Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 222614384X
Éditeur : Albin Michel (2004)


Note moyenne : 3.62/5 (sur 21 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« On s’emploie avec raison à sauver toutes sortes d’espèces d’oiseaux, d’insectes, d’arbres, de plantes, de grosses et de petites créatures bien vivantes, menacées de disparition… Rares sont les personnes émues par la disparition des mots. Ils sont pourtant plus proches... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par igaluck, le 08 avril 2014

    igaluck
    Ayant fini les “Fables” de Jean Anouilh, il me fallait trouver un autre ouvrage ludique pour égayer les petits déjeuners. Il est en effet d'usage dans notre masure d'ouvrir la matinée par une lecture non pas édifiante mais amusante, littéraire, culturelle, courte et dense à la fois. Les mots de Bernard Pivot ont bien fonctionné pendant un temps. le jeu consistait à essayer de placer pendant la journée le mot nouveau évoqué matutinalement.
    On a fini par se lasser autour de la lettre F. Les flambards, flandrins et autres gandins faisant des fla-fla ont eu raison de nous. Et puis il y avait trop de mots qu'on connaissait déjà. Même si Bernard Pivot en approfondit parfois le sens - l'explication de l'expression “potron-minet” est proprement délicieuse - l'ouverture de la page matinale ne réservait pas assez souvent de surprise.
    C'est malgré tout un livre charmant, présentant moult mots à placer dans la conversation sans barguigner, permettant de badauder parmi un vocabulaire désuet mais parfois fort utile. Icelui, icelle, iceux, icelles chatouillent mon oreille. Melliflu, nitescence titillent ma plume. le patachon et sa patache ont été adoptés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par araucaria, le 06 mai 2012

    araucaria
    Un livre précieux qui nous permet de retrouver des mots tombés en désuétude et prêts à disparaître. Mots qui sont des ornements de notre langage et qu'il est bon de sauver, car il sont savoureux et font la richesse de notre vocabulaire.
    Livre intelligent, qu'il ne faut pas hésiter à lire et à relire.

    Lien : http://araucaria.20six.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par pgremaud, le 06 avril 2013

    pgremaud
    On retrouve dans ce livre l'amour des mots de Bernard Pivot. Il nous parle de 100 mots à sauver, mais en fait il en propose beaucoup plus, car pour chacun il en présente d'autres de la même veine. Alors vive le brimborion (voir la citation que j'en ai fait) et subséquemment tous les mafflus !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par alicejo, le 11 avril 2012

    On s'emploie avec raison à sauver toutes sortes d'espèces d'oiseaux, d'insectes, d'arbres, de plantes de grosses et petites créatures bien vivantes mais menacées de disparition. Des mots, eux aussi, pour d'autres raisons que la chasse, la pollution et l'argent, meurent. Pétrifiés dans des dictionnaires obsolètes ou humoristiques, recensés par des lexicologues historiens, ils ne subsistent que dans les œuvres littéraires où, intrigué mais paresseux, le lecteur les saute ou les ignore trop souvent.
    Rares sont les personnes émues par la disparition des mots. Ils sont pourtant plus proches de nous que n'importe quel coléoptère. Ils sont dans notre tête, sous nos yeux, sur notre langue, dans nos livres, dans notre mémoire. Dieu sait qye les initiatives ne manquent pas, ni les bras ni l'argent, pour conserver le patrimoine, mais, alors qye les mots en font autant partie que les pierres, les tissus, la porcelaine, l'or et l'argent, ils n'intéressent pas grand monde. L'écologie des mots est balbutiante !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par litolff, le 11 mars 2012

    Génitoires (nom féminin pluriel)
    Toujours au pluriel, puisqu'elles vont par deux au bas du ventre des hommes. On peut leur reprocher d'être du genre féminin, alors que les testicules -on est autorisé à faire le détail, à nommer un testicule - sont du même genre que leur propriétaire et utilisateur. Mais les génitoires, qui sont pourtant de la même famille que le géniteur, la génitalité et tout le saint-frusquin génital, ont disparu du Petit Larousse et du Petit Robert, l'un et l'autre acquis sans partage aux testicules, et même aux roubignoles, aux roustons etc.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Camille5sens, le 22 avril 2013

    Gandin
    Rien que pour son histoire, ce mot mérite de ne pas disparaitre.A Paris, le boulevard des Italiens, baptisé ainsi en raison de la Comédie-Italienne (devenue Opera-Comique), s'appelait autrefois boulevard de Gand.C'était un haut-lieu de la mode et des mondanités. Il fallait y être vu. On appelait les habitués du boulevard des gandins. Ainsi moquait-on leur élégance trop recherchée et trop voyante. Depuis, un gandin est un jeune homme dont la mise raffinée, précieuse, frôle le ridicule.
    (Jean Cau) - qui allez vous prendre comme premier ministre ?
    (Georges Pompidou) - Qui voulez-vous que je prenne ? Chaban ?
    (Jean Cau) - Chaban ? mais c'est un gandin, un patron de salon de coiffure, un marchand de chaussures de luxe...
    Jean Cau Croquis de mémoire
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par pgremaud, le 04 avril 2013

    Un brimborion est un petit objet d'une valeur très modeste. C'est une babiole, une chose de peu. Par rapport à de grands mots, restés modernes, comme château, orfèvrerie, meuble, authenticité, antiquité..., brimborion est un mot-brimborion. S'emploie surtout au pluriel.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de Bernard Pivot

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Bernard Pivot

Les tweets sont des chats - Bernard Pivot « J'aime les tweets parce qu'ils partent en silence, circulent en silence et arrivent en silence. Les tweets sont des chats. »
Grâce aux tweets, ces messages qui ne peuvent dépasser 140 signes, Bernard Pivot a redécouvert le plaisir de faire court. Ainsi, avec humour, fantaisie et pertinence, a-t-il écrit une sorte de journal très personnel constitué d'observations, de réflexions, d'aphorismes et de citations, que découvrent chaque matin ses 100.000 abonnés du réseau Twitter.











Sur Amazon
à partir de :
6,95 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir 100 mots à sauver par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (55)

> voir plus

Quiz