AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782738212986
502 pages
Editions de la Seine (30/04/2000)
3.92/5   148 notes
Résumé :
1947.
Le dernier des vice-rois des Indes britanniques, Lord Mountbatten, est intronisé à New-Delhi. Lady Edwina, sa femme, est l'une des grandes dames de l'aristocratie anglaise, l'une des plus libertines, et sans doute la plus émancipée. Leur interlocuteur privilégié, le pandit Nehru, vient d'être libéré de sa prison. Bientôt, il deviendra le Premier ministre de l'Inde libre. Tout semble opposer Edwina et Nehru et pourtant, entre l'Indien rebelle à l'Anglete... >Voir plus
Que lire après Pour l'amour de l'IndeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 148 notes
5
7 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
1 avis
Un livre acheté il y a quelques années suite à une émission radiophonique que j'avais trouvée intéressante.
Et depuis, il attend dans une pile. Parce que quand même, 534 pages sur l'indépendance de l'Inde entre 1944 et 1948… il faut se lancer.
Ne connaissant pas particulièrement l'Inde et étant loin d'être férue d'Histoire, j'ai commencé craintivement et suis ressortie éblouie.
Pendant quatre jours de lecture, aux côtés de Gandhi, de Nehru, de Lord Mountbatten et de son épouse Edwina, je me suis immergée dans cette histoire d'espoir et de sang.
Il fallait vraiment le talent incroyable de Catherine Clément pour réussir à faire un roman historique fabuleux de cette période où rien n'est épargné à l'Inde.
Il fallait aussi tout son amour pour ce pays, qu'elle a si bien su communiquer.
C'est complètement historique sans jamais être lassant
C'est humain et romancé de par les relations entre les époux vice-royaux, de part la relation entre Nehru et la vice-reine.
Un vrai sans faute pour ce superbe roman.
Je viens d'aller faire un tour sur internet, et ce qui ne gâche rien, c'est que Nehru et le couple Mountbatten étaient très beaux.
Ah ! Je crois que j'aurai du mal à m'en remettre !
Commenter  J’apprécie          272
Pour l'amour de l'Inde se déroule principalement entre le 10 février 1944 et le 27 août 1979, mais tout particulièrement entre le 27 mars 1947 et le 21 juin 1948, cette période si cruciale de l'histoire de l'Inde, qui englobe la mise en place du processus final qui a mené à l'indépendance du pays ainsi que la première année (ou quasiment) d'indépendance, jusqu'au départ officiel des Anglais, représentés par Louis Mountbatten.

On y retrouve donc les principaux protagonistes de ces moments historiques : le Mahatma Gandhi, bien sûr, Nehru, qui sera le premier Premier Ministre de l'Inde indépendante, Lord Mountbatten, désigné vice-roi pour ces derniers temps de l'Inde anglaise, Edwina, sa femme, et Mohamed Jinnah, le leader musulman qui a obtenu, sur le territoire de l'Inde, la création d'un état indépendant pour les musulmans : le Pakistan.

Le livre de Catherine Clément relate d'ailleurs longuement cet événement spécifique, qui est connu sous le nom de Partition, où des millions de musulmans indiens sont partis s'établir dans l'état nouvellement créé, alors que des millions d'Indiens hindous qui y vivaient depuis des générations faisaient à leur tour le chemin en sens inverse.

Cet exode à double sens a jeté sur les routes et les rails de l'Inde des millions de gens, à pied, en charrette, en voiture, en camion, en train, emmenant avec eux les quelques biens qu'ils pouvaient transporter, mais aussi les moutons, chèvres et vaches qu'ils ne pouvaient laisser derrière eux.

Les convois de ces deux communautés, brûlant d'une haine religieuse intense, se massacraient mutuellement horriblement lorsqu'ils se croisaient.

L'épisode sanglant de la Partition a ainsi fait plus d'un demi-million de morts, entre le 16 août 1947 (l'indépendance avait été proclamée le 14 août, à minuit) et novembre 1947, où les tensions commencèrent enfin à s'apaiser.

Mais des maison pillées, des bâtiments brûlés, des hommes mutilés, des femmes violées, des bébés arrachés au ventre de leur mère à coups de sabre, le décompte exact n'a jamais pu être fait, tant ils étaient nombreux.

Pour l'amour de l'Inde relate donc ces moments d'espoir, de doute, de bonheur, de terreur, d'horreur, de soulagement et, enfin, d'apaisement, par lesquels sont passés les Indiens en général et les protagonistes du livre en particulier.

Catherine Clément mêle de plus à son récit historique le récit des amours entre Nehru et Edwina Mountbatten.

Pour qui connaît bien l'histoire de l'Inde, ce livre présente peu d'intérêt, et la romance entre la Pandit et la femme du vice-roi est un peu mièvre et assez faiblarde (pour ceux qui auraient espéré lire un grand roman d'amour).

Ceux qui, en revanche, n'ont pas envie d'aborder cette période à travers des ouvrages historiques trop sérieux, trouveront dans la lecture de Pour l'amour de l'Inde une manière facile et relativement agréable de comprendre la transition entre l'Inde anglaise et l'émergence de l'Inde indépendante.

Ils pourront aussi utilement coupler cette lecture avec celle d'autres livres, tels Les enfants de minuit, de Salman Rushdie, ou le très beau Cette nuit la liberté de Dominique Lapierre et Larry Collins, qui eux aussi font le récit des ces moments bouleversants.

Commenter  J’apprécie          160
Je suis toujours heureuse de redécouvrir et d'approfondir l'histoire !
Avec ce roman c'est la douloureuse passation de pouvoir entre Nehru et le Vice roi de Indes qui représente la Grande Angleterre d'alors !
Catherine Clément nous entraîne fort bien dans cette contrée à la chaleur étouffante d'avant mousson où se joue la naissance du Pakistan .Nous assistons aux rêves de paix de Gandhi mais aussi à son assassinat !
Et puis pour la romantique que je suis je découvre cette incroyable histoire d'amour impossible partagée et vécue par intermittence entre Nehru et l'épouse de Lord Mountbaten .

Livre fort intéressant pour ceux qui aiment comprendre la marche du monde et qui décrit fort bien les espérances et désespérances de l'humanité !Rien de nouveau sous le soleil ....
Commenter  J’apprécie          150
Un livre absolument magnifique et passionnant qui nous plonge dans les méandres de l'accession de l'Inde à l'Indépendance, avec en toile de fond l'incroyable histoire d'amour entre Nehru et Lady Mountbatten. A compléter par "Cette nuit la liberté" de Larry Collins et D. Lapierre pour tout savoir sur l'indépendance et la partition des Indes Britanniques. Captivant !
Commenter  J’apprécie          150
Lady Edwina Mountbatten est l'épouse du vice-roi des Indes, Lord Mountbatten. C'est à lui que revient d'orchestrer la décolonisation de l'Inde. Il oeuvre avec Jawarharlal Nehru, le bras droit de Ghandi, pour que tout se passe sans heurt et sans haine. Entre Edwina et Nehru se noue un amour impossible. Elle appartient au passé de l'Inde. Nehru en est l'avenir prometteur.

Sur fond d'indépendance et de conflits religieux, ce double biopic (celui d'Edwina et celui de Nehru) très romancé se lit sans déplaisir. Il y a parfois des longueurs, des considérations dont on se demande où elles mènent. Les personnages sont très bien écrits, trop bien peut-être. C'est toujours un peu agaçant de tout connaître des protagonistes, pensées, envies, passé, actions, etc. le roman est tout de même un bel hommage à l'Inde, poétique et nostalgique.

Je me rappelle avoir placé le titre du livre dans une composition d'histoire sur la décolonisation et dans une composition de littérature sur la biographie en prépa. Et je me rappelle les trois points d'interrogation écarlates et soulignés (???) dont mes professeurs avaient maculé mes feuilles. Et moi de penser "Bandes d'ignares, il n'y a pas que Montherlant et Saint-Simon dans la vie!" Mais bon, j'aurais peut-être dû mieux lire Montherlant et Saint-Simon...
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Quand nous sortions de prison après des mois de solitude, nous nous jetions dans l'amour à corps perdu... un tourbillon, une ivresse à n'en plus finir! Combien de passion naquirent ainsi, entre deux emprisonnements sur les chemins de marches militantes... Nous nous enlancions, comme si nous allions mourir le lendemain, nos nuits ressemblaient aux éclairs et nos jours à la mousson, le grand vent des coeurs nous ployait à sa guise, et nous oubliions tout, les luttes, la vérité, l'indépendance et meme l'inde ! Après la prison nous étions craquelés comme la terre avant la mousson, nous mouriions de soif, nous avions besoin d'eau, l'eau vive des étreintes et des baisers... La vie, ma chérie, la vie était si puissante !
Commenter  J’apprécie          50
- [...] Mais, dites-moi, vous avez du voir des veuves ?

- Des veuves ? dit Edwina, surprise. Comment l'aurais-je su ? Je ne comprenais pas leur langue.

- Ce n'est pas difficile, elles portent des saris blancs.

- Et le deuil dure longtemps ?

- Toute leur vie, hélas ! murmura le vieil homme. Essayez de vous souvenir ...

- Je crois en effet avoir vu deux femmes en sari blanc. Une vieille et l'autre... Mais non, c'est impossible. L'autre n'avait pas quinze ans !

Gandhi soupira à fendre l'âme.

- Voilà ! C'est bien ce que je redoutais d'entendre ! Voyez-vous, Votre Excellence, c'est une affreuse coutume contre laquelle depuis des années je me bats : on marie des enfants, et si l'époux disparaît, la fille, si fraîche encore, portera toute sa vie le sari blanc et supportera le terrible fardeau du veuvage. Songez, pas de fêtes, pas de bijoux, pas d'épices, même pas de sel, une existence entière de malheur et de servitude...
Commenter  J’apprécie          20
Un vacarme éclata soudain ; des pétarades, des klaxons, un fourmillement de bruit et de fureur et, surmontant la rumeur, un cri unique : "Jai Hind !"

- Minuit, cette fois, murmura Edwina en se levant. L'Inde est née [...] !
Commenter  J’apprécie          90
Je ne veux ajouter une citation mais une critique, en fait. "Pour l'amour de l'Inde" commence de façon très historique et se poursuit de façon plus intime. Dans ce roman, l'amour consume à la fois ceux qui rêvent de construire un grand pays et ceux qui vivent l'aventure individuelle de la passion puis des liens profonds. Comme le dit Catherine Clément, les passages les plus beaux du livre ont des sources intimes. Ceux sont des extraits de lettres échangées par les principaux protagonistes. Merveilleux texte qui touche le plus profond de l'être.
Commenter  J’apprécie          30
Les grands envols des manteaux d'Arabie croisaient les uniformes austères des représentants soviétiques, les majestés frayaient avec les révolutionnaires, et les moines bouddhistes, en bures couleur prune , enroulés dans leurs écharpes jaunes , souriaient au matin clair, aux vautours, à la brume bleutée sur la ville.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Catherine Clément (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Clément
Jérémy Chaponneau, chargé de collection au département Philosophie, histoire et sciences humaines, vous propose un programme de lectures autour des voyages d'Henri Cartier-Bresson : « le Musée du peuple mexicain », Pedro Ramirez Vazquez, Vilo, 1968 https://c.bnf.fr/NKm « La Nuit de Tlateloco », Elena Poniatowska, Éditions CMDE, 2014 https://c.bnf.fr/NKp « Autobiographie ou Mes expériences de vérité », Gandhi, PUF, 1982 https://c.bnf.fr/NKs « Gandhi : la biographie illustrée », Kapoor Pramod, Chêne, 2017 https://c.bnf.fr/NKv « Gandhi, athlète de la liberté », Catherine Clément, Découvertes Gallimard, 2008 https://c.bnf.fr/NKy « Mahatma Gandhi », Romain Rolland, Stock, 1924 https://c.bnf.fr/NKB « Mahatma Gandhi : a biography », Bal Ram Nanda, Oxford India paperbacks, 1959 https://c.bnf.fr/NKE « Histoire de l'U.R.S.S. », Nicolas Werth, Que sais-je ?, 2020 https://c.bnf.fr/NKH « Staline », Oleg Khlevniuk, Gallimard, 2018 https://c.bnf.fr/NKK « U.R.S.S. », Jean Marabini, le Seuil, 1976 https://c.bnf.fr/NKN
En savoir plus sur l'exposition Henri Cartier-Bresson. le Grand Jeu : https://www.bnf.fr/fr/agenda/henri-cartier-bresson
+ Lire la suite
autres livres classés : indeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (358) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3101 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..