Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Dennis Collins (Traducteur)

ISBN : 2264020865
Éditeur : 10-18 (1999)


Note moyenne : 3.76/5 (sur 17 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Téhéran, 1980 : les révolutionnaires prennent le pouvoir. Installé dans un hôtel de la ville, Ryszard Kapusciriski essaie, à partir de notes, de bandes magnétiques et de photos, de comprendre ce qui a provoqué la chute du Shah et comment l'ayatollah Khomeiny a réussi à ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par liberliger, le 01 novembre 2012

    liberliger
    Kapuscinski nous retrace ici la genèse de la révolution iranienne mais au-delà du cas iranien c'est la genèse de toute les révolutions, passées et à venir, qu'il dévoile indirectement, subtilement et clairement , d'une manière accessible, mieux que n'importe quel essai philosophique ou jargonneux. Brillant et toujours d'actualité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Hindy, le 26 décembre 2010

    Hindy
    L'accession au trône des Pahlavi, leur règne et leur chute.
    Une page d'histoire qui permet de comprendre le présent.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par arseno, le 19 août 2014

    arseno
    Un portrait de l'Iran pré-révolution, puis, la chute.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par liberliger, le 01 novembre 2012

    Les causes des révolutions, il faut habituellement les chercher dans les conditions objectives - la pauvreté générale, l'oppression, les abus scandaleux. mais ce point de vue a beau être juste, il reste unilatéral. Après tout, de telles conditions existent dans une centaine de pays, alors que les révolutions éclatent rarement. Ce qu'il faut, c'est la conscience de l'oppression, la conviction que la pauvreté et l'oppression ne sont pas l'ordre naturel de ce monde. Il est curieux que dans ce cas l'expérience en elle-même et par elle-même, ne suffise pas, si douloureuse soit-elle. L'indispensable catalyseur est le mot. Plus que les pétards ou les stylets, ce sont les mots - les mots incontrôlés, en libre circulation, les mots clandestins, rebelles, sans uniforme, non certifiés - qui effraient les tyrans. Mais parfois ce sont les mots officiels, en uniforme, certifiés qui amènent la révolution.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par liberliger, le 01 novembre 2012

    Toute révolution est un drame, et l'humanité évite instinctivement les situations dramatiques. Même si l'on se trouve dans une telle situation, on cherche fiévreusement une issue, on cherche le calme, et le plus souvent, le quotidien. C'est pourquoi les révolutions ne durent jamais longtemps. Elles sont un ultime recours et, si les gens y font appel, c'est uniquement parce qu'une longue expérience leur a appris qu'il n'y a pas d'autre solution.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par liberliger, le 01 novembre 2012

    La dictature dépend pour son existence de l'ignorance des masses ; c'est pourquoi tous les dictateurs prennent tant de peine pour cultiver cette ignorance. Il faut des générations pour modifier un tel état de choses, pour laisser entrer un peu de lumière. mis avant que cela puisse arriver, ceux qui ont renversé le dictateur se comportent souvent, malgré eux, comme ses héritiers, perpétuant les attitudes, les schémas et les pensées d'une époque qu'eux-mêmes ont refusée. Cela se produit de façon tellement inconsciente qu'ils éclatent d'une colère indignée si quelqu'un leur signale.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par liberliger, le 01 novembre 2012

    Tous les livres sur toutes les révolutions s'ouvrent par un chapitre qui décrit le dépérissement d'un pouvoir chancelant ou la misère et les souffrances du peuple. Alors qu'il faudrait commencer par un chapitre de psychologie, qui montre comment un homme harcelé, terrifié brise soudain ses craintes, cesse d'avoir peur. Ce processus inhabituel, qui parfois s'accomplit en un instant, comme une sorte de traumatisme ou de baptême, demande à être élucidé. L'homme se débarrasse de sa peur et se sent libre. sans cela, il n'y aurait pas de révolution.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par liberliger, le 01 novembre 2012

    Il faut distinguer la révolution de la révolte, du coup d'État, de la révolution de palais. On peut parfois prévoir un coup d'État, jamais une révolution. Son éruption, l'heure de cette éruption prend tout le monde au dépourvu, y compris ceux qui y aspiraient. Ils restent étonnés devant la spontanéité qui se manifeste soudain et qui détruit tout sur son passage. Elle démolit si impitoyablement qu'à la fin il lui arrive d'anéantir les idéaux qui lui ont donné naissance.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Ryszard Kapuscinski

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Ryszard Kapuscinski


Hippolyte présente Ryszard Kapuscinski, "Ebène", Pocket
Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus jamais....











Sur Amazon
à partir de :

20,76 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Shah par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

> voir plus

Lecteurs (28)

> voir plus

Quiz