Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253118419
Éditeur : Le Livre de Poche (2007)


Note moyenne : 3.36/5 (sur 84 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Je regarde une vieille photo. J'étais pas mal, avant. Pourquoi, chaque année, je me trouve de moins en moins bien ? Peut-être parce que c'est l'hiver ? Si vous passez l'hiver, vous verrez : l'été, c'est pareil. Vous savez comment on s'aperçoit qu'on est vieux ? Quand, m... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (18)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 13 février 2013

    marina53
    Cette fois-ci, c'est bien à lui-même que Jean-Louis Fournier s'en prend. En se regardant dans le miroir et en ayant réalisé à quel point il était devenu vieux, puisqu'il a 60 ans, il porte sur lui-même un regard acerbe, tendre, amusé et non dénué d'humour. La vieillesse et la mort sont des sujets d'autant plus difficiles à aborder, surtout lorsque l'on se sent directement concerné. Et pourtant, Fournier réussit à nous en parler avec dérision, malice et sans amertume. Ce sont des sujets de la vie quotidienne, comme par exemple la visite médicale, ou des évènements plus particuliers comme les anniversaires qui nous font bien rappeler tous les ans que l'on vieillit, que Fournier aborde. Toujours avec un certain tact et sans regret sur la vie qui passe, Fournier nous donne ici une belle leçon et quelques avis aux «anciens jeunes» comme il les appelle et des conseils aux plus jeunes, histoire de leur montrer ce à quoi ils doivent s'attendre...
    Fournier nous offre ici un livre frais et plaisant qui se laisse lire très agréablement et donne du baume au cœur lorsque l'on voit ce que l'on est capable de faire...même à 60 ans!
    Mon dernier cheveu noir... une belle épi-taphe!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par IreneAdler, le 17 novembre 2013

    IreneAdler
    Ou comment dédramatiser la prise d'âge par l'ironie. il semblerait que le mordant de Fournier ne porte pas dentier : la verve est toujours aussi énergique. Et en pleine forme. Il ne semble pas que cela soit dû à l'abus de morphine.
    Fournier se moque des vieux, de ceux qui ne s'assument pas, et surtout de lui-même. On vieillit et alors ? Pas besoin de devenir pour autant un vieux con croulant et sénile.
    A offrir à tous les vieux, pour retrouver l'énergie des 20 ans !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marcelline, le 22 mars 2012

    Marcelline
    Une succession de pensées humoristiques sur le thème de la vieillesse, comme un tir de rafales que l'on prend en pleine figure!...
    Je n'ai pas ri aux éclats au fil des pages qui se succèdent à toute vitesse mais j'ai souri d'un bout à l'autre, en me disant que j'aimerais avoir le don de retenir quelques idées pour pouvoir les replacer à-propos lors de mon prochain dîner mondain (!).
    En somme, un excellent moment sur un sujet que, sous l'ironie et la dérision, on sent quand même difficile pour l'auteur...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Mimimelie, le 28 mai 2014

    Mimimelie
    Petit livre plein de charme et de vérités sur la vieillesse au masculin.
    En réalité j'en connais au moins une, de senior, qui s'est en tous points reconnue, à un détail donjuanesque près que, comme dirait Brassens, « la pudeur m'interdit de nommer ici ».
    Il n'est pas une page où l'on ne sourit, où l'on ne se dit « c'est bien ça… » ; Léger, distrayant, drôle, en refermant ce livre j'ai eu comme l'impression de me quitter Trop vite…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par gigi55, le 02 avril 2010

    gigi55
    Quelques aphorismes à retenir :
    Consultez votre médecin avec modération.
    Sachez qu'à force de chercher
    il va bien finir pour vous trouver quelque chose.
    Avoir une santé de fer
    Ça n'empêche pas de rouiller.
    Rien ne sert de vieillir
    Il faut partir à point.
    Tant qu'il y a de la vie
    Il y a du désespoir
    Si vous voulez laisser un bon souvenir
    Attention de ne pas mourir trop vieux.
    Y-a-til une vie après la mort ?
    Ce qui est sur
    c'est qu'il y a une mort après la vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (25)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par kathy, le 21 mars 2010

    Devenir chat.
    J'ai demandé à mon ami vétérinaire de me faire une piqûre. Pas la dernière piqûre, celle qu'on fait aux animaux quand ils souffrent ou quand ils sont trop vieux. Une piqûre pour devenir chat. J'en ai marre d'être un homme, c'est trop difficile.
    Je suis jaloux quand je vois la vie de mon chat. D'abord il est beau, toujours beau, même quand il se réveille le matin. Le matin, il n'est pas obligé de se laver les dents, de choisir un vêtement. Il ne regarde pas le thermomètre avant de sortir, il s'habille pareil hiver comme été. Il n'a pas de chaussures à cirer, il n'a pas peur de faire des taches sur son costume. Il n'est jamais obligé d'être à l'heure, personne ne l'attend, on ne lui demande pas de faire quelque chose, il n'a pas à faire ses preuves. Il fait la sieste toute la journée, il essaie d'attraper les mouches, il joue avec des jolies chattes auxquelles il fait des chatteries et des chatons. Il n'est pas obligé de nourrir ses chatons, de leur payer des études.
    Et surtout, il est insouciant. Il paraît qu'il ne pense jamais à la mort. Il ne sait même pas qu'il va mourir, le veinard.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Jondelles, le 08 octobre 2011

    « Mon arrière-grand-père est mort, mon grand-père est mort, mon père est mort… Je crains que ce soit héréditaire. »

    « Moins on a de souffle, plus on a de bougies à souffler. Soupire le centenaire »

    « Vous savez comment on s’aperçoit qu’on est vieux ? Quand, même bronzé, on reste moche. »

    « J'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois pour éteindre les soixante bougies. Tout le monde rit dans mon dos. Je pense qu’ils se foutent de ma gueule. »

    « En vieux français hip-hop se dit Parkinson. »

    « Vous savez comment on appelle le curriculum vitae d’un vieux ? Des archives. »

    « Avant, je brûlais ma vie à feu vif. Maintenant, je laisse mijoter, à feux doux. C’est plus long, mais c’est meilleur. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par mandarine43, le 28 mars 2011

    Présentation du livre par son auteur, Jean-Louis FOURNIER :

    "Avant quand j'étais petit, j'aimais faire rire mes camarades de classe. Pour eux, j'ai écrit des livres impertinents : "La Grammaire", "L'arithmétique", "Je vais t'apprendre la politesse petit con"...
    Mes camarades ont maintenant des cheveux gris et j'ai toujours envie de les faire rire. Pour les dérider, j'ai écrit «Mon dernier cheveu noir».
    C'est le journal de bord d'une croisière sur le bateau qui fait la liaison entre la jeunesse et la vieillesse.
    Pour mettre de l'ambiance et que la croisière s'amuse, j'ai inventé des conseils rigolos :
    Vous savez comment on s'aperçoit qu'on vieillit ? Quand même bronzé on reste moche.
    Sur votre nouvel agenda, n'écrivez plus le nom des amis de votre âge à l'encre, mais au crayon.
    Vous savez comment on appelle le curriculum vitae d'un vieux ? Des archives.
    Vous avez 65 ans, pensez dès maintenant à vous faire vacciner contre la mort.
    N'oubliez pas que, passé un certain âge, quand on se penche sur son passé, on a du mal à se relever."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par marina53, le 13 février 2013

    Quand vous entendrez le docteur à votre chevet dire: «C'est la fin», essayez, malgré votre état, de faire rire une dernière fois. Ajoutez: «Des haricots».

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par Nousha, le 25 mars 2008

    Il y a cinquante ans, la durée moyenne de vie était de soixante-dix ans.
    La durée moyenne d'un film était de quatre-vingt dix minutes.
    Aujourd'hui, la durée moyenne de vie est de quatre-vingt dix ans.
    La durée moyenne d'un film de cent vingt minutes.

    C'est mieux?
    Ca dépend du film.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (15)

Videos de Jean-Louis Fournier

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Fournier

Jean-Louis Fournier - La servante du Seigneur .
Jean-Louis Fournier vous présente son ouvrage "La servante du Seigneur" aux éditions Stock. Rentrée littéraire 2013. http://www.mollat.com/livres/fournier-jean-louis-servante-seigneur-9782234075368.html Notes de Musique : 04 Arvo Pa?rt_ Tabula Rasa (For Two Violins, String Orchestra & Prepared Piano) I. Ludus








Sur Amazon
à partir de :
5,22 € (neuf)

   

Faire découvrir Mon dernier cheveu noir : Avec quelques conseils aux anciens jeunes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz