AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne-Sylvie Homassel (Traducteur)
ISBN : 2253125288
Éditeur : Le Livre de Poche (24/06/2009)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 17 notes)
Résumé :

Le mystérieux docteur Fu Manchu - le péril jaune incarné en un seul homme - a jeté son dévolu sur l'Occident. Fu Manchu est un esthète du crime, il tue en série et en beauté. Pour l'empêcher de nuire : le brillant agent secret Nayland Smith, flanqué du discret docteur Petrie, sorte de Watson plutôt fleur bleue et chroniqueur des innombrables méfaits du terrible Chinois. Sax Rohmer nous entraî... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Coriolis
03 juillet 2015
★★★★★
★★★★★
Mingalaba!
Si comme moi, vous préfériez tenir compagnie au radiateur situé au fond de la classe durant les cours de langues étrangères ou que vous n'avez pas eu l'opportunité d'étudier le birman dans votre scolarité, traduction : Bonjour !
Pour ça, il l'a bien eu le « bonjour » de la Birmanie Nayland Smith, célèbre agent secret et on peut dire qu'il ne s'est pas fait que des amis là-bas (pas sûr qu'on lui offre le thé si l'idée lui venait d'y traîner de nouveau!). de retour à Londres, avec une vilaine blessure au bras, il rend une petite visite à son ami, Petrie, médecin de son état, et lui confie avoir un léger différend avec un dénommé Docteur Fu Manchu. Comme tout agent secret et héros qui se respecte, Nayland Smith a son ennemi redoutable, Fu Manchu en l'occurrence. Sherlock a Moriarty, l'Inspecteur Gadget a le Dr Mad et Bob Morane a l'Ombre Jaune. Jusque là, rien de très original. Évidemment, Nayland Smith bénéficie de l'aide d'un précieux acolyte, Petrie, ersatz du célèbre Docteur Watson et narrateur de cette histoire. C'est un peu le bras droit et parfois aussi le bras gauche tant il est maladroit de notre agent secret. Il incarne à lui seul ce que Robin est à Batman, ce que Bill est à Boule et ce que Chapo et à Chapi. Parlons maintenant du méchant très très méchant : le Dr Fu Manchu. Il est aussi insaisissable que sombre, incarne le Péril Jaune et symbolise le mystère à l'orientale. Dans ce livre, publié au début du siècle dernier sous forme de feuilleton, on perçoit l'importance que revêtait alors ce continent attirant, terre énigmatique aux traditions ancestrales. Rajoutez à cela les appâts d'une femme à la beauté ensorcelante et aux attitudes ambivalentes (la James Bond Girl dans toute sa splendeur!), des meurtres sordides et inexpliqués, deux ou trois créatures des plus étranges et vous obtiendrez une idée plutôt précise de cette oeuvre. L'écriture est un peu désuète mais il faut reconnaître que le charme opère. Une lecture surannée aux parfums capiteux et exotiques. Un voyage dans le temps rendu possible par quelques pages empruntées à la littérature populaire du début du 20ème siècle. La naissance d'un personnage emblématique, premier d'une longue série d'êtres calculateurs et menaçants ; perfides anti-héros concentrant toute les craintes et les interrogations à l'encontre d'une Asie méconnue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
kedrik
07 septembre 2011
★★★★★
★★★★★
Je suis à la pointe de l'actualité littéraire avec ce roman publié à l'origine en 1912. le mystérieux docteur Fu Manchu est signé par Sax Rhomer. Cette édition est bien évidemment en lice pour le prix de la couverture la plus moche de l'année, dans la catégorie "l'infographiste a conçu le montage pendant sa pause déjeuner".
Or donc, le Péril Jaune menace le monde. le terrible, le cruel, le fourbissime docteur Fu Manchu, génie du crime chinois, est à Londres et assassine des honnêtes gens pour faire avancer son plan machiavélique : faire trébucher l'Occident. Heureusement, le bon docteur Petrie et l'agent secret Nayland Smith sont là pour s'opposer à l'ignoble docteur et déjouer ses pièges. Nos deux héros courent de partout et font feu de tout bois pour affronter les plans retors du terrible Fu Manchu.
Bon, il faut de l'indulgence pour s'attaquer à ce roman d'action du temps passé. le docteur Petrie, qui narre les aventures, fait immanquablement penser à Watson, mais son copain l'agent secret n'a rien d'un Holmes. Fu Manchu multiplie les assassinats, les coups de pute et les intrigues, tant est si bien que s'en est risible d'imbécilité à force d'accumulation. Mais c'est charmant, on finit par accepter tout ça comme allant de soi. C'est du grand-guignol qui avance le pied au plancher (enfin, à la vitesse d'une Ford T), sans prendre le temps d'expliquer tout le pourquoi du comment toute cette histoire a lieu. Les fumeries d'opium, les chausses-trappes, les poisons exotiques, les femmes à la sensualité trouble sont autant d'accessoires ou de décor de cinéma qui servent à camper des situations horribles ou mystérieuses et faire en sorte que le lecteur tourne la page suivante. Et ça marche, si on baisse volontairement sa garde de lecteur moderne.
La description du maléfique Fu Manchu, le Moriarty de Cathay, trouve une résonance dans notre modernité si effrayée par ce monde chinois qui nous fascine et nous effraie à la fois. À l'heure des espions chinois, du lait à la mélamine, des droits de l'homme, du Tibet et du communisme capitaliste, ce roman vient titiller notre sinophobie latente. Car oui, dans Fu Manchu, les Chinois sont tous fourbes, traitres et vils. C'est intrinsèque à leur sang. Ça fleure bon le racisme de l'époque, comme un Tintin au Congo. Mais bon, Fu Manchu est sorti du cadre des romans de Sax Rohmer pour incarner l'idéal de l'ennemi insaisissable. Plus fort que tous les méchants de James Bond réunis. Fantomas ressemble à un Schtroumpf à côté. Et il faut avouer que cette image d'Épinal de la fourberie asiatique est assez jouissive.
Rohmer a étiré la sauce sur une grosse douzaine de romans. Je ne pense pas lire toute la saga.
L'ironie suprême est que Sax Rhomer est mort en 1959 de la grippe... asiatique.
Lien : http://hu-mu.blogspot.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Coccinelle2
10 janvier 2011
★★★★★
★★★★★
The mystery of Dr Fu Manchu est paru aux éditions Methuen (Londres) en 1913.
Le mystérieux Docteur Fu Manchu, de Sax Rohmer – traduit de l'anglais par Anne-Sylvie Homassel – est édité par Zulma en janvier 2008 (319 pages, 15 €, ISBN 978-2-84304-433-5) et il est dans ma bibliothèque depuis sa parution... Autant profiter du challenge J'aime les Classiques – dont la date maximum de parution est 1960 – pour le lire ! Par contre il ne pourra pas compter pour le challenge English Classics car les romans doivent être parus avant 1900.

Sax Rohmer, de son vrai nom Arthur Henry Sarsfield Ward, est né dans une famille irlandaise le 5 février 1883 à Birmingham (Angleterre). Ses premières nouvelles sont publiées alors qu'il n'a que vingt ans ! L'auteur écrit des nouvelles, des romans, et crée le personnage de Fu Manchu en 1912. Après guerre, l'auteur s'installe à New York mais il meurt à Londres le 1er juin 1959 (…de la grippe asiatique !).
Il aura certainement vu les adaptations de ses romans au cinéma, d'abord avec Warner Oland dans le rôle du Dr Fu Manchu (deux films réalisés par Rowland V. Lee en 1929 et 1930 puis un film réalisé par Lloyd Corrigan en 1931), puis avec Boris Karloff (réalisé par Charles Brabin en 1932) mais pas les suivants réalisés entre 1965 et 1969 avec Christopher Lee...
Si vous souhaitez lire les oeuvres de Sax Rohmer en anglais, vous pouvez télécharger les e-books sur le site de Project Gutenberg.

Ce soir-là, le Docteur Petrie – le narrateur – a de la visite bien tard : c'est son vieil ami Nayland Smith qu'il croyait encore en Birmanie ! Et qui va entraîner ce paisible docteur, qui écrit des contes lorsqu'il n'a pas de clientèle, dans des péripéties incroyablement dangereuses ! « Il éteignit la lampe et mon bureau fut plongé dans les ténèbres. La stupéfaction m'avait rendu muet. – Vous allez penser que je suis fou, poursuivit Smith […]. Il surveillait la rue. – Avant peu, Petrie, vous saurez que j'ai quelques bonnes raisons de me méfier. » (page 7). Dès le début donc, l'angoisse est présente et j'ai été happée par ce roman que j'avais en fait envie de lire depuis longtemps (j'avais vu la série de films des années 60).
[...]
Lien : http://laculturesepartage.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gill
16 mars 2012
★★★★★
★★★★★
De retour d'Asie Nayland Smith entraine le Dr Petrie à la poursuite de Fu Manchu, génie asiatique du mal dans les méandres de Londres tout autour de la Tamise.
Ce texte écrit en 1913 possède le charme de la littérature populaire policière de cette période. Il en contient aussi les défauts.
Il est teinté de fantastique.
D'un style rapide et sans fioriture, l'ensemble est désuet, et révèle une pensée marquée par cette époque colonialiste, mais sa découverte reste tout de même un grand plaisir - un peu comme un film de série B que l'on reverrait avec joie. J'ai retrouvé dans le personnage de Fu Manchu le père spirituel de Ming, l'ombre jaune ennemi juré du célèbre bob Morane.
Commenter  J’apprécie          40
MarcBibliotheca
21 septembre 2009
★★★★★
★★★★★
Le mystérieux docteur Fu Manchu est le premier tome d'un feuilleton romanesque imaginé par l'écrivain anglais Sax Rohmer, de son vrai nom Arthur Henry Sarsfield. Ce roman est composé de multiples épisodes parus en 1912 avant d'être rassemblés dans ce volume. Tout tourne autour de ce mystérieux chinois, le mal absolu, l'image type du Péril Jaune, qui débarque à Londres pour commettre une série de crimes des plus abominables dans un dessein qui l'est encore plus : soumettre le monde...
...
Suite : Cliquez sur le lien ci-dessous !!!
Lien : http://bibliotheca.skynetblo..
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel26 août 2013
Comment décrire ce visage, ces yeux, qui me regardaient tranquillement par-dessus la table ? Ce visage était celui d’un archange du mal, et ces yeux, qui en étaient le trait souverain, étaient les plus étranges qui eussent jamais reflété l’âme humaine – ils étaient étroits et longs, très légèrement obliques, et d’un vert étincelant. Mais surtout – et je n’ai jamais vu cela chez aucun autre être humain, ils étaient, chose horrible, recouverts d’une sorte de film qui me fit songer à la membrana nictitans de certains oiseaux. Cette membrane était baissée lorsque je fis sauter la porte, mais elle sembla se rétracter quand j’eus pénétré dans la pièce, révélant les iris de l’homme dans tout leur éclat vert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Coccinelle2Coccinelle210 janvier 2011
Il éteignit la lampe et mon bureau fut plongé dans les ténèbres. La stupéfaction m'avait rendu muet. – Vous allez penser que je suis fou, poursuivit Smith […]. Il surveillait la rue. – Avant peu, Petrie, vous saurez que j'ai quelques bonnes raisons de me méfier. (page 7)
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson14 octobre 2012
Toute anticipation, qu'elle soit de joie ou de douleur, est plus vive que la réalité, dont elle est une prophétie mentale.
Commenter  J’apprécie          40
Coccinelle2Coccinelle210 janvier 2011
Mon Dieu ! Comment puis-je lutter avec un esprit capable de concocter de si viles intrigues ? (page 139)
Commenter  J’apprécie          30
Coccinelle2Coccinelle210 janvier 2011
Pas un mot de plus, Petrie. Si vous connaissiez la Chine, si vous aviez vu ce que j'ai vu ! (page 147)
Commenter  J’apprécie          20
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1003 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre