Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226218696
Éditeur : Albin Michel (2011)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.05/5 (sur 21 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Le passé ne meurt jamais. Chargée de la défense d'une femme que tout accuse, une jeune avocate voit ressurgir un autre crime jamais élucidé : celui de sa propre mère, quand elle était enfant. La " Rigole du diable " n'a pas ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par kiki23, le 25 avril 2012

    kiki23
    Un commentaire objectif difficile à rédiger car ce livre a avant tout une histoire pour moi….
    J'avais entendu parler dans la presse locale de ce roman à sa sortie et il m'avait forcément interpelée : un polar qui se déroule en Creuse raconté du point de vue de l'avocat. J'ai profité du salon du livre de Felletin pour rencontrer l'auteur, Sylvie GRANOTIER. Qu'elle n'a pas été la surprise de cette dernière en apprenant que je m'appelais Catherine, que je venais de région parisienne et que j'étais tout nouvellement convertie à la matière pénale…
    Je ne pouvais que m'y plonger il y a quelques semaines, quand j'ai su que j'allais suivre les pas de l'héroïne de Sylvie GRANOTIER.
    L'impression d'être « comme à la maison » avec des remerciements à Annier ASTIER (normal) et à Jean-Alain MICHEL (un peu plus étonnant!).
    L'histoire : une jeune avocate parisienne accepte la défense d'une femme immigrée accusée d'avoir empoisonné son mari dans le département de la Creuse. Elle est loin de s'imaginer que ce dossier va lui donner les clés de son passé.
    Le style d'Annie GRANOTIER m'a au départ dérouté. J'ai pu m'y perdre et il m'a fallu faire un petit effort face à des constructions parfois longues à la lecture desquelles je devais reprendre mon souffle !
    Les dialogues sonnent parfois faux, ce qui est dommage pour une histoire qui se déroule au milieu de gens simples et concrets.
    L'auteur déroule une double intrigue qui ne manque pas d'intérêt et d'originalité mais, il me semble, qu'elle n'a pas été assez travaillée pour que l'effet de miroir soit encore plus implacable.
    Le tout est très visuel (mais Sylvie GRANOTIER est scénariste…) puisque c'est surtout une image qui me revient quand j'écris ce commentaire quelques temps après avoir refermé ce livre…. je suis le bébé dans la poussette et une ombre s'approche…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Astazie, le 14 novembre 2011

    Astazie
    Sylvie Granotier nous entraîne de nouveau dans une double intrigue. Catherine , jeune avocate, vient de remporter son premier procès, son client , Cedric Devers souhaite la revoir.
    Elle va devoir maintenant défendre une jeune femme , accusée d'avoir empoisonné son mari au cyanure. Une femme intelligente, sans doute manipulatrice, cette Myriam. Pourtant, elle n'avait pas de motif direct pour supprimer son vieux mari, c'est l'essentiel. Maître Renaud approuve la position que Catherine défendra au procès, qui approche. Catherine retourne en Creuse: Myriam est enfermée à la prison de Guéret où elle clame son innocence..Catherine habite Paris, elle va faire des aller- retour dans la Creuse, pour interroger sa cliente.

    Le père de Catherine, le docteur Monsigny, ne l'encourage pas dans sa démarche. le docteur Monsigny et sa femme ont vécu dans cette région, qu'il s'est empressé de quitter avec sa fille Catherine, après l'assassinat de sa femme. Ce meurtre n'avait pas été élucidé. Son père s'est retranché dans le silence, tout ce qui avait appartenu à sa femme , il l'a détruit.
    De sa mère, elle retrouve une vieille photo, qu'elle a découverte dans un livre.

    Catherine prend une chambre d'hôte, et continue son enquête .Des souvenirs la hantent. Elle va être confrontée à son passé, des images lui reviennent en mémoire. La vie de Catherine s'est construite sans sa mère,.

    Catherine va se livrer à une double enquête, celle de Myriam et celle de sa mère. Elle s'interroge sur son existence, sur son mystérieux père.


    Sylvie Granotier tisse des liens entre chaque personnage, Tout est décrit avec finesse jusqu' au final. Un bon roman policier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Onclepaul, le 24 janvier 2011

    Onclepaul
    Sylvie GRANOTIER : La rigole du diable. Collection Suspense ; éditions Albin Michel.
    Jeune avocate Catherine Monsigny vient de remporter sa première victoire, pardon, son premier procès. Son client, Cédric Devers, accusé par une accorte et quinquagénaire serveuse de bar pour coups et blessures alors qu'elle l'avait harcelé après une séance de simulacre de reproduction, est acquitté. Aussitôt après, toute guillerette, elle enfourche son scooter et rend visite à Daniel dans le quartier de la Goute d'Or. Il milite dans une association de défense pour le droit pour tous. Elle récupère le dossier de Myriam Villetreix, née N'Bissi, soupçonnée d'avoir assassiné son vieux mari à l'aide de cyanure. Ensuite direction le bureau dirigé par Renaud, son patron, qui enfin lui confie une affaire importante. Myriam, avait été ramenée du Gabon dans les valises de ses futurs employeurs qui en avaient fait leur esclave. Elle avait profité de ce que ses « maîtres » étaient fascinés par le reportage des avions destructeurs du 11 Septembre 2001 pour s'échapper et se réfugier auprès de Daniel. Une annonce avait attiré l'attention de Gaston, vieux gars célibataire de la Creuse, et ils avaient uni leurs destins, pour le bonheur de tous, sauf des cousins creusois. Quelques années plus tard, Gaston décédait d'un arrêt du cœur et Myriam héritait de tout. Et c'est peut-être à cause de cet héritage qui leur passait sous le nez que plus tard les cousins avaient accusé Myriam d'avoir assassiné son mari à l'aide de cyanure. La boite, qui était rangée dans la grange de l'un des cousins, avait été retrouvée dans la cuisine, domaine depuis le mariage, de Myriam. Pourtant le docteur avait signé le permis d'inhumer sans broncher tout comme il avait signé celui de sa mère décédée comme Gaston d'un arrêt du cœur. Depuis Myriam est enfermée dans la prison de Guéret, clamant son innocence. Catherine est toute heureuse d'annoncer à son père, médecin retraité, qu'elle va plaider aux assises, à Guéret. Apparemment il connait la région. Il est son seul lien, sa mère ayant été assassinée alors qu'elle était encore toute jeune, mais il réside loin de Paris. De sa mère elle ne possède qu'une photo qu'elle a découverte dans un livre et de vagues souvenirs qui lui remontent parfois à la surface. Pourtant dans cette région de la Creuse où elle se rend, elle croit reconnaître fugacement des endroits. Elle fait la connaissance d'un journaliste localier, d'un voisin de Gaston et Myriam qui vont l'aider dans ses démarches, et fournir un point de chute pour ses fréquents voyages. Et à Paris elle retrouve Cédric qui devient son amant.


    Lien : http://mysterejazz.over-blog.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lalivrophile, le 14 avril 2011

    Lalivrophile
    La romancière ne crée pas un suspense haletant, ne parsème pas son livre de cadavres spectaculairement abattus... elle préfère analyser la psychologie de ses personnages, leur donner corps, et tisser une ambiance particulière.
    Les deux intrigues principales de ce roman peuvent paraître banales et éculées. Lorsque l'auteur dévoile certaines réponses, on se dit qu'on aurait dû deviner. Oui, mais voilà: je n'avais pas deviné, et je n'ai pas trouvé l'intrigue si ordinaire. du moins, c'est cette banalité qui en fait la force, la vraisemblance. Ce sont des choses qui pourraient arriver dans la vie de tous les jours.
    Quant à la résolution des énigmes, si le lecteur a une longueur d'avance sur Catherine, c'est parce que l'auteur le veut bien. Cela devrait engendrer un effet de lenteur: le lecteur sait quelque chose que la jeune femme ignore, on devrait se traîner péniblement jusqu'à ce qu'elle finisse par l'apprendre. Il n'en est rien. C'est plutôt une occasion d'analyser le comportement d'un personnage.
    Concernant ce que Catherine découvre à propos de Myriam, j'aurais dû voir venir cette façon de faire. C'est une ficelle assez utilisée. Seulement, l'auteur a su la camoufler, faisant en sorte que tout soit cohérent, mais n'en faisant surtout pas trop.
    [...]
    Lire la suite sur:

    Lien : http://www.lalivrophile.net/la-rigole-du-diable-de-sylvie-granotier
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par yv1, le 16 février 2011

    yv1
    e finis par croire que je ne suis pas dans une bonne passe de lecture, tant ce que je lis en ce moment me déçoit. Ce livre ne m'attire pas. Je l'ai commencé, mais rien ne m'y retient. Les personnages me paraissent plats, falots, et caricaturaux. Déjà vus. Déjà lus. Même l'intrigue ne relance pas mon intérêt. Mais, ça doit venir de moi. Avant d'ouvrir un livre, quel qu'il soit, j'ai toujours des secondes de plaisir : j'ai envie d'être surpris par l'histoire, par le style, par l'originalité du propos ; j'ai envie de lire du nouveau, si ce n'est dans l'histoire, au moins dans la manière de la raconter ; j'ai envie pourquoi pas d'être choqué -mais là, il faut y aller fort- quitte à ensuite dire que je n'aime absolument pas. Ce qui peut m'arriver de pire, c'est de ne rien ressentir, d'avoir l'impression de lire des mots qui ne me racontent rien ou qui me racontent des choses qu'on m'a déjà dites. Dans ces-moments là, je referme l'ouvrage et le laisse à ceux qui sauront mieux apprécier que moi. C'est donc ce que je fais avec ce livre de Sylvie Granotier. Pas forcément mauvais. Juste pas pour moi.

    Lien : http://lyvres.over-blog.com/article-la-rigole-du-diable-66235266.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lhumanite , le 13 février 2012
    Sylvie Granotier sait emprisonner le lecteur dans une toile aussi serrée que celle où se débat son héroïne.
    Lire la critique sur le site : Lhumanite

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
18,81 € (neuf)
6,56 € (occasion)

   

Faire découvrir La rigole du diable par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz