Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 207074311X
Éditeur : Gallimard (2009)


Note moyenne : 4.43/5 (sur 35 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Voici donc, au jour le jour, trois années de cette vie singulière qui commença pour moi le 17 juin 1940, avec le refus du discours de Pétain puis l'embarquement à Bayonne sur le Léopold II.
J'avais 19 ans. Après deux années de formation en Angleterre dans les For... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (15)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par InstinctPolaire, le 03 juin 2013

    InstinctPolaire
    Pour la majorité des citoyens, il était un inconnu. Avant que les accents lyriques d'André Malraux ne lui fasse franchir le seuil du Panthéon : Jean Moulin. Pour quelques rares vieux messieurs et les passionnés de la Seconde Guerre Mondiale, il était Rex, Max, Régis et tant d'autres pseudonymes de clandestinité.
    Il est un homme pour qui il sera toujours " le patron ". Et cet homme, c'est Daniel Cordier.
    C'est le 20 juillet 1942 que le jeune soldat parachuté de Londres fit la rencontre qui allait changer sa vie de jeune homme de 20 ans. Rencontre avec celui qui durant les 18 mois de son action de représentant de la France Combattante allait réussir à unir la Résistance Intérieure. Rencontre avec celui qui après avoir soupé avec ce garçon qui voulait " tuer des boches ", en fit son secrétaire particulier.
    Et pourtant..
    Pourtant on ne peut avoir que des sentiments contrastés pour ce Compagnon de la Libération.
    Le jeune Cordier est d'Extrême-Droite, militant de " L'Action Française ", admirateur de Charles Maurras, antisémite. Mais c'est aussi un des premiers engagés volontaires qui partent rejoindre les Free French de Londres qu'un autre Charles – de Gaulle – tente de fédérer.
    Alors qu'une bonne partie de ses compagnons d'arme partent combattre en Afrique du Nord, Cordier devient un " rentier de la guerre " : Nommé officier, il encadre les jeunes arrivants. Rêvant de coups de poings comme aux grandes heures des Camelots du Roi, il se porte volontaire pour le Bureau Central de Renseignement et d'Action – les Services Secrets de la France Libre -. Radio, cryptographe, saboteur, assassin : L’Angleterre lui donne les moyens de ses ambitions...
    ... Tuées dans l’œuf dès son parachutage. Moulin le prend à son service. Il lui confie la gestion de ses courriers, de ses rendez-vous, mais aussi de la colossale fortune de la Résistance qui arrive tous les mois de Londres.
    Avec la rigueur de l'historien qu'est devenu celui à qui on doit une importante littérature sur les enjeux – notamment politiques – de l'action de Moulin, remis en cause dans son action pour fonder le Conseil National de la Résistance, Cordier confie dans ce livre ses souvenirs personnels.
    Au jour le jour, démontrant s'il en ai, à contre-courant des idées avancées et avec admiration, que la Résistance s'est construite sur l'abnégation d'une poignée de personnes souvent aussi jeunes et idéalistes que lui...
    Ce qu'il reste de ce récit à la chronologique précision ?
    Des dates, des lieux, des sommes, mais surtout deux hommes et leur étrange proximité.
    L'ancien préfet et le soldat idéaliste, le monarchiste militant et le républicain de cœur et d'âme. L'amateur d'art et le novice. Étrange proximité : Cordier ne connût l'identité de son chef que bien après la guerre. Il l'imaginait ancien ministre, diplomate, artiste.
    Et pourtant à son contact, il ne reste rien du Cordier de 1940,sinon le courage, la détermination.
    Formidablement bien écrit, ce récit montre la métamorphose du monarchiste en républicain.
    D'ailleurs, lui qui voulait tuer du boche ne tira aucun coup de feu de la guerre. Il se fit collectionneur et marchand d'art contemporain...
    ... Concrétisant l'initiation artistique reçue entre le 30 juillet 1942 et le 21 juin 1943...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 37         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par frandj, le 08 février 2014

    frandj
    C'est un témoignage d'une valeur exceptionnelle sur la Résistance française, pendant l'occupation nazie. D. Cordier est un jeune homme d'extrême-droite, devenu brusquement gaulliste après la débâcle de 1940, puis formé en Angleterre à la guerre de l'ombre et , revenu en France, finalement propulsé à une fonction très dangereuse: secrétaire de Jean Moulin (alias "Rex") à Lyon. Cet homme a ainsi joué un rôle de toute première importance pendant la guerre.
    Dans son livre extrêmement détaillé, D. Cordier ne cache rien au lecteur. En particulier, il stigmatise l'amateurisme de nombreux résistants qui négligeaient sans vergogne les consignes de sécurité, mettant en danger par leur imprudence d'autres combattants de l'ombre. Il critique aussi les rivalités incessantes entre les diverses composantes de la Résistance (que Moulin a péniblement unifiées) et les "combats de chefs" qui affaiblissait l'opposition aux nazis. A ce sujet, je trouve qu'il est bon d'évoquer enfin, sans langue de bois et sans manichéisme, cet épisode terrible dans l'Histoire de France. le sujet principal, la vie clandestine dans la capitale de la Résistance, décrite presque jour après jour, est très bien rendu.
    En conclusion: dans ce livre tout est captivant pour le lecteur vraiment intéressé par cette période. Les autres lecteurs potentiels risquent de trouver trop gros ce "pavé" de 900 pages.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bigmammy, le 22 juillet 2011

    Bigmammy
    C'est un livre terrible, si les mots ont encore un sens, sur la Résistance et sur les Français.
    Au commencement était un beau jeune homme de la grande bourgeoisie du Sud Ouest, élevé chez les Pères de Saint Elme d'Arcachon, choyé par une famille recomposée, mais aimante, bourré des préjugés de son époque (l'Action française, et hélas l'antisémitisme), mais bon fils de la France, et qui se lève sans hésiter pour la défendre quand elle est dans l'abîme. Avec quelques autres gamins, il s'embarque « tout naturellement » sur un rafiot belge le 21 juin 40, et se retrouve près de Londres dans l'unique bataillon des soldats de la France libre.
    Accueillis fraternellement par les Britanniques – l'inspection du Roi George VI devrait faire taire pour l'éternité les anglophobes - nos cadets se forment vite, à commander une section, ou, comme Cordier, à être parachuté en France.
    En juillet 42, il rejoint à Lyon un chef de la Résistance, dont il ne connaîtra l'identité qu'après la guerre. Il est son secrétaire, à la fois transmetteur, chiffreur, officier de liaison et chef de cabinet, au sens que prend cette fonction dans le corps préfectoral – mais ici, le préfet et sa préfecture sont clandestins !. Très vite, il se dévoue à ce patron organisateur et lucide, qui poursuit un seul but : unifier les mouvements de Résistance autour du Général de Gaulle (à l'époque contesté par les Américains, qui lui opposent l'évanescent général Giraud). L'essentiel du livre est consacré à cette période allant de l'été 42 à l'été 43, où Jean Moulin monte le Conseil de la Résistance.
    On sait combien il est difficile de rassembler des Français, mais on est indigné, en lisant Cordier, par le comportement de certains chefs des réseaux. Leur ambition personnelle l'emporte sur toute autre considération, y compris le but de guerre (chasser les Allemands). Au mépris de la sécurité de centaines de jeunes résistants de base, ces chefs « clandestins » passent leur temps en intrigues et conciliabules pour savoir s'il faut attribuer 2 ou 3 sièges à telle tendance, et s'il faut ou non admettre les anciens partis politiques au Conseil de la Résistance. Ces allées et venues font la joie de la Gestapo, tout juste réorganisée, qui n'a plus qu'à tendre ses pièges. Or justement, ce sont les deux patrons nommés par le Général de Gaulle, le général Delestraint, et Jean Moulin, qui se feront prendre et assassiner. Hasard ? Erreurs techniques ? Trahison de voyous infiltrés par les Allemands ? ou pire ? Nul ne saura jamais, le Général ayant à juste titre décidé de jeter le manteau de Noê sur toutes ces vilenies, mais la lecture du livre laisse un goût amer.

