AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070466612
Éditeur : Gallimard (2015)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 1059 notes)
Résumé :
Dans ce siècle du voyage et de la philosophie, Zadig entreprend son apprentissage dans un univers partagé entre le bien et le mal. Trahi par Sémire et Azora, déçu par l'amour, Zadig trouve refuge dans la nature, qui est à l'image de Dieu. Remarqué par le roi d’Égypte Moabdar, il retourne dans le tourbillon du monde et devient Premier ministre. Séduit par la reine Astarté et menacé par la jalousie du roi, il fuit bientôt Babylone. C'est l'occasion pour lui d'un retou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
Gwen2121 février 2014
  • Livres 5.00/5
Pour moi qui ne suis pas une fervente amatrice de lectures philosophiques, le conte philosophique voltairien est un format parfaitement adapté.
De « Zadig », lu à plusieurs reprises, j'ai aimé le contexte persan qui n'est pas, bien sûr, sans rappeler l'univers des « Mille et Une Nuits » que j'apprécie tout particulièrement pour le dépaysement dans le temps et l'espace qu'il offre.
Le parcours initiatique de Zadig, ce jeune homme livré à la Fortune, est un miroir dans lequel chacun peut se mirer. Avec parfois des allures de pièce de théâtre, les « aventures » ou « expériences » de Zadig font appel tour à tour à notre compassion et à notre admiration et créent tantôt du contentement, tantôt du désappointement.
Le récit est très vif et agréable à lire, plus rythmé à mon sens que dans d'autres contes du même auteur comme « Micromégas ». Enfin, même si entre les lignes se dessine clairement la critique morale de son temps, je trouve que Voltaire use souvent d'ironie voire d'humour que je tiens pour une composante essentielle d'un conte, quel qu'il soit.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          501
PiertyM
PiertyM31 octobre 2013
Un merveilleux conte initiatique et philosophique! Devant les incroyables faits d'injustice, devant les terribles épreuves de la nature, devant le poids lourd de la destinée, seule la sagesse peut permettre à l'homme de s'en sortir. L'homme sage, l'homme dont le discernement est subtil et fin n'a pas peur du vent, de quelque nature qu'il soit. Même abandonné en plein désert, il saura se refaire et se remettre débout.
Voilà ce que je retiens de ce merveilleux conte!
Commenter    J’apprécie          350
paroles
paroles25 mars 2015
  • Livres 2.00/5
Il me souvient d'un temps où Babelio avait proposé un questionnaire dans lequel on pouvait nommer une oeuvre classique dont la réputation nous paraissait surfaite. Et bien pour moi, c'est Zadig !
Que dire de ce héros qui visiblement n'aime pas les femmes ; elles sont source de discorde et de trahison et n'utilisent que "leur chair périssable" pour arriver à leurs fins ; qui sème la bonne parole et fait du prosélytisme à tour de bras : lui seul détient la vérité ; qui a tout de l'être parfait (jeunesse, beauté, bonté, sagesse, intuition, intelligence, etc.) mais bien peu de modestie.
Zadig ou la méditation d'un sage ? Sans doute est-ce moi qui ne le suis pas. Je n'ai gardé aucun souvenir de cette lecture scolaire, je pensais me replonger dedans avec délice mais rien ne m'a attachée aux différents personnages. Pourtant j'aime les contes, dont Les Mille et Une Nuits, et à part le côté oriental, je n'ai fait aucun lien entre ces deux lectures. Bon d'accord, je reconnais à Voltaire la belle idée qu'un être misérable puisse devenir roi par ses qualités. C'est un beau rêve, une belle naïveté ou un regret...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          200
akhesa
akhesa13 novembre 2013
  • Livres 4.00/5
Cette oeuvre de Voltaire rapporte l'existence tumultueuse de Zadig,personnage de fiction,,riche et jeune,dote d'une figure aimable,d'un esprit juste et modere et d'un coeur sincere et noble;ce jeune homme croit naivement pouvoir etre heureux,mais une providence capricieuse parait s'acharner sur lui:quand il semble toucher a la felicite,un malheur survient qui le precipite dans la detresse et inversement,une intervention exterieure lui permet de se tirer des pires situations.On peut a la lecture de cette vie parsemee de déboires aussi brusques qu'imprévisibles,s'apercevoir que ce conte est au confluent de trois traditions:1.contes de fee modifie par le gout de l'orient;2.roman picaresque qui rapporte la lente ascension sociale d'un pauvre here suivi d'une descente brutale a la suite d'un coup du sort a laquelle succedera une nouvelle remontee;3.roman précieux et sentimental qui relate les tribulations de deux amants separes retrouves puis a nouveau eloignes par le meurtre,l'esclavage,la fuite,le combat ou la capture.Il faut a travers cet ouvrage,respecter la demarche intellectuelle,bien significative de son art et de la philosophie du siecle des lumieres
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          190
Pingouin
Pingouin05 août 2012
  • Livres 4.00/5
J'avais lu Candide il y a quelques années, et n'avait que modérément aimé, il me faut bien reconnaître que cette découverte, bien que volontaire, s'était faite très rapidement et sans réel approfondissement. Disposant aujourd'hui d'une plus grande maturité littéraire, j'ai estimé que c'était le bon moment de me réintéresser à Voltaire, Zadig m'est tombé sous la main.

Voltaire écrivait ses contes philosophiques sans avoir conscience du poids qu'ils allaient prendre dans la littérature française et mondiale, et ça se sent. L'histoire est divertissante, peut faire relativiser certains comportements, mais globalement, le terme "philosophique" n'est pas approprié à mon avis, ce n'est pas de la philosophie, tout juste un parcours initiatique mené avec classe et subtilité, mais la réflexion, la "progression existentielle" pure et simple, ce n'est pas de la philosophie - quoiqu'y appliquer le terme de conte permette évidemment de faire relativiser celui de "philosophique" qui lui succède.
Alors peut-être suis-je un peu sévère. Deleuze conçoit la philosophie comme la création de concepts, ce sont les personnages conceptuels qui vont avoir le rôle de "communicateur" desdits concepts. Chose étrange : Voltaire a bien ses personnages conceptuels - ils sont d'ailleurs d'une grande qualité -, mais n'a aucun concept à leur mettre en bouche ! Ils évoluent, luttent contre la bêtise, mais cette lutte ne peut pas être considérée comme un concept, ou alors un concept commun à tous - ce qui retire à Voltaire le droit de se l'octroyer solitairement -, je n'ai, dans mon esprit, aucun souvenir d'un individu se réclamant d'une lutte pour la bêtise.
Passé ce fait, sans considérer l'ouvrage comme un ouvrage philosophique, il en devient extrêmement plaisant et incroyablement subtil. Impossible de nier que le style de Voltaire est raffiné, qu'il manie l'ironie d'une habileté rare et qu'il est bien malheureux qu'elle ne soit accessible qu'à ceux qui se donnent la peine de la déceler, les autres, qui sont sûrement ceux que Voltaire tend à éduquer en écrivant ses contes, passent à côté d'une des primordialités de ce style. L'ironie se veut drôle, le livre est bien drôle.
Malgré tout, sa "morale" - faites du bien, cela finira toujours par vous profiter - n'est admissible qu'en tant que l'on croit en une sorte de Providence, le sous-titre n'est pas adapté. La destinée implique le destin, et le destin, lui, n'a que faire du bien ou du mal, c'est une force aveugle qui frappe sans aucune considération, pour que le bien finisse par être récompensé, il ne faut pas que ce soit le destin qui nous gouverne, mais bien la Providence, qui, elle, récompense et châtie selon nos actes. Ainsi, l'ange a beau démontrer la nécessité du destin, il faut que celui-ci reste encadré par une puissance divine pour aboutir à ses conclusions.

En bref, c'est une très bonne lecture sitôt qu'on ne s'attend pas à une réelle interrogation philosophique - ce qui était heureusement mon cas, le contraire eut été appliqué, la déception aurait suivie et la note aurait été sensiblement plus basse. Voltaire y peut exposer son style subtilement mordant, pour notre plus grande appréciation littéraire.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          100
Citations & extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef7908 février 2016
Zadig dirigeait sa route sur les étoiles. La constellation d' Orion et le brillant astre Sirius le guidait vers
le pôle de Canope. IL admirait ces vastes globes de lumière qui ne paraissent que de faibles étincelles à
nos yeux, tandis que la terre, qui n' est en effet qu' un point imperceptible dans la nature, paraît à notre
cupidité quelque chose de si grand et de si noble . IL se figurait alors les hommes tels qu' ils sont en effet,
des insectes se dévorant les uns les autres sur un petit atome de boue
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          120
enkidu_enkidu_30 juillet 2014
Alors, reprit Jesrad, cette terre serait une autre terre, l’enchaînement des événements serait un autre ordre de sagesse ; et cet ordre, qui serait parfait, ne peut être que dans la demeure éternelle de l’Être suprême, de qui le mal ne peut approcher. Il a créé des millions de mondes dont aucun ne peut ressembler à l’autre. Cette immense variété est un attribut de sa puissance immense. Il n’y a ni deux feuilles d’arbre sur la terre, ni deux globes dans les champs infinis du ciel, qui soient semblables, et tout ce que tu vois sur le petit atome où tu es né devait être dans sa place et dans son temps fixe, selon les ordres immuables de celui qui embrasse tout. Les hommes pensent que cet enfant qui vient de périr est tombé dans l’eau par hasard, que c’est par un même hasard que cette maison est brûlée : mais il n’y a point de hasard ; tout est épreuve, ou punition, ou récompense, ou prévoyance. Souviens-toi de ce pêcheur qui se croyait le plus malheureux de tous les hommes. Orosmade t’a envoyé pour changer sa destinée. Faible mortel ! cesse de disputer contre ce qu’il faut adorer.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
DijkschneierDijkschneier18 avril 2010
Rien n’est plus heureux, disait-il, qu’un philosophe qui lit dans ce grand livre que Dieu a mis sous nos yeux. Les vérités qu’il découvre sont à lui: il nourrit et il élève son âme, il vit tranquille; il ne craint rien des hommes, et sa tendre épouse ne vient point lui couper le nez.
Commenter    J’apprécie          190
mellahmellah28 janvier 2013
Il fit sentir à tout le monde le pouvoir sacré des lois, et ne fit sentir à personne le poids de sa dignité. Il ne
gêna point les voix du divan, et chaque vizir pouvait avoir un avis sans lui déplaire. Quand il jugeait une
affaire, ce n'était pas lui qui jugeait, c'était la loi; mais quand elle était trop sévère, il la tempérait; et quand on
manquait de lois, son équité en faisait qu'on aurait prises pour celles de Zoroastre.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          120
ClawClaw18 avril 2016
Astarté était beaucoup plus belle que cette Sémire qui haïssait tant les borgnes, et que cette autre femme qui
avait voulu couper le nez à son époux. La familiarité d'Astarté, ses discours tendres, dont elle commençait à
rougir, ses regards, qu'elle voulait détourner, et qui se fixaient sur les siens, allumèrent dans le coeur de Zadig
un feu dont il s'étonna. Il combattit; il appela à son secours la philosophie, qui l'avait toujours secouru; il n'en
tira que des lumières, et n'en reçut aucun soulagement. Le devoir, la reconnaissance, la majesté souveraine
violée, se présentaient à ses yeux comme des dieux vengeurs; il combattait, il triomphait; mais cette victoire,
qu'il fallait remporter à tout moment, lui coûtait des gémissements et des larmes. Il n'osait plus parler à la
reine avec cette douce liberté qui avait eu tant de charmes pour tous deux: ses yeux se couvraient d'un nuage;
ses discours étaient contraints et sans suite: il baissait la vue; et quand, malgré lui, ses regards se tournaient
vers Astarté, ils rencontraient ceux de la reine mouillés de pleurs, dont il partait des traits de flamme; ils
semblaient se dire l'un à l'autre: Nous nous adorons, et nous craignons de nous aimer; nous brûlons tous deux
d'un feu que nous condamnons.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
Videos de Voltaire (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Voltaire
VOLTAIRE – Le Dîner du Comte de Boulainvilliers
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

les aventures de Candide...

Quel est le nom du grand amour du héros ?

Radegonde
Cunégonde
Frédégonde
Brunehaut

9 questions
482 lecteurs ont répondu
Thème : Candide de VoltaireCréer un quiz sur ce livre