Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Samuel Jankélévitch (Traducteur)

ISBN : 2228894079
Éditeur : Payot et Rivages (2004)


Note moyenne : 3.61/5 (sur 122 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quelle est l'origine de la société humaine et de ses lois ? En entreprenant de répondre à cette question radicale, Freud, dans Totem et Tabou, paru en 1913, ne fait oeuvre ni d'historien, ni d'anthropologue ; il renoue à sa façon ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par colimasson, le 07 août 2015

    colimasson
    Partant du postulat que l'enfance est à l'individu ce que le peuple primitif est à notre société, Freud se propose d'analyser la vie des peuples primitifs pour enrichir notre connaissance psychanalytique, sans laisser sur le côté les ethnologues et linguistes qui sauraient également venir enrichir la réflexion. La méthode pourrait paraître moralement incorrecte car elle porte à croire que Freud établit un jugement de valeur entre société primitive et société moderne. La lecture de l'ouvrage nous apprend cependant que Freud n'assigne absolument aucune valeur à chacun des états de la société, se contentant de reconnaître que trois systèmes se succèdent, celui de l'animisme, celui de la religion et celui de la science, chacun accordant une place décroissante à l'homme au profit de l'entité supérieure sur laquelle sont projetés les fantasmes ambivalents de l'homme.

    Pour son analyse, Freud part du postulat que les peuples sauvages contemporains représentent les peuples primitifs à l'origine des civilisations ultérieures. Il observe alors deux phénomènes principaux : le tabou et le totémisme.

    Le tabou est un mot polynésien qui désigne le sacré. Il s'apparente au « sacer » des anciens Romains et, dans une certaine mesure, à notre « impératif catégorique » issu de Kant. le tabou semble imposé de l'extérieur et concerne un désir inconscient et puissant. Sa violation remet en cause l'équilibre du clan. Il faut alors procéder à un acte d'expiation dont la nature serait identique à celle du désir normalement écarté.

    Le totem est un objet superstitieusement respecté. le totémisme est une pratique religieuse et sociale qui implique le respect de l'homme vis-à-vis du totem, et le respect d'un certain nombre d'obligations à l'intérieur du clan rattaché au même totem. Freud se demande si l'exogamie, découlant de la peur de l'inceste, existait déjà avant le totémisme, ou s'il n'en fut qu'une conséquence.

    Le tabou et le totémisme se retrouveraient, sous une forme plus individuelle et nuancée, chez le névrosé obsessionnel. Celui-ci fonctionne en effet sur le mode de la superstition et réalise des actes qui ont valeur d'expiation. Leur origine est inconsciente mais vise certainement à surmonter un désir puissant.

    « Résumons les points sur lesquels porte la ressemblance entre les coutumes tabou et les symptômes de la névrose obsessionnelle. Ces points sont au nombre de quatre : 1° absence de motivation des prohibitions ; 2° leur fixation en vertu d'une nécessité interne ; 3° leur facilité de déplacement et contagiosité des objets prohibés ; 4° existence d'actions et de commandements cérémoniaux découlant des prohibitions. »

    La névrose s'éclaircit par comparaison avec la mentalité des peuples primitifs et, à son tour, l'histoire du tabou devient plus claire lorsque Freud tente de la reconstruire en appliquant ses connaissances sur les prohibitions obsessionnelles des névrosés. L'origine du tabou remonterait donc à une privation qu'il s'agit de nommer. Pour Freud, les deux interdits fondamentaux du totémisme –la prohibition de tuer le totem et d'épouser une femme du même totem- renvoient au complexe d'Oedipe. La religion totémique traduirait donc la culpabilité mais aussi la gloire des enfants qui se souviennent du meurtre du père. Ce meurtre peut être aussi bien réel que fantasmé car Freud estime que, dans le système animiste des peuples primitifs, la pensée et la parole ont autant de pouvoirs que les actes réels.

    « Nous savons déjà qu'étant donné leur organisation narcissique, ils attachent à leurs actes psychiques une valeur exagérée. Aussi bien les simples impulsions hostiles à l'égard du père, l'existence du désir imaginaire de le tuer et de le dévorer auraient-elles pu suffire à provoquer la réaction morale qui a créé le totémisme et le tabou. »

    On trouve encore une trace de ce tabou et des pratiques totémistes dans le système religieux chrétien. le péché originel traduirait l'offense envers Dieu le Père, rachetée par le Christ qui mourut sur la Croix. L'Eucharistie découlerait ensuite du processus qui est à la base du repas totémique. Sous quelle forme se manifestera ou se manifeste déjà la résurgence totémique dans le troisième système, celui de la science ?

    Cette analyse démontre encore une fois l'ouverture d'esprit de Freud qui a voulu concilier de nombreuses disciplines afin qu'elles s'enrichissent mutuellement. Bien que l'on puisse contester les conclusions de cet ouvrage par désaccord avec ses axiomes, il faut reconnaître que le rapprochement effectué entre le phénomène obsessionnel de la névrose et les phénomènes religieux et social du totémisme est une idée porteuse et riche en implications.


    Lien : http://colimasson.blogspot.fr/2015/08/totem-et-tabou-1912-de-sigmund..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 22         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par araucaria, le 29 octobre 2014

    araucaria
    Un livre qui m'avait été imposé lorsque j'étais au lycée et que j'ai voulu relire. Toutefois Sigmund Freud l'écrit lui-même : "Ce livre, tout en s'adressant à un public de non spécialistes, ne pourra cependant être compris et apprécié que par des lecteurs déjà plus ou moins familiarisés avec la psychanalyse". Cet essai est donc, et je le dis sans rougir de honte, assez complexe, ardu et demanderai pour des passages entiers une relecture car je ne suis pas psychanalyste. Un essai qui nous mène du tabou et du totem, jusqu'à l'interdit de l'inceste et au complexe d'Oedipe... le mettre entre les mains de lycéens n'était-ce pas préjuger un peu de leur force, de leur maturité, et de leur aptitude à aborder la psychanalyse?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 27         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par aaahhh, le 23 août 2012

    aaahhh
    Ouvrage de référence pour qui s'intéresse à la psychanalyse, "Totem et tabou" est l'une des pièces maîtresses de Sigmund Freud car c'est ici que, se basant sur des données anthropologiques, linguistiques et cliniques, il aborde pour la première fois les origines de son célèbre Complexe d'Oedipe.
    Revenant sur des thèmes tels que la peur de l'inceste, l'ambivalence des sentiments et la toute puissance des idées, Freud nous promène à travers l'espace, de l'Australie à l'Europe, et à travers de temps, de l'ère de l'homme préhistorique à celle de la bonne société viennoise du 19ème siècle, afin de nous démontrer que certaines choses sont universelles, et que le tabou d'inceste et le complexe d'oedipe sont de cet ordre.
    "Totem et tabou", en fait, c'est un peu le conte des origines, celles de l'humanité et celles de chacun de nous... Très intéressant et d'une grande richesse théorique, je le recommande chaudement, même si, de par son style, ce n'est pas l'ouvrage du père de la psychanalyse que j'ai pris le plus de plaisir à lire...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par vincentf, le 24 décembre 2012

    vincentf
    Quelles sont les sources psychiques des religions? Freud invoque bien sûr le complexe d'Oedipe, cette volonté de tuer le père qui touche tous les enfants. Un père tout-puissant, jadis, a été tué par la horde des fils. Ils l'ont dépecé, l'ont mangé, puis se sont sentis coupables, en ont fait leur totem, sous la forme d'un animal vénéré devenu, à la longue, pour faire renaître le père, un dieu. La démonstration semble convaincante, même s'il ne nous est plus donné de voir la religion telle qu'elle était à l'origine, et que tout repose sur des observations fragiles et sur l'assimilation de la vie psychique des individus à celle des peuples. de tout cela découlerait aussi l'interdit de l'inceste, car toutes les femmes appartenaient au père assassinée et vénéré. Tout serait ambivalent, mélange d'adoration et de haine, à la fois mal et bien, tentation et interdit. Tout serait donc humain, trop humain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par ValentineF, le 31 mars 2011

    ValentineF
    Comment dire ? Freud et moi ne sommes pas amis, mais alors loin de là.
    Déçue dès le premier tiers, si ce n'est dès les premières pages, la notion de Totem n'est que survolée, ce qui intéresse Freud correspond aux relations au sein d'une fratrie totémique, quant à la notion de tabou, elle se rapproche du sacré ou de l'intouchable (c'est à voir). J'espérais trouvé un essai évoquant l'élaboration des totems au sens élaboration personnelle de totem et non celle d'un symbole d'identification du groupe ou famille en vue d'éviter l'inceste dit "de groupe".
    Dans le premier tiers, Freud n'évoque pratiquement que les "sauvages" (les aborigènes australien), et les moeurs afin d'éviter l'inceste de groupes, le mariage en dehors du clan totem, et l'évitement entre homme et femme tenant pratiquement de la caricature (même si j'ignore tout de la véracité de ces moeurs). Il sous-entend d'ailleurs, que les "sauvages" sont plus enclin à l'inceste, que ni les Dieux et ni les démons n'existent.
    La suite de l'essai s'améliore (pour moi), on s'éloigne du "sexe", pour aller vers d'autres désirs source de tabou : le désir de mort notamment entraînant des sentiments de culpabilités du survivant, l'aspect intouchable du chef pour pallier au désir de prendre sa place. Même si de temps en temps, son obsession préféré refait surface.
    Je reste un peu déçue par l'essai, même si je ne suis pas autant en colère que lors de la lecture freudienne précédente car il aborde aussi des thêmes moins portés sur la chose et les troubles obsessionnelles, les phobies, lesquels portent selon lui, sur les tabous inconscients de l'individu : et CA m'a paru pertinent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (36)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par colimasson, le 17 août 2015

