Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266158325
Éditeur : Pocket (2006)


Note moyenne : 3.65/5 (sur 1752 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Rien ne prédisposait Juliette et Sam à se rencontrer. Encore moins à tomber amoureux.

Leur rencontre est explosive et magique. L’espace d’un week-end à New York, ils vivent le coup de foudre et la passion. Mais voilà, chacun a menti à l’autre. Sam... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (144)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par Gwen21, le 26 janvier 2013

    Gwen21
    Dans la famille "je lis un auteur avant de le critiquer et de descendre en flèche sa prose", j'ai donc choisi cette semaine la carte "Guillaume Musso". Bonne ou mauvaise pioche ?
    Alors oui, c'est vrai, je n'avais encore jamais tenu un Musso entre les mains et j'avoue d'ailleurs avoir très bien vécu sans jusque là. Il est aussi vrai que je tordais le nez avec un rien de mépris à l'évocation de cette "littérature" qui sentait pour moi son "piège-à-cons" à 100 mètres. "Encore un qui veut s'enrichir à faire frémir de l'ovaire la ménagère de moins de 50 ans", voilà exactement ce que je me disais. Mais, vous avouerez comme moi qu'il est très déraisonnable voire blâmable de juger un auteur sans rien connaître de son oeuvre...
    Je dois dire que le présent roman a dépassé toutes mes espérances. Je pensais découvrir de la soupe populaire "littéraire" et j'ai fait un plouf retentissant dans une soupe aux navets aussi épaisse que salée !
    "Aujourd'hui est le premier jour du reste de ta vie.
    Inscription anonyme gravée sur un banc de Central Park
    C'est un matin de janvier, dans la baie de New York, à l'heure où le jour l'emporte sur la nuit...
    Très haut dans le ciel, au milieu des nuages qui filent vers le nord, nous survolons Ellis Island et la statue de la Liberté. Il fait froid. La ville entière est paralysée par la neige et le blizzard.
    Soudain, un oiseau au plumage argenté crève les nuages et descend en flèche vers la ligne de gratte-ciel. Ignorant les flocons, il se laisse guider par une force mystérieuse qui l'entraîne vers le nord de Manhattan. Tout en lançant des petits cris d'excitation, il survole Greenwich Village, Times Square et l'Upper West Side à une vitesse stupéfiante pour finir par se poser sur le portail d'entrée d'un parc public.
    Nous sommes au bout de Morningside Park, tout près de l'université de Columbia.
    Dans moins d'une minute, une lumière s'allumera au dernier étage d'un petit immeuble du quartier.
    Pour l'instant, une jeune Française, Juliette Beaumont, profite de ses trois dernières secondes de sommeil.
    6:59:57
    :58
    :59
    7:00:00
    *
    Lorsque la sonnerie retentit, Juliette lança un bras aléatoire vers la table de nuit qui projeta le radio-réveil sur le sol et fit cesser immédiatement le terrible buzzer.
    Elle émergea de sa couette en se frottant les yeux, posa un pied sur le parquet brillant et fit quelques pas à l'aveuglette avant de se prendre les pieds dans le tapis qui glissa sur les lattes cirées. Vexée, elle se releva avec célérité et attrapa sa paire de lunettes qu'elle détestait porter, mais que sa myopie rendait indispensable car elle n'avait jamais supporté les lentilles de contact.
    Dans l'escalier, une collection hétéroclite de petits miroirs chinés dans les brocantes lui renvoya l'image d'une jeune femme de vingt-huit ans aux cheveux mi-longs, et au regard espiègle. Elle lança une moue boudeuse à la glace puis tenta de remettre un peu d'ordre dans sa coiffure en arrangeant à la va-vite quelques mèches dorées qui virevoltaient autour de sa tête. Son tee-shirt échancré et sa petite culotte en dentelle lui donnaient une allure sexy et mutine."
    On s'arrête là ? Vous en voulez encore ? Moi, non ; et c'est exactement là que je me suis arrêtée. Ces premières phrases m'ont fourni tous les renseignements dont j'avais besoin.
    Merci, Guillaume Musso, d'être assez honnête pour annoncer tout de suite la couleur à vos lecteurs. Merci de ne pas faire semblant de bien écrire. Merci d'avouer dès les premières lignes que votre livre est une daube commerciale. Merci de nous décrire sans tarder votre héroïne qui ressemble trait pour trait à la femme à laquelle vos lectrices les plus fans rêvent de s'identifier, ce que, n'en doutons pas, elles s'empresseront de faire, tombant dans le panneau que vous leur avez si obligeamment préparé. Comment s'étonner qu'elles crient au génie ?!
    Guillaume Musso,
    Voltaire disait que la seule chose qu'il regrettait dans sa vie était de n'avoir pu lire tout ce que la terre comptait de livres et bien, je pense que je vous ai déjà accordé suffisamment de temps et d'attention et oui, je vais me baser sur ce que je viens de lire pour juger l'ensemble de votre oeuvre. Cela, je vais le faire sans scrupule.
    Guillaume Musso,
    tant que nous en sommes à échanger des civilités, vous me permettrez de vous éclairer sur un point que nul écrivain ne peut ignorer s'il prétend vraiment en être un : l'incipit est la clé de voûte d'une oeuvre littéraire. L'incipit a pour rôles principaux de planter le décor et d'annoncer les personnages majeurs. Cela, vous l'avez fait, j'en déduis que votre personnage principal est un pigeon (comme votre lecteur) ! Mais l'incipit, c'est bien plus que cela, son rôle fondamental dépasse largement cette vision fonctionnelle de la première page ; l'incipit DOIT créer un lien entre l'oeuvre et son lecteur, il doit accrocher son lecteur à l'oeuvre, il doit donner à son lecteur la première émotion, celle qui, au fil des pages, s'amplifiera ou se détériorera au gré du talent de l'auteur mais jamais, jamais, jamais, il ne doit être cette espèce de brouillon de rédaction narrative de niveau 5ème que vous nous servez avec votre roman "Sauve-moi'.
    Alors, Guillaume Musso, si vous le permettez et avec tout le respect que je vous dois (ou pas), je vais me "sauver" moi-même, et tout de suite, et à toute vitesse.
    Serviteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          17 58         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par garrytopper9, le 05 mars 2015

    garrytopper9
    Au risque de me faire fusiller, crucifier, écarteler, je le dis quand même, j'aime bien Guillaume Musso. Attention, je ne dit pas que ses livres sont mes meilleures lectures, mais je le prends pour ce qu'il est. Il fait des livres populaires, avec un style simple et accessible.
    On est tous d'accord là-dessus, Guillaume Musso ne va pas révolutionner la littérature, ne vous attendez pas non plus à découvrir des mots nouveaux dans ses livres. Par contre, si vous avez envie de passer le temps avec une lecture légère, un peu comme on regarde un téléfilm un dimanche après-midi lorsque l'on à rien à faire, vous pouvez prendre un de ses livres.
    Cependant, si vous ne connaissais pas l'auteur et que vous souhaitez tester son univers, je vous déconseille ce livre. On retrouve beaucoup d'erreurs de jeunesse qu'il a vite corrigé dans ses romans suivant.
    Un peu comme dans son premier roman Skidamarink, il n'a pas pris la peine de se renseigner sur une multitude de détails, qui font que son livre comporte beaucoup trop d'incohérences. Si vous avez lu la 4eme couverture, vous savez qu'un avion explose peu après le décollage sur le sol américain. Un des personnages va être suspecté de l'attentat et interrogé pendant 48heures, avant d'être relâché faute de preuves. de plus ce personnage avait trafiqué son visa, et donc, ne doit plus rester sur le sol américain, mais bon en attendant que tout soit remis en ordre, on relâche ce personnage en lui demandant d'être au rendez-vous dans 2 ou 3 jours pour être réexpédié dans son pays.
    Là je dis non ! On est quelques années après le 11 septembre 2001, un avion explose sur le sol américain, et on relâche le principal suspect au bout de 48 heures ??! Et de plus on le laisse se balader librement sans aucune surveillance ??! Mais certainement pas ! Quel manque d'information et donc de crédibilité sur ce gros détail ! Normalement les autorités auraient dues boucler le personnage jusqu'à la date de sa réexpédition dans son pays.
    Là autant vous le dire le livre perd en crédibilité très rapidement. Enfin…pas très rapidement, puisque, pour en arriver dans ce qui est décrit dans la 4eme de couverture, on doit attendre 150 pages (le livre en comporte 500).
    De plus, le résumé est trompeur car Juliette n'est pas le personnage principal, non, ce n'est qu'une gourde idiote et insipide. Juste la petite pimbêche que l'auteur utilise pour mettre une femme en tenue légère par ci, par là.
    Le véritable duo est en définitive celui de Sam et de l'émissaire mystérieuse qui constitue le véritable intérêt de ce livre. Mais franchement c'est bien maigre par rapport à ce que l'on pouvait espérer en lisant la quatrième de couverture.
    Je ne parlerai même pas de Sam qui est un grand pédiatre depuis des années, âgé de seulement 28 ans… Sauf que dans le livre, il nous est clairement dit qu'il commence ses études à l'âge de 18 ans. Quand on fait un minimum de recherche on sait qu'il faut entre 10 et 12 ans d'études pour être pédiatre. Donc normalement il devrait à peine venir de terminer ses études. Mais là cela fait au moins trois ou quatre ans qu'il les a terminées. le personnage devrait avoir entre 32 et 34 ans. Encore une fois, le livre perd en crédibilité.
    J'aime bien Guillaume Musso, mais il faudrait qu'il fasse un peu plus attention à ce qu'il dit et qu'il se renseigne sur quelques détails dans ses livres parce que parfois on a vraiment l'impression qu'il ne fait aucune recherches…
    Bref, le coeur de l'histoire est bien mais le livre est trop long à se mettre en place, et les quelques énormes incohérences cassent vraiment l'effet désiré. Et si vous trouvez que je suis dur avec le livre, je vous conseille un passage où il y a une tempête de grêle, (grêlons de la taille d'une balle de golf) qui explosent les vitrines des boutiques et les pare-brises des voitures, mais notre héros fonce à travers les rues, en moto et sans casque…
    Espérons que le prochain livre qui sort au mois de mars soit de la même qualité que Central Park et bien loin de la médiocrité de Sauve-moi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 32         Page de la critique

  • Par PiertyM, le 13 mars 2014

    PiertyM
    Oufff!!! Je viens enfin de le finir. Une écriture légère mais qui m'a paru bien lourde par l'absence de logique et de cohérence si bien qu'au lieu d'une journée ou deux avec ce genre de livre j'ai passé, comme à compte gouttes, une semaine à le finir parce qu' à chaque fois il a fallu que je m'arrête, respirer autre chose pour pouvoir continuer la lecture de Sauve-moi.
    Mon premier Musso a été Demain que j'ai aimé, si bien que je me suis jeté sur Sauve-moi qui m'a plutôt agacé que déplu. le livre aurait pu être bon vu l'esprit créatif de l'auteur autour de l'histoire sauf que sa créativité est restée coincer dans une espèce de labyrinthe où seul Musso est mis en évidence, il est égal à lui-même et tout le reste n'est qu'un jeu; et même ça se joue tout naïvement, le lecteur, les personnages, l'intrigue ne présentent aucun intérêt. Un suspens qui ne fait pas frémir n'en est pas un.
    Le début du livre m'a vraiment déplu surtout la rencontre mécanique et robotisée de Sam et Juliette, l'arrivée du crash a failli quelque peu redresser mon attention...beuh non! le rythme est resté le même. Les personnages ont l'air de s'amuser au billard. Ils sont inconstants, prévisibles, paraissent quelque fois perdus, ils agissent avec naïveté. Leurs réactions contrastent énormément avec la gravité des faits comme si l'affaire ne leur concernait pas, l'urgence ne stimule en rien leurs actions, ils sont passifs, en plus l'auteur les a mis en difficulté avec des ellipses mal agencées, les dialogues ennuyeux à morts, les répliques très agaçantes, les surprises manquent de vivacité, le récit suspendu dans l'air plutôt de se poser...et puis blablablablabla...O que les personnages ont manqué de folie face à l'urgence qui s'est présentée à eux...et puis blablablablabla... ... ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 29         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par 2605, le 25 septembre 2012

    2605
    Un jour je me suis dit, depuis le temps que tu en entends parler, que tu contemples des rayonnages qui en sont bondés, faudrait peut-être bien que tu te jettes à l'eau …enfin au Musso. J'ai donc effectué le grand saut, sans parachute ni à priori, curieuse de voir ou cela me mènerait et curieuse de découvrir cet auteur. Mon choix s'arrête sur "Sauve-moi", ça à l'air accrocheur d'autant plus que sur le quatrième de couverture je lis « Guillaume Musso est un peu le James Cameron ou le Spielberg de la littérature contemporaine ». « Ah ouai, quand même ! » me dis-je. Et très vite je vais déchanter et me dire que j'aurais peut-être du emporter un parachute de « ne t'emballe pas trop vite » avant de monter à bord. Je suis d'accord pour dire qu'il y a foule de différents lecteurs, et donc autant de place pour des auteurs de différents styles, ce sans que l'on ait besoin de dénigrer quelque chose que l'on n'aime pas. Mais quand même, je dois dire que cette écriture-là m'agace prodigieusement !
    Je n'ai pas trouvé une écriture qui ait réellement une empreinte contemporaine, car cela ne se résume pas pour moi à caser « Granola » ou encore « Kinder bueno » ici ou là, mais plus à dépeindre des personnages, des situations dans l'air du temps qu'on aura passé sous microscope. Soit un vrai travail d'observation de réflexion et d'écriture ensuite. Et là on ne peut pas dire qu'on sente l'effort dans l'écriture tant celle-ci est simplette. Juliette héroïne contemporaine ? La jeunette expatriée qui tente de percée à Broadway flirte plutôt avec les années 60 voire 70, soyons généreuse, sans compter qu' on la croirait sortie d'une vieille séries en vogue des 70'. Il y a certes quelques qualités dans le début de l'intrigue, assez pour faire espérer et soulever votre curiosité, puis tandis que vous espérez, flop cela retombe comme un soufflé. Au moment précis où le récit prendre un virage à 360 degrés (page 157) et alors là c'est tout sauf crédible, la 4ème dimension mais sans la dimension. le dialogue entre Grace et Sam limite pathétique, et pourtant je me suis forcée encore la lecture pour finir par abandonner et me faire raconter une fin qui ne décevait pas l'idée que je me faisais de cette histoire à partir du virage. Bref, comme je ne jette pas un auteur à l'eau, avant d'avoir lu au minimum deux ouvrages, j'ai réitéré l'expérience, encore une fois ! Et je dirais au final que pour moi Musso, c'est le fast-food de la littérature contemporaine, pas mauvais à emporter quand on a les crocs, mais qui ne vaut surement pas le gratin de mamie !
    Sauve qui peut...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 20         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marie123, le 26 mai 2013

    Marie123
    J'ai longtemps affirmé que ce livre était mon préféré de Musso, voire mon préféré de tous. Profitant d'une lecture commune, je me suis fait le plaisir de voir ce que j'allais en penser, deux si ce n'est pas trois ans après l'avoir lu pour la première fois. Et quitte à me faire lancer des tomates par la tête, je dois avouer que ce livre demeure mon favori.
    Ce sera difficile de vous raconter l'histoire sans spoiler, alors j'en dirai le moins possible. Tout commence lors d'un soir d'hiver, lorsque Sam et Juliette se rencontrent totalement par hasard. Ils se plaisent même à se répéter plus d'une fois qu'il s'en est fallu de peu pour qu'ils passent l'un à côté de l'autre sans jamais se voir. Enfin bref. Ils passent alors ensemble un week-end fort en émotions, magique et tout simplement inoubliable. Sam a un lourd passé qu'on apprendra à découvrir au fil des pages. Même s'il semble fort et confiant, il traîne de nombreux secrets qu'il n'a jamais réussi à oublier. Juliette, quant à elle, est une jeune femme attachante rêvant de devenir actrice.
    Jusque là, tout va bien. Mais Juliette doit repartir en France et prend donc l'avion, qui lui, explosera en plein vol. S'en suivra alors toute une histoire. Je vais rester très vague, mais il arrivera quelque chose qui bouleversera la vie de Sam. Il fera alors tout ce qui est possible pour faire en sorte que les choses ne se passent pas "comme prévu".
    Si je ne risquais pas de spoiler, je vous raconterais plus en détails ce qui s'est passé et pourquoi j'ai autant aimé cette histoire. Mais je peux vous dire que les personnages sont très attachants, surtout Sam. Aussi, il y a du suspense tout le long et il est conservé jusqu'à la fin : je peux vous dire que j'ai eu chaud ! Et la fin ne m'a pas du tout déçue, elle termine l'histoire en beauté. Je suis donc ravie d'avoir relu ce livre et je vous le conseille à tous, même ceux qui sont réticents à lire du Musso. Il y a de la romance, bien sûr, mais également une touche de fantastique et du suspense, bref, je ne trouve pas que ce n'est qu'un roman à l'eau de rose. Je le recommande donc !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

> voir toutes (238)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par bab, le 28 décembre 2008

    Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule.

    Commenter     J’apprécie          4 1404         Page de la citation

  • Par bab, le 28 décembre 2008

    Jamais il n'avait eu le courage de lui avouer son amour. Certains jours, il pensait qu'elle était amoureuse de lui, mais comment en être certain ? Surtout, il ne se sentait pas de taille à supporter un refus. Il l'aimait trop pour ça.

    Commenter     J’apprécie          0 464         Page de la citation

  • Par Rosalie76, le 24 juillet 2009

    "D'abord, il y'a deux lèvres qui s'effleurent et qui se cherchent. Puis deux souffles qui se mêlent dans le froid. C'est un baiser caressant qui devient presque morsure. Un baiser dans lequel n'atteint ce qu'il y'a de plus intime en l'autre."

    Commenter     J’apprécie          0 294         Page de la citation

  • Par bab, le 28 décembre 2008

    En la regardant rire et fredonner de vieilles chansons, il avait eu la certitude que c'était elle : la femme auprès de qui il voulait vivre pour toujours. Celle qu'il saurait protéger et qui le protégerait à son tour comme si le ciel avait envoyé un ange pour l'arracher à ses tourments.

    Commenter     J’apprécie          0 165         Page de la citation

  • Par Geoshun, le 07 septembre 2010

    Emportée par une vague de mélancolie évanescente , elle comprend qu’elle est déjà en train de se fabriquer des souvenirs qu’elle portera en elle pendant longtemps.
    Elle sait qu’elle n’oubliera jamais rien de lui, ni la forme de ses mains, ni le goût de sa peau , ni l’intensité de son regard. 

    Commenter     J’apprécie          0 139         Page de la citation

> voir toutes (61)

Videos de Guillaume Musso

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Musso

"L'instant présent" de Guillaume Musso, lu par François Hatt, un thriller psychologique vertigineux au final stupéfiant !
http://www.audiolib.fr/livre-audio/linstant-present-de-guillaume-musso-lu-par-francois-hatt








Sur Amazon
à partir de :
4,00 € (neuf)
0,57 € (occasion)

   

Faire découvrir Sauve-moi par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (5333)

> voir plus

Quiz