Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Achille Laurent (Autre)

ISBN : 2253004855
Éditeur : Le Livre de Poche (1975)


Note moyenne : 3.52/5 (sur 333 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
C'est en hiver que l'étranger s'est installé à l'auberge du village d'Iping. Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, sauf le nez, d'un rouge vif, lui donnent un aspect étrange, assez terrifiant, et les langues vont bon train.

On l'aurait p... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (29)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Luniver, le 21 août 2012

    Luniver
    Dans l'auberge de Mme Hall apparaît un curieux personnage : totalement emmitouflé dans un long manteau, la tête couverte de bandages qui ne laisse passer qu'un nez grotesque, et de grandes lunettes noires. Les clients de l'auberge apprécie peu ce nouveau venu taciturne, autour duquel tournent plusieurs mystères : son ridicule accoutrement, la quantité de produits chimiques qu'il a dans ses valises, et les quelques aperçus de son corps sont surprenants : pas de main, une jambe de couleur différente de celle de son nez, …
    Quand un agent veut l'interpeller, il ne tient que des vêtements vides dans sa main : l'homme a disparu. En fouillant dans ses papiers, on découvre que l'homme est un scientifique qui s'est rendu invisible. Dans sa fuite, Griffin, L'Homme invisible, rendra visite au docteur Kemp pour lui raconter son histoire.
    L'Homme invisible est un roman phare de la science-fiction, mais il souffre paradoxalement de sa notoriété : tout le monde connait déjà l'intrigue, et le roman semble être d'une lenteur désespérante et les personnages un peu bouchés de ne pas comprendre ce qu'on connait nous depuis la première page.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 12 mars 2013

    brigittelascombe
    "L'homme est une corde tendue entre l'animal et le surhumain, une corde tendue au dessus d'un abîme" citait Nietzsche avec sagesse.
    Dans quels abîmes pourrait plonger un physicien surdoué découvrant le secret de l'invisibilité? Voilà le thème de L'homme invisible, roman fantastique de H. G. Wells, auteur britannique imaginatif du XX° siècle connu pour ses romans de science fiction (comme La guerre des mondes).
    "Bizarre!" s'interroge l'aubergiste du Sussex chez lequel L'homme invisible s'est réfugié pour compulser ses formules secrètes. "Sapristi" crie le pasteur dépouillé de son pantalon après que le physicien en fuite, poussé dans ses retranchements par la foule en délire, ne se transforme en une proie traquée."Que diable!" hurle-t-on sentant peser une menace sur la communauté provinciale bien pensante.
    Bien que désuet, j'ai trouvé ce roman intéressant.Tout d'abord il évoque les expériences diaboliques (avec parfois vivisection à la clef) que l'homme ne maîtrise pas (on pense en moins fort à L'Île du docteur Moreau) mais qui, par mégalomanie, se prend pour un Dieu.Ensuite, il démontre le danger que représente la différence dans un groupe homogène qui va s'effrayer, rejeter...haïr "l'étranger".
    H. G. Wells rend fort bien ce phénomène que l'on pourrait taxer de racisme de par les suppositions émises "c'est un nègre", "c'est une espèce de métis", "c'est un faiseur d'expériences", "un criminel tentant d'échapper à la justice", "un maniaque inoffensif"...Tout est bon pour exciter la curiosité,exacerber la rumeur et décupler la violence de l'homme traqué et désespéré.L'angoisse, qui monte crescendo, maintient le suspense! J'ai également apprécié l'humour noir de L'homme invisible obligé de jeûner car on aperçoit parfois le bout de pain et de fromage non digérés dans son invisible estomac!! Fallait y penser!
    Mais si, H. G. Wells nous montre un homme nu, déclarant tel Oscar Wilde: "Je n'ai rien d'autre à déclarer que mon génie" il nous montre aussi la noire facette de l'orgueil démesuré d'un Docteur Jekyll pitoyable pouvant à tout moment se métamorphoser en un Misteur Hyde imprévisible.
    A lire car toujours d'actualité!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par SevenRed, le 28 juillet 2013

    SevenRed
    → 2,95/5 (Assez bien +)

    L'Homme invisible de Herbert George Wells est un assez bon livre, même si j'en attendais plus de mystère, moins de longueurs.

    L'histoire s'entame dans la petite ville d'Iping où débarque un étranger emmitouflé de tissus et bandages. Ce type curieux vit en solitaire et réalise des expériences, fait des recherches.

    Un peu avant la moitié du livre, il révèle son identité aux aubergistes, suite à un vol dont on le soupçonne. Aucun suspens, c'était de toute façon logique et évident. Il déclenche alors une panique générale qui très vite se répandra dans le pays. On apprendra plus tard qu'il s'appelle Griffin. Cet est inconnu est irascible, colérique. Au long du livre, il nous est peint le portrait d'une descente vers le mal, le portrait d'un homme de plus en plus fou, inquiétant et dangereux. Lors de la dernière scène où il est présent, j'ai éprouvé beaucoup de peine pour lui, sans vraiment comprendre pourquoi.

    Bref l'intrigue est remplie d'actions, de courses poursuites, de délits, crimes... C'est entraînant mais répétitif. Ce livre m'a paru très court, comme s'il faisait cent pages ! J'aurais aimé que ce soit plus développé, que ça dure un peu plus mais de manière plus "active" moins "endormie". Par rapport aux notes d'humour, c'est comme si ça ne me concernait pas, c'est passé très largement au-dessus de moi. Ou au-dessus, plutôt.

    Quand Griffin, L'Homme invisible nous livre l'aventure de sa vie, pourquoi il est devenu invisible, comment, l'histoire est moins molle et se bouge un peu plus. J'espérais apprendre des choses en physique. Je suis désappointée, parce que je n'ai pas compris grand-chose et que je ressors sans connaissances nouvelles. Tant pis, il fallait s'y attendre. Je n'ai pas ressenti d'attachement pour les protagonistes, vraiment rien ; surtout car ils changent régulièrement. le seul permanent est Griffin et Kemp est celui qu'on verra toute la deuxième partie.

    le style de l'écrivain, en revanche, m'a assez plu, il est fluide et simple. Rien à noter de particulier cependant. H. G. Wells a écrit de façon à nous mener au bout de l'intrigue, c'est tout. J'avoue que la trahison de Kemp était plus que prévisible. Que L'Homme invisible ait tellement penché vers le mal qu'il veuille instaurer un règne de la terreur également. Il souhaite obliger les gens à agir selon son gré, il le confie au docteur Kemp à qui il racontera son histoire entièrement, par voie orale mais aussi dans la lettre qui annonce à Kemp qu'il va le tuer pour sa trahison.

    Je ne sais pas quand a été rédigée cette oeuvre, pourtant je suppose qu'elle a été publiée pour donner un point de vue sur les maux de la société à l'époque, dénoncer quelques choses choses diaboliques. J'ai vraiment l'impression qu'il y a un message derrière ce roman. Après tout, je me trompe peut-être, car chacun a sa manière de juger un livre et chacun l'interprète comme bon lui semble ! ^^

    Quelques points négatifs à nouveau. A part ceux énoncés auparavant, il y a un manque d'émotions et de sentiments, ça... aplatit (on va dire ça comme ça hein :P) l'histoire. La tension monte un peu à la fin, or le reste du livre c'est presque, presque paisible. Puis j'étais perdue dans les lieux. Je suis juste que ça a commencé à Iping, la suite m'a totalement échappée. La trame narrative quant à elle est basique. J'attendais quelque chose de plus grandiose, plus exploité sur la psychologie des personnages, plus étalé sur la science. Il me manque tout ça.

    Pour conclure, si l'on passe outre les faits déplaisants de ce bouquin, ce n'est pas une mauvaise lecture. Ce n'en est pas vraiment une bonne non plus. C'est plutôt médiocre, moyennement satisfaisant, bof bof, couci couça, etc. :) Ca se lit vite, c'est intriguant au début, simplement manque d'un peu d'énergie.

    Heureusement que j'ai téléchargé le livre gratuitement sur Kindle PC puisque même si cette lecture n'était pas désagréable, j'aurais regretté de l'avoir achetée. (Je préfère privilégier les achats qui à coup sûr me plairont.) Une fois ma chronique terminée je vais aller en quête de celles d'autres personnes, pour voir si je suis la seul à proposer un tel compte rendu.
    Voici maintenant deux extraits :
    "Réaliser cela, ce serait dépasser la magie. J'apercevais déjà, dégagé des ténèbres du doute, le tableau magnifique de tout ce que l'invisible pouvait représenter pour un homme : le mystère, le pouvoir, la liberté."
    "Je n'avais jamais songé à cela auparavant : le nez est pour l'esprit d'un chien ce que l'oeil est pour l'esprit d'un homme qui voit clair. Les chiens perçoivent l'odeur d'un passant comme les humains perçoivent sa forme."


    Ainsi, je ne déconseille pas L'Homme invisible, je ne la conseille pas spécialement non plus. Si vous avez un trou d'emploi du temps, téléchargez-le en ebook, ce ne sera pas une perte et peut-être que vous serez formidablement content de votre téléchargement ! ;)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par SevenRed, le 28 juillet 2013

    SevenRed
    → 2,95/5 (Assez bien +)

    L'Homme invisible de Herbert George Wells est un assez bon livre, même si j'en attendais plus de mystère, moins de longueurs.

    L'histoire s'entame dans la petite ville d'Iping où débarque un étranger emmitouflé de tissus et bandages. Ce type curieux vit en solitaire et réalise des expériences, fait des recherches.

    Un peu avant la moitié du livre, il révèle son identité aux aubergistes, suite à un vol dont on le soupçonne. Aucun suspens, c'était de toute façon logique et évident. Il déclenche alors une panique générale qui très vite se répandra dans le pays. On apprendra plus tard qu'il s'appelle Griffin. Cet est inconnu est irascible, colérique. Au long du livre, il nous est peint le portrait d'une descente vers le mal, le portrait d'un homme de plus en plus fou, inquiétant et dangereux. Lors de la dernière scène où il est présent, j'ai éprouvé beaucoup de peine pour lui, sans vraiment comprendre pourquoi.

    Bref l'intrigue est remplie d'actions, de courses poursuites, de délits, crimes... C'est entraînant mais répétitif. Ce livre m'a paru très court, comme s'il faisait cent pages ! J'aurais aimé que ce soit plus développé, que ça dure un peu plus mais de manière plus "active" moins "endormie". Par rapport aux notes d'humour, c'est comme si ça ne me concernait pas, c'est passé très largement au-dessus de moi. Ou au-dessus, plutôt.

    Quand Griffin, L'Homme invisible nous livre l'aventure de sa vie, pourquoi il est devenu invisible, comment, l'histoire est moins molle et se bouge un peu plus. J'espérais apprendre des choses en physique. Je suis désappointée, parce que je n'ai pas compris grand-chose et que je ressors sans connaissances nouvelles. Tant pis, il fallait s'y attendre. Je n'ai pas ressenti d'attachement pour les protagonistes, vraiment rien ; surtout car ils changent régulièrement. le seul permanent est Griffin et Kemp est celui qu'on verra toute la deuxième partie.

    le style de l'écrivain, en revanche, m'a assez plu, il est fluide et simple. Rien à noter de particulier cependant. H. G. Wells a écrit de façon à nous mener au bout de l'intrigue, c'est tout. J'avoue que la trahison de Kemp était plus que prévisible. Que L'Homme invisible ait tellement penché vers le mal qu'il veuille instaurer un règne de la terreur également. Il souhaite obliger les gens à agir selon son gré, il le confie au docteur Kemp à qui il racontera son histoire entièrement, par voie orale mais aussi dans la lettre qui annonce à Kemp qu'il va le tuer pour sa trahison.

    Je ne sais pas quand a été rédigée cette oeuvre, pourtant je suppose qu'elle a été publiée pour donner un point de vue sur les maux de la société à l'époque, dénoncer quelques choses choses diaboliques. J'ai vraiment l'impression qu'il y a un message derrière ce roman. Après tout, je me trompe peut-être, car chacun a sa manière de juger un livre et chacun l'interprète comme bon lui semble ! ^^

    Quelques points négatifs à nouveau. A part ceux énoncés auparavant, il y a un manque d'émotions et de sentiments, ça... aplatit (on va dire ça comme ça hein :P) l'histoire. La tension monte un peu à la fin, or le reste du livre c'est presque, presque paisible. Puis j'étais perdue dans les lieux. Je suis juste que ça a commencé à Iping, la suite m'a totalement échappée. La trame narrative quant à elle est basique. J'attendais quelque chose de plus grandiose, plus exploité sur la psychologie des personnages, plus étalé sur la science. Il me manque tout ça.

    Pour conclure, si l'on passe outre les faits déplaisants de ce bouquin, ce n'est pas une mauvaise lecture. Ce n'en est pas vraiment une bonne non plus. C'est plutôt médiocre, moyennement satisfaisant, bof bof, couci couça, etc. :) Ca se lit vite, c'est intriguant au début, simplement manque d'un peu d'énergie.

    Heureusement que j'ai téléchargé le livre gratuitement sur Kindle PC puisque même si cette lecture n'était pas désagréable, j'aurais regretté de l'avoir achetée. (Je préfère privilégier les achats qui à coup sûr me plairont.) Une fois ma chronique terminée je vais aller en quête de celles d'autres personnes, pour voir si je suis la seul à proposer un tel compte rendu.
    Voici maintenant deux extraits :
    "Réaliser cela, ce serait dépasser la magie. J'apercevais déjà, dégagé des ténèbres du doute, le tableau magnifique de tout ce que l'invisible pouvait représenter pour un homme : le mystère, le pouvoir, la liberté."
    "Je n'avais jamais songé à cela auparavant : le nez est pour l'esprit d'un chien ce que l'oeil est pour l'esprit d'un homme qui voit clair. Les chiens perçoivent l'odeur d'un passant comme les humains perçoivent sa forme."


    Ainsi, je ne déconseille pas L'Homme invisible, je ne la conseille pas spécialement non plus. Si vous avez un trou d'emploi du temps, téléchargez-le en ebook, ce ne sera pas une perte et peut-être que vous serez formidablement content de votre téléchargement ! ;)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Kenehan, le 22 juin 2013

    Kenehan
    Un classique aussi incontournable que décevant !
    L'homme invisible est connu de tout le monde. Et pour cause, non seulement il a fait l'objet de nombreuses adaptations, il a été pensé et imaginé dans de nombreuses fictions et surtout, il reste un fantasme pour beaucoup !
    H.G Wells, célèbre surtout pour ses romans de Science Fiction (il est d'ailleurs un peu le pendant britannique de Jules Verne), nous présente une de ses créations : la formule de l'invisibilité !
    Cette formule apparemment miraculeuse et bien pratique s'avère en fait s'accompagner d'un lourd prix. En effet, Griffin, le savant ayant accouché de cette invention, a passé une bonne partie de sa vie à la concevoir et y a laissé une fortune. Voilà un début de facture bien salée ! Mais malheureusement, cette découverte va mettre à jour la nature profonde de Griffin qui deviendra petit à petit un délinquant puis un criminel jusqu'à qu'il soit finalement stoppé.
    C'est cette partie-là, sombre et pessimiste qui ne m'a pas fait adhérer à ce roman. Bien que cela soit récurrent dans ce genre d'œuvre de l'époque, ici, je ne l'ai pas apprécié. Après tout, si l'on regarde bien dans la littérature de Science Fiction de l'époque, toute expérience repoussant l'impossible se transforme en désastre : le Dr Frankenstein et sa créature, Jekyll et sa potion dissociant l'âme, Dorian Gray et son portrait, Griffin et son invisibilité... Presque à chaque fois, les protagonistes cèdent à leurs vices, sombre dans l'immoralité et le crime et atteignent un état de l'ordre de l'insupportable conduisant parfois à leur mort. Comme si repousser certaines limites (créer la vie à partir de la mort, devenir invisible, toucher à l'âme, ne pas subir les dégâts du temps et du vice...) ne pouvait conduire qu'à la perte de soi et à une terrible leçon et punition.
    Alors j'ai succombé aux attraits de Dorian Gray, j'ai adoré le récit de Frankenstein mais L'homme invisible, lui, ne m'a ni fasciné, ni enthousiasmé, ni rien apporté de bien agréable.
    Je reste content d'avoir lu ce roman qui fait partie des classiques et qui est à l'origine d'un mythe sans cesse ré-utilisé à l'instar de Dracula ou Frankenstein qui eux ont même été supplantés par les versions cinéma.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gill, le 19 juin 2012

    "L'homme invisible" est à la fois un roman réaliste et une étude sur le danger de la toute-puissance donnée à un homme qui n'a pas de frein moral.
    "L'homme invisible" marque un progrès très net dans la technique de Wells ; dans le docteur Moreau et dans "la machine à explorer le temps", les thèmes étaient originaux, mais les détails invraisemblables ; mais ici un effort a été fait pour nous montrer comment l'homme invisible serait au moins concevable....
    (extrait de "Magiciens et logiciens" d'André Maurois paru chez "Grasset" en 1935)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par nina2loin, le 21 janvier 2012

    Il saisit le gilet : le gilet se débattit; la chemise, s'en échappant, le laissa flasque et vide aux mains de l'agent.
    " Tenez-le bien! criait à tue-tête Jaffers.Si jamais il sort de ses habits!...
    - Tenez-le bien! " répétait chacun.
    Et tout le monde de se précipiter sur cette chemise blanche qui s'agitait et qui était maintenant tout ce que l'on pouvait voir de l'étranger.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par deriblek, le 02 avril 2014

    L'étranger arriva en février, par une matinée brumeuse, dans un tourbillon de vent et de neige. Il venait pédestrement, par la dune, de la station de Bramblehurst, portant de sa main couverte d'un gant épais, une petite valise noire.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 12 mars 2013

    Pour l'ambition, pour l'orgueil,de quel prix est une place où il ne vous est pas permis de vous montrer?

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 12 mars 2013

    "Je suis confondu! C'est incroyable!Alors, à un mille de distance,je pourrais voir un lapin à travers vous!Il n'y a pas un bout de votre personne qui soit visible,sauf..."
    Il scrutait attentivement l'espace vide en apparence.
    "N'avez-vous pas mangé récemment du pain et du fromage? demanda-t-il.
    -Oui,vous avez raison:cela ne s'est pas encore assimilé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (58)

Videos de H.G. Wells

>Ajouter une vidéo
Vidéo de H.G. Wells

"Ann Veronica" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.








Sur Amazon
à partir de :
4,77 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Homme invisible par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (714)

> voir plus

Quiz