AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369141131
Éditeur : Libretto (2014)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 12 notes)
Résumé :

"Il faut voir et non inventer", telle fut la règle de Colette journaliste. Qu'elle raconte le procès d'un tueur en série, la traversée inaugurale du paquebot Normandie, l'humble vie des femmes, l'arrière, pendant les deux guerres mondiales, ou celle des bêtes ou des enfants, c'est le même regard que Colette porte sur les êtres : libre, curieux, aigu, direct. Une façon de percevoir le monde à travers les se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Lune
01 juin 2014
  • 4/ 5
S'il n'y a qu'une phrase à retenir, c'est bien le judicieux et honnête "Il faut voir et non inventer" lancé par Colette en tant que journaliste.
Nous la voyons chroniqueuse judiciaire de procès retentissants où plus que relater les audiences, elle nous convie à ressentir l'ambiance des lieux, la conduite du public et l'attitude de l'accusé.
Nous la suivons lors de la traversée de "La" Normandie comme on disait alors. En route pour New-York, ce voyage inaugural fut un événement hors du commun que Colette nous décrit avant de nous donner avec minutie sa vision personnelle de New-York.
Nous écoutons s'élever sa voix de femme parmi les femmes, voix-miroir qui contera à ses pareilles, leur vie, leurs souhaits, leurs déchirements, leurs inquiétudes et leur courage lorsque l'occupation s'installe.
Cent trente articles, la plupart inédits, font revivre une époque et des faits ou des personnages passés dans la mémoire collective.
Tous ces textes ne sont pas de même intérêt si ce n'est celui de comprendre le cheminement que fit Colette dans le journalisme.
Ceux de l'annexe nous en montre la genèse.
Très vite, la grande Colette est là, vibrante, mettant en scène avec ce talent qui lui est propre, la nature, les animaux, la vie quotidienne, les rencontres, la femme, le Palais-Royal, Paris, la scène (Colette se montre impitoyablement lucide dans ses critiques des concours du Conservatoire) etc... dans autant de portraits et de paroles écrites commandées par les grands quotidiens "des" époques successives où elle se consacra à cette forme d'écriture.
Refermant ce livre-document, je retiens quelques phrases, quelques observations justes, acerbes et lucides qui demeurent modernes tant elles contiennent d'universalité humaine.
Je me permets de citer deux articles qui m'ont particulièrement interpellée.
"Immobilité" - Marianne 8 juin 1938 - , non seulement prémonitoire, est d'une sagesse époustouflante et le sublime "Tout est péril pour un courage solitaire... - Paris-Soir 2 janvier 1939 -. Mais il y en a tant d'autres...
Livre que tout passionné de Colette se doit de posséder, livre qui intéressera les curieux de l'écrivain, d'une forme de journalisme particulier, d'une époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
chriskorchi
18 juillet 2014
  • 4/ 5
J'ai adoré découvrir Colette sous un autre jour, j'ai aimé sa plume encore acerbe, précise, lucide, en avance sur son temps. L'ensemble constitue un beau patchwork et u, subtil témoignage d'une époque. Elle se passionne pour les procès de l'époque, la place des femmes dans la société, elle commente la guerre. Elle a collaboré a de nombreux journaux avec succès.
Un vrai bonheur de voir réapparaître 130 articles, dont certains sont totalement inédits, de cette grande dame de la littérature française. Ce qui est pratique c'est qu'on peut picorer au gré du temps que l'on a dans ces chroniques. Il est impressionnant de voir à quel point elle excellait dans des domaines différents qu'elle soit chroniqueuse judiciaire, rédactrice de mode, envoyée spéciale d'événements, critique de théâtre. Elle avait l'art et la manière de tout transformer en aventure magnifique.
A travers ses chroniques on en apprends sur la Colette femme et féministe avant l'heure, elle qui avait fait tellement scandale avec sa liaison affichée avec la la marquise de Morny. J"ai apprécié que les articles soient publiés dans l'ordre chronologique et non par thématique, permettant ainsi de suivre son évolution en tant que femme et en tant qu'écrivain.
Conquise par la prose et l'écriture de Colette je me suis délectée jusqu'au dernier article.
VERDICT
Admirateur de Colette vous ne serez pas déçus c'est exactement ce qui manquait à son oeuvre, pour les autres c'est la découverte d'une amoureuse de la vie et des mots, une amoureuse de la langue française et de l'écriture. Personnellement, j'en reprendrais bien encore un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nathalie_MarketMarcel
08 juillet 2014
  • 4/ 5
On trouve ici chroniques judiciaires, reportage à bord du Normandie, chronique théâtrale et musicale, et beaucoup de notes du temps, réflexions diverses publiées sous forme de chroniques. On ne publie plus trop ce genre d'articles et ils sont incontestablement datés. Mais Colette y chante les petits bonheurs de la vie, les joies simples, le quotidien simple des femmes avec un talent inégalé. Elle y parle de choses personnelles mais pourtant universalisables : les sensations de la peau au contact du froid ou du soleil, le bruit des voisins, du bruit des papiers enveloppant les bonbons, la fascination pour les gadgets en plastique de toutes les couleurs, le plaisir de manger un ice-cream soda sur l'Empire State Building… Ses critiques des spectacles sont plus acerbes (c'est qu'elle connaît le milieu) et remarquables de lucidité.
L'introduction et les notes sont très intéressantes pour resituer l'importance du journalisme dans sa vie et son écriture. On comprend aussi que Colette est devenue progressivement un auteur pour les femmes et pour la presse féminine (ce qu'elle n'était pas au début de sa carrière). Évidemment, le statut d' « auteur pour dames » ne va pas servir sa postérité, alors même qu'elle était au début journaliste comme les autres.
On savoure la précision du vocabulaire, la critique sociale finement observé et le ton délicat, l'air de rien. Ce que je préfère : ses impressions de New York qu'elle a beaucoup aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Malice
28 juillet 2014
  • 5/ 5
C'est grâce à Sido, que Colette est devenue journaliste. Qu'elle raconte le procès d'un tueur en série, la traversée inaugurale du paquebot Normandie, l'humble vie des femmes, pendant les deux guerres mondiales, ou celle des bêtes ou des enfants. Colette a été pendant un demi-siècle une infatigable journaliste et sans doute l'écrivain du XXe siècle qui aura consacré le plus de temps à la presse : le Matin, Le Figaro, le Journal, Paris-Soir, Marie-Claire.
Elle va faire ses début à l'Eclair (journal catholique) le 10 février 1918 et elle prend en charge la chronique dramatique. Elle connait bien le monde du théâtre pour avoir été de 1906 à 1913, mime et comédienne.
J'ai lu ses différentes chroniques comme si c'était le Journal de Colette. Car l'on retrouve retrouve la verve, le ton, le style bien à Colette, celle que l'on connait surtout la romancière. Elle a une façon de percevoir le monde à travers les sens qui n'appartiennent qu'à elle. Un grand plaisir de lecture, passionnant grâce à l'opération Masse Critique.
C'est avec un peu de retard que je remets mon billet, car j'étais en vacances
Lien : http://livresdemalice.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lirio
07 juin 2011
  • 5/ 5
Très connue en tant qu'écrivain, Colette fut aussi une journaliste talentueuse et prolifique, comme le prouve cet abondant recueil d'articles parus dans diverses revues et journaux sur une période d'une cinquantaine d'années. Critiques dramatiques, compte-rendus de procès, récits de voyages, mais aussi chroniques sur des sujets du quotidien aussi divers que l'éducation des enfants, la mode et le maquillage, le courage des femmes dans les moments difficiles, la guerre. On retrouve ici le style inimitable et plein de vie de Colette, qui fait merveille également dans des récits courts.
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (2)
Lexpress04 juillet 2014
De l'arrestation de Jules Bonnot au procès Guillotin, de la visite d'un Verdun meurtri en 1918 à sa découverte de l'Amérique, de ses critiques dramatiques à ses chroniques sur les "femmes d'aujourd'hui", Colette est sur tous les fronts.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama02 juillet 2014
Avide d'expériences, de voyages, de rencontres, Colette ne pouvait qu'être attirée par le métier de journaliste. Elle le pratiqua beaucoup, et avec un talent qui mérite cette redécouverte passionnante.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel08 juillet 2014
Ô Nelle rouquine, sentimentale petite chienne, ne venons-nous pas, toi et moi, de tressaillir au même appel, d’ouvrir la narine au même souffle ? Oui, n’est-ce pas son haleine, à lui, son appel, à lui, - lui, le Printemps ?...
Personne ne le sait, mais il est là, caché. Caché sous cette écorce, caché sous ces écailles de feuilles collées au sol gras par le pied pesant de l’Hiver… Tout ceci, qui nous entoure, est grisé, glacé, dure, sous un ciel sans issue, et les gens disent :
- Ah ! l’affreux, le long hiver !
Ils ne savent pas Nelle, que le Printemps est là, pourtant, et il ne faut pas le leur dire… Il faut garder pour nous égoïstement, ce printemps de février qui s’effare d’un rien, meurt d’une nuit froide et renaît d’une douce averse…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel08 juillet 2014
Particulièrement le lever quotidien en pleine nuit effraie ceux qui n’y sont point rompus. Le frisson de l’aube en hiver, le miroir de glace sur l’eau du seau, l’herbe roussie de gel qui craque sous le pied, la sombre étable qu’éclaire à peine un fanal balancé, le bras de la pompe, le manche de la fourche… Je n’ignore pas qu’il faut, pour changer en amis tous ces petits lares farouches, beaucoup de patience et même beaucoup d’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel08 juillet 2014
Il n’existe pas de commune mesure entre le don définitif de la bête et les prêts temporaires consentis par le changeant cœur humain.
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel08 juillet 2014
Vient un jour – aujourd’hui – où la bille est jetée : tous les jours, tous les jours, je courrai l’aventure d’écrire. Tous les jours un souci s’éveillera en même temps que moi, m’accompagnera en voyage, nagera l’été à mon flanc et s’insinuera dans mon songe.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sidonie-Gabrielle Colette (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sidonie-Gabrielle Colette
à propos de Colette par Jérôme Garcin
Soirée Colette en scène au Théâtre du Châtelet le 9 novembre 2010 avec Mathieu Amalric, Carole Bouquet, Leslie Caron, Danièle Delorme, Arielle Dombasle, Andréa Ferréol, Guillaume Gallienne, Andy Gillet, Sabine Haudepin, Juliette, Doris Lamprecht, François Le Roux, François Marthouret, Clémence Massart, Micheline Presle, Stanislas Roquette, Didier Sandre, Sabine Vatin, Karen Vourc'h
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Sidonie gabrielle Colette

Le père de Colette est

Facteur
Ecrivain
Capitaine
Journaliste

13 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur ce livre