Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Guillemette Belleteste (Traducteur)

ISBN : 274360770X
Éditeur : Payot et Rivages (2001)


Note moyenne : 4.28/5 (sur 148 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Nathan Price, pasteur baptiste américain au fanatisme redoutable, part en mission au Congo belge en 1959 avec sa femme et ses quatre filles. Ils arrivent de Géorgie dans un pays qui rêve d'autonomie, et de libertés. Tour à tour, la mère et les quatre filles racontent la... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (25)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par yva63, le 15 février 2013

    yva63
    A la veille de la décolonisation, un pasteur baptiste fanatique part avec sa femme et ses filles au Congo Belge afin d'évangéliser un village reculé. le père avec une obstination qui tourne à la démence tente de baptiser la population délaissant sa famille alors que le pays, avec la proclamation de son indépendance, la prend au piège en sombrant dans le chaos. Les 5 femmes survivront et tour à tour nous raconteront cette expérience extrême qui les aura marquées à jamais.
    Le roman, tragique mais empreint aussi de drôlerie et d'un humour ravageur (les filles du pasteur ne sont pas des mauviettes !) fait mouche dès le départ et nous faisons vite cause commune avec elles. Bien sûr, l'histoire de cette famille est indissociable du contexte politique dans lequel elle se déroule : sans didactisme, entremêlant habilement les deux, Barbara Kingsolver nous fait vivre cette période trouble et mouvementée du Congo devenant Zaïre et n'hésite pas à pointer du doigt les sinistres agissements des occidentaux.
    « Les yeux dans les arbres » est un magnifique roman, sans doute le plus ambitieux et abouti de Barbara Kingsolver.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 31         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ancolie, le 08 janvier 2013

    Ancolie
    Il est des livres dont on se demande pourquoi on n'en a pas entendu parler plus tôt. Dès qu'on les entame, on sent qu'ils sont faits pour nous.
    Etats-Unis. 1959. Un pasteur veut partir au Congo pour porter la bonne parole. Faisant fi des conseils de son entourage, il s'entête et part avec sa famille – son épouse et ses quatre filles - dans un village où tout est à faire au niveau religieux (pense-t-il).
    Nous allons suivre la manière dont est vécue cette nouvelle vie avec les yeux des quatre sœurs et de leur mère.
    Une vie difficile entre le choc culturel, la différence de niveaux de vie, les troubles politiques et le caractère dur du père. le pasteur est un homme envahi par sa foi, au point qu'il s'éloigne de la réalité. Il maltraite son épouse et ses filles, chaque action de leur part qui ne répond pas à l'enseignement de Jésus leur est reproché.
    Rachel, la sœur aînée, nous parle de ce bouleversement avec justesse : «Ce qui nous est arrivé au Congo tient au fait qu'il a fallu que, manque de veine, deux mondes opposés se rentrent dedans et provoquent une tragédie. Après un coup tel que celui-là, on ne peut que suivre la voie de son cœur. Et dans la famille, on dirait que nos cœurs renferment des choses foncièrement différentes.» En effet, au-delà des tragédies qui ponctuent leur existence au Congo, on ressent très fort les différences de caractère des personnages. Leur manière unique de réagir aux événements renforce ce roman. Cinq voix nous parlent, cinq voix qui forment une chaîne de 1959 à 1986, cinq voix qui prendront des chemins très différents.
    Le colonialisme en Afrique est un sujet qui m'intéresse énormément et mon intérêt a été comblé. J'ai été emportée par Rachel, Adah et les autres et l'auteur nous offre une peinture riche du Congo d'après l'indépendance. C'est un magnifique roman que je conseille vivement. Indéniablement, un coup de cœur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ladybug, le 23 septembre 2011

    Ladybug
    Grand coup de coeur pour ce roman !
    C'est un roman à plusieurs voix. Dans un style très vivant et selon leurs sensibilités et centres d'intérêt, Rachel l'aînée, Leah et Adah, les jumelles surdouées, Ruth May la petite dernière de 5 ans, et la mère nous donnent chacune leur vision de l'Afrique.
    C'est un roman sur le Congo d'une densité incroyable, une peinture précise de l'ambiance, de la manière de vivre, des fléaux qui le touchent, des indignités de la colonisation. Mais c'est également un roman sur les relations familiales car le lecteur est le confident des soeurs dans ce domaine également. La famille ne va pas être épargnée, elle va vivre les difficultés d'intégration, la maladie, la peur des violences, être prise dans un flot d'évènements qui vont laisser leurs marques.
    C'est un livre foisonnant, passionnant, très axé sur les ressentis, sur les discours intérieurs. Les personnages ont des contours très nets, des cheminements personnels, c'est un vrai bonheur. J'ai l'intuition que ces témoignages d'une force extraordinaire m'accompagneront encore longtemps.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par AireLibre, le 02 mars 2008

    AireLibre
    Attention : grand choc de lecture. Ce roman est le plus difficile de ses textes à aborder, mais pour moi il est également le plus dense, le plus profond, le plus intense. Il s'agit d'un roman polyphonique : on y entend tour à tour la voix des différentes protagonistes ; mais d'un genre particulièrement original : ce sont les voix des femmes de la même famille, la mère et ses quatre filles.
    Toutes les cinq sont entraînées par la volonté du père, pasteur évangéliste, au coeur du Congo des années 60 pour apporter la foi chrétienne au coeur de la jungle. Rien ne les avait préparé à la vie qu'ils allaient mener là-bas. Aux difficultés quotidiennes s'ajoutent la tension politique grandissante d'un pays en crise. Chacune devra trouver sa voie dans le chaos qui s'annonce.
    Barbara Kingsolver a réussi un roman grandiose, époustouflant dans ses descriptions de cette Afrique subsaharienne, passionnant dans les tourbillons de la guerre civile, parfois drôle ou poignant, comme toujours. Ici encore, on est touché par l'authenticité de ses personnages. Voici exactement le genre de livre dont on sort nourri.
    http://librairepassion.blog.ouestjob.com/index.php/post/2008/02/11/Barbara-Kingsolver
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par hannahens, le 27 juin 2012

    hannahens
    Ce n'est pas pour rien qu'on dit de ce roman qu'il est le plus ambitieux de Barbara Kingsolver. Elle s'attaque au gros morceau du colonialisme, du fanatisme religieux au Congo. Quand on s'y penche, il y a de quoi écrire en effet.
    J'ai un peu regretté ce ton si vivant, piquant, humoristique de son premier roman mais celui possède aussi sa force. A travers les quatre voix des filles d'un prêcheur baptiste complètement fou furieux on découvre la vie au dans un petit village Congolais au début des années 1960 dans la période charnière de l'indépendance.
    Les incompréhensions vont croissantes entre cette famille blanche menées par un homme sûr de son bon droit et les villageois qui en ont vu passer d'autres. Les quatre filles vont évoluer chacune à leur façon et nous dévoiler les différentes visions d'une Afrique tour à tour hostile, accueillante, vivante, aimante, trompeuse...
    Une chose est sûre: aucun membre de la famille, ne sortira inchangé de cette rencontre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par verbis, le 25 avril 2010

    Mais le dernier : le bébé qui traîne son odeur comme un drapeau de reddition à travers ta vie parce qu'il n'y en aura plus d'autres à venir - oh, c'est l'amour au nom différent. C'est l'enfant que tu tiens dans tes bras pendant une heure après qu'elle se soit endormie. Si tu la déposais dans son berceau, elle pourrait se réveiller autre et s'envoler. Alors tu te balances auprès de la fenêtre, buvant la lumière de sa peau, respirant les rêves qu'elle exhale. Ton coeur gémit au double croissant de lune de ses cils abaissés sur ses joues. Elle est celle que tu ne peux te résoudre à poser.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par elobe, le 27 mai 2012

    (Adha)
    Miss Betty m'a mise au coin jusqu'à la fin de l'heure afin de prier pour mon salut, à genoux sur des grains de riz secs. Quand je me suis enfin relevée, avec des grains durs enfoncés dans les genoux, j'ai découvert, à ma grande surprise, que je ne croyais plus en Dieu.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par marieedith70, le 30 septembre 2012

    L'habituelle passante, c'est une femme qui déambule le long de la route, superposition de ballots en équilibre sur la tête. Ces femmes sont des colonnes d'émerveillement, défiant les lois de la gravité en arborant une expression de parfait ennui (...). Elles sont comme des danseuses de ballet totalement inconscientes d'être sur scène. (Adah)

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par emi13, le 22 août 2013

    Assez honnête pour revenir avec l'alcool et la voiture intacts,mais ,en chemin;je suis tombée sur une inondation et deux arbres en travers de la route et quand enfin je suis arrivée ,j'ai baisé le plancher du bar.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par sweetie, le 17 février 2014

    Tous ces lavages de pied, par exemple. Était-ce pour la gloire de Dieu ou simplement pour empêcher d'apporter du sable dans la maison? Était-ce un chameau qui pouvait passer dans le chas d'une aiguille plus facilement qu'un riche ne pouvait entrer au Royaume des cieux? Ou un grossier bout de fil? En hébreu, les mots sont les mêmes, mais auquel faisait-on allusion? Si c'était au chameau, le riche avait plutôt fait de ne pas tenter le coup. Mais si c'était au fil, il avait une petite chance de réussir, en se donnant un peu de mal...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Barbara Kingsolver

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Barbara Kingsolver

Barbara Kingsolver - Dans la lumière .
Barbara Kingsolver vous présente son ouvrage "Dans la lumière" aux éditions Rivages. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Martine Aubert. Rentrée littéraire 2013. http://www.mollat.com/livres/kingsolver-barbara-dans-lumiere-9782743625856.html Notes de Musique : Idaho - 8 You Flew








Sur Amazon
à partir de :
6,50 € (neuf)
4,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Les yeux dans les arbres par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (303)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz