Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2842631846
Éditeur : Le Dilettante (2009)


Note moyenne : 3.44/5 (sur 1505 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Simon, Garance et Lola, trois frères et soeurs devenus grands (vieux ?), s'enfuient d'un mariage de famille qui s'annonce particulièrement éprouvant pour aller rejoindre Vincent, le petit dernier, devenu guide saisonnier dans un château perdu au fin fond de la campagne ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (186)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1, le 08 janvier 2012

    missmolko1
    Deux heures de bonheur....
    Un vrai plaisir de voir les liens qui unissent ces frères et sœurs, une belle relation pleine de complicité et de tendresse, une histoire rafraichissante et on s'attache toute suite a cette fratrie. Encore une fois je suis surprise pas Anna Gavalda, elle a l'art de faire une histoire avec des petits riens mais pourtant on ne peut qu'être touché.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 51         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ptitgateau, le 01 mars 2012

    Ptitgateau
    Ils sont tous différents ces frères et sœurs et pourtant si unis. Peut-être est-ce parce qu'ils ont vécu des moments douloureux, peut-être parce que leur enfance est logée quelques part dans leur tête prête à surgir à tout moment, peut-être parce qu'ils sont simplement frère et sœurs. Ils sont toujours prêts à partager les joies, les peines, les coups durs. C'est magnifique ! Les autres personnages sont là pour mettre en évidence leur union envers et contre tout.
    Leur escapade effrontée et les situations cocasses qui s'ensuivent contribuent en grande partie au charme de l'histoire. C'est tout en souriant (voire en riant) que j'ai lu ce délicieux petit roman qu'on avale d'un trait et qui vous permet de passer un bon moment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par melillov, le 31 janvier 2013

    melillov
    L'échappée belle, petit roman bien sympathique avec des personnages bien distincts. Simon le sage et le pilier de la bande, Lola la peintre divorcée et peinée, Vincent le musicien carpe Diem, Carine la chieuse microbiophobe et Garance, l'effrontée jamais rassasiée. Des personnages qu'on adore comprendre, écouter, voir à travers les lieux qu'ils traversent. Divertissants et soudés, ils font l'effet d'une petite famille parfaite même avec leurs défauts.

    L'échappée belle a deux significations dans ce livre.
    La première est cette jolie fuite des frères et sœurs lors d'un mariage où ils étaient conviés, endroit qui les ennuyaient avant même que la cérémonie commence. En fuyant l'endroit comme des voleurs, ils s'éloignent en même temps de leur vie d'obligation et de retenue, pour aller retrouver le frère manquant à la petite fête afin de ressasser les souvenirs d'enfance et ré-accorder leur parfaite symbiose. J'ai envie de dire, que c'était presque émouvant. Comme le dit Garance dans le livre : « Ce n'était pas grand-chose ni grand monde et pourtant ... C'était l'infini ». Et comme dirait Baloo dans le livre de la Jungle, « il en faut peut pour être heureux » ... La famille, il n'y a que ça de vrai quand tout le monde reste souder.

    La deuxième partie du livre, lorsque tout le monde rentre au bercail le cœur bombé de souvenirs et de rires. Nous quittons les frères et Lola pour nous retrouver seul avec Garance, qui revient sur Paris avec son « prince », Luis mariano, le chien qui l'avait suivit durant des kilomètres durant cette fameuse fuite. C'était la première fois que « quelqu'un » faisait tant d'effort pour elle et bien sûr, ne pouvant le laisser seul, elle décide de le prendre chez elle dans son 15 m² de Paris. Ce chien, lui change son quotidien. Il l'oblige à se lever plus tôt le matin, à lui donner à manger, à la rendre moins narcissique de sa propre vie. Ce chien lui donne des obligations et de là, un franc lui tombe. Il était tant qu'elle reprenne sa vie en main. Qu'elle se trouve un vrai travaille, qui lui donnerait du Cash au lieu d'aller le chercher sur les tables de poker. Elle vire tout, appartement – boulot et Rachid, propriétaire du magasin au coin de la rue avec qui elle s'était liée d'amitié et s'envole vers de nouvelles aventures bien plus stables et responsable.

    Pour conclure, ce livre parle d'une belle échappée entre frères et sœurs, avec des dialogues comiques et sensés. Une aura familiale tendre et forte avec l'apparition d'un chien (magique) qui poussera Garance à se reprendre en main. Grâce à cette belle échappée, Garance l'a échappée belle ... elle a simplement échappé à l'emprisonnement d'une vie qui ne lui convenait pas et qu'elle ne voyait pas vivre jusqu'à sa retraite.
    Un bon moment de lecture ... Même si j'aurai souhaité plus de moments entre frères et soeurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par sandrine57, le 10 octobre 2012

    sandrine57
    Flanqué de sa rigide épouse carine, Simon passe chercher sa soeur Garance pour se rendre à un mariage. Le voyage s'annonce éprouvant : carine râle, Garance ironise et Simon s'isole dans sa bulle. En chemin, ils embarquent Lola, la deuxième soeur qui se joint immédiatement à Garance pour asticoter leur belle-soeur. La petite troupe, une fois sur place, décide de planter là Carine et la noce pour rejoindre leur frère Vincent qui n'a pas pu se déplacer. Le temps d'une parenthèse enchantée, la fratrie oublie les soucis du quotidien pour retrouver la complicité d'autrefois.

    Ce sont un peu les Bons (Simon, Garance, Lola, Vincent) contre Le Reste du Monde, incarné par la pauvre Carine qui, non contente d'accumuler les défauts les plus rédhibitoires, est en plus doté d'un père réac et facho! Et si son seul tort n'était pas simplement d'être la "pièce rapportée", la voleuse de frère?
    Alors les Bons sont sympas, drôles, gentils, ils ont bon goût, ils savent ce qu'il faut faire, dire et penser et tous les autres sont des ploucs, point final. Question ouverture d'esprit et tolérance, on repassera et question clichés on est bien servi. Reste la tendre évocation des souvenirs d'enfance, des fous rires partagés mais ils deviennent vite agaçants ces quatre adulescents qui ne veulent pas grandir.
    Au final, cela se lit vite et bien (point positif: c'est court) mais franchement GAVALDA nous a habitués à mieux!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 26         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par LecottagedeMyrtille, le 30 novembre 2012

    LecottagedeMyrtille
    Voici un très court roman d'Anna Gavalda, découverte pour ma part à travers Ensemble, c'est tout et Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part. Ce petit récit sympathique et sans prétention de 125 pages à peine prend la forme d'une escapade sympathique entre frères et soeurs. La narratrice - Garance - s'incruste comme passagère dans la voiture de son frère Simon et de sa belle-soeur Carine. Ils se rendent tous trois à un mariage en province, rejoints un peu plus tard par Lola, l'aînée de la fratrie. C'est l'occasion pour Garance de faire enrager sa belle-soeur psychorigide en lui racontant sa nuit passée à une table de poker et en la provoquant diversement. Enfin parvenus à l'église, Garance, Lola et Simon prennent vie la tangente et s'en vont retrouver Vincent, le petit frère guide dans un château, reformant pour quelques heures le petit groupe d'enfants joyeux qu'ils étaient encore il y a quelques années, avant que la vie, le boulot, le divorce... ne les rattrapent.
    J'ai apprécié le style plein de punch d'Anna Gavalda, qui oscille entre rire et émotion, émotion et pudeur, bons mots et réflexions (un peu) plus profondes. "Parce que la vie, quand même, c'était un peu du bluff, non ? Ce tapis trop court et ces jetons manquants. Ces mains trop faibles qui nous empêchent toujours de suivre..." (p. 84). La narration qui suit les pérégrinations de Garance ainsi que le cheminement de ses pensées nous offre un joyeux désordre, dynamique et sautillant, ponctué de retours en arrière et de portraits hauts en couleurs. En revanche, dans la deuxième partie du récit, on passe de la première à la troisième personne, un choix qui m'a surprise puisqu'on reste focalisé sur le personnage de Garance.
    J'ai eu du mal à accrocher à ce récit ; cette petite parenthèse fraternelle aurait pu avoir beaucoup de charme mais je n'ai pas été séduite comme je l'avais été par Ensemble, c'est tout, qui m'avait surprise par sa justesse de ton et la complexité des relations entre les personnages. Ici, rien de tel, simplement des individus comme tout le monde, qui tentent d'échapper à leur vie le temps d'une jourée. Peut-être est-ce dû à la brièveté du roman qui ne nous laisse pas le temps de nous attacher aux personnages, mais globalement, tout ceci m'a semblé bien banal. On sent pourtant que l'auteur a pris du plaisir en compagnie de ses personnages.
    Bref, une lecture agréable, sans plus., mas après tout c'était bien le objectif d'Anna gavalda : "Ce petit livre n'a pas d'autre prétention que de vous inviter à partager ce pique-nique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

> voir toutes (129)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lisona, le 14 septembre 2014

    L'ambiance était revenue. Nous avions réussi à ejecter l'alien hors du vaisseau spatial. Il ne nous restait plus qu'à récupérer le dernier membre de l'équipage.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par lisona, le 14 septembre 2014

    Elle ne dit jamais ce qu'elle a sur le coeur, je dis tout ce que je pense. Elle n'aime pas les conflits, j'aime que les choses soient bien claires. Elle aime être 'un peu pompette', je préfère boire. Elle n'aime pas sortir, je n'aime pas rentrer. Elle ne sais pas s'amuser, je ne sais pas me coucher. Elle n'aime pas jouer, je n'aime pas perdre. Elle a des bras immenses, j'ai la bonté un peu échaudée. Elle ne s'enerve jamais, je pète les plombs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Neigeline, le 17 novembre 2009

    Il y a plein de choses dans notre tête. (...) Il y a de la musique et des écrivains. Des chemins, des mains, des tanières. Des bouts d'étoiles filantes recopiés sur des reçus de carte bleue, des pages arrachées, des souvenirs heureux et des souvenirs affreux. Des chansons, des refrains sur le bout de nos langues. Des messages archivés, des livres massues, des oursons à la guimauve et des disques rayés. Notre enfance, nos solitudes, nos premiers émois et nos projets d'avenir. Toutes ces heures de guet et toutes ces portes tenues. (...) nos fantasmes de provinciaux et nos veilles d'examen. (...) L'odeur de poussière et de pain sec des chevaux, le soir, quand nous descendions du car. Les Lalanne dans leurs ateliers séparés par un jardin. (...) Toutes ces bêtises, tous ces remords, et nos bulles de savon à l'enterrement du parrain de Lola...
    Nos amours perdus, nos lettres déchirées et nos amis au téléphone. Ces nuits mémorables, cette manie de toujours tout déménager et celui ou celle que nous bousculerons demain en courant après un autobus qui ne nous aura pas attendus.
    Tout ça et plus encore.
    Assez pour ne pas s'abîmer l'âme. Assez pour ne pas essayer de discuter avec les abrutis. Qu'ils crèvent. Ils crèveront de toute façon. Ils crèveront pendant que nous serons au cinéma.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 73         Page de la citation

  • Par LittleJohn, le 02 août 2010

    - Et tu ne mets pas une crème après? Là tes pores sont choqués, il faut que tu les réhydrates maintenant sinon tu vas avoir des points rouges jusqu'à demain.
    - Ah? Zut, je n'ai rien pris...
    - Tu n'as pas de crème de soin?
    - Non.
    - Ni de crème de jour?
    - Non.
    - Ni de crème de nuit?
    - Non.
    - Tu n'as rien ?!
    Elle était horrifiée.
    - Si, j'ai une brosse à dents, du dentifrice, une pince à épiler, de L'Heure bleue, des préservatifs, du Rimmel et un tube de Labello rose.
    Elle était accablée.
    - C'est tout ce que tu as dans ta trousse de toilette?
    - Euh... c'est dans mon sac... Je n'ai pas de trousse de toilette.
    Elle a soupiré, elle s'est penchée sur son vanity et m'a tendu un gros tube blanc.
    - Tiens, mets-toi ça quand même...
    Je lui ai dit merci dans un vrai sourire. Elle était contente. C'est une super chieuse c'est vrai, mais elle aime bien faire plaisir. On peut lui reconnaître cette qualité quand même...
    Et puis elle n'aime pas laisser des pores sous le choc. Ça lui fend le cœur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 43         Page de la citation

  • Par Zazette97, le 02 janvier 2010

    Ma belle-soeur Carine a fait pharmacie mais préfère qu'on dise médecine, donc elle est pharmacienne mais préfère qu'on dise pharmacien, donc elle a une pharmacie mais préfère qu'on dise officine.
    Elle aime bien se plaindre de sa comptabilité au moment du dessert et porte une blouse blanche de chirurgien boutonnée jusqu'au menton avec une étiquette thermocollante où son nom est écrit entre deux caducées bleus.
    Aujourd'hui, elle vend surtout des crèmes raffermissantes pour les fesses et des gélules au carotène parce que ça rapporte plus, mais préfère dire qu'elle a optimisé son secteur para. p.11
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,29 € (neuf)
0,77 € (occasion)

   

Faire découvrir L'échappée belle par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (3368)

> voir plus

Quiz