Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070387739
Éditeur : Gallimard (1993)


Note moyenne : 3.6/5 (sur 504 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« Il poussa la porte qui donnait sur la balustrade et le jardin de derrière et il vit soudain l'ombre de sa femme morte qui se tenait à ses côtés. Ils marchèrent sur la pelouse.
Il se prit de nouveau à pleurer doucement. Ils allèrent jusqu'à la barque. L'ombre de... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (66)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par araucaria, le 03 décembre 2012

    araucaria
    Quel livre! Quelle merveille! J'ai lu avec grande émotion ce superbe texte, me remémorant le si beau film d'Alain Corneau. Une histoire toute simple en vérité, un Maître de musique, spécialiste de la viole de gambe, vivant en reclus après la mort de sa femme - décès dont il ne se remet pas - avec ses deux filles, et sa passion la musique. Monsieur de Sainte Colombe ayant refusé les honneurs de la cour du roi Louis XIV, ne vit que pour l'art musical, n'existe que par la musique. Amour de la musique qui transpire tout au long du roman, où le lecteur comprend qu'interpréter avec talent de la musique ne fait pas de l'exécutant, si habile soit-il, un musicien. Il faut vibrer avec son instrument, il faut que la musique soit capable de réveiller les morts. Ce roman très court est rédigé de main de maître par Pascal Quignard. Une bien belle oeuvre!

    Lien : http://araucaria.20six.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 79         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par babounette, le 24 octobre 2014

    babounette
    Tous les matins du monde, un petit livre de rien du tout (117 pages) mais grand
    par son contenu. Monsieur de Sainte Colombe, musicien connu (on ne sait pas très bien si c'est le père ou le fils), violiste, né vers 1640 et mort vers 1700, et le fils né vers 1660 et mort vers 1720 (sources Wikipedia). L'histoire quant à elle débute en 1650, donc cela ne peut être le père car il n'aurait que 10 ans, ni le fils car il n'était pas né! Dans l'histoire, Monsieur de Ste Colombe n'est plus tout jeune. Il vient de perdre sa femme le laissant avec deux petites filles âgées à peine de deux et six ans(.On ne dit pas ici qu'il a eu un fils) Il ne se remet pas de la mort de sa femme et se réfugie dans la musique avec sa viole de gambe.
    Il l'enseigne à ses filles et forment ainsi un trio brillant, dont la réputation parvient jusqu'au roi Louis XIV qui lui fait demander de se produire à la Cour. Mais il refuse catégoriquement cette invitation par deux fois, à la fureur du roi et son incompréhension d'un tel refus. Monsieur de Ste Colombe donne des cours de viole et devient durant quelque temps le professeur de Marin Marais, également connu. Mr de Ste colombe vit presque en reclus. Madeleine, fille aînée de Mr de Ste Colombe tombe amoureuse de Marin Marais mais celui-ci la délaisse après quelque temps, elle ne s'en remettra pas et mourra tragiquement. Cette histoire est pleine de poésie, en le lisant, j'avais par moment, le sentiment de me trouver au centre d'une peinture impressionniste.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 51         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lecassin, le 22 juin 2015

    lecassin
    Il est toujours très difficile de « passer au livre » quand un film vous a tant touché… Ce fut, en tout cas le cas pour moi et « Tous les matins du monde ». Amateur de musique baroque en général et de viole de gambe en particulier, et de Jordi Savall et Marin Marais… j’ai vu dès sa sortie le merveilleux film d’Alain Corneau ; tout en ignorant bien sûr, jusqu’à l’existence du livre et celle de son auteur. Existence qui m’apparaîtra bien vite tant le succès du film, sorti la même année que le livre (1991) aura contribué pour beaucoup à la découverte de la musique baroque et à celle de Pascal Quignard…
    Il m’aura fallu 25 ans et la fermeture de la bibliothèque de mon entreprise pour me le procurer comme par hasard…
    Une fois de plus, quel choc ! Un texte court, épuré… Une partition dont les fulgurances poétiques sont les appogiatures… Et puis comment faire plus simple et plus évocateur que l’incipit : « Au printemps de 1650, Madame de Sainte Colombe mourut. Monsieur de Sainte Colombe ne se consola pas de la mort de son épouse. Il l'aimait. C'est à cette occasion qu'il composa ‘le Tombeau des regrets’ »… Tout est dit. Le livre peut s’arrêter là.
    Non, bien sûr, il ne s’arrêtera pas là, ce qui nous priverait d’un chef d’œuvre. Bien sûr, l’amour de Monsieur de Sainte Colombe pour sa femme le plonge dans une tristesse incommensurable, voisine de la folie. Mais que dire de celle de sa propre fille amoureuse de Marin Marais qui la jettera comme kleenex après usage… Et la musique, dans tout cela ? La musique ? Elle est le principal personnage de ce joyau, et pour moi, guitariste besogneux, le « vous jouez de la musique, Monsieur… Mais vous ne serez jamais musicien » me hante chaque fois que je pose mes mains sur le noble instrument.
    Bon soyons bref : un véritable chef d’œuvre que ce « Tous les matins du monde »…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par michfred, le 22 juin 2015

    michfred
    Aussi beau qu'un air de viole de gambe au fond d'un pavillon campagnard..
    Tout petit livre, grande inspiration- pages confondantes sur la musique et la perte, sur l'art de compenser l'une par l'autre.
    Secret, simple, puissant chant de deuil et de regret. Le film qui en est l'adaptation est, lui aussi, un pur éclat de chagrin et d'harmonie.
    Une écriture classique, sans afféterie, presque janséniste. Magnifique!

    Commenter     J’apprécie          0 42         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ode, le 02 novembre 2012

    Ode
    Le son de la viole de gambe est aussi aérien et nostalgique qu'un soupir, au diapason de ce texte qui m'a plongée dans l'abîme de deux coeurs brisés. Celui de Monsieur de Sainte Colombe, inconsolable depuis la mort de son épouse, qu'il appelle chaque soir en composant des airs de viole, depuis sa petite cabane juchée dans un mûrier. Et celui de sa fille, Madeleine, séduite et abandonnée par Marin Marais, qui fut un temps son élève avant de connaître une belle carrière de compositeur à la cour de Louis XIV.
    L'écriture à la fois poétique et dépouillée de Pascal Quignard est capable de faire entendre le silence et palper le chagrin, le désir ou la cruauté. En quelques mots, l'auteur capture le caractère et les sentiments de ses personnages, sans jamais les juger.
    En confrontant la vision du maître et de l'élève, "Tous les matins du monde" interroge sur la place de la musique et de l'artiste dans la société. Sainte Colombe vit pour sa musique, tandis que Marais compte sur sa musique pour le faire vivre. le premier choisit la solitude pour ne pas transiger sur la pureté de son art. le deuxième s'ouvre au monde et à ses plaisirs et accepte les compromis dans le but de plaire. Mais aussi différents soient-ils, l'étonnant pouvoir de la musique arrive à les réconcilier au-delà des mots.
    Ce récit contemplatif est un très bel hommage à la musique de chambre de l'époque baroque, depuis longtemps remise au goût du jour par des chefs d'orchestre comme Christophe Coin ou Jordi Savall, et popularisée par l'émouvant film d'Alain Corneau.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

> voir toutes (70)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par araucaria, le 03 décembre 2012

    Vous pourrez aider à danser les gens qui dansent. Vous pourrez accompagner les acteurs qui chantent sur la scène. Vous gagnerez votre vie. Vous vivrez entouré de musique mais vous ne serez pas musicien.
    Avez-vous un coeur pour sentir? Avez-vous un cerveau pour penser? Avez-vous idée de ce à quoi peuvent servir les sons quand il ne s'agit plus de danser ni de réjouir les oreilles du roi?
    Cependant votre voix brisée m'a ému. Je vous garde pour votre douleur, non pour votre art.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la citation

  • Par araucaria, le 03 décembre 2012

    Monsieur Marais approcha la chandelle du livre de musique. Ils regardèrent, refermèrent le livre, s'assirent, s'accordèrent. Monsieur de Sainte-Colombe compta la mesure vide et ils posèrent leurs doigts. C'est ainsi qu'ils jouèrent les Pleurs. A l'instant où le chant des deux violes monte, ils se regardèrent. Ils pleuraient. La lumière qui pénétrait dans la cabane par la lucarne qui y était percée était devenue jaune. Tandis que leurs larmes lentement coulaient sur leur nez, sur leurs joues, sur leurs lèvres, ils s'adressèrent en même temps un sourire. Ce n'est qu'à l'aube que Monsieur Marais s'en retourna à Versailles.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la citation

  • Par ay_guadalquivir, le 29 septembre 2010

    "Monsieur, j'ai confié ma vie à des planches de bois grises qui sont dans un mûrier ; aux sons des sept cordes d'une viole ; à mes deux filles. Mes amis sont les souvenirs. Ma cour, ce sont les saules qui sont là, l'eau qui court, les chevesnes, les goujons et les fleurs du sureau. Vous direz à sa mejesté que son palais n'a rien à faire d'un sauvage qui fut présenté au feu roi son père il y a trente-cinq ans de cela."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

  • Par babounette, le 24 octobre 2014

    "Monsieur, dit-il, j'ai confié ma vie à des planches de bois grises qui sont dans un mûrier ; aux sons des sept cordes d'une viole ; à mes deux filles. Mes amis sont les souvenirs, ma cour, ce sont les saules, qui sont là, l'eau qui court, les chevesnes, les goujons et les fleurs de sureau. Vous direz à sa majesté que son palais n'a rien à faire d'un sauvage qui fut présenté au feu roi son père, il y a trente-cinq ans de cela"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par chapochapi, le 13 avril 2010

    quand je tire mon archet, c'est un petit morceau de mon coeur vivant que je déchire. Ce que je fais, ce n'est que la discipline d'une vie où aucun jour n'est férié. J'accomplis mon destin.

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
1,40 € (occasion)

   

Faire découvrir Tous les matins du monde par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Listes avec ce livre (5) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (932)

> voir plus

Quiz