précédent. Il contient tout ce qu'il faut pour faire un excellent thriller: une histoire qui nous tient en haleine du début à la fin, du suspense, des rebondissements, des personnages attachants, une écriture fluide. Je me suis posée plein de questions pendant la lecture, comme si j'enquêtais avec les personnages. La trame de l'histoire est extrêmement bien maniée par l'auteur.
    On découvre un tueur manipulateur et incroyablement réfléchi, qui nous laisse penser à travers ses actes, à notre propre mode de vie dans notre société de consommation.
    J'ai vraiment adoré les différentes ambiances dans lesquelles l'auteur nous transporte. Je me suis retrouvée très tendue lors de certains passages (et c'est aussi ce qu'on aime dans les thrillers, il faut bien l'avouer). C'est selon moi le meilleur tome de cette trilogie, malgré que les deux autres sont également excellents.
    J'encourage vraiment les personnes qui aiment les thrillers à lire cette trilogie si ce n'est déjà fait. Et j'en profite pour remercier les lecteurs de Maxime Chattam sur Babelio pour leurs critiques m'ayant donné envie de me lancer dans ces romans que je relierai à coup sûr avec un énorme plaisir!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 35         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par isajulia, le 01 avril 2013

    isajulia
    Voici la suite de L'Ame du mal,je peux avouer aujourd'hui car il y a prescription que j'ai d'abord commencé par In tenebris (oh la vilaine!).
    L'histoire commence sur les chapeaux de roue avec Julia,retrouvée nue dans les rues de New-York,scalpée et survivante d'un danger dont la police ignore la nature.
    Annabel O'Donnel,inspectrice spécialiste des disparitions prend en charge l'enquête.Avec son co-équipier,Jack Tayer,leurs recherches vont les conduire dans le bâtiment ou était retenue la victime.Ils vont découvrir les clichés de 67 personnes disparues ces dernières années.
    Rejointe dans ses investigations par Joshua Brolin,détective privé chargé de retrouver une jeune femme disparue,ils vont tenter d'éluder cette succession massive d'enlèvements.Avec la découverte d'indices macabres,l'horreur ne fait que commencer...
    Phénoménal,je suis restée scotchée du début à la fin.Ce livre réserve de sacrés surprises et pas des moindres.Si vous aimez l'hémoglobine et le glauque vous serez servis.Le tueur en série est immonde par son intelligence,son sang-froid et son esprit calculateur.La trame de fond de ses actes justifie certains travers de notre société de consommation.C'est ce que j'aime chez Maxime Chattam,ce don de mettre en avant et avec style la merde que l'on ne voudrait voir pour rien au monde dans notre existence.C'est brut et sans fioritures pour notre plus grand plaisir.
    J'ai lu ce livre 8 fois en tout et à chaque fois il m'a laissé la même impression de malaise et de questionnement sur le chemin que prend notre société.
    C'est mon préféré de La trilogie du mal,selon moi il est bien mieux que les deux autres volumes.
    A lire!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 28         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par soleil23, le 29 juin 2012

    soleil23
    01 survivante, 02 cadavres mutilés, 03 scalpes, 67 photos et 34 identifications, voilà comment démarre l'enquête d'Anabel O'Donnel et commence le cauchemar. C'est mon premier Chattam et mon cœur palpite doublement d'appréhension et de curiosité "vais-je aimer ou détester ?" la question cruciale qui revient à chaque nouvelle lecture.
    L'idée de départ est bien et l'énigme qui se met en place est captivante, l'adrénaline monte monte puis dépassé une centaine de pages l'histoire s'essouffle et l'ennui s'installe, on se sent "lâché". le récit devient plat et les indices sont trop mis en évidence presque "flagrants" et ce Brolin (Grrrrr) qui nous balance les réponses bien trop vite et ne laisse même pas le temps au lecteur de réfléchir, d'imaginer ou de chercher aussi, ce qui gâche notre plaisir de faire travailler nos méninges et d'"entrer" pleinement dans cette histoire.
    A la fin, on retrouve un peu de cette excitation du début mais c'est trop tard c'est la fin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par belette2911, le 08 juin 2012

