Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean Rosenthal (Traducteur)

ISBN : 2253143308
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 3.56/5 (sur 344 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Entre le jeune Mack, condamné à un quasi-esclavage dans les mines de charbon des Jamisson, et l'anticonformiste Lizzie, épouse déçue d'un des fils du maître, il n'a fallu que quelques regards et rencontres furtives pour faire naître l'attirance des coeurs.Mais dans la s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (30)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Missbouquin, le 19 février 2012

    Missbouquin
    Le livre
    Entre le jeune Mack, condamné à un quasi-esclavage dans les mines de charbon des Jamisson, et l'anticonformiste Lizzie, épouse déçue d'un des fils du maître, il n'a fallu que quelques regards et rencontres furtives pour faire naître l'attirance des cœurs. Mais dans la société anglaise du XVIIIe siècle, encore féodale malgré les idées neuves de ses philosophes, l'un et l'autre n'ont de choix qu'entre la soumission et la révolte.
    Des crassiers de l'Écosse aux docks de la Tamise, de l'Amérique esclavagiste aux premières incursions vers l'Ouest encore vierge, l'auteur des Piliers de la terre nous entraîne ici dans une superbe épopée où la passion amoureuse se confond avec l'aspiration de toute une époque à la liberté et à la justice.
    Ce que j'en ai pensé
    Roman d'aventure totale, mais également roman où l'on apprend des tas de détails sur l'histoire qui font que Ken Follet est pour moi un maître en littérature historique (non par son goût des dates et des faits mais bien pour inscrire des personnages vivants dans une époque, les érigeants comme des témoins directs de la grande Histoire).
    - Où j'ai découvert que l'esclavage existait encore en Europe au 19e siècle : dans les mines. En écho au film “Qu'elle était verte ma vallée” qui rend hommage aux mineurs irlandais, c'est la même situation pour les mineurs écossais qui engagent leurs enfants comme “esclaves” des maîtres toute leur vie, à moins qu'ils ne puissent gagner leur liberté avant leurs 21 ans (loi qu'ils ne connaissent pas bien sûr).
    - Où j'ai appris la dure réalité des dockers londoniens de l'époque, que là-bas aussi les patrons arnaquent et exploitent, sans que les ouvriers n'osent contester l'état de fait.
    - Où se sont approfondies mes connaissances des plantations américaines fonctionnant avec des esclaves, blancs ET noirs.
    Ken Follet nous promène dans ces différents charmants endroits, suivant les aspirations de liberté du jeune Mack, qui est devenu mon nouvel héros idéal soit dit en passant; et les idées contestataires de Lizzie, dont le caractère iconoclaste est croustillant d'humour !
    Mais c'est aussi, en filigrane, une belle histoire d'amour, au-delà des préjugés de classe, et d'argent, décrite avec finesse et pudeur.
    - Où j'ai appris que l'intelligence et la volonté peuvent faire des miracles sur un destin tracé d'avance. Et où il n'est jamais mauvais de se poser des questions et de contester des réalités injustes.
    Un roman qui nous éclaire sur l'exploitation de l'homme par l'homme, qui n'est pas propre au XIXe siècle malheureusement. Un roman d'aventures qui se dévore.
    Un coup de cœur.

    Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com/2012/02/11/ou-je-vous-emmene-au-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwen21, le 02 octobre 2012

    Gwen21
    C'est très bon ; c'est l'un de mes Ken Follett préférés.
    En synthèse, si vous connaissez et appréciez le film de Ron Howard "Horizons lointains" avec le couple Cruise-Kidman, il y a de très fortes chances que vous adoriez ce roman.
    Une narration épique, enlevée, pleine de rebondissements et des personnages attachants. Bien sûr, on retrouve quelques pistes faciles dont l'auteur est coutumier comme le manichéisme un peu basique (mais qui s'inscrit plutôt bien dans le contexte) et la romance dont on peut assez aisément deviner le dénouement en cours de lecture mais c'est aussi cela le charme de Ken Follett !
    Je recommande plutôt deux fois qu'une.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par akhesa, le 03 septembre 2013

    akhesa
    Entre le jeune Mack,condamne a un quasi-esclavage dans les mines de charbon et l'anti-conformisme de Lizzie,epouse decue,il n'a fallu que quelques regards et rencontresbfurtives pour faire naitrebl'attirance des cœurs.Mais la societe anglaise du 18e siecle,encore feodale malgré les idees neuves des philosophes,l'un et l'autre n'ont le choix qu'entre la soumission et la revolte.
    Rebelle,fugitif,repris et condamne;Mack ne reverra Lizzie que dans la plantatiuon de Virginie ou on l'a deporte pour le travail force.Alors seulement ils comprendront que le bonheur se gagne en forcant le destin...
    Des crassiers d(Ecosse aux docks de la Tamise,de l'Amerique esclavagiste aux premieres incursions vers l'Ouest,Ken Follet nous entraine ici dans une superbe epopee ou la passion amoureuse se confond avec l'aspiration de toute une epoque a la liberte et a la justice.
    C'est un de mes livres preferes,il m'a fait rire,stresser et pleurer
    Une magnifique histoire qui laisse sans voix
    Je vous le conseille
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Pilgrim9, le 16 décembre 2014

    Pilgrim9
    Ken Follett m'avait séduite avec Les Piliers de la terre, puis Un monde sans fin par ses singulières aptitudes pédagogiques qui, en l'espace de quelques heures de lecture, avaient fait de moi une bâtisseuse de cathédrales aguerrie, une spécialiste des ponts et chaussées et une fine connaisseuse du commerce de la laine au Moyen-Âge. Sa description romanesque d'une société médiévale anglaise en butte aux luttes de pouvoirs et hiérarchisée à l'extrême, prétexte à la mise en avant de personnages au caractère bien trempé secouant les carcans de leur époque avait achevé de me convaincre de me lancer dans un autre de ses livres.
    Le Pays de la liberté, donc.
    Après un début plutôt prometteur, peinture de la rudesse de l'Ecosse du XVIIIeme siècle et des conditions de vie et surtout de travail inhumaines de mineurs et de leurs familles au sein d'une exploitation de charbon familiale, l'histoire s'est rapidement enlisée dans des ornières déjà profondément creusées par l'auteur : lutte des classes, rivalités familiales, personnages avides de se libérer des limites imposées par leur époque, leur milieu social ou leur sexe et, surtout, une histoire d'amour d'une mièvrerie sans nom entre la jeune héroïne de bonne famille, fière et indomptable et l'ancien mineur devenu forçat, beau, musclé, etc. La nausée n'est pas loin...
    J'ai un autre Follett en attente, il risque d'y rester un bon moment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Madaven, le 03 avril 2013

    Madaven
    Je ne sais plus qui disait " Paris sera toujours Paris",j'ajouterais "Ken Follet restera toujours Ken Follet. Après avoir lu "Les Piliers de la Terre" et "Un monde sans fin",voici que je termine mon troisième livre de cet écrivain qui pour moi reste prodigieux. Prodigieux par la simplicité de son écriture et qui vous emporte dans une histoire aux multiples rebondissements.
    Sans avoir l'air d'y toucher,c'est un roman historique de toute beauté.
    Les descriptions de cette époque,la psychologie des personnages et le contexte de l'histoire n'ont besoin d'aucune retouche. Tout est parfait. Tout y est. Pas de superficiel,une histoire qui touche en plein coeur.
    C'est vraiment un coup de coeur.
    Comment ne pas craquer dans une bibliothèque ou une librairie en voyant un nouveau titre de cet écrivain.
    Merci Mr Follet.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 11         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Madaven, le 22 mars 2013

    Elle se tourna vers lui et dit : "Emmenez moi à la pendaison."
    Il prit un air désapprobateur. "Quelle macabre requête!
    -Ne me dites pas que ce n'est pas un endroit pour une dame."
    Il sourit. "Je n'oserais pas.
    -Je sais que riches et pauvres,hommes et femmes,vont là-bas.
    -Mais pourquoi avez-vous envie d'y aller?"
    C'était une bonne question. Elle éprouvait à ce sujet des sentiments mélangés. C'était honteux de faire de la mort une distraction et elle savait qu'en suite elle serait dégoûtée de ce qu'elle avait fait.Mais sa curiosité l'emportait. "Je veux savoir comment c'est,dit-elle. Comment se comportent les condamnés? Et les spectateurs? Quelle impression cela fait-il de regarder une vie humaine arriver à son terme?"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par joman, le 10 mars 2011

    Puis Saul, le mari de Jen, répéta la formule qui faisait du fils de chaque mineur écossais un esclave : "Je m'engage à ce que cet enfant travaille aux mines de George Jamisson, quand il sera enfant et adulte, aussi longtemps qu'il en sera capable ou jusqu'à sa mort".

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par ciloumg, le 25 octobre 2012

    J'avais adoré Le réseau Corneille, ce livre m'a aussi beaucoup plu. La condition d' esclaves des mineurs écossais est bien évoquée, je me suis surprise à encourager notre héros lors de ses révoltes et à espérer comme lui des moments plus positifs dès son arrivée aux USA.
    Les personnages sont attachants, en bref : un bon roman !

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Madaven, le 21 mars 2013

    Son destin était une feuille blanche sur laquelle il pourrait écrire ce que bon lui semblait.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Madaven, le 21 mars 2013

    Il rentra chez lui,ôta ses vêtements trempés,alluma le feu et se mit au lit. Son plongeon dans la mare d'écoulement l'avait laissé plus sale que d'habitude,mais les couvertures sur son lit étaient si noires qu'un peu plus ne changerait pas grand chose.Comme la plupart des hommes,il prenait un bain par semaine,le samedi soir.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (45)

Videos de Ken Follett

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Ken Follett


Rencontre Ken Follett : Aux portes de l'éternité, le siècle 3
Retrouvez la série le siècle sur Fnac.com : http://recherche.fnac.com/se10783/Le-siecle Retrouvez l'univers de Ken Follett sur Fnac.com : http://www4.fnac.com/Ken-Follett/ia89679 A l'occasion...








Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
3,48 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Pays de la liberté par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (663)

> voir plus

Quiz