Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 282051524X
Éditeur : Milady (2014)


Note moyenne : 3.79/5 (sur 261 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
MOURIR, ÇA FAIT RÉFLÉCHIR...

Cette semaine, j'ai perdu mon boulot, je suis morte dans un accident et, quand je me suis réveillée à la morgue, j'étais devenue une vampire. Bon, il y a des côtés positifs : je suis désormais super forte et les hommes semblen... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (129)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Aline1102, le 02 janvier 2013

    Aline1102
    Betsy, jeune femme superficielle, passionnée par les chaussures de créateurs, vient de perdre son emploi de secrétaire lorsque, le soir de la même journée, elle meurt fauchée par une voiture. du moins, a-t-elle l'impression d'être morte... jusqu'au moment où elle se réveille à la morgue, dans son propre cercueil !
    Betsy est en réalité devenue vampire suite à une agression dont elle a été victime quelques mois auparavant. Il semblerait que les effets de cette attaque par des créatures surnaturelles se soient produits à retardement, suite au " décès " de Betsy.
    Alors qu'elle essaye de s'habituer à sa nouvelle vie, Betsy rencontre Sinclair, un vampire particulièrement séduisant, qui souhaite que la jeune femme se joigne à lui dans son combat contre Nostro, le vampire de plus de 400 ans qui règne sur le monde des Non-Morts. Betsy déteste Nostro mais, n'appréciant pas vraiment Sinclair, elle hésite à rejoindre l'un de ces deux camps. Pourtant, d'après Sinclair et Tina (l'une des vampires fidèles à Sinclair), Betsy serait la Reine des Vampires, dont la venue a été annoncée plusieurs siècles auparavant par le Livre des Morts...

    Ne vous fiez pas à ce résumé très solennel (il faut bien être sérieux, de temps en temps), le récit des aventures de Betsy est tout sauf barbant !

    " Vampire et célibataire " semble, en effet, avoir été écrit pour se moquer gentiment des récits de bit-lit très en vogue actuellement dans la littérature pour jeunes adultes. Plus d'une fois, le mythe du vampire en prend pour son grade, notamment lors des rencontres entre Betsy et Nostro. Véritable caricature, celui-ci ne porte que du noir et siège sur un trône, avec pour seul résultat de ressembler à un Dracula de bas-étage, mal fagoté, chauve et ventripotent.

    Betsy, dont le vrai nom est Elizabeth Taylor (inutile de préciser qu'elle préfère son surnom), est, de son côté, très éloignée des héroïnes habituelles de la bit-lit. Loin d'être une guerrière ou une asociale attirée par les créatures surnaturelles, Betsy est une fille ordinaire, très attentive à son look et parfois un peu stupide. Elle a la langue bien pendue et rend plusieurs vampires complètement fous avec son bavardage incessant, souffre de problèmes de concentration et entend continuer à mener sa vie comme elle l'entend malgré sa transformation en vampire.

    Ce premier tome des aventures de Betsy est donc très agréable à lire et, malgré un certain manque d'action (la bagarre entre vampires n'éclatant réellement que dans le dernier quart du roman), on ne s'ennuie pas. Betsy est très attachante et son humour imprègne tout le récit. Plus s'une fois, j'ai souri (ou même ri) en découvrant ses réactions face aux vampires qui croisent sa route. Sa passion des belles chaussures n'était pas pour me déplaire non plus et les détails donnés sur les différentes marques présentes dans son dressing " spécial chaussures " m'ont semblés très alléchants.

    Deux points négatifs sont pourtant à souligner en ce qui me concerne. Sans être particulièrement prude, j'ai trouvé certains détails concernant la sexualité des vampires très osés. Ainsi, je n'ai pas compris l'intérêt de lier les morsures des vampires au sexe, comme c'est le cas tout au long du roman. de plus, il ne faut pas non plus oublier que, depuis la sage Twilight, les récits de vampires sont plutôt destinés à un jeune public ; or, ce Queen Betsy n'est pas vraiment adapté à ce type de lecteurs. le design de la couverture peut être trompeux : avec ses couleurs vives et son côté très jeune et girly, elle pourrait attirer des ados à partir de 12 ans... qui risqueraient d'être très choqués par certains passages.

    Enfin, j'ai trouvé les détails de la transformation de Betsy peu clairs. Pourquoi a-t-elle été attaquée par les Monstres de Nostro, qui sont pourtant enfermés sous bonne garde dans la propriété de celui-ci ? Les Monstres, particulièrement affamés, ont-ils réussi à s'échapper ? Nostro connaissait-il la prédiction sur la Reine et a-t-il deviné qu'il s'agissait de Betsy, provoquant sa transformation pour contrôler le vampire qu'elle deviendrait ? Tout cela reste très flou. Comme il s'agit d'une saga, espérons que les autres volumes apportent certaines précisions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Yumiko, le 19 janvier 2012

    Yumiko
    Cette histoire est un petit bijou! J'ai mis du temps à l'acheter, car je craignais le côté chick-lit mis en avant par certains lecteurs. N'aimant pas du tout ce genre, j'avais peur de détester ce livre. Finalement, c'est tout l'inverse qui s'est produit! J'ai tout simplement a-do-ré!
    Elizabeth Taylor (si si je vous jure!) est une jeune femme obnubilée par sa personne, la mode et sa collection de chaussures. Seulement sa vie s'arrête d'un seul coup et la voilà qui se réveille à la morgue. La première surprise passée et surtout le premier choc passé (oui elle est habillée comme une souillon avec des chaussures pas classes du tout!), notre belle s'en va, se demandant ce qui lui arrive. Bien décidée à retourner du côté des morts, elle tente de se suicider de bien des façons avant de découvrir avec l'aide d'un prêtre qu'elle est devenue une vampire…
    Loin de se démonter, notre Betsy nationale décide de profiter de l'occasion pour reprendre sa vie et vivre comme si de rien n'était. C'est sans compter sur son rôle dans une guerre entre clans de vampires, guerre au milieu de laquelle elle se retrouve bien malgré elle! La vie est vraiment injuste parfois…
    Betsy est juste unique. Aucune héroïne de bit-lit ne lui arrive à la cheville XD Acerbe, trop franche, désintéressée par tout sauf par sa vie, ne pensant qu'aux prochaines chaussures qu'elle va acheter et rêvant de se venger de sa belle-mère, elle n'a rien de la femme naïve, soumise ou à l'opposé forte, des autres séries. Alors qu'une autre paniquerait à l'idée d'être une vampire, tout ce qu'elle voit c'est le manque d'argent pour son shopping.
    Le jour où Sinclair (qu'elle se plaît à appeler à Saint Clair) entre dans sa vie (enfin entrer c'est beaucoup dire XD), elle va découvrir qu'elle ne peut finalement pas faire tout ce qu'elle veut comme elle veut. Sa réaction: s'en prendre à lui à l'aide de ses remarques acerbes et délectables. Car oui, leurs discussions sont juste exceptionnellement drôles!
    L'humour est bien l'élément numéro un de ce livre. L'héroïne dénigre tellement les vampires que s'en est à mourir de rire. Sa force: quand elle devrait avoir peur ou faire profil bas, elle joue les femmes fortes à l'aide des mots qu'elle emploie comme des armes. D'ailleurs elle serait bien incapable d'utiliser d'autres armes. Sa première réaction face au gros méchant qui tue depuis des siècles: elle se moque de son accoutrement et de son nom, et termine en attrapant un fou rire! Tout simplement mythique je vous le dis XD
    Sous certains aspects elle est complètement folle, bornée, irréfléchie, incapable de rester concentrée sur un sujet plus de quelques secondes et possède une sorte de réflexe de Pavlov devant des chaussures de marques (ce qui lui jouera un bien vilain tour vers la fin). Elle est vraiment attachante et ressemble à la bonne copine avec qui je pourrais faire les quatre cents coups.
    Mais qui dit bit-lit, dit forcément beau mâle ténébreux. Dans cette histoire, il s'agit de Sinclair. Ce bourru respectueux des convenances est très ombragé par l'héroïne. Oui il est beau, oui l'héroïne est attirée bien qu'il la rebute en même temps, oui il saura vous titiller par certaines de ses attitudes ou réparties. Malgré tout il n'entre pas dans le top ten des plus séduisants. J'adore les moments qu'il passe avec Betsy et son découragement face à cette impétueuse jeune femme et son trouble de l'attention. Pauvre professeur :-P
    L'histoire est finalement assez classique mais elle est servie pas une écriture rafraîchissante. Pas de grossiertés à chaque ligne, une grammaire respectée, un phrasé parfait, tout pour plaire. L'auteur nous offre une petite merveille d'humour et de divertissement. J'ai déjà hâte de me jeter sur la suite!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Pommesucre, le 26 février 2012

    Pommesucre
    Ce qui m'a intrigué avec ce livre c'est avant tout le mélange de genre à savoir ce qu'on appelle plus communément "Bit-Lit" (mais qui en vérité est de l'urban fantasy) et Chick-Lit. Il n'en a pas fallu plus pour me convaincre. Et puis un jour je suis tombée sur une vidéo d'interview de la maison d'édition "Milady" qui disait que ce livre était accessible à tous ! Là je dis STOP de suite. Certes c'est frais, c'est léger dans l'ensemble, mais certaines allusions sexuelles ne sont pas à mettre dans les mains des plus jeunes, étant donné que c'est détaillé et un peu trop adulte pour un jeune ado. Donc soit je suis vieux jeu, soit on offre déjà playboy à des petits gamins de 10 ans et je ne le sais pas (ou alors je suis vieux jeux) ! Soit.
    En soi le mélange est vraiment sympa, bien que pas spécialement révolutionnaire, étant donné qu'il apporte une touche d'humour aux personnages et que du coup ça rend l'intrigue beaucoup moins dramatique qu'elle le serait pour une urban-fantasy classique. Cependant j'aurais aimé que l'auteur pousse les faits jusqu'au bout. Si on joue la carte Chick-Lit, pourquoi ne pas le faire à fond ? Je m'explique, à certains moment, c'est frais c'est mignon. A d'autres c'est un peu limite pour classer ce livre tout public.
    Quant à l'intrigue en soi, elle m'a transportée, ce livre se lit comme on boit du petit lait. Rapidement et sans encombre. On suit l'héroïne dans son périple vers le couronnement. Comme toute fashion addict, faudra la prendre pas les sentiments en la soudoyant à coup de chaussures de créateurs de la nouvelle collection.
    Vénale la Betsy ? Meuh non, ou alors si peu ! Il faut juste la motiver un peu, comme tout le monde. Bien sûr sa motivation à elle c'est les chaussures et les miennes c'est les livres ... Il y a juste un monde entre les deux ! Vous l'aurez compris, notre chère Betsy est légèrement superficielle. A cette superficialité, on peut ajouter toute la panoplie cliché de la blonde stupide et ignorante de sa stupidité. Mais le fait qu'elle l'ignore m'a bien fait rire à certains moments, moins à d'autres. Ca va un peu, mais même quand elle avait tous les éléments pour dire OK, je suis la reine annoncée par la prophétie, elle refusait l'évidence. Ca m'a juste démontré que parfois être tête en l'air ou stupide c'est mignon au début, vachement moins à la fin. Quand elle s'est rendue à l'évidence, elle faisait l'égoïste et seules les chaussures l'ont aidé à se bouger et à agir. (Je devrais pas critiquer son amour pour les chaussures, ma collection n'est pas mal non plus). Attachante et à baffer en même temps.
    Pour illustrer ce côté un peu stupide c'est quand elle demande à un jeune homme de ne pas sauter du toit et de descendre pour éviter toute bêtise. Ce jeune homme lui demande si c'est pour assouvir sa soif démoniaque et elle lui répond ceci : "Noooooon, je veux t'empêcher de sauter, c'est tout. Je ne suis pas pressée d'aller dîner.".
    Quand à la mythologie que l'auteur a développé, je l'ai trouvé sympa pour une entrée en matière, mais pas vraiment exceptionnelle. Certains détails m'ont chiffonnés. Notamment par rapport à cette mythologie. Il est fait état de garder l'anonymat des vampires à tout prix. Personne ne doit savoir qu'ils existent. Et pourtant tous les personnages que croise Betsy, sont sous charme et savent directement pourquoi, c'est une vampire. Un peu trop je trouve. Sachant que, normalement, personne ne doit connaître leur existence et que ça doit se cantonner à l'état de mythe, comment tout le monde peut tomber sous le charme de Betsy en la suppliant de les mordre et en la qualifiant de vampire ? Je trouve qu'en ça les bêta lecteurs originels de l'auteur auraient pu le faire remarquer étant donné que ça casse un peu l'intrigue.
    Sinon en soi, la plume de l'auteur est vraiment plaisante et fluide ! J'avais rarement lu aussi rapidement qu'avec ce livre ^^
    C'est un bon en-cas, une bonne lecture pause, à lire sans se prendre la tête et se distraire. Plaisant et le contenu à de quoi faire sourire plus d'une fois.
    Une saga que je compte poursuivre pour voir comment vont évoluer les choses pour notre chère Betsy. Etant donné que son début de règne ne s'est pas fait sans encombre, il me tarde de connaître la suite !

    Lien : http://bulledepomme.blogspot.com/2012/02/queen-betsy-vampire-et-celi..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Dautresplumes, le 06 juin 2013

    Dautresplumes
    Betsy, de son vrai nom Elizabeth Taylor (ça ne s'invente pas !), vit une journée épouvantable : elle est en retard, elle rate le bus, se fait virer et... se fait renverser par une voiture en voulant récupérer son stupide chat. Sauf qu'à la morgue, Betsy se réveille en tenue d'Eve et se sent parfaitement bien, mis à part sa paleur, sa froideur, son coeur qui ne bat plus ET la disparition de toute sa collection de chaussures de grandes marques ! Pour une raison inconnue, elle est devenue vampire, et fera bien vite connaissance avec ses "semblables" avec qui ça ne se passera pas vraiment très bien... Mais au fait, pourquoi Queen Betsy ?
    C'est le premier vrai roman de mêlant chick-lit et bit-lit que je lis. le concept est intéressant et plutôt convaincant. Je ne me suis pas ennuyée une seconde en lisant ce premier tome, même si tout n'est pas parfait !
    Le jour de ma mort commença mal et empira dans la foulée.
    Après s'être réveillée vampire, Betsy veut absolument garder sa vie "normale" d'avant et continuer de vivre sa petite mort. Evidemment ça ne se passera pas comme ça d'un claquement de talon.
    Betsy est un personnage vraiment hors du commun. Une chose est sûre, du caractère elle en a à revendre ! Malheureusement son côté blonde est parfois un peu irritant. Superficielle et matérialiste, sa passion sans borne pour les chaussures est un peu too much à mon goût. Elle est presque capable de tout pour une paire de chaussures valant une fortune, même à aller risquer sa vie... Enfin sa non-vie, ou sa non-mort, je m'y perds ! C'est probablement cet aspect qui m'a le plus déplu dans cette lecture. Mais rien de dramatique, car ça donne aussi de bons moments d'humour !
    Il pensait sûrement que j'étais superficielle, faible et complètement stupide. Et alors ? Au moins, j'avais les plus belles chaussures de la saison.
    De l'humour, il y en a beaucoup. Betsy y est pour beaucoup puisque sa blondeur, sa naïveté et son côté miss Catastrophe est un vrai puits à situations comiques. Sans compter ses tentatives de suicide improbables quand elle découvre sa nouvelle nature, et son zozotement dès qu'elle a les crocs (qui poussent) ! Son côté très prude est très sympa aussi, maintenant que sa nature de vampire a tendance à attirer tous les mâles (et les chiens !) qui passent près d'elle. Bref, vous l'aurez compris, Betsy est un personnage qui crée l'histoire à lui tout seul.
    Dévolée, tu m'as furprise ! Je veux dire que tu m'as fait furfauter. Oh fait fier !
