AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.73 /5 (sur 1145 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 10/02/1939
Biographie :

Catherine Clément est une philosophe et femme de lettres française.

Née dans une famille mi-catholique, mi-juive, Catherine Clément passe une grande partie de son enfance sur les bords de la Loire avec sa grand-mère chrétienne, ce qu'elle raconte dans Maison mère (éditions Nil, 2006). La guerre l’a privée de ses grands-parents juifs, dénoncés, déportés et morts à Auschwitz en mai 1944.
Elle intègre l'École normale supérieure de jeunes filles (ENSJF) en 1959, école dite de Sèvres, mais installée boulevard Jourdan à Paris. Agrégée de philosophie à l’âge de 22 ans, la sévrienne devient ensuite l’assistante de Vladimir Jankélévitch à la Sorbonne à 24 ans : au grade d'assistante, qui n'existe plus, les jeunes enseignants dirigeaient les travaux pratiques.
Sa rencontre avec Claude Lévi-Strauss, qui l’invite à décrypter un mythe africain devant son séminaire en 1962, l’influence de manière décisive. A partir de 1959, elle suit le séminaire de Jacques Lacan, d'abord à l'hôpital Sainte-Anne, puis à l'École Normale Supérieure et à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et ce jusqu'à la fin. Membre de l'École freudienne à titre "profane", elle n'a jamais été psychanalyste.
Détachée au CNRS, elle prépare une thèse sur Le Paradis perdu, qu'elle termine, mais que l'état de santé de Vladimir Jankélévitch, à la fin de sa vie, ne lui permet pas de soutenir. Parallèlement, elle participe entre autres à des documentaires de télévision à l'ORTF, aux côtés de Josée Dayan et Charles Brabant. En 1976, après 12 ans d'enseignement supérieur, elle demande un congé, horrifiée des conditions de travail dans les amphithéâtres. Fin 1976, elle entre au quotidien Le Matin de Paris comme chef de rubrique culture.
En 1982, elle est nommée au ministère des Relations extérieures, à la tête de l'AFAA, chargée de la diffusion et de l'accueil de la culture française à l'étranger. Elle séjourne cinq années en Inde aux côtés de l'ambassadeur André Lewin, puis cinq ans en Autriche, et enfin trois ans au puis cinq ans en Autriche, et enfin trois ans au Sénégal (1996-1999).
A l'époque, quand elle part en Inde, elle a déjà publié cinq romans et huit essais. L'Inde lui inspire ses plus grands succès, Pour l'amour de l'Inde (Flammarion, 1993) et Le Voyage de Théo (Seuil, 1998), et ce pays ne cesse d'inspirer son travail. Elle est aujourd'hui par ailleurs membre du Forum franco-indien, organisme bilatéral officiel. Depuis 2002, elle prépare et dirige l'Université populaire du q
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Catherine Clément   (71)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jérémy Chaponneau, chargé de collection au département Philosophie, histoire et sciences humaines, vous propose un programme de lectures autour des voyages d'Henri Cartier-Bresson : « le Musée du peuple mexicain », Pedro Ramirez Vazquez, Vilo, 1968 https://c.bnf.fr/NKm « La Nuit de Tlateloco », Elena Poniatowska, Éditions CMDE, 2014 https://c.bnf.fr/NKp « Autobiographie ou Mes expériences de vérité », Gandhi, PUF, 1982 https://c.bnf.fr/NKs « Gandhi : la biographie illustrée », Kapoor Pramod, Chêne, 2017 https://c.bnf.fr/NKv « Gandhi, athlète de la liberté », Catherine Clément, Découvertes Gallimard, 2008 https://c.bnf.fr/NKy « Mahatma Gandhi », Romain Rolland, Stock, 1924 https://c.bnf.fr/NKB « Mahatma Gandhi : a biography », Bal Ram Nanda, Oxford India paperbacks, 1959 https://c.bnf.fr/NKE « Histoire de l'U.R.S.S. », Nicolas Werth, Que sais-je ?, 2020 https://c.bnf.fr/NKH « Staline », Oleg Khlevniuk, Gallimard, 2018 https://c.bnf.fr/NKK « U.R.S.S. », Jean Marabini, le Seuil, 1976 https://c.bnf.fr/NKN En savoir plus sur l'exposition Henri Cartier-Bresson. le Grand Jeu : https://www.bnf.fr/fr/agenda/henri-cartier-bresson

+ Lire la suite
Podcasts (12) Voir tous


Citations et extraits (129) Voir plus Ajouter une citation
Catherine Clément
Unhomosapiens   07 octobre 2017
Catherine Clément
Imposer une civilisation que l'on croit bonne à des gens dont on estime qu'ils n'en ont pas du tout, cela s'appelle toujours et encore, le colonialisme.

(L'atlas des empires - p 180)
Commenter  J’apprécie          380
fanfanouche24   08 avril 2018
Indu boy de Catherine Clément
Elle parlait en souriant. Indira donnait l'impression d'avoir l'éternité devant elle. Pas un regard sur sa montre, pas un geste impatient. Penser que cette toute petite dame gouvernait un milliard d'êtres humains flanquait immédiatement le vertige. (p. 10)
Commenter  J’apprécie          240
Neigeline   31 mai 2010
Le Voyage de Théo de Catherine Clément
Je ne suis pas de ceux qui veulent interdire aux voitures de rouler le samedi, mais je connais le sens du septième jour.

- Moi aussi. Il faut se reposer, voilà !

- Non, mon petit, reprit-il doucement. Le septième jour est celui du vide. Tu t'arrêtes enfin. Tu ne fais rien. Ensuite seulement tu peux recommencer à faire. Car si tu fais tout le temps, dis-moi, est-ce une vie ? Le septième jour n'est pas le repos, c'est la fête du silence. L'alternance entre le monde et toi. Un creux nécessaire.
Commenter  J’apprécie          230
Pecosa   02 juillet 2020
La Senora de Catherine Clément
Lus Ojus

Kontami la kunseja

ki si kamina in tus ojus

kuandu lus avris

la manyana

kuandu il sol

entra su aguda di luz

in tus suenyus



Clarisse Nicoïdski



(Extrait de Lus Ojus, las Manus, la Boca, poèmes écrits en judéo-espagnol. La traduction de ce fragment est l'œuvre de Haim Vidal Sephiha: Les Yeux: "Conte moi le conte/qui chemine en tes yeux/Quand tu les ouvres/Le matin/Quand le soleil/Met son aiguille de lumière/Dans tes songes.")
Commenter  J’apprécie          214
Neigeline   31 mai 2010
Le Voyage de Théo de Catherine Clément
Les séparations font toujours souffrir, mon grand. Elles creusent un vide à l'intérieur, et pour en comprendre les bienfaits, il faut du temps.

- Les bienfaits de la souffrance ? Et puis quoi encore ?

- Evidemment, c'est difficile à croire. Tu vas connaitre la tristesse et puis, un beau matin, le calme s'installera. Pour commencer, tu n'auras pas d'appétit, tu ne verras ni les arbres ni les fleurs jusqu'au jour où, sans savoir pourquoi, tu t'éveilleras remis à neuf. Tu regarderas autour de toi et tu t'apercevras que la vie continue et que, après avoir passé l'épreuve, tu es plus fort qu'avant.
Commenter  J’apprécie          201
fanfanouche24   09 avril 2018
Indu boy de Catherine Clément
Ses admirables lettres, ses lettres de rêveur éveillé. Si je ne les avais pas reçues, je crois que j'aurais détesté mon père héroïque. Mais il y avait dans ses lettres un envol romantique, une allure d'échassier perché sur une seule patte, une tendresse en attente, de quoi séduire une fille. (p. 52)
Commenter  J’apprécie          190
Apoapo   22 novembre 2022
La reine des cipayes de Catherine Clément
2. « Le plus fidèle disciple de Gandhi s'appelait Vallabhbhaï Patel, si fidèle qu'on l'appelait "l'homme oui-oui" de son leader. Emprisonné à de nombreuses reprises pour désobéissance civile et manifestations non violentes, Patel devint le bras droit de Nehru, et son surnom changea : il devint "l'homme de fer".

L'homme de fer était le fils d'un cipaye de Jhansi qui avait combattu sous les ordres de la Rani.

Nehru vénérait la mémoire de Lakshmi Baï. Après l'indépendance, des statues équestres apparurent dans les squares des villes de l'Inde centrale. Toutes des cavalières brandissant une épée, à Gwalior, à Agra, à Jhansi. Ces statues n'honorent pas seulement la Rani héroïque, mais aussi ses compagnes, Mandar et Kashi. » (p. 373)
Commenter  J’apprécie          20
Pecosa   02 juillet 2020
La Senora de Catherine Clément
Je me rappelle encore les paroles d'une ritournelle dans laquelle une barque de cannelle vogue sur une mer de lait. Cette chanson que Reyna aurait pu dédier à sa mère si celle-ci avait chanté, s'appelait "La Serena":



Si la mar era de leche

Los barquitos de canela

Yo me mancharia antera

Por salvar la mi bandiera



Si la mar era de leche

Yo ma me haria pexcador

Pexcaria las mis dolores

Con palavricas d'amor
Commenter  J’apprécie          170
Apoapo   22 novembre 2022
La reine des cipayes de Catherine Clément
1. « Ils aimaient leurs soldats, oui, ils les chérissaient. Et eux ?

Les cipayes se trouvaient bien traités, pour ça, rien à dire. Mais ce n'était plus pareil, enfin, pas tout à fait. Leurs officiers anglais étaient meilleurs dans le temps, partageant leur popote, épousant des Indiennes, vivant comme eux et avec eux. Maintenant, les maîtres étaient de petits jeunes venus pour faire fortune, des moins que rien qui n'aimaient pas le pays et qui mangeaient du gigot bouilli entre eux.

Il n'y avait toujours pas d'officier indien ; sous-officier, ça oui, mais officier, jamais. Les maîtres étaient les maîtres, les Sahibs ; leurs Mem-Sahibs, les madames venues d'Angleterre, étaient vraiment bizarres, habillées de laine au plus fort de la chaleur, dévorant de la viande de bœuf saignante à belles dents, dînant précieusement sur une nappe où couraient les cafards, se lavant peu, sentant terriblement mauvais.

Les cipayes commençaient à appeler peaux-jaunes leurs jeunes maîtres à cause des quantités d'alcool qu'ils absorbaient. Leurs maîtres au teint curcuma et à l'air satisfait, des gens cupides, intéressés, ah ! Non, ce n'était plus pareil. » (pp. 178-179)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Luniver   12 février 2013
Promenade avec les dieux de l'Inde de Catherine Clément
Sur les 950 films par an produits par l'Inde – c'est la plus grosse production mondiale de films –, nombre de dieux apparaissent dans ce genre extravagant que sont les hindi movies, qui durent quatre à cinq heures avec entracte, enchaînent la tragédie, l'épopée, la comédie musicale, le mélo, la farce, le drame romantique, et se terminent souvent par une fin nostalgique. Jamais les dieux n'y sont adaptés textuellement, comme il peut nous arriver de le faire en Occident. Certes, le genre péplum s'écarte des textes antiques, mais ils les respectent, ils ne les mélangent pas. Au contraire, le cinéma indien est animé d'un total irrespect des mythes, parfois joyeusement mélangés à des intrigues contemporaines. Pourquoi ? Simplement, les mythes vivent en Inde alors que chez nous, ils sont morts.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le quai de Ouistreham

Qui est l'auteur ?

Alice Ferney
Jim Jarmush
Florence Aubenas

4 questions
32 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur