Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 270732048X
Éditeur : Editions de Minuit (2008)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.88/5 (sur 274 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
On a dû insister pour qu'Émile se mette à courir. Mais quand il commence, il ne s'arrête plus. Il ne cesse plus d'accélérer. Voici l'homme qui va courir le plus vite sur la Terre.
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (32)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par medsine, le 25 mars 2014

    medsine
    Quel bonheur que de lire ce court récit de Jean Echenoz, sur l'immense coureur de fond qu'était Emile Zatopek, la locomotive tchèque. Après le poussif et trop philosophique "Courir", essai homonyme, de Guillaume Le Blanc, j'ai enchaîné ces 150 pages avec une grande aisance, un réel plaisir, une envie comblée.
    Emile, jeune ouvrier travaillant à l'usine de chaussures Bata est encouragé à courir sur le tard (fin de l'adolescence) et se découvre un talent inouï pour les distances de demi fond (5000 et 10 000 m). Il se met à tout gagner, puis continue à participer à des courses organisées pour les championnats militaires lors de son service puis lorsqu'il fera carrière dans l'armée, cette dernière étant trop heureuse d'avoir en son sein un champion très prometteur. Il gagnera tout par la suite, devenant un des plus grands champion Olympique de tous les temps.
    Le récit mêle les exploits sportifs hallucinants de cette bête de somme qu'est Emile, coureur sans classe et au style abominable mais qui brise tous ses concurrents sur la distance par ses ruptures de rythme et sa force surhumaine, avec les événements survenus en république tchèque durant la guerre froide. On y découvre au delà de la simplicité du champion, toutes les difficultés qu'il a pu rencontrer pour participer aux courses internationales (autorisations délivrées ou non par l'état major soviétique). On est enfin terrifié par le destin tragique et absurde du coureur broyé par les russes qui réprimèrent les acteurs, les plus illustres comme les plus anodins, du printemps de Prague.
    La prose de Jean Echenoz est simple et efficace, directe, sans chichi. Il touche au but, tout simplement.
    Février 2014
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marcelline, le 28 juin 2012

    Marcelline
    Voilà un petit bonheur offert par la littérature!
    Avec Courir, Jean Echenoz nous dresse un portrait tout en subtilité du coureur multi-champion de course à pied, Emile Zatopek.
    Le personnage est sympathique, étonnant, voire ahurissant dans ses records battus, et semble toujours repousser la limite de ses exploits, "l'air de rien", comme par hasard!...
    Mais le "plus" magistral de cette biographie, c'est l'écriture! Si Zatopek a fourni une matière qui incite à l'empathie, c'est surtout la façon d'en parler d'Echenoz qui fait toute la différence avec une biographie ordinaire: sous la narration informative, il y a toute l'ironie subtile de l'auteur, la finesse de son analyse et la fluidité de ses phrases. Il a le talent de faire couler les mots en donnant l'impression qu'on aurait pu les écrire nous-mêmes... alors que non!!!
    L'air de rien, comme s'il nous racontait l'histoire de vive voix et qu'il nous faisait alors un clin d'oeil, il donne à sourire sur les aberrations des dictatures staliniennes, les incohérences des anciens régimes du "bloc de l'est".
    J'avais déjà beaucoup aimé Ravel, du même auteur. Je me suis régalée avec Courir. J'ai hâte de découvrir Des éclairs!...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par chartel, le 30 décembre 2008

    chartel
    Jean Echenoz, encore une découverte, bien qu'il ne soit pas né de la dernière pluie, mais c'est comme ça, j'ai des années et des années de vide culturel à combler.
    Jean Echenoz donc. Arrivé à lui par les bons tuyaux de la presse, j'ai été intrigué par cette histoire au titre laconique : "Courir", l'histoire de l'un des sportifs les plus emblématiques du XXème siècle, le grand Émile Zatopek.
    Ce roman, malgré sa forme plutôt courte (près de 150 pages), pourrait nous lasser par la monotonie d'une énumération des événements liés à une carrière sportive avec ses lots de victoires, de courses gagnées et de records battus à la pelle. Mais l'auteur réussit à éviter ce travers par une ouverture du récit (dès le début du roman) sur ce qui pourrait faire partie des non-événements sportifs dans la vie de Zatopek : les faits historiques particulièrement oppressifs de la Tchécoslovaquie communiste de l'après guerre, les aventures professionnelles extra-sportives du grand champion ou les considérations techniques propres aux séances d'entraînement. Mais ce qui rend cette œuvre profondément attachante réside dans le ton anecdotique, presque désinvolte, de l'écriture de Jean Echenoz. Les événements partent en effet comme ils sont venus, sans qu'on s'y attende, à l'improviste, l'air de rien. Zatopek, tout comme la Tchécoslovaquie avec ses aléas politiques, semble écrire sa légende sans préméditation, au coup par coup. Tout est sans importance, sans gravité, on prend les choses comme elles viennent et comme elles sont, à la manière de son style, foulée lourde, bras ballants, tête dodelinante et expressions grimaçantes. Pouvait-on rendre plus bel hommage à Monsieur Émile Zatopek ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par BMR, le 17 janvier 2009

    BMR
    C'est l'histoire d'Émile.
    Émile n'aime pas le sport. Émile travaille dans une usine de chaussures Bata en Tchécoslovaquie (c'est ça le destin ?).
    Émile sera pourtant le coureur le plus rapide du monde.
    Émile n'aime pas trop son boulot à l'usine. Et on s'aperçoit qu'Émile est vraiment très rapide à la course, même s'il court n'importe comment.
    Alors, poussé par son entourage, Émile s'entraîne, s'entraîne encore, par tous les temps.
    Bientôt les records de Tchécoslovaquie commencent à tomber dans les poches du survêtement d'Émile.
    Encore quelques années d'entraînement et ce sera les records d'Europe puis du monde. le 5.000 mètres, le 10.000 mètres, le record de l'heure (plus de 20.000 mètres), les médailles d'or des Jeux Olympiques, jusqu'au mythique marathon.
    C'est l'histoire d'Émile.
    C'est l'histoire de Zatopek, Émile Zatopek, la locomotive tchèque qui sera pendant de nombreuses années l'homme le plus rapide du monde, accumulant records et médailles et courant n'importe comment, sans style, la tête bringuebalant sur le côté, sans méthode, au grand dam des entraîneurs et docteurs sportifs. À une époque où ces gens-là n'avaient pas encore inventé le mot dopage et où sur la piste, sur la cendrée comme l'on disait encore, il n'y avait que des hommes.
    Échenoz a l'intelligence de replacer la course d'Émile dans la course folle du monde.
    Émile a 17 ans quand le III° Reich envahit les Sudètes (beaucoup) et la Tchécoslovaquie (un peu, tant qu'on y est, on y reste). La première course officielle d'Émile est un cross de la Wehrmacht. Après la guerre il court à Berlin dans le stade construit par Hitler pour les fameux JO de 1936. Plus tard son talent est "utilisé" par la propagande communiste tchèque (ou même celle du PC français avec le cross de l'Humanité). Même si le pouvoir communiste ne lui délivre des visas qu'au compte-goutte ... dès fois qu'il prenne goût à la course de l'autre côté du rideau de fer.
    Encore un peu plus tard, il se rallie à la bannière de Dubcek pendant le printemps 68.
    On sait comment le printemps s'est terminé : Émile signera son autocritique et, après un passage par les mines d'uranium, finira archiviste dans un sous-sol du ministère des sports.
    Ce petit bouquin d'Échenoz (tous les bouquins d'Échenoz sont petits) se lit à toute allure, à toute vitesse.
    En moins de deux heures, en moins de temps qu'il n'en faut à Émile pour Courir les 20.000 mètres.
    On suit tout cela (les courses d'Émile et la roue de l'Histoire) au rythme donné par Échenoz et Émile : c'est passionnant, captivant, haletant.
    Sous la plume d'Échenoz, on a l'impression de voir le monde Courir à sa perte tandis que le petit bonhomme Émile court sur la panète essayant vainement d'échapper à l'Histoire qui finit par le rattraper lorsque, avec l'âge, Émile s'essouffle et se trouve bien heureux de voir quelques jeunes prendre la relève.
    Échenoz est un écrivain français fort discret et fort talentueux. C'est son dernier bouquin et son écriture si caractéristique (une douce ironie, une tendre cocasserie, faussement naïves), est ici parfaitement dosée et maîtrisée.
    Impeccable.

    Lien : http://bmr-mam.over-blog.com/article-26861930.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par herveGAUTIER, le 17 février 2014

    herveGAUTIER

    N°407 – Mars 2010
    CourirJean ECHENOZ – Éditions de Minuit .
    Courir, verbe transitif et intransitif dont la grammaire nous enseigne qu'il est du troisième groupe. C'est pourtant ce petit mot apparemment banal qui va résumer la vie d'Émile, dont le lecteur va finir par s'apercevoir qu'il s'agit du champion de course de fond tchécoslovaque Émile Zatopek. C'est, au départ, un parfait quidam cet Émile qui commence une vie sans grand avenir comme simple ouvrier dans une usine de chaussures. Par hasard, il devient coureur à pied, s'invente une méthode personnelle et malgré un style peu académique et fort peu esthétique, il finit par s'imposer dans les stades de son pays, puis à l'étranger, glanant toutes les médailles et tous les titres, pulvérisant tous les records. Il rend célèbre sa silhouette de « terrassier », de pantin détraqué, à la foulée saccadée, aux gestes heurtés, au visage grimaçant de douleur, au mauvais et très peu photogénique rictus. Il semble ne pas être affecté par l'effort pourtant surhumain qu'il supporte, gagne tout, est devenu une véritable légende vivante mais aussi une énigme pour le corps médical. Il est maintenant « la locomotive tchèque » et semble invincible!
    Il ne fait rien comme tout le monde, dit-on, et pourtant, ce petit homme devenu un grand champion international ressemble à un quidam quand il n'est plus sur une cendrée. Pour faciliter son ascension, il s'est engagé dans l'armée qui a évidemment favorisé sa promotion et à l'époque flamboyante du communisme, il devient un outil de propagande sans qu'on sache vraiment s'il en dupe où s'il choisit de se taire pour mieux assurer sa situation. Quand on lui refuse un visa pour aller Courir à l'étranger de peur qu'il ne cède aux sirènes du capitalisme, quand, dans la presse communiste, on déforme ses propos favorables à l'occident, quand on le maintient derrière le rideau de fer, quand on le présente comme l'icône du régime, il accepte sans rien dire. Il atteindra la gloire mais se laissera pourtant charmer puis dépasser par les mutations politiques nées du Printemps de Prague pour terminer comme comme terrassier après avoir été manutentionnaire dans une mine d'uranium, archiviste puis éboueur. Fataliste, il finit par se dire qu'il ne méritait sans doute pas mieux que ces emplois subalternes.
    C'est, tout au moins ce que l'auteur lui fait dire. Pourtant, il semble exister entre Echenoz et Zatopek un courant de sympathie. Il s'approprie l'histoire de son héros, le tutoie, l'encourage comme un vieux camarade complice, le dépeint comme un optimiste, comme un « brave type », ce qu'il était sûrement, se met parfois à sa place, lui prêtant des états d'âme, des préoccupations, ce qui distingue cet ouvrage d'un biographie classique.
    Il est un grand champion, mais l'auteur, sans le dire aborde, sous l'expression « cocktail Zatopek » pour justifier sa résistance et son étonnante fraîcheur en fin de course, ce mélange de levure et de glucose. Cela sera plus tard connu sous le nom de dopage et les nageuses est-allemandes révéleront malgré elles cette habitude des autorités sportives des pays communistes quand elles montreront des modifications morphologiques définitives. C'est vrai que rien n'est sûr, mais quand même!
    Dans un style volontairement simple qui me plaît bien Echenoz évoque avec un mélange de réalisme et d'émotion cette grande figure de l'athlétisme mondial.
    Cela m'a donné envie de poursuivre ma découverte de l'œuvre de cet auteur qui, je l'avoue, m'était inconnu jusqu'à ce jour.
    © Hervé GAUTIER – Mars 2010.








    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigetoun, le 08 mai 2010

    Émile, on dirait qu'il creuse ou qu'il se creuse, comme en transe ou comme un terrassier. Loin des canons académiques et de tout souci d'élégance, Émile progresse de façon lourde, heurtée, torturée, tout en à-coups. Il ne cache pas la violence de son effort qui se lit sur son visage crispé, tétanisé, grimaçant, continûment tordu par un rictus pénible à voir. Ses traits sont altérés, comme déchirés par une souffrance affreuse, langue tirée par intermittence, comme avec un scorpion logé dans chaque chaussure. Il a l'air absent quand il court, terriblement ailleurs, si concentré que même pas là, sauf qu'il est là plus que personne et, ramassée entre ses épaules, sur son cou toujours penché du même côté, sa tête dodeline sans cesse, brinqueballe et ballotte de droite à gauche
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par chartel, le 18 décembre 2008

    Ce nom de Zatopek qui n’était rien, qui n’était rien qu’un drôle de nom, se met à claquer universellement en trois syllabes mobiles et mécaniques, valse impitoyable à trois temps, bruit de galop, vrombissement de turbine, cliquetis de bielles ou de soupape scandé par le k final, précédé par le z initial qui va déjà très vite : on fait zzz et ça va tout de suite vite, comme si cette consonne était un starter. Sans compter que cette machine est lubrifiée par un prénom fluide : la burette d’huile Émile est fournie avec le moteur Zatopek.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par BMR, le 17 janvier 2009

    [...] Un jour on calculera que, rien qu'en s'entraînant, Émile aura couru trois fois le tour de la Terre. Faire marcher la machine, l'améliorer sans cesse et lui extorquer des résultats, il n'y a que ça qui compte et sans doute est-ce pour ça que, franchement, il n'est pas beau à voir. C'est qu'il se fout de tout le reste. Cette machine est un moteur exceptionnel sur lequel on aurait négligé de monter une carosserie. Son style n'a pas atteint ni n'atteindra peut-être jamais la perfection, mais Émile sait qu'il n'a pas le temps de s'en occuper : ce seraient trop d'heures perdues au détriment de son endurance et de l'accroissement de ses forces. Donc même si ce n'est pas très joli, il se contente de courir comme ça lui convient le mieux, comme ça le fatigue le moins, c'est tout.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Marcelline, le 29 juin 2012

    Sa curiosité le pousse quand même aussi à visiter le zoo de Berne où Emile se réjouit de voir enfin des singes, espèce qui n'a pas encore droit de séjour en Tchécoslovaquie. Mais les singes ont l'air méchants, aigris, amers, perpétuellement vexés d'avoir raté l'humanité d'un poil. Ca les obsède à l'évidence, ils ne pensent qu'à ça. Ils seraient prêts à le faire payer. Ce n'est pas qu'Emile soit déçu de ce spectacle, mais ça ne lui remonte pas le moral.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par sarasvati, le 23 juillet 2010

    p.106/Je ne sais pas vous mais moi, tous ces exploits, ces records, ces victoires, ces trophées, on commencerait peut-être à en avoir un peu assez. Et cela tombe bien car voici qu'Emile va se mettre à perdre.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (29)

Videos de Jean Echenoz

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean Echenoz

Jean-Echenoz est invité dans la Matinale de France Musique pour le spectacle "Ravel", qui se joue actuellement au Théâtre Artistic Athévains à Paris, à partir de son roman éponyme.








Sur Amazon
à partir de :
12,69 € (neuf)
7,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Courir par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz