Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2070369439
Éditeur : Gallimard (1977)


Note moyenne : 3.92/5 (sur 118 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un homme qui veut changer sa vie s'engage sur un bateau. Sur ce bateau il y a une femme qui court le monde à la recherche du marin de Gibraltar qu'elle a aimé et qui a disparu.
L'amour naît entre l'homme qui veut changer sa vie et la femme qui cherche le marin de... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par aaahhh, le 04 août 2012

    aaahhh
    L'un de mes Duras préférés... Totalement Duras, absolument Duras. Bien sûr c'est lent, bien sûr c'est flou et troublant. Bien sûr c'est inachevé. C'est Duras. C'Est Tout ce qui fait la force de Duras!
    Avec son style puissant et ô combien remarquable, l'auteur nous plonge ici encore dans une étrange et ambiguë passion, entre un homme et une femme qui ne se cherchaient pas et ne se trouveront jamais vraiment.
    La mer, la chaleur, le voyage, les corps... Ce fut pour moi un plaisir de bout en bout que de suivre avec les mots de la grande Marguerite, le parcours de Sète à Léopoldville, de ces deux amoureux pétris de vie, de mort et de contradictions...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 16         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par sentinelle, le 17 février 2013

    sentinelle
    Un homme décide de se dépouiller de sa vie : il quitte la femme avec laquelle il vivait sans amour depuis deux années et renonce définitivement à son travail monotone au ministère des colonies. C'est dans un petit village italien à l'embouchure d'un fleuve dont lui a parlé un chauffeur lorsqu'il se rendait à Florence qu'il trouvera le courage de se défaire du poids devenu trop pesant de ce qu'était devenu sa vie inodore et incolore. C'est là qu'il rencontre la belle Anna, surnommée l'Américaine, jeune veuve richissime qui parcourt le monde à bord d'un yacht avec quelques matelots à la recherche du marin de Gibraltar, un homme qu'elle a aimé et qui a disparu depuis des années.
    Libre mais sans le sou, le narrateur se fait engager sur le bateau pour partir à son tour en compagnie de la belle à la recherche de ce marin évanoui dans la nature, passant de Sète à Tanger, de Tanger à Abidjan, et d'Abidjan à Léopoldville. Il sait que le jour où ils retrouveront la trace du marin de Gibraltar sonnera la fin du couple qu'il forme à présent avec cette femme qu'il aime.
    Quatrième roman de Marguerite Duras, dont le précédent « Un barrage contre le pacifique » lui avait valu une première reconnaissance de la critique et du public, « Le marin de gibraltar » fut publié en 1952 aux Editions Gallimard. Si son précédent roman était largement autobiographique, elle s'en écarte ici délibérément dans ce qui peut apparaître comme une rupture dans son écriture, annonçant par ce roman son œuvre future.
    Proposant une narration lancinante et volontairement évanescente, on finit par se demander si ce marin de Gibraltar n'est pas juste une figure chimérique offrant de par son inaccessibilité un but à l'existence trop monotone s'il n'existait pas dans l'imaginaire de tous les personnages du roman. Chacun finit par avoir sa propre vision du marin de Gibraltar et la poursuite de ces nombreux avatars fournit le prétexte idéal aux diverses escales qui jalonnent ce récit.
    La quête de l'inaccessible où l'essentiel se situe du côté de la recherche dans laquelle on finit par s'oublier que de l'opportunité de retrouver l'objet en question. La place du désir dans la passion. Car la meilleure façon de préserver un amour n'est-il pas de le menacer toujours ? Et quelle meilleure menace que celle du retour d'un hypothétique marin de Gibraltar ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par SeelanddeTahiti, le 08 février 2014

    SeelanddeTahiti
    J'ai commencé à lire Marguerite Duras il y a presque vingt ans, et j'avoue que ce livre me bluffe ! Elle a réussi à me surprendre. Evidemment, elle y est toujours Duras, Duras un peu avant l'heure, quand elle essayait encore d'écrire des romans un peu classiques (quoique le rythme du Marin de Gibraltar contredise déjà cela), mais elle m'a surpris car le livre prend parfois des tonalités inattendues (pour moi).
    La première partie du livre m'a paru un peu longue. On peut reprocher à l'auteur d'avoir pris pour narrateur un personnage un peu fantôme, dont on ne comprend pas trop pourquoi Anna, l'héroïne, tombe peu à peu amoureuse de lui. Excepté cette volonté qu'il a eu de briser les chaînes de sa vie. Bref, je trouve que le narrateur est surtout un prétexte à observer le personnage d'Anna, qui la fascine, et qui est elle-même envoûtée par Le marin de gibraltar.
    L'histoire est incongrue, inrésumable, mais… on s'en fout ! C'est une variation sur l'impossibilité de L'Amour, l'absurdité de l'existence, la soif d'absolu en réponse à la vacuité de la vie. A la fin du livre, quand les personnages abordent l'Afrique, le récit prend souvent des allures comiques. C'est surtout là que j'ai été surpris. J'avais oublié que Duras avait aussi fait quelques tentatives comiques au théâtre. Et surtout, elle est drôle ! Il faudrait faire lire le récit de la vie du marin de Gibraltar, en fin du livre, par le biographe du dernier roi du Dahomey, aux détracteurs de l'auteur. Un délice. Et les conversations au bar sur les sauriens et les glaciations du quaternaire… d'anthologie ! Un très bon Duras finalement !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par vdesanfabian, le 11 septembre 2014

    vdesanfabian
    Dans ce roman comme dans les autres romans de Duras pour lesquels j'ai publié une critique, je dirais qu'ici encore, les personnages sont peu attachants parce que froids, secs. Je suis parvenue péniblement au bout de la premières partie. L'histoire, creuse, et ses personnages à sang froid, m'ont fait me dire à maintes reprises que j'allais lacher l'affaire, pourtant me voici au seuil de la deuxième partie. Je l'aborde sans motivation mais en espérant que c'est maintenant que l'histoire va commencer. Je vous dirais...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Sly, le 26 février 2012

    Sly
    Ce fut une lecture bien ennuyante !
    Tout au long du livre j'ai attendu que quelque chose se passe, mais il ne sait jamais rien passé. J'ai abandonné la lecture à de maintes reprises. L'histoire est creuse et les rebondissements ne sont en fait que de tout petits soubresauts. Sur le fond et sur la forme je n'ai rien trouvé qui vaille la peine de s'attarder sur cette oeuvre.
    Les personnages n'ont pour la grande majorité aucune consistance. Il est difficile de comprendre un tel engouement pour ce livre.
    Du début à la fin, on patiente, attendant inexorablement que la passion amoureuse viennent se mêler à l'intrigue et rien ne se passe.
    Je vais très vite l'oublier, les mauvaises expériences sont là pour nous faire savourer les bonnes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 6         Page de la critique

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Malahide75, le 26 mai 2013

    Le koudou ne mourut pas tout de suite. Il pleura longtemps. Voir pleurer un koudou est une chose que personne ne devrait voir. Allongé sur le bord de la route, la gueule en sang, le koudou pleura de tristesse d'avoir à mourir. Il pleura les pentes herbeuses du Kilimandjaro, les traversées à gué de l'Ouellé, les aurores silencieuses dans les clairières des savanes. Le chasseur l'acheva. Il le chargea sur son porte-bagages et s'en retourna vers sa tente. Il ne raconta son aventure à personne. Il ne s'agissait que d'un seul koudou, et le monde en fourmille, mais l'innocence d'un seul koudou, qui pourra jamais la racheter ? Le lendemain, le chasseur trouve que le matin était amer. Il n'eut pas le courage de se lever et resta enfermé dans sa tente jusqu'à midi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Sly, le 07 janvier 2012

    J'étais enceinte jusqu'aux dents de tous les mots de l'amour et je ne pouvais plus accoucher d'un seul.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par mutatis-liber, le 05 août 2008

    Je perdis toute liberté. Elle occupa toutes mes pensées, hypothéqua mes jours, mes nuits. Un clou noir dans mon coeur.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par aurelie_leroy, le 10 juillet 2013

    Les oiseaux, c'est comme l'amour, ça a toujours existé. Toutes les espèces disparaissent, mais pas les oiseaux. Comme l'amour.

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la citation

  • Par lefildelaure, le 09 août 2013

    Il fut à quelques mètres de moi en plein soleil. Et tout à coup, je pus enfin le regarder, je le vis. Je le reconnus. Je reconnus le marin de Gibraltar. Elle n'avait bien entendu aucune photo de lui et je ne lui avais jamais imaginé un visage quelconque. Mais je n'eus pas besoin de ces repères. Je le reconnus comme sans les connaître on reconnaît la mer ou quoi ? l'innocence. Cela dura quelques secondes. Puis ce fut fini.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (179)

Videos de Marguerite Duras

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras

Hugues Pradier - La Pléiade, actualité autour d'une collection .
A l'occasion du centenaire de la naissance de Marguerite Duras et de la publication des tomes III et IV de ses oeuvres complètes dans la collection Pléiade, rencontre avec Hugues Pradier, directeur éditorial de la célèbre collection aux éditions Gallimard. http://www.mollat.com/livres/duras-marguerite-oeuvres-completes-9782070144778.html http://www.mollat.com/livres/duras-marguerite-oeuvres-completes-9782070122295.html http://www.mollat.com/livres/duras-marguerite-oeuvres-completes-9782070122301.html Notes de Musique : /Users/station1/Music/iTunes/iTunes Media/Music/Compilations/India Song Et Autres Musiques de Films/1-10 India Song (Thème, Piano).








Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
1,59 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Marin de Gibraltar par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (298)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz