Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070363619
Éditeur : Gallimard


Note moyenne : 3.76/5 (sur 416 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pour expliquer le succès du Roi se meurt, on a dit que c'est un classique. Il montre l'homme ramené à sa condition fondamentale. Donc à l'angoisse devant la mort. Cet homme qui parle avec les accents du roi Lear est néanmoins notre contemporain. Il est tellement notre c... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (23)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par cicou45, le 05 juillet 2013

    cicou45
    Etant donné que je vais prochainement aller voir la représentation de cette pièce avec, entre autre, Michel Bouquet (pour ne citer que lui) à la citadelle de Sisteron, j'avais tout de même envie de découvrir le texte avant et, pourquoi pas, de me "réconcilier" avec Eugène Ionesco. Pari réussi. Autant j'avoue avoir été déçu par la pièce "Rhinocéros", autant là, j'avoue avoir été bluffée par "Le Roi SE Meurt"...
    Certes, l'on sait d'avance qu'en lisant de tels ouvrages, il faut se faire à l'idée que l'on ne va pas lire du théâtre classique (comme je l'aime) mais du théâtre de l'absurde mais même avec cette idée en tête, j'avais eu du mal avec ma première rencontre avec l'auteur. Ici, il en est tout à fait autrement. Pourquoi ? Je n'en sais rien...Peut-être est-ce tout simplement dû au fait que l'auteur traite ici d'une question existentielle qui nous préoccupe toute notre vie : celle de la Mort.
    Ayant longtemps été hantée par cette dernière enfant (je le suis encore mais moins...d'ailleurs, qui ne l'est pas), cette pièce m'a fait beaucoup de bien...
    Le Roi Bérenger Ier n'a, quant à lui, jamais songé qu'il allait, comme tout être humain (roi ou pas) mourir un jour. Ici, ses deux épouses, Marguerite et Marie, accompagnés du médecin, de Juliette (la domestique) et du garde tentent de le préparer et de lui faire entendre raison. Tandis que Marguerite, la première épouse du roi se montre assez franche et cruelle par moments, Marie, elle, bien qu'étant sa deuxième épouse mais préférée du roi, se montre pleine d'espoir.
    Entre espoir et résignation, il y a peut-être un juste milieu même si l'inévitable doit arriver et arrivera !
    Une pièce qui se lit en un rien de temps, que j'ai trouvé remplie de philosophie, très bien écrite et extrêmement drôle. J'ai hâte de la voir jouée sur scène !
    A lire sans plus attendre (c'est un conseil pour ceux qui ne l'auraient pas déjà lue !).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 36         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par araucaria, le 25 mars 2013

    araucaria
    Théâtre de l'absurde cher à Eugène Ionesco, mais cependant pièce bien plus classique et moins loufoque que peuvent l'être "Rhinocéros" ou "La Cantatrice Chauve". "Le Roi se meurt" comme le titre l'indique c'est l'aboutissement logique d'une vie que le héros Bérenger n'a pas vu passer. C'est aussi la fin d'un monde, le palais tombe en ruine, le royaume est en piteux état, la population est réduite à une peau de chagrin... Bérenger quant à lui se retrouve confronté, bien que monarque, et comme tout un chacun, à la mort. Lui qui avait le pouvoir sur tout ne peut pas y échapper et comme son plus humble sujet est obligé d'accepter ce qui lui semble inacceptable. La mort est là pour lui, comme pour tous, aboutissement de toute vie!

    Lien : http://araucaria.20six.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 38         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par najnaje, le 30 juin 2013

    najnaje
    Cette pièce m'a fait comprendre concrètement le processus de l' acceptation de la mort, comme je suis soignante je suis confrontée à la fin de vie des patients et cette pièce m'a permis de mieux intégré ce processus. Je vois des personnes en colère d'autre plus sereine face à la mort. Ionesco décrit admirablement ce processus qui se compose de 7 étapes qui sont : le choc, le déni, la colère, la tristesse, le marchandage, l' acceptation, la décontraction. Le fait que le personnage principal soit un roi n'est à mon sens pas anodin puisqu'il accentue le désarroi de ce dernier face à la mort, il perd tout contrôle sur tout et son royaume se délite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 28         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ahasverus, le 29 mai 2014

    ahasverus
    Le Roi se meurt est une pièce à six personnages crée en 1962.
    Autour du roi Bérenger 1er, ses deux épouses -Marguerite et Marie, le garde, la femme de ménage, et le médecin qui est aussi chirurgien, bourreau, bactériologue et astrologue.
    Marguerite et le médecin annoncent au roi qu'il meurt. Incrédule, soutenu par Marie, il traversera plusieurs stades- le déni initial, la révolte, la peur - avant de se résigner à son sort dans un état d'hébétude.
    Le roi n'est pas préparé à mourir. Il a passé sa vie à repousser la pensée de cet instant, à gagner par petits délais quelques centaines d'années. Si on lui laissait plus de temps, bien sûr, lui qui ne voudrait pour sépulture que des bras...
    Des bras pour sépulture. L'Académicien Eugène Ionesco mène son théâtre de l'absurde avec poésie et profondeur pour nous dépeindre la petitesse de notre état. Son roi, trop humain pour ne pas crier comme un porc qu'on égorge, se raccroche à des branches qui s'effacent pour le laisser seul face à la vie au moment de la mort.
    "Il n'y a pas de passé, il n'y a pas de futur. Dis-le-toi, il y a un présent jusqu'au bout, tout est présent ; sois présent. Sois présent".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

  • Par adelice, le 18 novembre 2014

    adelice
    "Le roi se meurt" est sans doute l'une des pièces de Ionesco le plus lisible et le plus représentée;
    Récemment encore avec Michel Bouquet dans le rôle de Béranger 1er

    Ionesco écrit en 1962 Le roi se meurt. Avec le titre de sa pièce, par le thème qu'il indique et par le choix du personnage de la plus haute noblesse, il semble s'inscrire dans la tradition de la tragédie.
    Une parodie d'un dénouement tragique, telle est la pièce ;
    Le Roi Béranger 1er va mourir aujourd'hui, il l'apprend brusquement =La mort en temps réel, « tu vas mourir aujourd'hui, à la fin de la pièce » dit Marguerite
    La reine Marguerite joue alors un rôle de guide vers la mort en multipliant les conseils à l'encontre du Roi ainsi que le montrent les nombreux impératifs «Renonce aussi aux couleurs », « Ne prête pas l'oreille au murmure du ruisseau », « Tu n'as pas soif. », «Donne-moi tes jambes, la droite, la gauche. ». Marguerite joue un rôle de Parque mais également de prêtre qui assiste et rassure le mourant en exorcisant les démons ainsi que le montrent les phrases « Loup, n'existe plus ! », « Rats et vipères n'existez plus ! », « Il n'a pas besoin d'être désaltéré, bonne femme, il n'a pas soif. N'encombrez pas son chemin. Evanouissez-vous."
    Après la Reine Marie qui a tenté en vain de le rappeler à la vie, la reine Marguerite incarne le réel, le Temps ;
    Tragédie parodique, mais peur, douleur, angoisse réelles, pour lesquelles aucune échappatoire n'existe, ni aucun délai ;
    . Cette performance exceptionnelle de Ionesco réussit à rendre concrète une notion abstraite, la mort d'un être, c'est la mort du monde
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (34)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par PiertyM, le 22 novembre 2014

    Il n'y a plus rien d'anormal, puisque l'anormal est devenu habituel !

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 22 novembre 2014

    Il n'y a pas de passé, il n'y a pas de futur. Dis-le-toi, il y a un présent jusqu'au bout, tout est présent ; sois présent. Sois présent.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par gill, le 13 novembre 2014

    Dans son palais délabré, aussi intemporel qu'un château de conte de fées, le roi constate que son royaume s'est rétréci, que ses serviteurs ne lui obéissent plus, ni son propre corps.
    Pourtant, il nie la réalité et s'acharne à maintenir une autorité illusoire.
    C'est alors qu'il apprend de son médecin la nouvelle effarante qu'il va mourir.
    Incrédule tout d'abord, il se révolte mais l'appui de la reine Marie, sa jeune épouse, qui sanglote et évoque le bonheur passé ne lui apporte aucun soulagement.
    Agacé par cette sensibilité inutile, son autre épouse, la reine Marguerite, organise sa mort comme un cérémonial.
    Jusqu'à la fin elle l'accompagne et l'aide à renoncer à tout ce qui a fait sa vie, à accepter son destin....
    (extrait de "Visages du Théâtre contemporain" de Sylviane Bonnerot, essai paru en 1971 aux éditions "Masson et Cie")
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par araucaria, le 25 mars 2013

    LE ROI
    J'ai du mal aussi à bouger mes bras. Est-ce que cela commence? Non. Pourquoi suis-je né si ce n'était pas pour toujours? Maudits parents. Quelle drôle d'idée, quelle bonne blague! Je suis venu au monde il y a cinq minutes, je me suis marié il y a trois minutes.

    MARGUERITE
    Cela fait deux cent quatre vingt-trois ans.

    LE ROI
    Je suis monté sur le trône il y a deux minutes et demie.

    MARGUERITE
    Il y a deux cent soixante-dix-sept ans et trois mois.

    LE ROI
    Pas eu le temps de dire ouf! Je n'ai pas eu le temps de connaître la vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 41         Page de la citation

  • Par Guylaine, le 06 mai 2010

    "Marguerite
    Moi, tu m'entendras, tu m'entendras mieux. (Le Roi est debout, immobile, il se tait.) Il arrive que l'on fasse un rêve. On s'y prend, on y croit, on l'aime. Le matin, en ouvrant les yeux, deux mondes s'entremêlent encore. Les visages de la nuit s'estompent dans la clarté. On voudrait se souvenir, on voudrait les retenir. Ils glissent entre vos mains, la réalité brutale du jour les rejette. De quoi ai-je rêvé se dit-on? Que se passait-il? Qui embrassais-je? Qui aimais-je? Qu'est-ce que je disais et que me disait-on? On se retrouve avec le regret imprécis de toutes ces choses qui furent ou qui semblaient avoir été. On ne sait plus ce qu'il y avait autour de soi. On se sait plus."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

> voir toutes (93)

Video de Eugène Ionesco

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Eugène Ionesco

Entretien avec Ionesco. Il parle de son enfance, de ses études, de son besoin de solitude











Sur Amazon
à partir de :
2,00 € (neuf)
0,95 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Roi se meurt par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (1331)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz