Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070747468
Éditeur : Gallimard (2004)


Note moyenne : 3.56/5 (sur 63 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Moi, François Signorelli, docteur à Palerme, je me souviens de tout.
Du vrai et du faux. De plus de gens et d'histoires que je n'en ai connu. Mille ans d'incertitude, tel est mon âge : ma mémoire prolifère et s'invente à mesure qu'elle se détruit, c'est un troubl... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 20 janvier 2013

    carre
    Eric Fottorino que j'ai découvert avec « Un territoire fragile », est un auteur que j'aime retrouver depuis. Avec l'histoire de François Signorelli, je dois avouer que le plaisir de le lire fut décuplé. C'est un portrait magnifique d'un homme qui après une enfance privé de père (rôle du père bien présent dans son oeuvre) se voit priver de mémoire devenu adulte. C'est le syndrome de Korsakov. le médecin réputé qu'il est devenu va se battre pour faire appel à son imaginaire, puisque Korsakov lui bouffe sa mémoire.
    Fottorino joue avec nos émotions avec une rare maitrise, il évite tous pathos avec un sujet qui avait tout pour l'être. Que François s'appelle Ardanuit dans son enfance ou Signorelli devenu adulte (vous découvrirez pourquoi), c'est bouleversant d‘intensité. Signorelli, souvent privé dans son existence, est un magnifique personnage en lutte. le roman m ‘a bouleversé de bout en bout. Préparez vos mouchoirs !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lolokili, le 11 septembre 2011

    Lolokili
    Servie par une fascinante subtilité du style et des mots, une nostalgie délicate émane de cette histoire quelquefois cruelle et de ses personnages si attachants. Malgré une dernière partie étrangement différente (presque décevante...?) voilà un ouvrage profondément touchant et lumineux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

  • Par JoyeuxDrille, le 08 mai 2015

    JoyeuxDrille
    Un roman sur l'imaginaire tendre et émouvant. le personnage principal n'est pas devenu en grandissant ce qu'il rêvait d'être enfant. Alors, il va se fabriquer une vie idéale. Sauf que ce palimpseste va se faire grâce à une terrible maladie : le syndrome de Korsakov. A la fois beau et terrible...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lafilledepassage, le 27 avril 2015

    lafilledepassage
    Roman qui retrace la vie du docteur François Signorelli, frappé par la maladie de Korsakov, l'Alzheimer des jeunes, à l'âge de 43 ans.
    Le roman se découpe en trois parties : d'abord l'enfance du héros, qui est un récit terne, une suite d'anecdotes sans fioriture, et qui - ceux qui ne connaissent pas les talents de Fottorino, comme c'était mon cas, s'en rendront compte dans la suite du roman - rend très bien l'image de cette enfance toute à fait insignifiante, banale, … Ensuite on retrouve le héros dans le présent, en Sicile qui est magnifiquement décrite, et on assiste avec lui aux ravages de cette terrible maladie. Et enfin, on ne quitte pas vraiment le héros –qui n'apparaitra plus qu'en filigranes, comme une ombre évanescente, un nuage qui se dissipe sous les rayons du soleil - et on l'accompagne lors de l'un de ses « délires », symptomatiques de Korsakov, où il réécrit la vie de son grand-père, dans la Tunisie du Sud, riche en couleurs et en saveurs.
    C'est magnifique, et outre une formidable description de l'évolution de la maladie, ce roman pose aussi la question de la paternité, de l'identité et de ce qui fait un homme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lolomito, le 28 mars 2015

    lolomito
    Korsakov
    Une maladie neurologique qui altère la mémoire et falsifie les souvenirs.
    Alzeimer, en plus vicieux, puisque Korsakov ne se contente pas
    "d 'oublier des souvenirs" mais il les remplace, les arrange à sa guise.
    Un roman à la construction parfaite en 3 parties.
    Au départ, l'histoire se déroule à Bordeaux.
    L'auteur y évoque son enfance , celle de François Ardanuit du nom de sa mére puisque son père ne l'a pas reconnu.
    La quête du père absent est omniprésente.
    Fottorino joue brillamment avec les mots en jouant de leur phonétique pour souligner les doutes identitaires de François.
    Ex: quand on lui dira qu'il est un enfant débrouillard , il comprendra qu'il est un enfant "des brouillards ".
    Ensuite on voyagera de la Sicile à la Tunisie.
    La Sicile où la maladie de François , ( devenu François Signorelli de son père adoptif ) est auto diagnostiquée à Palerme.
    Et enfin, en Tunisie où sera contée la vie du grand père.
    Ce grand père tellement vénéré par François qu'il aurait souhaité que ce soit lui son père.
    J'ai beaucoup aimé les deux premières parties, la troisième ayant été plus difficile.
    Très bon roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lolokili, le 11 septembre 2011

    Le petit aime beaucoup écouter les grandes personnes. C'est ainsi que sa vie est un malentendu. L'autre jour, Lina parlait à un inconnu devant le bâtiment Z : "Mon fils est un enfant d'août", expliquait-elle. Le petit a saisi "un enfant doux", mais l'homme a repris Lina en prononçant le "t" final de ceux qui ont l'accent du Sud-Ouest. Il a dit août avec le "t" cogné contre les dents et le petit s'est métamorphosé en "enfant doute". D'un seul coup, la douceur de sa naissance a disparu et c'est ainsi qu'il s'est enfoncé dans le malentendu qui va bien avec les secrets.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la citation

  • Par Lolokili, le 13 septembre 2011

    De la cité du Grand-Parc à la rue Cornac, le petit vient sur son vélo. La vieille dit souvent devant lui qu'il est un enfant débrouillard. Comme il a de l'imagination après tout ce temps passé dans le grenier de la rue Félix-Faure à accrocher ses rêves au fil des araignées, il a compris qu'il était un enfant "des brouillards". Cette idée l'enchante. Il pense que c'est plus facile pour se cacher.

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par carre, le 23 janvier 2013

    Dès que j'ai su lire, j'ai compris que les mots ne veulent pas dire ce qu'ils disent .

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la citation

  • Par carre, le 22 janvier 2013

    La place pour les enfants ne manque pas, dans le malheur des grands.

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par carre, le 20 janvier 2013

    Un trou de mémoire, c'est une folle envie de tomber.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

> voir toutes (30)

Videos de Eric Fottorino

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Eric Fottorino

les matins - Départementales 2015 : les nouvelles cartes du FN .
Hervé le Bras Démographe, Directeur d'études à l'INED, enseignant à l?EHESS Spécialiste en histoire sociale et démographie « La question de l?immigration, c?est terminé. le FN est porté par les inégalités sociales » entretien avec par Eric Fottorino et Laurent Greilsamer va paraître dans le nouveau numéro du journal « le un » Nonna Mayer Politologue Directrice de recherche au CNRS, professeur à Sciences-Po Son article « Quand les femmes s?y mettent » va paraître dans le nouveau numéro du journal « le un ».








Sur Amazon
à partir de :
7,26 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Korsakov par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 180 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.