AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2877068161
Éditeur : Editions de Fallois (2012)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.04/5 (sur 5259 notes)
Résumé :
À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.

Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (1073) Voir plus Ajouter une critique
Laurence64
Laurence6401 novembre 2012
  • Livres 1.00/5
"Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé". Damned! Ce n'était donc pas un bon livre, Harry, que ce livre dans lequel vous vous êtes démené. Je suis ravie de l'avoir achevé et que s'ouvrent d'autres perspectives de lectures. Car j'avoue avoir décroché plus souvent qu'une connexion wi-fi un soir d'orage.
Il faut dire que vous et moi avons débuté sur un malentendu. Vous ne cessez d'expliquer ce qu'est un bon livre et un grand écrivain. Un bon livre, un chef d'oeuvre même, est un livre qui se vend comme un hamburger chez MacDo. A ce compte, le Big Mac est un monument culinaire. Mouais… Par ailleurs, un écrivain de talent écrit un chef d'oeuvre dès son premier bouquin, remarqué par plusieurs éditeurs qui s'en arrachent les droits à grands coups de centaines de milliers de dollars. Mouais toujours. Les Carver, Dybeck, McCarthy et consorts apprécieront.
Et les extraits de votre propre chef d'oeuvre, Les origines du mal, m'ont laissée, comment dire… dubitative: « Ma tendre chérie, vous ne devez jamais mourir. Vous êtes un ange. Les anges ne meurent jamais. Voyez comme je ne suis jamais loin de vous. Séchez vos larmes, je vous en supplie ». Le reste est à l'avenant.
J'imagine Philip Roth ou Pynchon ou Powers (qui me semblent être des références littéraires aux States) devant ces quelques lignes.
Comme ils apprécieront le destin de votre poulain, Marcus. Prenons un éditeur aux canines dignes de faire pâlir Dracula; un auteur d'un unique best-seller en proie au syndrome de la page blanche; un contrat pour 5 ouvrages non respecté. Il est dans la logique américaine que de déchirer ledit contrat pour offrir au pauvre génie en déroute un nouveau contrat de 1 million de dollars dès son dégrippage neuronal.
Passons, passons, cher Harry.
Je vous abandonne pour m'adresser à nos Académiciens français qui ont primé ce livre.
Un homme de 34 ans tombe amoureux d'une adolescente de 15 ans. Faire de cette relation (habituellement sulfureuse) une bluette digne d'une liaison entre Oui-Oui et Bécassine, il fallait oser. Est-ce cette innovation qui vous a bluffés? Nola chérie. Harry chéri. Nola chérie. Harry chéri. Je t'aime Nola chérie. Je vous aime Harry chéri. Et? L'amoureux passe la main dans les cheveux de son amoureuse. On ne frémit pas, on ne tressaille pas. On est désincarné. de purs esprits, ces deux-là. Messieurs les Académiciens, certes, l'Amérique est puritaine mais l'Amérique se reproduit (ou pas). Elle se passionne, perd ses repères, se perd. Elle est charnelle sauf chez Joël Dicker et chez vous a priori. Souvenez-vous lorsque vous étiez dans la force de l'âge. Moi, j'ai regardé évoluer des ectoplasmes. Et je n'ai pas cru davantage aux autres personnages: clichés, attendus, téléphonés, caricaturaux, prévisibles.
J'en veux pour exemple Gahalowood. Pourquoi coller au cliché du bougon-râleur-pas-aimable-au-début-qui-révèle-un-coeur-d'or-à-l'usage?
Reste le thriller. Convenu aussi.
Messieurs les Académiciens, en 1968, vous aviez distingué Belle du Seigneur. Est-ce cette réflexion sur l'amour qui vous a conduits à récompenser, en 2012, l'affaire Harry Quebert?
« Vous essayez de me parler d'amour, Marcus, mais l'amour, c'est compliqué. L'amour, c'est très compliqué. C'est à la fois la plus extraordinaire et la pire chose qui puisse arriver. Vous le découvrirez un jour. L'amour, ça peut faire très mal. Vous ne devez pas pour autant avoir peur de tomber, et surtout pas de tomber amoureux, car l'amour, c'est aussi très beau, mais comme tout ce qui est beau, ça vous éblouit et ça vous fait mal aux yeux. C'est pour ça que souvent, on pleure après »
Là, je soupire très fort. Et je passerai sous silence l'indigence stylistique parce que, à cette heure, "la lune brillante illumine tout au-dehors".
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          53755
Lolokili
Lolokili10 avril 2013
  • Livres 2.00/5
Un gros pavé, une première de couverture hoppertuniste et deux récompenses littéraires font-ils d'un livre un best-seller ?
Là, il faut croire que oui.
Un best-seller est-il forcément un excellent bouquin ?
Euh... non, pas là non.
La vérité sur l'affaire Harry Quebert n'est pas toutefois un nanar absolu. En revanche, le concept de "chef-d'oeuvre magistral" employé à son endroit m'arrache quelques gloussements furtifs.
Point positif : la construction du récit, intéressante, complexe et néanmoins facile à suivre. de retours en arrière en témoignages divergents, ce roublard de Dicker embrouille son lecteur, le rattrape par les bretelles, feint de délivrer des réponses avant l'heure et nous trimbale dans les détours habiles d'une histoire ficelée comme une cagole dans sa toilette estivale en dentelle de macramé, la sensualité en moins car force est d'observer qu'on s'approche plus ici du scenario commercialement efficace que d'un récit authentique et puissant.
Point négatif numéro 1, aarrgg : le style. Joël Dicker n'écrit sans doute pas avec les pieds mais ça y ressemble, et quand je lis «elle préparait à manger» ou «elle disposa un coussin sur sa chaise pour qu'il soit confortable» (l'écrivain, pas le coussin) c'est plus fort que moi, je coince. Une écriture indigente engendrant manifestement des dialogues sans substance, voilà du coup un roman lesté d'une narration aussi envoutante et suggestive qu'une fille qu'aurait pas de shampooing, nan mais aallô quoi.
Point négatif numéro 2, aarrgg (bis) : les clichés. Ami philosophe réjouis toi, en ce livre prolifèrent de bouleversantes pistes de méditation sur la vie, l'amour, le métier d'écrivain tout ça… à vous propulser Marc Levy au panthéon des métaphysiciens d'envergure planétaire. Au hasard : «L'amour c'est très compliqué», «l'amour ça peut faire très mal» ou «L'important, ce n'est pas la chute […] l'important c'est de savoir se relever» (Joël Dicker, Coelho helvète).
Dans ma grande mansuétude (et un peu par flemme aussi) je passerai rapidement sur la relation invraisemblable et niaiseuse entre Harry et Nola-chérie (précisons quand même que l'insipidité des dialogues y atteint là son apogée) ainsi que sur les rebondissements multiples et furieusement capilotractés qu'inflige la fin de l'histoire au lecteur en mal de révélations.
Bref, quantité au détriment de qualité… voilà sans doute le postulat fondamental de ce prétendu chef-d'oeuvre.
Mais sous le gros pavé, la plage, et comme jamais deux sans trois, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert pourra bientôt prétendre à un nouveau prix, celui de Le-bouquin-spécial-transat-été-2013 (si tant est que ce dernier se pointe), de loin la récompense la plus pertinente à l'égard d'une aussi brillante réussite… marketing.

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          25851
caro64
caro6409 novembre 2012
  • Livres 4.00/5
Attention… risques d'insomnie ! Entre fausses pistes, coups de théâtre et rebondissements en chaîne, Joël Dicker nous offre un roman captivant qu'il est très difficile, voire impossible, de lâcher une fois commencé. Vous voilà prévenus ! J'ai dévoré ces 670 pages savamment maîtrisées en 2 jours…
Marcus Goldman a écrit un premier roman au succès retentissant. Mais depuis, c'est la page blanche. Il appelle à l'aide son mentor, Harry Quebert, grand romancier américain qui lui a tout appris. Cependant, Quebert est arrêté pour le meurtre d'une adolescente, Nola Kellergan, disparue trente ans plus tôt et avec laquelle il entretenait une liaison secrète. Malgré le scandale, Goldman se rend sur place pour soutenir et faire innocenter son ami. Son éditeur, à qui il devait rendre un nouveau manuscrit, l'oblige à écrire sur cette juteuse histoire au succès assuré. L'Affaire Harry Quebert prend donc forme sous nos yeux. Un manuscrit dangereux pour l'auteur, car non seulement il risque de lui faire perdre un ami, mais encore parce qu'il se retrouve menacé par un habitant d'Aurora (New Hampshire) où le drame s'est déroulé. Qui a intérêt à ce que la vérité reste cachée ? Et, quelle est cette vérité ? le roman alterne entre la vie à Aurora aujourd'hui, au coeur de l'enquête, et trente ans plus tôt, en revenant sur la genèse de cette tragique disparition.
La vérité sur l'affaire Harry Quebert est une fiction remarquablement bien construite où le lecteur assiste à la naissance d'un roman dans un autre roman. Au-delà de l'intrigue au suspense incroyable, l'auteur révèle une peinture des moeurs de l'Amérique, une analyse sans complaisance de la nature humaine, une réflexion sur le métier d'écrivain et sur la création littéraire. Ce livre nous parle de la vie, de nous, de nos contemporains. Tout y est dit : les travers, les secrets, les démons, les personnalités aussi diverses que torturées, le rôle dictateur des médias, la pompe à fric du monde éditorial, les affres de l'écriture. Il nous parle aussi d'amour et d'amitié. Autant dire que Joël Dicker est un sacré bon raconteur d'histoires ! Certes, tout n'est pas parfait, et si on cherche la petite bête, on peut reprocher à l'auteur le côté caricatural (mais franchement drôle) de certains personnages secondaires (l'éditeur, la mère...). Il y a quelques passages répétitifs, quelques longueurs, des pièces du puzzle qui s'assemblent trop parfaitement pour qu'on ne flaire pas un peu l'artifice. Mais qu'importe, ce sont des défauts mineurs comparés au plaisir de lecture que procure à chaque instant ce roman, car
"Un bon livre, Marcus, est un livre qu'on regrette d'avoir terminé."

+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          1714
jeranjou
jeranjou27 avril 2013
  • Livres 3.00/5
« Ecrivez la vérité sur l'affaire Jeranjou. Délivrez-moi du mal qui me ronge depuis 4 mois » (1)
Plusieurs lecteurs me soupçonnent depuis quelque temps de rouler pour « Rivages » et me harcèlent de commentaires remettant en cause la probité de mes critiques. Heureusement, les accros aux médocs et à l'oseille comme Armstrong ou Cahuzac m'ont ouvert les yeux. le fardeau du mensonge était trop lourd à porter pour un seul homme comme moi…
Et oui, je possédai bien un compte en suisse non déclaré… mais négatif, je le jure. En effet, en échange de critiques sur les livres de la collection Rivages, je devais toucher via un courtier financier un pactole transféré sur un compte suisse si mes critiques atteignaient 200 appréciations.
Malheureusement, loin d'atteindre de tels niveaux, je me suis rendu compte que «Rivages» était peu lu comparé aux best-sellers ou aux «classiques». Autre fait marquant. Nos amis belges, omniprésents sur ce site, ont toutes les peines du monde à acquérir les meilleurs crus de chez « Rivages ». Il fallait se rendre à l'évidence. Me serais-je fais berner par un courtier peu scrupuleux comme une société de surgelés peut acheter du cheval à la place du boeuf?
Alors, hier, la banque suisse «Tout-Est-Caché-En-Toute-Légalité» a fermé mon compte car je lui devais des frais de gestion exorbitants dont j'étais bien incapable d'honorer le remboursement. Oui, j'ai menti honteusement depuis quatre mois et je vous demande pardon. Mais on ne m'y reprendra plus et je serai impartial dorénavant. Fini les Thompson, Behm, Cook, Williams, Hansen ou autres Lehane de Rivages ! Place désormais aux autres talents venus d'ailleurs…
Et oui, je vous le prouve aujourd'hui en oubliant mes romans noirs américains et en découvrant «La vérité sur l'affaire Harry Quebert»… aux éditions Fallois… du suisse Dickens. Au moins un type que l'on ne va accuser de posséder un compte suisse illégalement ! D'autant plus que Joël Dicker est un juriste suisse de 27 ans qui travaillait jusqu'en juillet 2012 au Parlement constitutionnel du canton de Genève…
Alors, l'affaire Harry Quebert ! de quoi s'agit-il au juste ?
En deux mots, une histoire d'écrivains et de meurtres. Comme le merveilleux film, au passage, « The Ghost-Writer » de Polanski que j'avais adoré. Fermons la parenthèse.
La logique du roman repose intégralement sur l'enquête que mène un jeune auteur Marcus Goldman sur son mentor, le célèbre écrivain Harry Quebert, qui est accusé d'avoir assassiné une jeune de fille de quinze Nola Kellergan il y a près de trente ans aux Etats-Unis.
Bien que l'enquête soit très intéressante en soi, l'ouvrage m'a vraiment paru très long et terriblement dilué, comme une bonne confiture que l'on aurait étalée à l'infini. Comment peut-on répéter deux ou trois fois le même passage à trois cent pages d'écart ? On comprend bien sûr le but de la manoeuvre mais l'écriture est tellement téléphonée que le subterfuge en devient grotesque à la longue.
Hormis cet aspect, j'ai trouvé l'écriture trop lisse et sans humour (seuls les échanges avec la mère de Marcus sont intéressants). Trop de dialogues sont stéréotypés et pas suffisamment crédibles.
Les allers-retours permanents entre 2008 et l'année 1975 restent une réussite du roman mais sont exploités à l'excès. Plusieurs fois, je me suis un peu perdu entre ces têtes de chapitres qui n'apportent pas grand-chose, le présent et le passé. Heureusement, les cinquante dernières pages nous emportent littéralement pour nous tenir en haleine jusqu'à la fin.
Si l'on compare ce roman au premier tome de la trilogie de Millénium, notamment sur l'enquête à propos des meurtres d'enfants, le livre de Larson était d'un tout autre calibre car le personnage de Lisbeth Salander pimentait littéralement le récit et apportait cette force de caractère que nous ne retrouvons pas dans « La vérité sur l'affaire Harry Quebert ».
Enfin, si vous êtes à la recherche de romans en quête d'amour impossible comme entre Harry et Nola, je vous recommande les deux magnifiques romans de Williams, noir pour « La fille des collines » et polar, pour « La filles des marais ». Plus concis mais beaucoup plus intense. Toute la différence entre chocolat blanc et chocolat noir…
Pour rassurer les fans de Rivages et de la littérature US, je vais rechausser mes bottes de sept lieux pour regagner l'Amérique de Thompson et son «Sang mêlé». Une Amérique moins lisse et plus noire que celle de Dickens. Bref, l'Amérique, la vraie…
(1) Citation extraite du livre adaptée pour la critique : « Ecrivez la vérité sur l'affaire Harry Quebert. Délivrez-moi du mal qui me ronge depuis trente ans ». Je dois avouer que ce texte figurant à la fin du roman colle, au delà de toutes mes espérances, au style de ma critique fortement adaptée à l'actualité politique et sportive.
PS : Pour tout de même donner une note objective à ce roman, j'ai apprécié le fil de l'histoire et son enquête (5) mais j'ai trouvé le style et la forme (2) très en dessous des grands polars, notamment américains. Qui plus est, oser écrire à la fin de roman, « Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé » est très présomptueux et ne fait que confirmer ma note de trois étoiles au final. En comparaison, «Crime» ou «Des souris et des hommes» que j'ai lus en 2013 m'ont hanté des jours et des nuits, et me marqueront toute ma vie assurément.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10620
TheWind
TheWind04 mai 2015
Dimanche matin. Il pleut. Autant rester au lit avec un (bon?) livre.
«  Maman, qu'est-ce que tu lis ?
- Un navet.
- On ne les lit pas les navets ! On les mange !
- Oui, tu as raison, ma chérie. On peut même les dévorer. »
C'est bien ce que je fais depuis samedi matin. Je dévore, sans les mâcher, les feuilles de ce navet, - euh pardon- les pages de ce pavé qui en contient presque 700 et qui comptabilise à ce jour 841 critiques sur Babelio.
«  Et il est bien ton livre ?
- Non.
- Non ? Pourquoi tu le lis alors ? (Autrement dit : «  C'est complètement idiot de lire un bouquin qu'on n'aime pas ! » )
- (Je ne te le fais pas dire...) J'ai juste envie de savoir qui a tué la fille et pourquoi il l' a tuée. Alors je me dépêche de le lire. Et puis, comme ça, plus vite je le lirai, plus vite j'en serai débarrassée ! »
Yououh !! C'est quoi cette excuse bidon ? D'habitude, quand un livre ne me plaît pas, je n'ai aucun remords à le lâcher. Tsss..
«  Si tu veux savoir la fin, regarde sur Internet !  me dit mon cher et tendre qui a l'esprit pratique.
- Oui, enfin, c'est plus compliqué que ça .. »
Ah Non ! Je ne vais pas me mettre moi aussi à faire des répliques à la Harry Quebert quand Marcus – le super héros de cet illustre roman- lui demande d'éclaircir les zones d'ombre qui subsistent et qui l'empêchent de vraiment comprendre ce qu'il s'est passé ce jour-là, le jour du meurtre de Nola. Jugez par vous-même de la richesse du dialogue :
«  C'est compliqué, Marcus.
- Mais je suis là pour comprendre..
- C'est trop compliqué...
[...10 lignes plus bas...]
- Je ne peux pas vous dire. Vous ne comprendriez pas.
Ça c'est juste un aperçu. Il y a bien pire ! Hormis la pauvreté des dialogues, Joël Dicker nous abreuve, à travers le personnage d' Harry, de conseils, de phrases philosophiques d'une rare éloquence sur la manière d'écrire un livre du style « Parce qu'écrire des livres, ce n'est pas rien. », « Écrire un livre, c'est comme aimer quelqu'un : ça peut devenir très douloureux. » ou encore « Un livre, c'est une bataille. » C'est joliment dit tout ça, c'est tout plein de bons sentiments..mais quand l'auteur continue son délire en faisant passer les deux personnages principaux Harry et Marcus pour de « grands écrivains » ayant écrit des « chefs-d'oeuvre », ça coince. Dîtes, Monsieur l'auteur, vous vous moquez de nous ? C'est une mauvais blague ?
Vous allez me dire, il est auteur, il fait ce qu'il veut..S'il a envie que ces personnages soient de sublimes écrivains de génie, il a le droit, non ?
Oui, mais dans ce cas, il aurait dû s'abstenir de nous dévoiler des passages de leurs prétendus « chefs-d'oeuvre ». Des extraits médiocres et insipides. En exemple, cette fin de roman écrite par Quebert jugée « tellement belle » par Marcus, que je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler quelques phrases. Mesdames ! Attention ! C'est de très haute volée ! Sensation garantie : papillons dans le ventre, jambes qui flageolent, petite larme intempestive !
Extrait : «  Ma chérie, vous me manquerez. Vous me manquerez tant. Mes yeux pleurent. Tout brûle en moi. Nous ne nous reverrons plus jamais ; vous me manquerez tant. »
Ahh ! Vous êtes sur le cul, là, hein ?! Moi aussi.. mais c'est parce que je suis sagement assise devant l'écran de mon PC.
Vous l'aurez bien compris, côté romanesque, inutile d'attendre le grand frisson. Il ne viendra jamais. Je n' ai jamais lu la collection «Harlequin » mais j'imagine que ça y ressemble fort.
Quelle torture tous ces chapitres évoquant la relation amoureuse d'Harry Quebert avec Nola ! L'écrivain mûr d'une trentaine d'années avec une gamine de quinze ans. Histoire déconcertante, peu crédible à nouveau..Qu'il est tarte cet Harry de tomber fou amoureux de cette adolescente en manque d'affection ! Au point de passer ses journées à noircir des pages et des pages de son seul prénom : N.O.L.A.
Affligeant et pathétique.

Dimanche après-midi. Retour du soleil. Youpi !
Je m'installe dans le jardin, le chat sur les genoux, avec le polar de Dicker. Il y a des mauvaises langues qui disent que c'est un livre qui se lit très bien à la plage. Dans mon jardin, y a pas la plage, mais les lunettes de soleil et le transat feront l'affaire pour tester cette théorie.
Eh bien, croyez-moi ou pas, ça marche !
Me voilà dans de meilleures dispositions à l'égard de ce roman que j'ai gentiment incendié ce matin.
Il faut dire aussi que j'en suis à la deuxième partie et qu'on a largement dépassé le stade des présentations. Je me suis familiarisée avec Marcus et j'ai même adopté son acolyte Gahalowood, le flic de choc bourru. Ceci dit, je n'en suis toujours pas à apprécier le portrait caricatural de certains personnages mais au moins, Quebert se fait plus discret. Ouf ! Je respire...(Ce qu'il m'agace celui-là avec son air niais et ses leçons de vie !).
Cette deuxième moitié du roman se concentre plus sur l'enquête à proprement dit et c'est tant mieux.
Le scénario est truffé de rebondissements, de fausses pistes, de nombreux suspects à ne plus savoir qu'en faire. Mordue par l'enquête, j'ai fait abstraction de tout ce qui me dérangeait...C'est sans doute cet aspect qui a donné à ce roman toute la notoriété et le succès qu'on lui connaît : une trame haletante et bien construite.
Je ne suis pourtant pas fervente de roman policier, mais je me prends doucement au jeu et cherche de mon côté qui pourrait bien être le coupable. A partir de la page 450, j'ai bien cru l'avoir trouvé ! Un homme qui ne figurait même pas sur la liste des suspects ! Celui auquel personne ne pense. le mec sympa mais pas très futé, vous voyez auquel je pense ?! J'étais sûre de moi. Mais, quelques pages plus loin, j'ai abandonné cette piste. Ça ne collait plus du tout avec ce que je m'étais imaginé.
Bah, je ne suis pas douée à ce jeu-là. Quand on regarde des séries policières à la télé avec mon chéri, c'est toujours moi qui perds !

Lundi. Très tôt le matin.
Hier soir, j'ai repris « L'affaire Quebert ». Oui, je sais, j'escamote le titre mais je ne me souviens jamais des titres à rallonge.
Repris à 22 heures. Terminé à 1heure 40.
C'est un record. Je suis une lève-tôt, ça c'est certain, et la plupart du temps, je me couche avec les poules, en m'endormant sur un livre.
Cependant, hier soir, je n'avais pas sommeil. Je voulais absolument savoir le nom du coupable. Maintenant, je sais. (Petit sourire en coin.)
Ouh la la ! Quelle fin ! le dernier conseil donné à Marcus par Harry, enfin plutôt le premier ..
Bref ! Ultime conseil du livre : « Le dernier chapitre d'un livre, Marcus, doit toujours être le plus beau. » Décidément , Dicker a des problèmes de formulation ! Elle n'est pas « belle » cette fin, encore moins magnifique, elle est juste palpitante !
Là, pour le coup, j'ai eu le coeur bondissant  !
Dicker a bien mené sa barque. Il trimbale le lecteur là où il veut, l'emmène dans les remous, le perd dans des coins broussailleux, le pousse dans une cascade, l'inonde, le noie, le repêche un peu plus loin...La promenade est loin d'être envoûtante mais elle a le mérite d'être surprenante !
Voilà, que dire de plus ? le scénario est bien ficelé. Ce livre fera sans doute un très bon film …
Alors, bon ou mauvais  ?
Soupir...
Si on met d'un côté de la balance les dialogues médiocres, la mièvrerie de l'histoire d'amour, les gros clichés, le style commun, les personnages trop caricaturaux et peu crédibles, la psychologie de bas étage, la philosophie de comptoir, et de l'autre côté l'intrigue policière très bien menée, cette dernière ne pèse pas bien lourd, c'est indéniable.

Mot de la fin : Si vous n'avez pas encore lu ce roman et que ma critique vous en donne l'envie, je tiens à préciser que je décline toute responsabilité !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10032

Les critiques presse (10)
LaPresse28 janvier 2013
La vérité sur l'Affaire Harry Quebert est un « page turner », comme on dit en bon français, plein de rebondissements, d'humour, d'action et de réflexions.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress03 décembre 2012
C'est une petite bombe venue de Suisse. Un grand roman populaire, dont l'audace et la maîtrise témoignent du talent d'un jeune auteur de 27 ans seulement.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama27 novembre 2012
Six cent soixante-dix pages, écrites dans un style simple et clair,[qui] se dévorent comme les gros thrillers judiciaires de Scott Turow.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeFigaro16 novembre 2012
Un roman complexe, foisonnant et ambitieux. Malgré quelques longueurs, ce livre possède un indéniable souffle romanesque.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde08 novembre 2012
Un honnête polar, dont la présence sur les listes automnales est un mystère plus épais que celui qui nourrit son intrigue.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress31 octobre 2012
Le lecteur est tenu en haleine jusque dans les dernières pages grâce à une série de rebondissements pour le moins inattendus. A tel point que, à l'image du héros de ce roman, il lui sera impossible de décrocher de cette histoire avant d'en avoir découvert les arcanes les plus profonds.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress30 octobre 2012
S'il joue (habilement) avec les règles du genre "noir", Joël Dicker […] dépasse le simple exercice de style pour livrer une fresque plus ambitieuse. C'est à la fois sa grande qualité et sa limite.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint16 octobre 2012
Haletant, La vérité sur l'affaire Harry Quebert est un thriller magistralement construit, mais c'est aussi une plongée passionnante dans les travers de l'Amérique contemporaine. Le pari de Joël Dicker est réussi.
Lire la critique sur le site : LePoint
Culturebox28 septembre 2012
On sort de cette lecture plein d'admiration pour la maestria de ce jeune auteur (qui a plaqué une carrière de juriste toute prête pour tenter de vivre de sa plume). Une magnifique révélation.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LesEchos25 septembre 2012
Le roman de Joël Dicker, [...], n'est pas exempt de quelques défauts de jeunesse [...]. Ce qui n'empêche pas le lecteur, subjugué, impatient, littéralement accro, de tourner les pages frénétiquement, allant de surprise en surprise, ouvrant l'une après l'autre les boîtes du récit comme des poupées russes.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (745) Voir plus Ajouter une citation
BridgetfBridgetf28 avril 2016
Parce qu'écrire des livres, ce n'est pas rien : tout le monde sait écrire, mais tout le monde n'est pas écrivain.
[...] Personne ne sait qu'il est écrivain. Ce sont les autres qui lui disent.
Commenter    J’apprécie          90
BridgetfBridgetf28 avril 2016
[...] par cette expérience, je compris que pour être formidable il suffisait de biaiser les rapports aux autres ; tout n'était finalement qu'une question de faux-semblants.
Commenter    J’apprécie          70
Lili81Lili8126 avril 2016
[...] Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          190
BridgetfBridgetf28 avril 2016
Au pire, me disais-je simplement, il est un homme, et les hommes ont des démons. Tout le monde a des démons. La question est simplement de savoir jusqu'où ces démons restent tolérables.
Commenter    J’apprécie          40
SandrineLeseuteVasseurSandrineLeseuteVasseur26 avril 2016
Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, Marcus, le lecteur doit se sentir envahi d’un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu’à tout ce qu’il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer.
Commenter    J’apprécie          111
Videos de Joël Dicker (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joël Dicker
Conversation Virtuelle avec Joël Dicker à propos de son dernier roman « le livre des Baltimore... .Conversation Virtuelle, Vincent pose des questions à Joël Dicker lors de la parution de son dernier roman « le livre des Baltimore » | Lecteurs.com A découvrir sur le site : http://www.lecteurs.com/livre/le-livre-des-baltimore/4075481
autres livres classés : écrivainVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Savez-vous la vérité sur l'affaire Harry Quebert ?

Que sont Harry et Marcus ?

père et fils
frères
amis
collègues de travail

24 questions
1016 lecteurs ont répondu
Thème : La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël DickerCréer un quiz sur ce livre
. .