    Le Flamen Dialis, le grand-prêtre de Jupiter dans la Rome antique, avait à observer un nombre de tabou extraordinaire. Il ne devait pas monter à cheval, il ne devait voir ni cheval, ni homme armé, il ne pouvait porter qu'un anneau brisé, il ne devait avoir aucun nœud sur ses vêtements, il ne devait pas toucher à la farine de froment et à la pâte levée, il ne pouvait désigner par leur nom ni chèvre, ni chien, ni viande crue, ni fève, ni lierre ; ses cheveux ne pouvaient être coupés que par un homme libre, utilisant pour cela un couteau de bronze, et devaient être ensevelis, ainsi que les rognures de ses ongles, sous un arbre sacré ; il ne devait pas toucher aux morts et il lui était défendu de se tenir en plein air la tête découverte, etc. Sa femme, la Flaminica, était soumise, à son tour, à des prescriptions : sur certains escaliers, elle ne pouvait pas dépasser les trois premières marches et, certains jours de fête, elle n'avait pas le droit de peigner ses cheveux ; le cuir servant à ses chaussures devait provenir non d'un animal mort d'une mort naturelle, mais d'un animal abattu ou sacrifié ; le fait d'avoir entendu le tonnerre la rendait impure, et son impureté durait jusqu'à ce qu'elle ait offert un sacrifice d'expiation .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par colimasson, le 15 août 2015

    D'après ce que nous savons des prohibitions obsessionnelles, voici comment nous pouvons reconstituer l'histoire du tabou. Les tabous seraient des prohibitions très anciennes qui auraient été autrefois imposées du dehors à une génération d'hommes primitifs, qui auraient pu aussi lui être inculquées par une génération antérieure. Ces prohibitions portaient sur des activités qu'on devait avoir une grande tendance à accomplir. Elles se sont ensuite maintenues de génération en génération, peut-être seulement à la faveur de la tradition, transmise par l'autorité paternelle et sociale. Il se peut aussi qu'elles soient devenues une partie « organique » de la vie psychique des générations ultérieures […]. Mais le maintien du tabou a eu pour effet que le désir primitif de faire ce qui est tabou a persisté chez ces peuples. Ceux-ci ont donc adopté à l'égard de leurs prohibitions tabou une attitude ambivalente ; leur inconscient serait heureux d'enfreindre ces prohibitions, mais ils craignent de le faire ; et ils le craignent parce qu'ils voudraient le faire, et la crainte est plus forte que le désir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par araucaria, le 02 octobre 2014

    Ce livre, tout en s'adressant à un public de non-spécialistes, ne pourra cependant être compris et apprécié que par des lecteurs déjà plus ou moins familiarisés avec la psychanalyse. Il se propose de créer un lien entre ethnologues, linguistes, folkloristes, etc., d'une part, et psychanalystes, de l'autre, sans toutefois pouvoir donner aux uns et aux autres ce qui leur manque : aux premiers, une initiation suffisante à la nouvelle technique psychologique; aux derniers, une maîtrise suffisante des matériaux qui attendent leur élaboration. Aussi doit-il se contenter d'éveiller l'attention des uns et des autres, et je m'estimerais heureux si ma tentative pouvait avoir pour effet de rapprocher tous ces savants en vue d'une collaboration qui ne peut qu'être féconde en résultats.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par araucaria, le 25 octobre 2014

    L'art est le seul domaine où la toute-puissance des idées se soit maintenue jusqu'à nos jours. Dans l'art seulement il arrive encore qu'un homme, tourmenté par des désirs, fasse quelque chose qui ressemble à une satisfaction; et, grâce à l'illusion artistique, ce jeu produit les mêmes effets affectifs que s'il s'agissait de quelque chose de réel. C'est avec raison qu'on parle de la magie de l'art et qu'on compare l'artiste à un magicien. Mais cette comparaison est peut-être encore plus significative qu'elle le paraît. L'art, qui n'a certainement pas débuté en tant que "l'art pour l'art", se trouvait au début au service de tendances qui sont aujourd'hui éteintes pour la plupart. Il est permis de supposer que parmi ces tendances se trouvaient bon nombre d'intentions magiques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 19         Page de la citation

  • Par colimasson, le 12 août 2015

    Celui qui abordera le problème du tabou, armé des données de la psychanalyse, c'est-à-dire des données fournies par l'examen de la partie inconsciente de notre vie psychique, s'apercevra, après une courte réflexion, que les phénomènes dont il s'agit ne lui sont pas inconnus. Il connaît des personnes qui se sont créé elles-mêmes des prohibitions tabou individuelles, prohibitions qu'elles observent aussi rigoureusement que le sauvage obéit aux prohibitions communes à sa tribu ou à sa société. Si notre psychanalyste n'était pas habitué à désigner ces personnes sous le nom de malades atteints d'une névrose obsessionnelle, il trouverait que le nom de « Maladie du tabou » convient très bien pour caractériser leur état.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

> voir toutes (62)

Videos de Sigmund Freud

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Sigmund Freud

Extraits issus de « Sigmund Freud, dans l'intimité d'un génie »











Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
5,36 € (occasion)

   

Faire découvrir Totem et tabou par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (389)

> voir plus

Quiz