AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pascal Loubet (Traducteur)
ISBN : 2264029919
Éditeur : 10-18 (2000)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 675 notes)
Résumé :
Vous rêviez de lire la suite ? Eh bien réjouissez-vous ! Armistead Maupin nous livre le troisième opus des aventures du 28, Barbary Lane. Finies les seventies, place aux années quatre-vingt ! Au programme, l'amour toujours pour Michael et Mary Ann désormais trentenaires. Mary Ann qui assure dorénavant une émission quotidienne à la télévision et qui rêve de devenir une grande journaliste. Contre l'avis et les envies de son directeur, elle décide de saisir sa chance, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
viou110817 août 2016
  • Livres 4.00/5
En cet été bruxellois pas assez caniculaire pour donner envie de piquer une tête dans une piscine, voici cependant une solution infaillible pour se rafraîchir les idées en cas de surchauffe méningée : Ahh Mary Ann, ma bulle d'oxygène made in Cleveland si bien exilée sur la côte ouest ! Michael, mon rayon d'arc-en-ciel au coeur d'artichaut ! Mme Madrigal, mon petit space-nuage rose! Dr Fielding, ma dose de chocolat fondant/fondu en perfusion ! Eh oui, vous l'aurez compris, j'ai succombé à la tentation de (re)lire le tome 3 des Chroniques de San Francisco...
Cette fois, 3 ou 4 ans ont passé depuis la fin du tome 2 , et nous voici propulsés au début des années 80. Si de l'eau a coulé sous le Golden Gate Bridge, certaines choses ne changent pas au 28, Barbary Lane. Madame Madrigal cultive toujours son illicite « space » jardinet, et Michael « Mouse » cherche toujours son prince charmant. Mary Ann, qui travaille désormais à la télévision, semble par contre avoir trouvé le sien en la personne de Brian, colocataire autrefois coureur de jupons invétéré.  de nouveaux personnages apparaissent, certains renaissent : DeDe revient de l'enfer, et Frannie s'est extraite de son paradis artificiel d'anxiolytiques alcoolisés.  le duo de choc et de charme DeDe/Mary Ann est au coeur de ce troisième volume : la première a des révélations à faire à la deuxième, qui tiendrait là LE scoop de sa carrière journalistique pas encore entamée.  Et c'est parti pour une aventure aux multiples rebondissements, zigzaguant sur la ligne droite de la légalité, mélangeant suspense haletant et humour parfois grinçant. On y est, on s'y croit, on s'y voit, même si certaines coïncidences sont énormes. Un peu comme dans du Pennac tendance Malaussène, on est à la limite de la vraisemblance, pour ne pas dire au-delà, et il se passe parfois des choses graves voire dramatiques, mais qu'est-ce que c'est drôle ! Et l'auteur fait preuve envers ses personnages d'une tendresse toujours aussi contagieuse. 
Ce livre, qui se dévore, est, comme les 2 précédents, un bonbon, une gourmandise, un délice. Un moment de pure régalade, qui passe toujours trop vite. A consommer cependant avec modération : certain(e)s critiques disent s'être lassé(e)s après avoir enchaîné plusieurs tomes à la suite. Je pense qu'il ne faut pas tout lire d'affilée, mais laisser passer quelques mois avant de « replonger ». Pour les accros comme moi, c'est dur de patienter, mais les retrouvailles n'en sont que meilleures. A bientôt donc pour le tome 4 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
missmolko1
missmolko114 janvier 2012
  • Livres 5.00/5
Un début un peu déconcertant pour moi : on est au début des années 80 alors que le tome 2 se terminé a la fin des années 70, Mona est partie, Mme Madrigal n'est présente que vers la fin du livre et il y a énormément de nouveaux personnages (Ned, Luke, Prue.....).
Mais malgré ça, j'ai retrouvé l'humour et le suspense des tomes précédents.
Commenter  J’apprécie          260
Dosamuse
Dosamuse30 avril 2013
  • Livres 3.00/5
C'est frais, c'est dynamique, sympathique, distrayant ! On retrouve dans ce tome 3 les personnages de Barbary Lane comme ceux de la 3ème saison d'une série télé que l'on suit avec plaisir.
Ce livre est sans prétention mais c'est une lecture idéale quand le stress du travail prend le dessus. On s'y plonge sans a priori et on se laisse porter par les aventures de cette joyeuse maisonnée.
Commenter  J’apprécie          140
LaBiblidOnee
LaBiblidOnee02 juin 2014
  • Livres 5.00/5
Après l'arrivée de Mary Ann à San Francisco depuis son Cleveland natal dans le premier tome, et une intégration mouvementée dans la saison 2, un petit saut dans le temps nous fait arriver à la fin des années 1970 à San Francisco (Lisez de préférence ces romans dans l'ordre sous peine de ne pas pouvoir en profiter autant).

Mary Ann anime un petit spot télévisé sur les bonnes affaires de la semaine, rêvant d'être promue journaliste. Mais pour cela, il lui faudrait un scoop… Ca tombe bien, la riche Frannie Halcyon en a un pour elle ! Car afin de fuir les rumeurs mondaines au sujet du père de ses jumeaux asiatiques, sa fille DeDe avait quitté la ville pour rejoindre une secte mexicaine. Hélas, son gourou a provoqué le grand suicide collectif de Jonestown en 1975. Quel scoop sa mère peut-elle bien vouloir lui confier : Y aurait-il des rescapés qui auraient des confidences à faire… ? Mais en échange de ce scoop, Mary Ann devra s'assurer que rien ne filtre dans la presse. Même si elle doit, pour cela, séquestrer une journaliste … ?

Pendant ce temps, la chroniqueuse la plus en vue de la ville a perdu son barzoï dans un parc de San Francisco ; En le cherchant dans cette jungle urbaine, elle tombe sur une cabane aménagée. Un étrange SDF l'habite qui a recueilli son chien et accroché une devise de la bible au-dessus de sa porte… Cet homme a très vite un certain pouvoir sur elle, elle ne peut pas résister à son immense charisme. Enfin, jusqu'à ce qu'il enlève les enfants d'une amie et étripe les lapins du voisin en chantant une comptine ! Qui est réellement cet homme ? Est-il dangereux ?

Et puis pendant ce temps-là, la vie continue au 28, Barbery Lane : le nouveau copain de Mary Ann est le tombeur de l'immeuble : Saura-t-il rester fidèle ? Michael a laissé tomber Jon, son ami médecin qu'il aimait trop, pour un policier qui n'aime pas le rodéo, mais Jon saura-t-il le convaincre de ne pas fuir son amour ? Madame Madrigual veille au grain… Avec son herbe et ses gâteaux magiques qui font dire oui !

*****
Il est toujours extrêmement difficile de raconter les délicieuses péripéties d'un MAUPIN coquin dans un résumé, car rien ne peut rendre compte du plaisir de lire ces romans à part les savourer soi-même. Encore un excellent cru que cette saison 3 des Chroniques de San Francisco que je vous conseille toujours, que ce soit pour égayer votre hiver prochain ou pour vous détendre à la plage : Ces romans sont toujours d'actualité et des valeurs sûres, c'en est presque meilleur de livre en livre, à mesure que l'on devient plus intime avec les personnages.

Ce qui pourrait paraître exagéré avec d'autres auteurs passe comme une lettre à la poste sous la plume d'Armistead MAUPIN. Un seul mot une fois encore : FONCEZ !! Les pages défilent toutes seules, les chapitres courts rythment l'histoire, et l'humour des dialogues nous régale sans arrêt : Un condensé de bonne humeur à avoir dans sa bibli, pour les petits coups de mou. Régalez-vous !

Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Wingo
Wingo09 août 2016
  • Livres 4.00/5
C'est drôle comme des éléments qui peuvent être profondément décevants chez certains peuvent se révéler des qualités chez d'autres et la saga d'Armistead Maupin en est pour moi l'exemple le plus flagrant.
Je suis la première à me plaindre lorsqu'un auteur s'amuse à croiser les routes de personnages sans que cela paraisse le moins du monde vraisemblable (mon dernier coup de gueule en ce sens n'est pas si lointain puisqu'il s'agissait d'un roman de Mary Higgins Clark - il m'avait fait sacrément grincer des dents à ce niveau-là). Maupin use pourtant de cette ficelle tout au long des 'saisons' de sa saga et cela ne me gêne pas le moins du monde, même si, vu la population qui peuple San Francisco, il me parait peu probable que tant de coïncidences surviennent. Mais, honnêtement, tout ce que je me dis, c'est: et alors? Là où c'est un défaut chez d'autres, c'est ce qui fait tout le charme du monde farfelu des chroniques de San Francisco.
Ce qui me permet de digérer aisément ce trait, je pense, c'est justement cet univers unique que nous offre l'auteur. Personnages multiples, rencontres hasardeuses ou insolites, humour décapant, tout y est pour donner tant de couleurs à ces vies que nous prenons plaisir à suivre. Les situations sont rocambolesques et les rebondissements un peu attendus mais, à nouveau, ces éléments qui pourraient écorcher la fluidité de l'histoire ne plombent pas l'ambiance générale.
Alors, certes, ma lecture du tome précédent remontant assez, il m'a fallu quelques pages pour me remettre dans le bain, Maupin ayant tendance à nous assaillir de personnages, mais une fois glissée dans le roman, je n'ai plus pu le lâcher. La force réside dans cette façon si singulière qu'a l'auteur d'aller droit à l'essentiel (autre point qui peut me faire grimacer chez d'autres, quand je trouve qu'on n'arrive pas à s'imprégner suffisamment des scènes offertes) sans que je ressente la moindre frustration par rapport à la vitesse à laquelle les petits chapitres se suivent. Emportée par les folles aventures des protagonistes, je me suis évidemment retrouvée à finir le livre sans même m'en rendre compte.
C'est donc une drôle de sensation que je ressens à chaque fois que je lis un tome de cette saga: je note bien tous ces détails qui ont tendance à m'agacer ailleurs et qui, dans ce cas-ci, génèrent un engouement sincère et je garde précieusement cette idée que, si je suis un peu triste de finir le livre, je me console en me disant qu'il y en a un autre qui m'attend et que je retrouverai bientôt la joyeuse petite troupe de Barbary Lane!

Lien : https://wherecastlesaremadeo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
viou1108viou110804 janvier 2013
Quand on est veuf, docteur, la chose qui fait le plus souffrir, c'est d'avoir perdu l'ami qui pouvait contempler une montagne avec vous et savoir ce que vous pensiez...L'ami qui partageait vos silences. Il faut longtemps pour en arriver à cela... et c'est pénible de devoir y renoncer.
Commenter  J’apprécie          380
PenelopePenelope03 décembre 2010
Cela faisait maintenant presque trois ans que Michael Toliver était le gérant d'une jardinerie du Richmond District qui s'appelait Les Verts Pâturages. Le propriétaire de cette entreprise était le meilleur ami de Michel, Ned Lockwood, un type de quarante-deux ans tout en muscles qui était presque archétype du "pédé Grands-Espaces".
L'expression "pédé Grands-Espaces", dans la jargon personnel de Michael, s'appliquait à tous ceux qui s'occupent d'une manière virile des belles choses de la nature: pépiniéristes, jardiniers, forestiers, bûcherons - et quelques paysagistes. (Les fleuristes, évidement, étaient exclus de cette catégorie.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DosamuseDosamuse25 avril 2013
Il n'y avait qu'un San Franciscain de souche pour savoir que c'était exactement le moment de l'année où sortir son fauteuil du garage et ouvrir sa porte aux rayons du soleil. Mr Citarelli était infiniment plus digne de confiance que toutes les marmottes du monde !
Commenter  J’apprécie          180
SachenkaSachenka20 mai 2015
- [...] Je me suis assez cassé le cul à essayer d'être tout pour quelqu'un. Et au bout du compte, j'ai décidé d'être ce que je suis pour chacun.
Commenter  J’apprécie          320
missmolko1missmolko110 janvier 2012
Le client regarda Ned d'un œil méprisant, puis reprit ses jérémiades.
- Évidemment, sur la terrasse il y a des fushias et il tirent sur le violet. Mais le violet ne va peut-être pas avec le jaune, qu'en pensez vous?
[...]
- Toutes les fleurs vont ensemble, dit-il posément. Dieu n'est pas décorateur.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Armistead Maupin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Armistead Maupin
Les carnets de route, François Busnel, France 5, épisode 7/7, 26/04/2012
Rencontre avec Armistead Maupin
Decouvrir une autre Amerique a travers le regard de ses ecrivains, voila ce que propose Francois Busnel, une fois par mois, avec ces 'Carnets de route'. Sept emissions de rencontres, de surprises et d'emerveillements, mais aussi d'interrogations et parfois meme de critiques impitoyables.
Episode 7. Un reve californien. De Los Angeles a San Francisco, en passant par Santa Barbara, la Californie reflete mieux qu'aucun autre Etat l'idee du reve americain. Son nom, d'abord : Californie. Lorsqu'il la decouvrit au XVIe siecle, l'explorateur Cortes la baptisa ainsi parce que California etait le nom d'une mysterieuse princesse regnant sur un royaume ou coulaient d'abondance le miel et l'or. Ou trouva-t-il son inspiration ? Dans un roman ! Decidement, le pouvoir de la litterature est bien plus grand qu'on ne le pense.
+ Lire la suite
autres livres classés : san franciscoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
942 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
. .