    Lien : http://www.bigmammy.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

  • Par nescio667, le 07 août 2010

    nescio667
    De juin 1940 à juin 1943, le parcours d'un jeune français qui refuse la reddition de son pays. Convaincu que la situation peut être renversée, désireux d'en découdre avec les Allemands, Daniel Cordier s'embarque pour l'Angleterre avec quelques autres amis. A l'arrivée, ils seront trimballés de camps de regroupement en camps d'entraînement et suivront des formations diverses, sous des ordres tantôt anglais, tantôt français. L'attente est longue avant de recevoir une affectation et lorsqu'elle arrive, l'impatience d'aller au combat grandit. Finalement, c'est en zone libre que Cordier sera parachuté et qu'il deviendra –de manière inattendue- secrétaire de l'émissaire spécial de De Gaulle. Jusqu'à la fin, Cordier ignorera la véritable identité de celui qui se fait appeler ‘Rex' et à qui très rapidement il s'attachera. La stature, l'intelligence et la culture de son ‘patron' vont le confirmer dans certains de ses choix et le faire doucement évoluer politiquement. Anti-républicain, anti-démocrate et admirateur d'une droite pure et dure (Maurras et l'Action Française) il va progressivement se rendre compte de l'inanité de ces doctrines et embrasser celles prônées par De Gaulle et -surtout- faire siens les idéaux d'égalité, de patience et de compréhension que lui renvoie son nouveau « maître » : Jean Moulin. Une plongée dans l'univers ultra-politisé de la Résistance française, au cœur de ses luttes intestines qui l'on trop souvent minée et à cent lieues de l'image d'Epinal qui voudrait que tous les résistants oeuvraient de manière désintéressée à la libération du pays.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par bruniquj, le 16 août 2011

    bruniquj
    Pour qui s'intéresse à cette période de l'histoire, ce livre est une merveille. Daniel Cordier décrit précisément son parcours qui l'amena à quitter Bayonne pour l'Angleterre (en espérant en fait arriver en Afrique du Nord) en juin 1940 jusqu'au mois de juin 1943.
    La partie centrale du livre est celle pendant laquelle il côtoya Jean Moulin tous les jours puisqu'il était son secrétaire. Fascinant exercice de mémoire 60 ans après les faits.
    Ce livre est captivant de bout en bout.
    Quelques regrets néanmoins. J'ai en fait ressenti une certaine frustration car le livre s'achève le 23 juin 1943, 2 jours après l'arrestation de son patron. Pourquoi ne pas avoir continuer à évoquer la suite, même succinctement (Daniel Cordier resta à Paris jusqu'en mars 1944) ? Ses relations avec le successeur de Jean Moulin ? Ses relations avec les chefs des mouvements (Frenay, d'Astier de la Viguerie, ...) qui combattaient Jean Moulin de son vivant ? Cela aurait été intéressant. Peut-être est-ce évoqué dans un autre de ces livres ?
    Autre frustration : on s'attache aux personnes évoquées, les seconds rôles, les sans-grades mais qui faisaient fonctionner la résistance. Leur sort n'est pas toujours évoqué et j'aurais aimé savoir ce qu'ils étaient devenus. Ainsi de Suzette, la belle Suzette, dont D. Cordier nous dit qu'elle a été arrêtée au même moment que le Général Delestraint mais sans évoquer son sort.
    Ces frustrations n'entâchent pas ce livre, magnifique, qui permet de mieux comprendre qui était Jean Moulin, ce que furent les dissensions au sein de la Résistance, ce que firent tous ceux qui ont eu le courage de combattre les nazis et leurs associés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 2         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lexpress , le 15 avril 2013
    Un ouvrage illustré d'émouvantes reliques, lettres, caricatures, photos de famille, qui soulignent les vies multiples de ce fils de la Provence nourri au lait du radical-socialisme, devenu préfet sans renoncer à son amour du dessin et des avant-gardes.
    Lire la critique sur le site : Lexpress

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par InstinctPolaire, le 03 juin 2013

    En 1989, Bernard Pivot me demanda : " Pourquoi Jean Moulin vous a-t-il choisi comme secrétaire ?" Je lui fit sans doute la réponse la plus ridicule de ma vie : " Parce-que c'était lui, parce-que c'était moi ; " J'aurai du dire la vérité : Je ne m'étais pas posé la question, et Jean Moulin ne m'en donnât jamais la raison.

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 11 décembre 2011

    1er septembre 1942 : Ce soir *Rex (Jean Moulin) demeure songeur. Je sais qu’il pense aux Juifs. Après un moment, faisant allusion aux bourreaux, il ne peut s’empêcher de lâcher : « Quels salauds ! » C’est la première fois que j’entends un gros mot dans sa bouche. Comme je ne sais que répondre, il reprend : « Vous joindrez les lettres pastorales au prochain courrier. Il faut tout faire pour répandre la vérité sur ces crimes. Il faudrait une lame de fond pour réveiller l’opinion et arracher ces malheureux à leur sort. Hélas, que pouvons-nous ? C’est dans une telle occasion que la Résistance révèle son impuissance. »

    Il reprend les termes mêmes de Bidault, et je sens dans sa voix une profonde indignation.

    [Folio, n° 5206 - p. 519]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 28 novembre 2011

    Samedi 28 novembre 1942 : Sabordage à Toulon. A 7 heures, je sonne chez *Rex (Jean Moulin). Je lui apporte une nouvelle effrayante parue dans les journaux : hier, à 5 h 25, la flotte française s'est sabordée à Toulon. L'amiral de Laborde a appliqué les ordres donnés en juin 1940 par l'amiral Darlan.

    *Rex commence sa toilette, signe qu'il a dû se coucher tard. A l'annonce du sabordage, il s'arrête le visage barbouillé de savon, et réclame les journaux qu'il étale sur le lit. Ses traits manifestent stupéfaction et crédulité : “Comment des officiers français ont-ils pu faire ça ? C'est un crime contre la France ! Le dernier que peut commettre Vichy, après tant d'autres. Les misérables. “

    Il retourne à sa toilette : “Si les Français ne comprennent pas maintenant que le Maréchal est un traitre, c'est à désespérer du patriotisme !”

    [Folio, n° 5206 - p. 669]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 11 juin 2011

    13 juillet 1941 : Le colonel Passy : " De votre conduite dépendra la vie de vos camarades. Vous n'avez pas le droit de la mettre en jeu. La guerre clandestine que nous conduisons en métropole n'est pas celle pour laquelle vous avez été préparé. Elle se vit seule et sans uniforme. La règle exige que vous n'ayez là-bas que peu de contacts avec vos camarades ou vos chefs, seulement pour des questions de service. De plus, il vous est interdit de revoir vos amis d'autrefois et encore plus votre famille. Vous n'aurez pas de réconfort moral, que vous apporte l'armée régulière, d'être entouré à toute heure par vos camarades de combat. Vous vivrez seul, prendrez seul vos repas, etc. Vous entrez en solitude. Pas de dimanche, de samedi, pas de permission. Vous êtes au front vingt-quatre heures sur vingt-quatre, parce que la police et la Gestapo vous traqueront jour et nuit.Vous pouvez être arrêté à tout moment. Ces deux conditions, solitude et danger permanent, sont très dures à supporter : votre mission aggrave l'isolement puisque vous serez en exil dans votre pays."

    [Folio n° 5206 - p. 289]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 27 novembre 2011

    12 décembre 1942 : Est-ce à cause de l'automne ? Le drame d'Alger a ouvert une période de désarroi, aggravée ces derniers jours par la triste lâcheté de Gide et Valéry, mes maîtres révérés.*Rex avait demandé à *Lorrain de les contacter afin d'obtenir leur adhésion à de Gaulle. L'initiative de *Rex agitait un grand espoir, et je ne doutais pas que ces deux gloires deviennent les recrues les plus spectaculaires de la France libre.
    Quelle ne fut pas ma déconvenue lorsque je transmis leur refus à *Rex : Gide, parce qu'il estimait avoir atteint l'âge où les engagements sont clos ; Valéry, parce que Pétain l'avait accueilli sous la Coupole et qu'il jugeait inélégant d'apporter une caution à son adversaire, même s'il disait être de tout cœur avec de Gaulle.
    Ces défections m'ont scandalisé. Mes camarades chasseurs, ceux de la Résistance offrent leur vie pour la victoire. D'autres offrent leur “cœur”… impuissant.

    [Folio, n° 5206 - p. 700]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
30,88 € (neuf)
10,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Alias Caracalla par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (80)

> voir plus

Quiz