    Et qu'en est-il de l'histoire justement ? Rien de bien nouveau sous le soleil (ah ah). Des vampires, un en particulier qui se prend pour le grand chef, un autre qui s'oppose farouchement à ce grand chef, et au milieu, une nouvelle vampire qui, comme de par hasard, est un vampire pascommelesautres ! Ah. Forcément, le rebelle de l'histoire veut se débarasser du grand méchant chef vampire et il essaiera de récupérer le bébé vampire dans son camp, par tous les moyens possibles. Schèma plutôt banal.
    Oh et j'oubliais, le vampire un peu rebelle, Eric Sinclair de son joli nom, est bien évidemment : beau à tomber, gaulé comme un joueur de rugby façon Dieu du stade, une bête de sexe (le bonus) légérement exhibitionniste (léger hein), et au comportement façon chevalier servant. Bref, le mec... pardon, le vampire parfait... Miam ! Donc, jusque là, on reprend les bases classiques pour en faire un bon livre, et... ça en fait un bon livre ! Parce que finalement, j'ai ri, j'ai souri, j'ai cogité (ça m'arrive), et je me suis laissée bernée par le gentil-pas gentil de l'histoire... Je me ramollis un peu je crois ^^.
    Je suis quand même un peu déçue de découvrir cette société vampirique qui a première vue, n'a pas de réelle organisation. Ca me fait un peu bizarre, j'ai l'impression que c'est un peu la foire, mais peut-être que par la suite ça changera, vu la nouvelle position que notre amie Betsy et son rebelle adoré devront occuper.
    Par ailleurs, il reste encore de nombreuses zones d'ombre concernant le pourquoi de la transformation de Betsy, avant son accident, elle s'était fait agressée par des vampires, mais rien n'explique pourquoi le fait de mourir, des semaines après, l'ait transformée... Autre point flou, les vampires ont l'air d'avoir une grande influence sur les humains qu'ils mordent, mais on ne sait pas pourquoi, ni pourquoi certains le vivent mieux que d'autres. Mais je ne me formalise pas, il y a de nombreux tomes encore qui peuvent éclarcir tout cela !
    Concernant les personnages plus secondaires, je dois dire que je n'ai pas vraiment apprécié la meilleure amie black, Jessica, ni le nouveau meilleur ami médecin gay Marc, qu'elle sauve du suicide. Pourquoi ? Tout simplement, je les ai trouvé trop caricaturaux, la métisse plein aux as, l'homo hyper trop cool, qui se font parfaitement bien à la nouvelle Betsy, qui n'ont peur de rien, ou presque, et qui se la jouent déjà à la Willow et Alex (cf : Buffy contre les vampires). C'est un peu trop lisse à mon goût, voire même inutile finalement. Heureusement que Betsy la dingo et Eric l'arrogant (miam Eric) rattrapent le tout, notamment avec leur jeu du "je t'aime moi non plus" !
    Le style de l'auteur est léger, fluide et rythmé, tout ce qu'il faut pour de la chick-lit. Malgré le manque de détails et d'explications sur certains points, elle a su créer un univers et surtout des personnages suffisamment charismatiques pour débuter une longue série d'aventure !
    Amoureuse de chick-lit, vous devriez aimé !

    Lien : http://wp.me/p3C171-oA
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Pris, le 20 juillet 2014

    Pris
    Un mélange de chick-lit et de bit-lit très réussi!
    Plus pour les amateurs de Buffy que de Twilight !
    Ici pas de romantisme ni de jérémiades à propos de malédictions ou d'amours impossibles entre humains et non-humains.
    Non, Elizabeth Taylor (appelez-moi Betsy) sait se recentrer sur les choses essentielles de la vie: les chaussures Prada ou Louboutin. le reste? très peu pour elle.
    Et ces vampires de pacotille qui veulent faire d'elle leur reine en vertu d'un affreux livre maudit - ou bien l'éliminer à cause de cet affreux livre maudit- lui cassent les pieds! Tout ce qu'elle veut, elle, c'est reprendre sa vie d'avant sa mort! Na! Avec sa meilleure amie millionnaire, son meilleur ami médecin gay et suicidaire, sa mère, son affreuse belle-mère.
    Une histoire d'amour avec un sombre, ténébreux, séduisant et riche vampire? Pas question: de toutes façons, il l'agace.
    Une héroïne égocentrique, fatigante et superficielle, pleine d'humour, avec un QI de ... (non précisé en fait) et qui fait face à des situations rocambolesques avec panache. de quoi passer un bon moment de détente, sans prétention intellectuelle ou littéraire.
    Personnellement, je me lasse très vite des séries passé le tome 4 (ou moins) et je les lis uniquement pour savoir la suite. Pour une fois, j'ai lu les 12 tomes avec le même plaisir et le même amusement. C'est léger et c'est amusant. A consommer sans retenue!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (38)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Crunches, le 25 mars 2012

    Ce n’était pas ma dernière nuit sur terre : elle avait eu lieu l’avant-veille. Pas la peine de m’apitoyer sur mon sort. J’avais été une fille bien sage toute ma vie et maintenant, j’allais en être récompensée, bordel ! Je n’avais pas du tout l’intention d’errer comme un zombie, à terrifier les gens et à faire comme si j’avais toujours ma place en ce bas monde.
    - Dieu, commençai-je tout en essayant de garder l’équilibre. C’est moi, Betsy. Je viens te rendre une petite visite. Prépare la chambre d’ami !
    Je sautai alors du toit et combattis l’envie de me mettre en boule avant de percuter le bitume, tête la première, comme prévu. Ce qui ne l’était pas du tout, c’était cette douleur insupportable à la tête et le fait que ne me retrouvais ni inconsciente, ni auprès de mon pote le bon Dieu.
    Gémissant, je me pris la tête entre les mains. Lorsque mon mal de crâne commença à se calmer, je me mis debout… pour me faire rouler dessus par un camion poubelle matinal.
    Je n’eus que le temps de voir les lèvres du conducteur horrifié articuler « Nom de Dieu ! Madame, attention ! » ou quelque chose dans le genre, avant que mon front ne percute la calandre du véhicule. Je me sentis alors glisser comme un pigeon qui a aurait percuté un pare-brise et tombai par terre, sur le cul. Ça faisait moins mal que la calandre, mais de peu.
    Pendant un long moment, je restais allongée sur la route, à me demander sérieusement s’il fallait que je me relève. En définitive, je me dis que je ne pouvais pas rester là pour l’éternité (j’étais de toute façon incapable de reposer en paix où que ce soit) et me redressai lentement. Lorsque, debout, j’époussetai ma jupe de vieille et dégageai les cheveux de mon visage, conducteur fit marche arrière et se tira sans demander son reste. Je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir : je devais faire peur à voir. Mais avait-on déjà entendu parler d’un camion poubelle en délit de fuite ?

    Je ne m’avoue pas facilement vaincue. Me jeter dans le Mississippi se solda par un échec : je découvris que je n’avais plus besoin de respirer. Après une demi-heure dans le fond vaseux du fleuve à attendre patiemment de me noyer, je décidai d’abandonner et de remonter sur la berge. Le plus étrange, c’est que je ne sentais pas le froid alors qu’il ne devait pas faire plus de 5°C et que j’étais totalement trempée.
    M’enterrer avec un câble électrique dans les mains n’eut pas plus de résultat (sauf pour mes cheveux – un vrai désastre !).
    Je bus alors une bouteille entière d’eau de Javel, mais le seul effet secondaire fut un curieux cas de gorge sèche… J’avais une de ces soifs !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par steambook, le 18 octobre 2012

    "OK, en fait, le mot "agressée" est un peu faible. C'est comme utiliser le mot "malencontreux" pour décrire la Seconde Guerre Mondiale."

    "- Le Christ ?
    Elle frissonna si fort que la voiture chancela.
    - Oui. Tout le monde en a entendu parler, pourtant combien croient vraiment en lui ? ou le reconnaîtrait s'il revenait à la vie ? Ils parlent de miracle, de marche sur l'eau, de transformer l'eau en vin, mais, personnellement, si je voyais quelqu'un faire ça, je serais terrifiée ! Comme beaucoup, je pense. Voilà ce que vous représentez, Majesté.
    - Euh.. Je ne crois pas que tu devrais crier sur les toits ma ressemblance avec Jésus-Christ. Ne le prends pas mal. C'est juste mal vu. Quand les Beatles ont voulu se comparer à lui, ça a mal tourné."

    "- Je peux accepter le fait que tu sois un suppôt de Satan dénué d'âme, pas une amie des arbres et des animaux. J'ai ma fierté."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Lady_K, le 21 août 2012

    J'étais en train de grimper cinq étages à la verticale. Moi !
    Alors qu'en sport, au lycée, j'étais incapable d'escalader cette foutue corde, même celle avec des nœuds !
    A présent, l'exercice était presque trop facile. Je me sentais euphorique. Cela me demandait autant d'effort que pour ouvrir une boîte de Pringles. J'étais rapide, j'étais forte, j'étais... Spider-vampire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par steph.1991, le 17 juin 2012

    Après avoir tâtonné davantage, un éclair de génie me
    traversa et j’essayai de me redresser. Ma tête heurta quelque
    chose de solide qui céda quand je poussai. Je me retrouvai ainsi
    assise, à cligner des yeux dans le noir.Je me crus d’abord dans une grande cuisine industrielle.Puis, je me rendis compte que j’étais assise dans un cercueil. Il était blanc avec un filet doré sur le côté et molletonné de satin
    rose bonbon (beurk !). Il avait été posé sur une grande table en
    inox, au centre de la pièce, et il y avait une rangée d’éviers
    contre le mur du fond. Pas l’ombre d’un four. Seulement
    quelques instruments étranges et une palette de maquillage de
    taille industrielle. Ce qui voulait dire que ce n’était pas une
    cuisine mais une…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par ImagIn, le 30 juillet 2011

    Comme je l'ai déjà dit, ce n'était pas douloureux, mais mon corps entier subit une énorme pression. J'entendis des choses se casser, mon propre crâne se briser ! On aurait dit qu'on mastiquait de la glace dans mes oreilles. Je sentais que je saignais. Du liquide s'échappait de tout mon corps. Pour la première fois en vingt-six, je perdis le contrôle de ma vessie. Dans la nuit, sur la neige, mon sang semblait noir.
    La dernière chose que je vis fut Giselle, assise sous le porche, qui attendait que je la fasse rentrer. Le dernier son que j'entendis fut les cris du conducteur qui appelait à l'aide.
    OK, pas tout à fait les derniers. Mais vous m'avez comprise...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Mary Janice Davidson

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Mary Janice Davidson

Vidéos en anglais. Interview de Mary Janice Davidson pour le "Coffee with an Author from Romantic Times Booklovers Conference"








Sur Amazon
à partir de :
4,50 € (neuf)
4,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Queen Betsy, tome 1 : Vampire et célibataire par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (494)

> voir plus

Quiz