Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2302031032
Éditeur : Soleil (2014)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.99/5 (sur 284 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
C'est une lente et funèbre progression qui mène le capitaine Marlow et son vieux rafiot rouillé, par les bras d'un tortueux fleuve-serpent, jusqu'au "coeur des ténèbres". Kurtz l'y attend, comme une jeune fille endormie dans son château de ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (31)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Woland, le 13 novembre 2012

    Woland
    Heart of Darkness
    Introduction, traduction, notes, chronologie et bibliographie : Jean-Jacques Mayoux
    ISBN : 9782081285965
    Deux extraits de ce roman seront présentés sur Babelio.
    La liste des personnages de ce roman sera bientôt accessible sur http://notabene.forumactif.com/
    Cent cinq pages rédigées dans ce style rigide, comme perpétuellement au garde-à-vous, qui fait songer que, malgré tous ses efforts et en en dépit de son merveilleux talent, Conrad ne parvint pas à penser toujours en anglais. Une intrigue mince, que trois traits suffisent à délimiter, en tous cas en apparence : un officier de la marine marchande britannique se languit tellement de la navigation qu'il fait des pieds et des mains pour se retrouver sur un fleuve africain, à la barre d'un vapeur auprès duquel l'"African Queen" de John Huston fait figure de palace flottant. Une poignée de personnages, Blancs et Noirs, éparpillés entre la Belgique, le Congo de Léopold II et un tout petit oasis de paix nocturne sur la Tamise. Et avec cela, l'une des plus formidables réflexions que la littérature ait jamais produite sur le Mal qui guette, tapi au plus profond de l'être humain comme l'ennemi dans la jungle. Si formidable dans son cynisme, si inoubliable dans sa fascination pervertie que deux romanciers au moins - Timothy Findley avec son "Chasseur de têtes" et Robert Silverberg avec "Les Profondeurs de la Terre" - et un cinéaste - Francis Ford Coppola avec le génial "Apocalypse Now" - ont jugé impossible de ne pas lui rendre hommage - à elle mais aussi au personnage qui la provoque et l'incarne : Kurz l'Omniprésent, Kurz le Dieu.
    "Au coeur des ténèbres" n'est pas un livre simple. Il peut même tromper un lecteur néophyte au point de le faire s'interroger sur l'enthousiasme en général suscité par le texte de Conrad. Sa relative brièveté, son texte qui se ramasse sur lui-même, la manière dont son auteur en dit le moins possible tout en sous-entendant le maximum, cette façon qu'il a de solliciter l'imagination mais aussi les peurs les plus secrètes, les plus malsaines du lecteur, la répartition de l'action entre deux personnages, Marlow et Kurz, qui ne sont en fait que les deux faces d'un même être, Conrad lui-même lorsqu'il découvre le Congo, tout cela contribue à en faire une énigme, une espèce de jeu de piste particulièrement retors et cruel qui débouche sur un désespoir sans appel.
    Pour certains, qui répètent une leçon bien apprise mais pas forcément comprise, il s'agirait avant tout d'une dénonciation du colonialisme. Vous qui me lisez, n'allez pas tomber dans cet énième panneau posé par les Séraphins de la Bien-Pensance : lisez et faites-vous votre opinion avant d'emboucher à votre tour leur trompette absconse. Conrad rapporte le langage utilisé par les colons belges pour désigner les Noirs mais, ce langage, Marlow l'utilise tout autant. Les Noirs l'étonnent, voire le choquent, comme il les étonne et les choque : pour Conrad, ça marche dans les deux sens.
    Son alter ego "positif" n'hésite pas à se débarrasser tout de suite du marin - noir forcément - qui est mort d'une balle perdue lors de l'escarmouche avec la tribu lancée par Kurz contre le vapeur, et le flanque tout tranquillement dans le fleuve parce qu'il redoute que les autres membres de l'équipage, qui sont anthropophages et ne se nourrissent depuis plusieurs jours que des restes d'une viande d'hippopotame pourrie, ne subtilisent le cadavre pour s'en faire un roboratif barbecue. Marlow ne les condamne d'ailleurs pas, il trouve cette attitude somme toute très normale pour un cannibale, bien plus normale que d'accepter de se coltiner de la viande d'hippopotame pourrie pendant le parcours qu'ils ont accepté de faire avec les Blancs.
    Marlow, pas plus que Conrad, n'est un Séraphin bien-pensant : s'il est révolté par les mauvais traitements infligés au malheureux indigènes du poste où il doit prendre en charge son vapeur - quel homme de coeur ne le serait pas ? - il ne lui viendrait pas à l'idée de passer pour autant sous silence les comportements primitifs, instinctifs et souvent incompréhensibles à ses yeux des Africains qu'ils découvrent. Blancs comme Noirs, nous sommes tous de bien étranges animaux, voilà le credo de Marlow et il n'en démordra pas une seconde.
    N'en déplaise donc aux crétins heureux, "Au coeur des ténèbres" se préoccupe peu des méfaits de la colonisation belge. Rien à voir, mais alors rien du tout avec "Le Crime du Congo Belge", que Sir Arthur Conan Doyle publiera dix ans plus tard. Non, ce qui passionne Conrad, ce sont les ténèbres de l'âme humaine, que celle-ci soit enfermée dans un corps blanc ou dans un corps noir.
    Arrivé dans le sillage des colons belges, Kurz, dont on parle tant et qu'on voit si peu, Kurz, comme chacun d'entre nous, portait en lui ces ténèbres. Mais rien ne prédisposait ce musicien remarquable, cet homme charmant et cultivé, d'une rare intelligence, à les développer. Fût-il resté sous nos latitudes qu'il n'est pas non plus certain qu'il y aurait cédé. Seulement, sa rencontre avec l'Afrique, ce continent dont Conrad exprime tout à la fois avec brutalité et subtilité les beautés et les mystères - beautés incompréhensibles, mystères abyssaux pour l'homme qui n'y est pas né, tous éléments d'une vie primitive, grandiose et animale, splendide et effrayante, dont, si nous en croyons les chercheurs actuels, l'Humanité tout entière est issue - l'a, pourrait-on dire, débloqué. Sur cette terre où tant de choses restent à découvrir et à comprendre, Kurz vacille, Kurz s'effondre, Kurz rampe, Kurz massacre, Kurz accepte les initiations les plus terribles, Kurz plonge dans ses propres ténèbres et les noircit encore et encore, d'abord pour l'or blanc qu'est l'ivoire, ensuite et presque exclusivement pour conserver la puissance qu'il a conquise en se laissant adorer comme un dieu - en s'identifiant à un dieu.
    Assurément, Conrad n'est pas un sectateur de ce pleurnichard de Jean-Jacques. Pour lui, l'homme naît sinon mauvais, du moins porteur du Mal, un Mal qui ne demande qu'à éclore. Et Kurz, cet "homme remarquable" sur tant de plans, l'a fait éclore de façon magnifique. A tel point que, en dépit de la répulsion que lui inspire le personnage, Marlow continue à l'admirer. Est-on bien sûr d'ailleurs que le dernier cri de Kurz, à la fois prisonnier et dieu de l'Afrique, ce fameux : "Horreur ! Horreur !" qui n'a pas fini de retentir dans nos cauchemars, n'était pas un ultime serment d'allégeance aux Ténèbres ? ...
    Un texte difficile parce que faussement innocent, un texte inoubliable. A lire, à relire et à relire encore. Pour sa perfection. Pour toutes les interrogations qu'il porte en lui. Et avant tout pour son manque absolu d'hypocrisie - que certains préfèreront traiter de cynisme. Mais quelle importance ? Kurz et ses Ténèbres sont immortels. Si vous scrutez bien votre miroir, l'un de ces soirs, vous les apercevrez peut-être : qui sait ? ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sentinelle, le 29 juillet 2008

    sentinelle
    Au cœur des ténèbres est une longue nouvelle parue initialement dans une revue en 1899, puis dans un recueil de trois récits en 1902 (Youth).
    Marlow, un jeune officier de la marine marchande britannique, est embauché par une compagnie belge en vue d'accomplir une mission très précise : ramener Kurtz, un agent de premier ordre en charge d'un comptoir en plein pays de l'ivoire, en remontant le cours d'un fleuve au cœur de l'Afrique noire.
    Tout le monde parle de Kurtz en termes très élogieux : personne remarquable, orateur né, homme d'une extrême intelligence qui ira loin dans l'administration, agent de premier ordre puisqu'il représente le plus efficace collecteur d'ivoire du pays. Mais dont nous sommes sans nouvelles depuis des mois, ayant mystérieusement fait demi-tour pour retourner au comptoir qu'il avait initialement quitté pour rejoindre le siège central.
    Pourquoi ce revirement de dernière minute ? Pourquoi n'avons-nous plus aucunes nouvelles de sa part? Son absence inquiète : il n'y a plus de collectes d'ivoires qui parviennent de son comptoir, son poste serait en péril et certaines rumeurs laissent entendre que Kurtz serait très malade.
    Le capitaine Marlow doit auparavant rafistoler son vieux rafiot pendant des mois avant de pouvoir quitter le poste central avec une caravane de soixante hommes pour une marche de deux cents milles afin de rejoindre Kurtz. Sa mission étant de rétablir les liens commerciaux avec le directeur du comptoir ou, à défaut, le ramener parmi les siens s'il le retrouve effectivement aussi affaibli que le disent les rumeurs.
    Cet éloignement progressif de la civilisation prend l'allure d'un véritable périple lorsque Marlow découvre la nature sauvage et les aspects les plus primitifs de l'homme de la brousse le long du fleuve Congo. Véritable progression au cœur des ténèbres, Marlow a le sentiment de revenir aux temps préhistoriques :
    « Remonter ce fleuve, c'était comme voyager en arrière vers les premiers commencements du monde, quand la végétation couvrait follement la terre et que les grands arbres étaient rois. Un cours d'eau, un grand silence, une forêt impénétrable. L'air était chaud, épais, lourd, languide. Il n'y avait pas de joie dans l'éclat du soleil. »
    La personnalité de Kurtz obsède Marlow : comment un homme aussi intelligent peut-il vivre au cœur des ténèbres sans se laisser aller aux pires dérives qui soient ? Ces ténèbres qui rendent fous, ces ténèbres qui remontent ce qu'il y a de plus primitif chez l'homme, ces ténèbres qui déshumanisent ?
    Marlow aura sa réponse lorsqu'il rejoindra Kurtz après des journées de navigation où la mort ne sera pas absente suite au danger auquel sa compagnie sera exposée avant de rejoindre le comptoir : cet homme si intelligent n'est qu'une âme folle qui s'est laissée corrompre par les forces du mal.
    Véritablement fasciné par Kurtz, pour qui il ressent un mélange de désir et de haine, d'attraction et de répulsion, Marlow ne peut s'empêcher de voir en lui une « bouche vorace » qui dévore « toute la terre avec toute son humanité» . Kurtz a « le visage horrifique d'une vérité entraperçue ». Il a franchi la limite, le dernier pas avant d'atteindre le seuil de l'invisible.
    Conrad nous invite à un voyage envoûtant en homme digne de son époque ! Ecrit à la fin du XIX siècle, Conrad partage avec les hommes de son siècle leurs questionnements et leurs angoisses : dans cette société victorienne puritaine corsetée à l'extrême, les névroses se font la part belle ! Si ce siècle voit l'apparition de la psychanalyse, elle voit également l'apparition de la peur suscitée par l'inconscient : l'homme prend le visage de la terreur lorsqu'il se trouve confronté à ses propres abîmes. Deux images de la femme prédominent : la femme tentatrice et castratrice, incompréhensible, pleine de secrets, étrangère et en cela hostile et la femme idéalisée, asexuée ou androgyne. Ces figures féminines se retrouvent exposées dans tous les arts majeurs de l'époque : peinture, poésie, littérature…
    Impossible pour moi de ne pas lire entre les lignes, de ne pas saisir à quelle libido tourmentée Conrad expose Marlow en le confrontant aux ténèbres de la brousse :
    « […]le scintillement de la longueur du fleuve entre les sombres courbes, battement de tam-tam, régulier et sourd comme un battement de cœur – le cœur des ténèbres victorieuses. C'était un moment de triomphe pour la brousse, une invasion, une ruée vengeresse que, me semblait-il, j'aurais à contenir seul pour le salut d'une autre âme. »
    La femme pure et asexuée étant représentée par la « promise » de Kurtz, qui telle un ange descendu du ciel, paraît d'une innocence surnaturelle totalement en contraste avec le reste du récit.
    Pour conclure ce billet, Au cœur des ténèbres est une œuvre très riche en interprétations diverses que je ne peux que vous conseiller !
    Le personnalité envoûtante de Kurtz, le coupeur de têtes, deviendra un personnage à part entière que nous retrouverons mis en scène dans d'autres romans par d'autres auteurs, dont « Le Chasseur de têtes » de Timothy Findley.
    Le film Apocalypse Now de Coppola est également une adaptation, transposée dans le contexte de la guerre du Vietnam.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ATOS, le 18 septembre 2012

    ATOS
    Atteindre l'enfer c'est suivre une voie pour Joseph Conrad. Ce chemin nous le suivons ou nous le quittons. Pas d'autre choix. L'horizon des ténèbres se tisse ici au fil de l'eau, vers la source du fleuve Congo. « Regarder d'un navire de la côte filer, c'est comme réfléchir à une énigme ».voici l'invitation à ce voyage. Remonter un fleuve, c'est remonter le temps, le temps du premier homme, celui qui est en chacun de nous. Les pulsations des rives du fleuve réaniment les pulsions primaires des hommes. Torpeur, sauvagerie, «  pèlerinage lassant parmi des débuts de cauchemar ». S'enfoncer plus profond, entrer dans le cœur des ténèbres... L'enfer est il un espace auquel on se livre pour délivrer celui qui vit en nous? Les ténèbres ont ils la faculté d'infecter le cœur de ceux qui le traversent ? ou portons nous ce germe depuis toujours et à jamais en nous ?
    L'enfer on le vit ou on le détruit, il n'y a pas d'autre choix.
    Astrid SHRIQUI GARAIN
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par medsine, le 27 avril 2012

    medsine
    Cette nouvelle de Joseph Conrad a servi de terreau à Francis Ford Coppola pour réaliser son film Apocalypse Now. Ce dernier a su transposer habilement ce récit d'une descente aux enfers le long du fleuve Congo en période coloniale dans le bourbier de la guerre du vietnam.

    Comme dans la nouvelle « Jeunesse », Au cœur des ténèbres est le récit de Marlow un marin qui raconte son histoire à ses amis proches. Marlow a fait des pieds et des mains, pour être embauché comme « marin d'eau douce » pour une compagnie commerciale dans le but de découvrir l'Afrique. La compagnie le nomme capitaine d'un bateau fluvial sur le fleuve Congo et le charge de reprendre contact avec un de ses plus brillants chasseur d'ivoire, le dénommé Kurtz, qui ne donne plus signe de vie depuis des mois.

    L'auteur va nous décrire dans un style flamboyant et oppressant, cette descente aux enfers progressive que va constituer le voyage de Marlow qui coupe les amarres de la « civilisation » pour entrer dans la « sauvagerie » à chaque mile parcouru le long d'un fleuve tourmenté, étranglé par une forêt impénétrable et étouffante. On y découvre la vie des pèlerins occidentaux accrochés à leur chimère : faire Fortune. On y découvre le traitement des noirs, dressés, terrassés ou simplement maintenus à distance par la terreur que leur inspire les blancs et leur attirail. Marlow se coupe peu à peu de ses compatriotes qui le dégoutent, mais il ne se rapproche pas plus des « sauvages » qui ne l'intéressent guère. Il tend vers le personnage mythique de Kurtz dont la légende et le pouvoir l'inspire. La rencontre avec ce « Roi », sera un grand choc et une terrible désillusion. La sauvagerie a rongé l'homme qui n'est presque plus qu'un fantôme. L'homme mythique se révèle bien n'être qu'une chimère dans tous les sens du terme : à la fois bête mythologique monstrueuse et terrifiante et à la fois une illusion sans consistance.

    Le récit se termine lors du retour de Marlow en Europe, alors qu'il rencontre la fiancée de Kurtz. La pureté de la femme ne doit être souillée par la sombre vérité. Marlow choisi de lui épargner les ténèbres en la laissant à ses illusions. « Horreur, horreur » sont les dernières paroles de Kurtz. Pour la fiancée éplorée, Marlow mentira en affirmant qu'il n'a fait que prononcer son nom avant de mourir. Une nouvelle sombre et sans espoir.
    27 avril 2012
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LaLo, le 20 mars 2011

    LaLo
    Dans Au cœur des ténèbres, Joseph Conrad veut faire passer deux principaux messages au lecteur. Tout d'abord, ce texte est une violente critique du colonialisme. En effet, Marlow, le narrateur, relate son voyage en Afrique, à la recherche d'un certain Kurtz, trafiquant d'ivoire. La description de l'Afrique que fait alors Marlow est caricaturale. La jungle est oppressante, toujours présente, comme un personnage à part entière du récit, comme si elle représentait l'Afrique. Les aborigènes accompagnant le narrateur sont cannibales, ne rêvent que de chair humaine pour remplacer la viande d'hippopotame qu'ils sont contraints de manger. Enfin, lorsqu'il rencontre Kurtz, celui-ce est devenu un demi-dieu au sein de la tribu qu'il a asservi. Conrad décrit ici très justement l'aura quasi surnaturelle que se sont accordée les « blancs » pendant la colonisation. S'en suivent toutes les dérives qu'a générées la prise de pouvoir des « blancs ». de plus, Marlow, comme Conrad au Congo, connaît une désillusion importante à la découverte du bâtiment qu'il commandera. Celui-ci est détruit et c'est à lui de le réparer, ainsi qu'il l'apprend à la page 36 : « Un type à moustache noire, nerveux, m'informa avec une grande volubilité et de nombreuses digressions, dès que je lui eut dit qui j'étais, que mon vapeur gisait au fond de la rivière. Je fus frappé de stupeur. Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Oh ! Ce n'était “pas grave”. » Il ressent un violent dégoût pour le colonialisme reflet des sentiments de l'auteur. Il blâme le désir de puissance sur des peuples soit-disant « inférieurs ». Marlow s'en rend d'ailleurs compte lorsqu'il arrive à la station et qu'il discute avec le comptable de la Compagnie : « J'ai dressé une indigène de la station à cet entretien. Cela n'a pas été facile. Elle n'aimait pas ce travail. » (p.31) Il relève ici le mépris des « blancs » à l'encontre des indigènes, le dégoût des colonisateurs à l'égard des colonisés.
    Par ce texte, Joseph Conrad fait inévitablement la critique de l'être humain. Tout d'abord, Conrad dresse le décor : une descente aux enfers. Cela commence par l'inscription de Marlow en Belgique. En effet, au siège de la Compagnie, celui-ci rencontre les Tricoteuses, vieilles femmes gardant les portes du bâtiment, symboliquement assimilées aux « gardiennes de la Porte des Ténèbres, tricotant leur laine noire comme pour un chaud suaire » (p.19). Ensuite, à son arrivée au Congo, Marlow se retrouve plongé sous les canons d'un navire français tirant vers la Terre, vers un ennemi invisible : « Il y avait un camp d'indigènes – il disait d'ennemis ! - dissimulé dans les environs » (p.25). Au détour d'une escapade, il se retrouvera dans un lieu fatal où les esclaves détruits par la colonie sont mis à l'écart, rejetés dans la jungle. Les corps difformes, anguleux, à peine encore vivants, se traînent pour boire, ne sont plus que des ombres comme Marlow les décrit à la page 29 : « Ils n'étaient que des ombres noires, malades et affamées, entassées en vrac dans l'ombre verdâtre. » Une fois franchie cette épreuve, Marlow arrive à la colonie et poursuit sa descente dans les ténèbres par la quête de Kurtz, personnage présent tout le long du texte. Passionnant les êtres, quasiment divinisé, Kurtz existe par le récit de plusieurs membres de la colonie. Il apparaît comme un héros qui pourrait bouleverser le monde, dispensant sa parole comme un prophète. Rapidement, Marlow est fasciné par ce personnage et entreprend d'aller le trouver dans la jungle. Mais la réalité le décevra. Il trouvera au cœur des ténèbres la désillusion, l'horreur, la sauvagerie humaine déchaînée par le réveil d'instincts primaires souvent oubliés ou refoulés. Kurtz représente l'homme gangrené par la soif de puissance et de grandeur. Il incarne la folie humaine, l'homme ayant succombé à ses pulsions sauvages. Conrad exprime son pessimisme sur la nature humaine. Pour lui, il est impossible de connaître réellement un être humain car celui-ci est changeant, toujours instable. Ce livre est un signal d'alarme quant à l'avenir de l'humanité.
    Enfin, dans Au cœur des ténèbres, Conrad réinvente la fiction. En effet, il mêle dans son texte la littérature d'imagination et la littérature réaliste. Ces deux genres, jusqu'ici totalement opposés, font un puzzle narratif associant les événements et l'expérience du personnage. Ainsi, le voyage dans les territoires sauvages de l'Afrique pour récupérer Kurtz devient une plongée dans l'inconscient de Marlow. Les événements deviennent le reflet du personnage et se combinent pour l'expliquer. de plus, Conrad s'inscrit dans une logique de causalité : chaque action s'inscrit dans une chaîne de réactions et d'interprétations, et les conséquences de leurs actes échappent bien souvent aux personnages. Ce livre est en fait une association d'autobiographie et de récit de voyage reformulée dans une perspective romanesque tenant du roman d'aventure. L'exemple le plus marquant est la rencontre entre Kurtz et Marlow. La réalité détruit la rêverie héroïque qui s'était construite autour de Kurtz ; le surhomme, dès qu'on le rencontre, n'est plus qu'un monstre, creux de l'intérieur et assoiffé de pouvoir. Avec Conrad, L'Aventure s'éloigne du romanesque pour s'ancrer dans la réalité.
    En conclusion, ce texte est très intéressant par les critiques qu'il formule. En effet, Conrad livre sa haine du colonialisme et sa hantise de l'être humain avec une telle passion que le lecteur se retrouve plongé dans ses propres tourments. Il allie avec élégance récit de voyage, critique et jeu sur la forme. J'ai préféré son analyse de l'humanité car je l'ai trouvée plus fine que sa critique du colonialisme, beaucoup trop caricaturale à mon goût.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique


Critiques presse (4)


  • Bedeo , le 24 mars 2014
    Un bel ouvrage qui incarne parfaitement les objectifs de la collection Noctambule.
    Lire la critique sur le site : Bedeo
  • BoDoi , le 14 mars 2014
    Tout est mis en oeuvre pour mettre en avant l’idée et le texte de Conrad, et cette superbe transposition en bande dessinée ne pourra que donner envie de se plonger dans le livre original, non pour comparer, mais pour prolonger le voyage. Mission accomplie.
    Lire la critique sur le site : BoDoi
  • Sceneario , le 13 mars 2014
    Il n'est pas possible de lire cet album sans retrouver dans un recoin de sa mémoire les images, la musique et cette voix off, obsédante d'Apocalypse Now de Coppola qui s'est inspiré lui aussi de cette nouvelle.
    Lire la critique sur le site : Sceneario
  • BDGest , le 28 février 2014
    Stéphane Miquel et Loïc Godart ont visiblement su les éviter et offrent un album réaliste, dénué de tout romantisme, que Joseph Conrad aurait certainement apprécié !
    Lire la critique sur le site : BDGest

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Woland, le 14 novembre 2012

    [...] ... Je braquai mes jumelles sur la maison [de Kurz]. Il n'y avait pas signe de vie, mais on voyait le toit en ruine, le long mur de pisé se montrant au-dessus des herbes, avec trois petits carrés de fenêtres, tous de taille différente ; tout cela mis à portée de ma main, pour ainsi dire. Puis je fis un mouvement brusque, et l'un des piquets qui restaient de cette palissade disparue surgit dans le champ des jumelles. Vous vous rappelez que je vous avais dit que j'avais été frappé à distance par certains efforts d'ornementation, assez remarquables dans l'aspect ruiné de l'endroit. Maintenant je voyais soudain de plus près, et le premier effet fut de me faire rejeter la tête en arrière comme pour esquiver un coup. Puis je passai soigneusement de piquet en piquet avec mes jumelles, et je constatai mon erreur. Ces boules rondes n'étaient pas ornementales mais symboliques ; elles étaient expressives et déconcertantes, frappantes et troublantes - de quoi nourrir la pensée et aussi les vautours s'il y en avait eu à regarder du haut du ciel. Mais, en tous cas, telles fourmis qui seraient assez entreprenantes pour monter au piquet. Elles auraient été encore plus impressionnantes, ces têtes ainsi figées, si les visages n'avaient pas été tournés vers la maison. Une seule, la première que j'avais distinguée, regardait de mon côté. Je ne fus pas aussi choqué que vous pouvez le penser. Mon sursaut en arrière n'avait été, réellement, qu'un mouvement de surprise. Je m'étais attendu à voir une boule de bois, comprenez-vous. Je retournai délibérément à la première repérée - et elle était bien là, noire, desséchée, ratatinée, les paupières closes - une tête qui semblait dormir en haut de ce piquet, et avec les lèvres sèches et rentrées qui montraient les dents en une étroite ligne blanche, souriait, aussi, souriait continûment de quelque rêve interminable et jovial dans son sommeil éternel.

    Je ne révèle pas de secrets commerciaux. En fait, le Directeur devait dire que les méthodes de M. Kurz avaient perdu ce district. Je n'ai pas d'opinion sur ce point mais je voudrais que vous compreniez clairement qu'il n'était guère profitable que ces têtes soient là. Elles montraient seulement que M. Kurz manquait de mesure dans la satisfaction de ses passions variées, que quelque chose manquait chez lui - une petite chose qui, quand le besoin se faisait urgent, ne se trouvait pas sous sa magnifique éloquence. S'il était lui-même conscient de cette déficience, je ne saurais dire. Je pense que cette connaissance lui vint à la fin - seulement tout à la fin. En revanche la brousse sauvage l'avait trouvé de bonne heure et avait tiré de lui une terrible vengeance après sa fantastique invasion. Elle lui avait murmuré je crois des choses sur lui-même qu'il ne savait pas, des choses dont il n'avait idée tant qu'il n'eut pas pris conseil de cette immense solitude - et le murmure s'était montré d'une fascination irrésistible. Il avait éveillé des échos sonores en lui parce qu'il était creux à l'intérieur ... Je posai les jumelles et la tête qui avait paru assez proche pour qu'on lui parle sembla aussitôt avoir bondi loin de moi, passant dans un lointain inaccessible. ... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Woland, le 14 novembre 2012

    [...] ... Je ne veux pas faire croire que ce vapeur était tout le temps à flot. Plus d'une fois, il a dû passer pour un temps à gué, avec vingt cannibales barbotant autour et poussant. Nous avions enrôlé quelques uns de ces gaillards en route comme équipage. Très bien, les cannibales, à leur place. C'étaient des hommes avec qui on pouvait travailler et je leur suis reconnaissant. Et après tout ils ne se mangeaient pas l'un l'autre sous mon nez. Ils avaient apporté une provision de viande d'hippopotame, qui pourrit, et qui fit puer dans mes narines le mystère de la brousse. Pouah ! Je la renifle encore. J'avais le Directeur à bord et trois ou quatre pèlerins, avec leurs bâtons - rien n'y manquait. Parfois nous tombions sur un poste proche de la berge, accroché aux basques de l'inconnu, et les Blancs, accourant d'une masure croulante, avec de grands gestes de joie, de surprise, de bienvenue, semblaient tout étranges, ayant l'air d'être tenus là captifs par un enchantement. Le mot ivoire retentissait dans l'air un moment - et nous repartions, dans le silence, sur des étendues vides, tournant autour de courbes endormies, entre les hautes murailles de notre sinueux parcours, réverbérant en roulements sourds le lourd battement de la roue arrière. Des arbres, des arbres, des millions d'arbres, massifs, immenses, jaillissant très haut ; et à leur pied, serrant la rive à contre-courant, se traînait le petit vapeur encrassé, comme un bousier paresseux rampant sur le sol d'un noble portique. On se sentait tout petit, tout perdu, et pourtant, ce n'était pas absolument déprimant, cette sensation. Après tout, si on était petits, le bousier crasseux avançait - ce qui était exactement ce qu'on voulait. Vers où, dans l'imagination des pèlerins, je ne sais. Quelque endroit où ils espéraient quelque profit, je gage ! Pour moi il se traînait vers Kurz, exclusivement. Mais quand les conduites du vapeur se mirent à fuir, nous nous traînâmes fort lentement. Une longueur de fleuve s'ouvrait devant nous et se refermait derrière nous, comme si la forêt avait tranquillement traversé l'eau pour nous barrer le passage au retour. Nous pénétrions de plus en plus profondément au coeur des ténèbres. Quelle quiétude il y régnait ! La nuit parfois le roulement des tamtams derrière le rideau d'arbres remontait le fleuve et restait vaguement soutenu, planant en l'air bien au-dessus de nos têtes, jusqu'à l'aube. S'il signifiait guerre, paix ou prière, nous n'aurions su dire. Les aurores étaient annoncées par la tombée d'une froide immobilité ; les coupeurs de bois dormaient, leurs feux brûlaient bas ; le craquement d'un rameau faisait sursauter. Nous étions des errants sur la terre préhistorique, sur une terre qui avait l'aspect d'une planète inconnue. Nous aurions pu nous prendre pour les hommes prenant possession d'un héritage maudit à maîtriser à force de profonde angoisse et de labeur immodéré. Mais soudain, comme nous suivions péniblement une courbe, survenait une vision de murs de roseaux, de toits d'herbe pointus, un explosion de hurlements, un tourbillon de membres noirs, une masse de mains battantes, de pieds martelant, de corps ondulant, d'yeux qui roulaient ... sous les retombées du feuillage lourd et immobile. Le vapeur peinait lentement à longer le bord d'une noire et incompréhensible frénésie. L'homme préhistorique nous maudissait, nous accueillait, nous implorait - qui pourrait le dire ? Nous étions coupés de la compréhension de notre entourage ; nous le dépassions en glissant comme des fantômes, étonnés et secrètement horrifiés, comme des hommes sains d'esprit feraient devant le déchaînement enthousiaste d'une maison de fous. Nous ne pouvions pas comprendre parce que nous étions trop loin et que nous ne nous rappelions plus, parce que nous voyagions dans la nuit des premiers âges, de ces âges disparus sans laisser à peine un signe et nul souvenir. ... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Loreen, le 09 novembre 2012

    Voyez-vous l’histoire ? … Voyez-vous quoi que ce soit ? … Je me fais l’effet d’essayer de vous raconter un rêve et de n’y pas réussir, parce que aucun récit de rêve ne peut rendre la sensation du rêve, ce mélange d’absurdité, de surprise, d’ahurissement dans l’angoisse qui se révolte, cette sensation d’être en proie à l’incroyable, qui est l’essence même du rêve. [...] Non, c’est impossible. Il est impossible de rendre la sensation d’une époque donnée de l’existence, ce qui en fait la réalité, la signification, l’essence subtile et pénétrante. C’est impossible. Nous vivons comme nous rêvons, seuls…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par chartel, le 31 août 2007

    Je reverrai ce spectre éloquent aussi longtemps que je vivrai, et je la reverrai, elle aussi, une Ombre tragique et familière, ressemblant dans ce geste à une autre, tragique aussi, et ornée d'amulettes impuissantes, tendant la nudité de ses bras bruns par-dessus le scintillement du fleuve infernal, le fleuve des ténèbres. Elle dit soudain très bas, "Il est mort comme il a vécu".

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par sentinelle, le 29 juillet 2008

    J’essayais de briser le charme – le charme lourd, silencieux de la brousse, - qui semblait l’attirer contre son impitoyable poitrine en éveillant les instincts oubliés de la brute, le souvenir de passions monstrueuses à satisfaire. Cela seul, j’en étais sûr, l’avait attiré jusqu’au fond de la forêt, jusqu’à la brousse, vers l’éclat des feux, la pulsation des tamtams, le bourdonnement d’étranges incantations. Cela seul avait séduit son âme maudite hors des limites des aspirations permises.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

Lire un extrait

> voir toutes (16)

Videos de Joseph Conrad

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Joseph Conrad

Reportage sur le concert fiction « Au coeur des ténèbres » de Joseph Conrad .
« Au coeur des ténèbres » de Joseph Conrad Une nouvelle collection de « Concerts Fictions » diffusée le 21 mai 2014 à 21h Après Dracula, de Bram Stocker (diffusé le 19 avril 2014), France Culture propose en coproduction avec l?Orchestre National de France : « Au coeur des ténèbres » de Joseph Conrad ??? http://bit.ly/1pcfWMt Librement adapté par Stéphane Michaka Avec l?Orchestre National de France Musique originale et direction d?orchestre Didier Benetti Réalisation Cédric Aussir Résumé : À la fin du dix-neuvième siècle, les puissances européennes se partagent l?Afrique. Sous le masque de la « mission civilisatrice », l?exploitation coloniale va bon train. Capitaine de la marine marchande, Marlow est fasciné depuis l?enfance par le fleuve Congo, situé au c?ur de l?Afrique. Sur ses berges s?entassent ivoire et caoutchouc en partance pour l?Europe. Et au bout du fleuve se trouve Kurtz, agent zélé du système colonial mis en place par Léopold II, roi des Belges. Ayant obtenu le commandement d?un vapeur, Marlow entame sa lente remontée du fleuve. Il ignore qu?elle va le conduire au c?ur des ténèbres, vers Kurtz et ses « rites inavouables »? Reportage réalisé par Sébastien Lopoukhine et Lucie Spindler.








Sur Amazon
à partir de :

4,59 € (occasion)

   

Faire découvrir Au coeur des ténèbres par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (591)

> voir plus

Quiz