    belette2911
    Deuxième tome de la "Trilogie du Mal" et plongée dans l'Horreur avec un grand H.
    Une femme est retrouvée nue dans un parc et elle a été scalpée. Oui, ça commence fort avec Chattam. Esprits forts sensibles, passez votre chemin et ne lisez pas le roman. Esprits mieux accrochés, allez-y, vous ne serez pas déçus ! Je précise pour ceux qui entre les deux balancent, pas de quoi faire des cauchemars.
    Dans ce roman, nous faisons connaissance avec Annabel O'Donnel, une jeune détective afro-américaine et qui sera chargée de l'enquête avec son collègue. La piste du coupable sera vite trouvée.
    Mais le "plus pire", c'est que chez le coupable que je ne nommerai pas, on retrouve trois cadavres de femmes scalpées.
    Notre sioux collectionneur de perruques assez macabres possède, en outre, 67 photos de visages figés dans une expression d'épouvante. Mais c'est où qui sont, ces corps ?
    Hé, hé, voilà de quoi foutre les chocottes à nos policiers et de quoi faire augmenter le rythme cardiaque du lecteur qui n'a pas envie de lâcher ce livre.
    Notre inspecteur Brolin, croisé dans le premier tome et grand spécialiste des tueurs en série devant l'Éternel, se retrouve à prêter "officieusement" main forte à Annabel. Et allez, un nouveau ticket aller-simple pour l'Enfer et tout son cortège de noirceur humaine… Doivent aimer le voyage pour le refaire une seconde fois...
    De nouveau l'auteur mélange les ingrédients afin de nous donner un roman qui nous fiche la trouille.
    Dans le désordre nous avons : du suspense, de l'action, pas de temps mort, des cadavres, de l'hémoglobine à foison, une plongée dans les descriptions les plus morbides,... Que du beau linge, quoi !
    J'ai bien essayé de faire fumer mes deux neurones et de déduire le nom de l'assassin...
    Mais comment ais-je pu être aussi naïve de croire que j'allais trouver ?
    Bluffée ! Magnifiquement en plus.
    Hitchcock avait une série de romans avec des titres forts évocateurs du style "Histoires à ne pas lire la nuit" ou "Histoires à lire toutes portes closes" et bien, je ne peux que vous conseiller de faire pareil avant d'entamer la lecture de In Tenebris : allumez toutes les lumières et verrouillez vos portes et fenêtres.
    Chattam est un grand sadique, ses découpages de chapitre sont diaboliquement mal placés, faisant monter votre angoisse crescendo car vous ne vous doutez pas le moindre du monde de ce qu'il va y avoir dans le chapitre suivant.

    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/4-romans-policiers-contemporai..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par selena_974, le 04 mars 2014

    selena_974
    L'année dernière, je découvrais avec beaucoup de frissons et de plaisir L'âme du Mal, le premier tome de cette trilogie du Mal de Maxime Chattam. Ce fut un véritable coup de cœur, et me voici donc plongée dans la suite, In tenebris.
    Suite aux événements du premier tome, Joshua Brolin a démissionné de la police, parcouru le monde à la recherche de réponses, avant de se reconvertir en détective privé spécialisé dans les disparitions. Une enquête concernant Rachel, une jeune femme qui a mystérieusement disparu, l'amène jusqu'à la ville de New York, au sein d'une affaire criminelle d'une ampleur et d'une cruauté inimaginables.
    Joshua Brolin a beaucoup évolué depuis L'âme du Mal, et même si j'ai été un peu peiner de ne pas retrouver au début ce personnage que j'avais tant apprécié. Mais tout le monde évolue, et j'ai fini peu à peu par m'y habituer et par comprendre la raison de ces changements. Même détruit et hanté, il reste néanmoins un personnage très intéressant, qui a une dimension psychologique très profonde, et de véritables compétences de profileur. L'enquête en elle-même est très bien ficelée, j'ai eu beau imaginer toutes les hypothèses possibles, la clé de l'énigme ne m'est pas apparue avant la révélation finale. La cruauté, la complexité et l'ampleur de cette affaire sont effrayantes. On retrouve ici encore ce réalisme omniprésent dans tout ce que raconte Maxime Chattam, et la seule chose que je peux regretter c'est qu'il décrive aussi bien les crimes commis et les tortures qu'ont subi les victimes... J'ai parfois eu des nausées tellement c'est réaliste, effrayant et... malheureusement possible.
    Encore un thriller de Maxime Chattam que j'ai adoré, largement à la hauteur de L'âme du Mal... Un excellent moment de lecture ! J'ai hâte maintenant de découvrir quelle nouvelle face du Mal va nous apparaître dans le troisième tome.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

> voir toutes (51)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rineco, le 10 novembre 2013

    Ce que vous voyez tout les jours, c'est un monde qui ne vit plus que par le marketing, par l'étude de la communication, et pas dans un but philanthropique...

    On a remplacé les guerres quotidiennes par le travail, les batailles font toujours autant de victimes, mais elles sont moins visibles. Ces guerres d'aujourd'hui ne tuent presque plus d'hommes, elles tuent l'humanité.

    Nous sommes bien parvenus à transformer l amour en un bien de consommation. Accumuler les ébats, les proies, se marier à la va-vite, comme ça, par folie, pour changer aussitôt.

    Il a bien compris ce que chaque matin ce monde lui a appris: pour être, il faut avoir. Il faut avoir un numéro de sécurité sociale, avoir le permis de conduire, une maison, une femme ou un mari, des enfants, une grosse télé, avoir encore et toujours de nouveaux vêtements, de nouveaux cédéroms, avoir de l argent sur son compte pour pouvoir partir en vacances....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Colette, le 23 avril 2013

    On pense souvent que les violeurs recherchent le plaisir sexuel dans l'acte alors qu'il s'agit en général d'une motivation secondaire. La plupart d'entre eux s'intéressent surtout à la maîtrise qu'ils exercent, à la terreur et à l'humiliation qu'ils inspirent à leur victime, c'est ce pouvoir-là qui les obsède. À de rares occasions, cela va jusqu'au meurtre.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Colette, le 09 mai 2013

    La religion devient un moyen de mieux vivre, de mieux appréhender sa condition de mortel, on ne vit plus pour un Dieu, on y croit pour soi, et on vous le vend comme une forme d'anxiolytique spirituel, adapté en fonction des goûts.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par isa62, le 14 août 2014

    Savourez ces minutes, inspecteur Cahill, fit-il avec aplomb. Cet intervalle exquis d'incertitude. Il se peut que dans un quart d'heure nous soyons tout aussi bredouilles que maintenant, il se peut aussi que dans un quart d'heure toute cette affaire soit résolue. Les véritables bonheurs de la vie ne sont pas dans les sourires de joie, mais dans ces intervalles d'incertitude, lorsque notre quotidien peut basculer, mais qu'on ne sait pas encore de quel côté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par LUKE59, le 26 septembre 2012

    ...il se fit la remarque que c' était la première fois qu' il voyait des barres de HLM avec vue sur la mer.Ici plus qu' ailleurs , l' ironie du monde moderne était criante, on parquait les gens dans des cages en prenant soin de leur donner un balcon avec vue sur une liberté inexhaustible qui leur échappait.(p 131)

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

> voir toutes (46)

Videos de Maxime Chattam

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Maxime Chattam


L'écriture du roman | La patience du diable - Maxime Chattam
Maxime Chattam revient sur le processus d'écriture du roman "La patience du diable" : les éléments réels qui sont venu nourrir la fiction, l'importance de la musique lors de l'écriture...








Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
2,99 € (occasion)

   

Faire découvrir In Tenebris par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2218)

> voir plus

Quiz