Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070370925
Éditeur : Gallimard (1979)


Note moyenne : 3.93/5 (sur 74 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le quartier général des copains : le " Café du Pauvre ", bistrot vieillot et charmant de la banlieue parisienne.
Les copains : quatre mousquetaires du zinc qui forment une sorte de bande à Bonnot de la chopine. Refusant le monde tel qu'il est devenu, ils lui offr... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Dosamuse, le 27 juillet 2013

    Dosamuse
    J'ai commencé ce livre car il trainait dans ma bibliothèque depuis des années, inspirée par les interdictions du mois sain.
    Quel livre étrange. C'est écrit en 'vieux' français, l'argot de banlieue d'avant 70. Je ne sais même pas si ce langage très imagé, et parfois incompréhensible, existe encore à part dans les chansons de Renaud.
    Livre philosophique aussi, philosophie de comptoir bien arrosée certes mais on participe à de grandes discussions sur le travail, son utilité, les petits rien de la vie qui font le bonheur de chacun, la liberté et la pression sociale.
    Un livre aux personnages attachants, très bien écrit, d'un autre temps.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lecassin, le 15 novembre 2011

    lecassin
    Quatre virtuoses de la chopine, désœuvrés qui se retrouvent au "Café du pauvre", une oasis dans le désert du métro-boulot-dodo... Quatre caricatures, néanmoins tellement ressemblantes...Et attachantes.
    On retrouve là un des thèmes majeurs de l’œuvre de René Fallet : l'amitié virile, et les joies simples comme un chtit canon vidé entre potes...
    A lire sans modération par tous ceux qui ne craignent pas de ne trouver, dans un pot de Beaujolais Nouveau, que ce qu'il y a : un vin de saucissonnade et d'amitié...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par faby45, le 24 février 2010

    faby45
    Excellent livre, original, divertissant écrit dans le plus pur style de Fallet.
    En résumant très grossièrement, l'histoire de quatre amis aux parcours différents qui préfèrent la douceur de la vie et la "bibine" aux difficultés du travail.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par GJ, le 10 août 2014

    GJ
    Le progrès, le travail, pourquoi ? Et lequel d'abord ? Et si l'on n'en veut pas ?
    Résister à tout ça ?
    La vie comme elle va ou la vie comme on veut ? Une question d'amitié, autour d'un bon canon !

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par Nanarpivot, le 28 décembre 2013

    Nanarpivot
    Quand le bar devient un sanctuaire sacré, la cuite un art de vivre, le refus du boulot une éthique.
    Livre génial qui se lit cul sec, un titre de Brassens en fond sonore et un ballon de rouge à portée de main.
    C'est décalé, anticonformiste et toujours d'actualité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Bruno_Cm, le 25 mars 2015

    Son arrivée dégrisait Beaujol aussi nettement qu'un seau d'eau sur le crâne. Captain Beaujol avait cette particularité de vivre et d'évoluer dans une ronflée à répétition avec l'aisance du macropode dans son aquarium. Des intervalles de lucidité découpaient cette cuite en tranches inégales, et il se faufilait présentement dans l'un d'eux.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Bruno_Cm, le 25 mars 2015

    Chanfrenier le toisa avec commisération :
    - Encore, Carmadule, je comprends, il a sa vie derrière lui. Mais toi, mon petit gars, toi !
    - Je l'ai devant moi ? C'est pour ça que je veux pas la perdre, ni dans le R.E.R., ni ailleurs. Je veux la regarder comme si c'était une fille, et me dire qu'elle avait de jolies jambes.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Bruno_Cm, le 25 mars 2015

    Il n'avait pas à se vêtir, puisqu'il couchait tout habillé. Pratique, observateur, il avait éliminé cette stupide perte de temps. Les minutes ainsi gagnées, il les consacrait à de profondes méditations sur la futilité, la vanité de notre existence...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Bruno_Cm, le 25 mars 2015

    Il se rendait compte avec effarement que personne, à part ses femmes, et Beaujol ce matin, ne le tutoyait plus depuis longtemps. Il était devenu un de ces "messieurs" qu'abhorraient ceux qui ne l'étaient pas. Un "monsieur" bien. Un pauvre type.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Bruno_Cm, le 25 mars 2015

    Il y avait en Beaujol un quelque chose qui ressemblait à une tendresse mal ficelée, raccommodée de partout, mais qui suintait sans honte de ses yeux proéminents. Quand il serrait les mains de Carmadule et de Poulouc, c'était sur son coeur.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de René Fallet

>Ajouter une vidéo
Vidéo de René Fallet

Petite promenade avec René Fallet à Jaligny - - réal. Patrick clémence (4.47)








Sur Amazon
à partir de :
5,64 € (neuf)
2,17 € (occasion)

   

Faire découvrir Le beaujolais nouveau est arrivé par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz