Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070459314
Éditeur : Gallimard (2014)


Note moyenne : 3.56/5 (sur 3234 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Nathalie et François sont heureux, ils s'aiment et semblent avoir la vie devant eux...
Mais, un jour, la belle mécanique s'enraye. François décède brutalement.
Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs von... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (496)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par Lolokili, le 14 mars 2012

    Lolokili
    Délicatesse ??? HA HA, j'ai trouvé ce bouquin aussi délicat, poétique et subtil qu'un mode d'emploi de perceuse à percussion sans fil. Cohérent cependant car, avec un sujet aussi larmoyant, l'écriture aussi est à pleurer : ultrabasique et d'une platitude qui relève de l'exploit. Les personnages, eux, brillent par leur inconsistance et les événements se succèdent sans inspiration à la cadence d'une chaîne de montage. Bref, un objet-à-pages désopilant de niaiserie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          20 126         Page de la critique

  • Par Aela, le 22 janvier 2012

    Aela
    Franchement je n'ai pas bien compris l'engouement qu'a suscité ce livre.
    Le sujet est distrayant, le style est bien enlevé mais je n'ai pu m'empêcher de ressentir un immense "creux" après la lecture de ce livre.
    Pour de multiples raisons: la maigreur du sujet, la superficialité des rapports humains évoqués ici, une vision de l'entreprise très déconnectée du réel, des rapports sociaux dans l'entreprise décrits ici d'une manière complètement surréaliste.. entre autres...
    Voilà en gros de quoi il s'agit: une jeune femme est recrutée dans une entreprise suédoise par un patron français. Celui-ci se sent dès le début irrémédiablement attiré par cette jeune femme.
    Il se tient néanmoins tranquille jusqu'à ce que la pauvre dame perde son mari dans un accident stupide, renversé par la camionnette d'une fleuriste partie livrer des fleurs pour le compte d'un monsieur qui voulait faire une demande de mariage à sa douce amie... Cet accident va rendre veuve la pauvre Nathalie héroïne du livre et le monsieur remettra sa demande à plus tard devant ce funeste présage..
    Ensuite tout semble tiré par les cheveux: le patron harcèle Nathalie, on semble loin de toute réglementation en la matière!
    Le monde de l'entreprise est décrit comme un monde où les démêlés sentimentaux ont plus d'importance que les enjeux économiques; les harceleurs peuvent embrasser à pleine bouche des salariés, sans crainte de procès pour harcèlement!! Etonnant, surréaliste!! et franchement, heureusement que les choses ne se passent pas comme cela dans la réalité!
    J'allais oublier les poncifs qui s'égrènent dans ce récit, par exemple les nombreux clichés sur la Suède et les Suédois.
    J'ai vécu et travaillé dans ce pays, et franchement pour moi la Suède c'est autre chose..
    Peut-être devrait-on conseiller à M.Foenkinos de voyager un peu: un stage en entreprise en Suède peut-être? pour mieux savoir de quoi on parle.
    En tout cas, un livre "facile " comme celui-ci a sans doute l'intérêt d'encourager les vocations à l'écriture: moins de complexes à écrire après cela..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 67         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mariech, le 12 avril 2012

    mariech
    Peut - on encore aimer après un grand amour , peut-on ressentir de l'attirance pour quelqu'un d'insignifiant , de terne , qu'on n'aurait pas remarqué au premier abord ?
    Voilà les questions que nous pose l'auteur avec un style bien à lui , original .
    David Foekinos jongle avec nos émotions , nos contradictions , nos paradoxes .
    Il sait qu'une femme peut tomber amoureuse d'un homme qui ne lui plait pas physiquement mais qui va l'émouvoir ; la toucher par son côté différent des autres , un homme qui comprend intuitivivement beaucoup de choses , qui ne croit pas à sa chance .
    J'ai aimé ce tournant dans le roman , ce qui paraît invraisemblable mais qui arrive car une jolie femme intelligente peut avoir des sentiments pour cet homme , le jeune Markus que personne ne voyait ou dont on se moquait .
    J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre et puis me suis laissée emporter par le style qui a quelque chose d'innovant , je comprends que les avis soient si différents .
    Et peut-être que j'ai été influencée par la personne qui m'a prêté le livre , c'est une toute jeune femme que j'apprécie beaucoup et ce livre est un de ses coups de coeur , j'ai essayé de lire ce livre à travers son regard . Merci à A. qui m'a permis cette lecture .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 66         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par missmolko1, le 28 février 2012

    missmolko1
    Un très bon moment de lecture avec ce roman que l'on m'a offert et qui porte très bien son nom. Un livre plein de pudeur qui traite un sujet difficile, peut-on encore tomber amoureuse alors qu'on a perdu l'homme de sa vie?
    Les personnages sont attachants et l'on fait un petit bout de chemin avec eux, le tout sur fond de poésie et rythmé par une écriture très belle (je pense que même sans avoir ouvert ce roman, on peut le constater avec les 181 citations relevées pour ce livre).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 62         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Epictete, le 19 novembre 2014

    Epictete
    Un de ces livres qui passent des mois dans votre P.A.L et n'atteignent qu'avec beaucoup de peine de dessus de la pile.
    L'actualité littéraire de ces derniers jours ( Renaudot, Goncourt, Goncourt des Lycéens, entre les nominations et les prix….) m'a conduit à découvrir cet auteur (Mais oui ! Je ne le connaissais pas encore.)
    Après la mort de son mari , Nathalie une jeune femme attirante et surtout brillante s'investit dans le travail et ne regarde rien d'autre. Son patron est amoureux et tente sa chance, sans succès.
    Par un de ces hasards que l'on vit parfois sans trop comprendre, elle se trouve séduite par un collègue insignifiant, au grand étonnement de tout leur entourage.
    Histoire de deuil, histoire d'amour, empreinte de romantisme, de transgression, d'analyse psychologique ; mais aussi histoire simple et moderne.
    Ce qui déroute dans ce roman, c'est que l'argument est aussi simpliste qu'original. Il y a toujours plusieurs façons de l'apprécier.
    Cela s'enchaîne sans beaucoup de relief. Il y a beaucoup d'originalité dans la construction ; le conte est chronologique mais certains chapitres semblent sortir totalement du récit, donnant une courte précision sur un mot, une idée.
    L'écriture est simple est vraie. Elle reflète un quotidien moderne, réaliste et finalement un peu banal.
    Il est à noter que l'adaptation cinématographique du roman donne à travers son casting principal une image très parlante des personnages décrits : Audrey Tautou et François Damiens !
    En réalité, j'ai découvert un petit roman rapide, simple et moderne. L'auteur a manifestement fait un effort pour marquer son style. C'est une lecture plaisir, sans « prise de tête » et qui ne marquera pas forcément mes futurs souvenirs littéraires.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 44         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de Alexis Brocas pour le Magazine Littéraire

    Zélateurs et détracteurs de David Foenkinos s’accordent sur un point : sa légèreté. Les premiers y voient une vertu rare, permettant à l’auteur de naviguer ma... > lire la suite

    Critique de qualité ? (14 l'ont appréciée)

Critiques presse (2)


  • LeFigaro , le 02 septembre 2011
    Foenkinos a réussi une mission impossible: faire sourire et réfléchir avec un roman sentimental. Ses dialogues, comme les situations, sont savoureux… et délicats. A lire et à offrir.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro
  • LeFigaro , le 18 juin 2011
    Inutile de résister : cette plume qui s'immisce dans les méandres des coeurs vous touchera avec la justesse d'une flèche de Cupidon.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro

> voir toutes (442)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par BOUBALLEZ, le 19 novembre 2014

    Tout se mélangeait dans un univers sans saveur, où la féminité même était un vestige, où plus personne ne prenait le temps de faire du bruit avec des talons aiguilles. Le silence de chaque jour annonçait le silence de toujours

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Malnoy, le 15 novembre 2014

    Après avoir lu une critique des Inrocks de son dernier livre "Charlotte", critique qui mettait en cause les qualités littéraires de cet auteur à la mode "sans travail littéraire, ni travail historique, le résultat est inconsistant" je me suis décidé à le lire et j'ai donc choisi "La délicatesse". J'entame donc l'incipit : " Nathalie était plutôt discrète (une sorte de féminité suisse) elle avait traversé l'adolescence sans heurt, respectant les passages piétons." Aïe cela commence mal pour un début de roman me dis-je, cela sent la bluette à plein nez. Ici j'utilise le procédé le plus courant de cet auteur à savoir la digression pseudo spirituelle et la note de bas de page stupide. Donc une bluette selon mon dictionnaire en ligne est :
    "Petit ouvrage, ouvrage sans prétention, qui n'est qu'un badinage d'esprit." et mon dictionnaire de préciser : "Dans le domaine de l'esprit et des sentiments. Ce qui présente un caractère ardent, vif et léger, mais passager ou superficiel." Voilà qui est dit et qui résume parfaitement ce livre et je ne peux m'empêcher de citer à l'appui un petit florilège du genre d'inepties que David Foenkinos nous assène via son narrateur :
    " il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité" p 15
    " La vie était pour la première fois vécue dans sa densité unique et totalitaire : celle du présent" p 22 Si un lecteur de cette critique peut m'expliquer ce que cela veut dire je suis preneur.
    A la page 27 quand je lis " Alors oui, ce bonheur pouvait faire peur" j'ai eu peur en effet mais surtout l'envie de laisser tomber ce livre.
    Finalement à l'occasion d'un dimanche pluvieux j'ai repris et terminé cette lecture qui ne laissera pas de grande trace dans mon esprit et dont j'ai déjà oublié les personnages falots et jusqu'à l'intrigue. Allez une dernière citation sous la forme d'un aphorisme (p 203) qui illustre parfaitement ce que je pense de David Foenkinos pour clore mon paragraphe puisque c'est aussi la manie de cet écrivain qui se prend pour un moraliste : " il était exclu de la délicatesse".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 7         Page de la citation

  • Par Nobody, le 11 novembre 2014

    Au cours d'une histoire sentimentale, l'alcool accompagne deux moments opposés : quand on découvre l'autre et qu'il faut se raconter, et quand on n'a rien plus rien à se dire.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par vtirbois, le 27 février 2011

    Il lui demanda ce qu'elle voulait boire. Son choix serait déterminant. Il pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. [...] Oui un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Non, le mieux, c'est de choisir un entre-deux, comme l'abricot. Voilà, c'est ça. Le jus d'abricot, c'est parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse pensa François. A cet instant précis, Nathalie releva la tête de la carte, comme si elle revenait d'une longue réflexion. La même réflexion qui venait de mener l'inconnu face à elle.
    "Je vais prendre un jus...
    - ... ?
    - Un jus d'abricot, je crois."
    Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 117         Page de la citation

  • Par merlin, le 13 février 2011

    Il y a des gens formidables qu'on rencontre au mauvais moment. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu'on les rencontre au bon moment.

    Commenter     J’apprécie          0 218         Page de la citation

> voir toutes (52)

Videos de David Foenkinos

>Ajouter une vidéo
Vidéo de David Foenkinos


Charlotte de David Foenkinos, Goncourt des Lycéens 2014, la rencontre
Toutes les infos sur le Goncourt des Lycéens : http://www4.fnac.com/guides/livre/goncourt-des-lyceens Retrouvez Charlotte, de David Foenkinos sur Fnac.com : http://livre.fnac.com/a7283995/David-F...








Sur Amazon
à partir de :
6,46 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir La délicatesse par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (7170)

> voir plus

Quiz