AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Rosenthal (Traducteur)
ISBN : 2253143308
Éditeur : Le Livre de Poche

Note moyenne : 3.6/5 (sur 454 notes)
Résumé :
Entre le jeune Mack, condamné à un quasi-esclavage dans les mines de charbon des Jamisson, et l'anticonformiste Lizzie, épouse déçue d'un des fils du maître, il n'a fallu que quelques regards et rencontres furtives pour faire naître l'attirance des cœurs.
Mais dans la société anglaise du XVIIIe siècle, encore féodale malgré les idées neuves de ses philosophes, l'un et l'autre n'ont de choix qu'entre la soumission et la révolte. Rebelle, fugitif, repris et con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
Gwen2102 octobre 2012
  • Livres 5.00/5
C'est très bon ; c'est l'un de mes Ken Follett préférés.
En synthèse, si vous connaissez et appréciez le film de Ron Howard "Horizons lointains" avec le couple Cruise-Kidman, il y a de très fortes chances que vous adoriez ce roman.
Une narration épique, enlevée, pleine de rebondissements et des personnages attachants. Bien sûr, on retrouve quelques pistes faciles dont l'auteur est coutumier comme le manichéisme un peu basique (mais qui s'inscrit plutôt bien dans le contexte) et la romance dont on peut assez aisément deviner le dénouement en cours de lecture mais c'est aussi cela le charme de Ken Follett !
Je recommande plutôt deux fois qu'une.
Commenter    J’apprécie          227
Missbouquin
Missbouquin19 février 2012
  • Livres 4.00/5
Le livre
Entre le jeune Mack, condamné à un quasi-esclavage dans les mines de charbon des Jamisson, et l'anticonformiste Lizzie, épouse déçue d'un des fils du maître, il n'a fallu que quelques regards et rencontres furtives pour faire naître l'attirance des coeurs. Mais dans la société anglaise du XVIIIe siècle, encore féodale malgré les idées neuves de ses philosophes, l'un et l'autre n'ont de choix qu'entre la soumission et la révolte.
Des crassiers de l'Écosse aux docks de la Tamise, de l'Amérique esclavagiste aux premières incursions vers l'Ouest encore vierge, l'auteur des Piliers de la terre nous entraîne ici dans une superbe épopée où la passion amoureuse se confond avec l'aspiration de toute une époque à la liberté et à la justice.
Ce que j'en ai pensé
Roman d'aventure totale, mais également roman où l'on apprend des tas de détails sur l'histoire qui font que Ken Follet est pour moi un maître en littérature historique (non par son goût des dates et des faits mais bien pour inscrire des personnages vivants dans une époque, les érigeants comme des témoins directs de la grande Histoire).
- Où j'ai découvert que l'esclavage existait encore en Europe au 19e siècle : dans les mines. En écho au film “Qu'elle était verte ma vallée” qui rend hommage aux mineurs irlandais, c'est la même situation pour les mineurs écossais qui engagent leurs enfants comme “esclaves” des maîtres toute leur vie, à moins qu'ils ne puissent gagner leur liberté avant leurs 21 ans (loi qu'ils ne connaissent pas bien sûr).
- Où j'ai appris la dure réalité des dockers londoniens de l'époque, que là-bas aussi les patrons arnaquent et exploitent, sans que les ouvriers n'osent contester l'état de fait.
- Où se sont approfondies mes connaissances des plantations américaines fonctionnant avec des esclaves, blancs ET noirs.
Ken Follet nous promène dans ces différents charmants endroits, suivant les aspirations de liberté du jeune Mack, qui est devenu mon nouvel héros idéal soit dit en passant; et les idées contestataires de Lizzie, dont le caractère iconoclaste est croustillant d'humour !
Mais c'est aussi, en filigrane, une belle histoire d'amour, au-delà des préjugés de classe, et d'argent, décrite avec finesse et pudeur.
- Où j'ai appris que l'intelligence et la volonté peuvent faire des miracles sur un destin tracé d'avance. Et où il n'est jamais mauvais de se poser des questions et de contester des réalités injustes.
Un roman qui nous éclaire sur l'exploitation de l'homme par l'homme, qui n'est pas propre au XIXe siècle malheureusement. Un roman d'aventures qui se dévore.
Un coup de coeur.
Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com/2012/02/11/o..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          158
chadik
chadik20 avril 2016
  • Livres 4.00/5
Ayant dévoré les piliers de la terre, je voulais lire les autres livres de l'auteur,j'ai pris le premier que j'ai trouvé en occasion sans même lire le résumé. le hasard ne m'a pas déçu.
Ce livre est une fresque historique passionnante. le dépaysement est total. Nous traversons la dure réalité des mines d'Ecosse, en passant par le rythme effréné des docks de Londres, pour enfin nous perdre au fin fond du far west. L'auteur maîtrise parfaitement ces différents décors et le lecteur fait une véritable plongée dans ces univers.
J'ai retrouvé le style narratif de Ken Follett, le livre se lit très facilement, le ton est juste, la trame narrative suit les différents personnages.Les protagonistes sont complexes, intéressants, détestables ou très attachants, on suit leur évolution au fil des années. le destin de ces personnages, dont les parcours s'entrecroisent, est fascinant. On reste en haleine jusqu'à la fin. Rien n'est épargné aux personnages, le récit est parfois très cruel et difficile, ce qui ajoute une impression de réalisme à l'histoire. On tremble et on enrage contre les injustices et les aléas de la vie jusqu'au dénouement.
Ce livre pourra plaire à des lecteurs très différents, qu'ils soient intéressés par l'histoire, la romance, l'aventure,les destins de femmes...
J'ai aussi appris beaucoup de choses lors de cette lecture, notamment sur les conditions de vie dans les mines Écossaises, petite fille de mineurs, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle avec le destin de mes ancêtres.
Un roman passionnant qui ne vous laissera pas le temps de vous ennuyer un seul instant.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          70
Grecie
Grecie16 avril 2016
  • Livres 4.00/5
Un magicien, Ken Follett. Il sait, incontestablement, accrocher le lecteur à son récit. Il sait lui donner l'envie toujours plus brûlante de tourner les pages, jusqu'à l'ultime dénouement. Il est capable de nous faire passer des nuits blanches.
C'est qu'il utilise pour écrire ses romans un canevas éprouvé depuis la plus haute antiquité (voir l'Illiade et l'Odyssée, mais aussi la Bible !). Sexe, sang et suspens. Les trois S, mais pas que. Il y a aussi les personnages, hautement typés, évoluant toujours dangereusement sur la crête du manichéisme, sans jamais tomber vraiment dedans. Ils nous forcent à suivre les gentils parce qu'on espère tellement les voir triompher des méchants. Ils nous harponnent parce qu'ils nous indignent, nous révoltent ou nous émeuvent. Et puis, il y a la structure narrative, en escalier, ou en crescendo, qui fait tomber les héros de Charybde en Scylla et nous scotchent jusqu'à la fin.
C'est suprêmement efficace, il faut bien le dire, même si toute l'histoire reste assez prévisible. Et même si, à y regarder de près, les ficelles sont grosses. De Londres jusque dans l'ouest américain, les principaux personnages, héros comme adversaires, restent les mêmes : Follett les plie dans tous les sens pour les forcer à se suivre jusqu'à l'issue finale. Comme dans les Piliers de la Terre où tout tournait autour de Tom, Aliena, Philipp et l'ignoble William, le dernier carré sera ici Mack, Lizzie, Jay et Lennox. C'est la recette de Ken Follett et elle fonctionne, car, après tout, n'est-ce pas ce que l'on a envie de lire : la défaite des Méchants et la victoire des Gentils ?
Par contre, Monsieur Follett, je n'oublierai jamais que vous avez affublé vos dames du 18ème siècle de crinolines... lesquelles n'ont envahi les salons qu'à partir des années 1830 !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          73
katix
katix21 décembre 2015
  • Livres 4.00/5
1767-1768
Deux années durant lesquelles Ken Follett arrive à nous familiariser avec trois ambiances différentes :
- l'Écosse et ses mineurs à la limite de l'esclavage puisqu'ils gagnent une misère et n'ont pas le droit de partir pour tenter de gagner mieux leur vie.
- Londres qui est déjà cosmopolite et où la lutte pour une justice égale pour tous commence à poindre.
- la Virginie et ses plantations de tabac où se mêlent les esclaves noirs et les esclaves qui sont des déportés d'Angleterre, ou plutôt qui sont graciés de la potence. Virginie du temps où la conquête de l'Ouest n'a pas encore eu lieu.
Le fil rouge de ce superbe roman est la liberté. La liberté d'aimer, de choisir sa peine, de faire reconnaître ses droits...
Évidemment, en grand conteur, Ken Follett nous fait côtoyer des personnages fascinants et entreprenants qui ne nous laissent pas le temps de nous ennuyer.
Cinq pages avant la fin, je me disais qu'elle allait forcément être abrupte. En fait, elle est parfaite.
Commenter    J’apprécie          140
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MadavenMadaven22 mars 2013
Elle se tourna vers lui et dit : "Emmenez moi à la pendaison."
Il prit un air désapprobateur. "Quelle macabre requête!
-Ne me dites pas que ce n'est pas un endroit pour une dame."
Il sourit. "Je n'oserais pas.
-Je sais que riches et pauvres,hommes et femmes,vont là-bas.
-Mais pourquoi avez-vous envie d'y aller?"
C'était une bonne question. Elle éprouvait à ce sujet des sentiments mélangés. C'était honteux de faire de la mort une distraction et elle savait qu'en suite elle serait dégoûtée de ce qu'elle avait fait.Mais sa curiosité l'emportait. "Je veux savoir comment c'est,dit-elle. Comment se comportent les condamnés? Et les spectateurs? Quelle impression cela fait-il de regarder une vie humaine arriver à son terme?"
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          90
SophieYvonSophieYvon08 décembre 2015
"Je ne veux pas m'attarder ici. Dès que je me serai mis à marcher, je vais me réchauffer." Il se mit à essorer une couverture.
Dans un brusque élan, elle ôta son manteau de fourrure. Il était si grand qu'il irait certainement à Mack. C'était un vêtement qui coûtait cher et peut-être n'en aurait-elle jamais un autre, mais cela lui sauverait la vie. Elle préféra ne pas penser à la façon dont elle expliquerait à sa mère sa disparition. "Alors, mettez ça et gardez votre couverture à la main jusqu'à ce qu'elle ait séché." Sans attendre son accord, elle lui jeta le manteau sur les épaules. Il hésita, puis le serra autour de lui avec reconnaissance. Le manteau était assez grand pour l'envelopper totalement.
Elle ramassa son ballot et en retira ses bottes. Il lui tendit la couverture mouillée qu'elle fourra dans le sac. Elle sentit alors le collier de fer sous ses doigts. Elle le prit. L'anneau métallique avait été brisé et le collier tordu pour le retirer. "Comment avez-vous fait ?" demanda-t'elle.
Il enfila ses bottes. "J'ai forçé la porte de la forge à l'entrée du puits et je me suis servi des outils de Taggart."
Il n'avait pas pu le faire tout seul, se dit-elle. Sa soeur avait dû l'aider. "Pourquoi l'emportez-vous avec vous ?"
Il cessa de frissonner et ses yeux flamboyaient de colère. "Pour ne jamais oublier, dit-il d'un ton résolu. Jamais."
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
alainmartinezalainmartinez06 février 2016
Dans la cour, un forgeron les entrava par couples avec de gros fers qui leur enserraient les chevilles. Mack était humilié. Le contact du fer glacé sur sa jambe le déprimait terriblement. Il avait lutté pour conquérir sa liberté: il avait perdu la bataille et voilà qu’une fois de plus il se retrouvait enchainé comme un animal
Commenter    J’apprécie          40
jomanjoman10 mars 2011
Puis Saul, le mari de Jen, répéta la formule qui faisait du fils de chaque mineur écossais un esclave : "Je m'engage à ce que cet enfant travaille aux mines de George Jamisson, quand il sera enfant et adulte, aussi longtemps qu'il en sera capable ou jusqu'à sa mort".
Commenter    J’apprécie          40
ciloumgciloumg25 octobre 2012
J'avais adoré Le réseau Corneille, ce livre m'a aussi beaucoup plu. La condition d' esclaves des mineurs écossais est bien évoquée, je me suis surprise à encourager notre héros lors de ses révoltes et à espérer comme lui des moments plus positifs dès son arrivée aux USA.
Les personnages sont attachants, en bref : un bon roman !
Commenter    J’apprécie          30
Videos de Ken Follett (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ken Follett
Vidéo de Ken Follett
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le pays de la liberté

Dand l'église du village qui prend position contre Sir George Jamisson?

Jimmy Lee
Mack Mc Ash
Harry Ratchett
Dermot Riley

9 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays de la liberté de Ken FollettCréer un quiz sur ce livre