Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2246384818
Éditeur : Grasset (1987)


Note moyenne : 1.33/5 (sur 3 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

La social-démocratie classique et l'Etat providence, non contents d'être devenus complètement incapables d'arbitrer les problèmes qui leur sont soumis, ont de plus en plus d'effets pervers. Le vieux discours sur la justice sociale" ne sert... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par paulotlet, le 23 août 2012

    paulotlet
    Les bouquins d'Alain Minc ne présentent pas vraiment de grand intérêt. Et ce d'autant plus que vite écrits et vite lus, ancrés dans l'actualité ils ne résistent pas toujours au temps, le grand homme se contredisant au gré de l'évolution politique française. Alain Minc est un intellectuel médiatique, une sorte de directeur de conscience moderne. Parue juste après la chute du mur, cette Machine égalitaire s'inscrit dans un contexte de jubilation des droites européennes qui claironnaient qu'enfin le monde devenait adulte, qu'il était désormais prouvé qu'il n'y avait qu'un seul système économique possible et même que nous assistions à la fin de l'Histoire, l'ensemble de l'humanité se rangeant avec enthousiasme derrière la bannière de la libre entreprise. Pourtant, au milieu de ce grand élan moderniste, Minc observait une France frileuse, hésitant à entrer de plain-pied dans le nouvel ordre du monde. le constat est connu tant on nous l'a rabâché; la France souffre de trop d'égalité, de trop de sécurité d'emploi, de trop d'interventionnisme étatique, d'une sécurité sociale qui n'incite pas à la recherche d'emploi. Et notre censeur de montrer que plus d'inégalité entraînerait derechef plus de richesse et par là même rendrait tout le monde plus heureux.
    Au fond, on était en train de remplacer une idéologie prétendument scientifique par une autre dont on nous disait qu'il était tout à fait stupide de s'en distancer et qui conduirait aux crises qu'on sait.
    Pourquoi évoquer ce bouquin, lu il y a vingt ans et qui n'a laissé en moi aucune trace tangible? Dans son essai Les Nouveaux Chiens de garde, Serge Halimi cite Laurent Joffrin qui, en 1993 lorsqu'il était encore chef du service économique du Nouvel Obs déclarait fièrement : "On a été les instruments de la victoire du capitalisme dans la gauche". Et là tout m'est revenu. Ce livre d'Alain Minc n'était pas seulement la lecture de chevet de tous les jeunes Turcs de la droite française. Il marquait la conversion massive des partis de gauche et de tous les intellectuels qui trottinent autour à l'économie de marché, à l'austérité vertueuse. le peuple de gauche se dissolvait dans les pages économiques de Libé, tous voulaient être compétitifs et adaptés au marché. Pour moi, ce bouquin a marqué la fin d'une certaine idée du progrès social. Vingt ans plus tard, l'unanimisme se fissure doucement, timidement, tant ce qui n'était qu'une position doctrinale s'est imposé comme une évidence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par paulotlet, le 28 novembre 2012

    Il n'existe qu'une clef à la reprise: la baisse du salaire réel. Hors de cette vérité, point de salut! Chacun aujourd'hui le sait mais nul ne l'avoue et les politiques moins que tout autre!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Alain Minc

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Alain Minc

Olivier Mazerolle reçoit Alain Minc pour son nouvel ouvrage Un petit coin de paradis, aux éditions Grasset. L'essayiste est également interrogé sur les questions d'actualité comme le sondage donnant Marine Le Pen en tête au 1er tour des présidentielles.











Sur Amazon
à partir de :
9,00 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir La machine égalitaire par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    Le monde est à nous, de Laurent Edel (niveau : difficile)

    A sa sortie de Sciences Po, Laurent Edel part travailler au Vietnam puis dans la Sillicon Valley. A son retour en France, il crée "Republic Alley", un incubateur de start-up internet, qu’il vend en 2002. Il entreprend ensuite, en famille, un tour du monde puis il coécrit en 2004 avec son épouse, Chine Lanzmann, "Le monde est à nous" (Editions JC Lattès). Actuellement coach en business et entrepreneur, Laurent Edel souhaite offrir une aide aux personnes qui cherchent à créer une entreprise sur la base d'une idée innovante : quel est le nom de la société qu’il a créée à cet effet ?

    •   “Good Futur”
    •   “Food Future”
    •   “Foudre Future”

    7 questions - 5 lecteurs ont répondu
    Thème : monde du travail , monde , économie , finance , société , business

    Créer un quiz sur ce livre.