AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.67 /5 (sur 83 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dijon , le 27/09/1627
Mort(e) à : Paris , le 12/04/1704
Biographie :

Jacques-Bénigne Bossuet (surnommé parfois l'Aigle de Meaux) est un homme d'Église, Évêque de Meaux, prédicateur et écrivain français.

Issu d'une famille de parlementaires, il reçoit une éducation aux humanités classiques (latin, grec) chez les jésuites. À 15 ans, il est envoyé à Paris pour finir ses études. Il y étudie la philosophie et la théologie. Destiné au sacerdoce, il fréquente pourtant les mondains (Corneille) et écrits des poèmes.

En 1648, il est ordonné sous-diacre à Langres. Considéré comme un très grand orateur, il rompt dans ses "Sermons" avec les idées du siècle. Souvent appelé à Paris, il commence à s'y faire une grande réputation pour ses sermons et ses panégyriques de saints. Il prêche un Avent et un Carême devant la reine-mère et devant le roi, et opère parmi les protestants un grand nombre de conversions, parmi lesquelles on cite celles de Turenne et de sa nièce Mademoiselle de Duras, de Dangeau. C'est pour aider ces nouveaux catholiques qu'il rédige son "Exposition de la doctrine de l'Église" (1671).

En 1652, reçu docteur en théologie, il est ordonné prêtre à Metz et, dans le même temps, devient l'archidiacre de Sarrebourg, puis, en 1654, celui de Metz.

En 1670, il est consacré, avec l'assentiment du Pape, évêque de Condom (Gers). Il renonce à ce poste la même année pour devenir précepteur du Dauphin, Louis de France. Pendant cette époque, il prononce plusieurs "Oraisons funèbres" dans lesquelles il fait sentir avec ampleur et musicalité le néant des grandeurs humaines. Au nombre de dix, les oraisons funèbres de Bossuet sont réputées comme des chefs-d'œuvre d'éloquence, sans modèle depuis l'Antiquité.

Il est élu membre de l'Académie française en 1671.

En 1681, Bossuet écrit son "Discours sur l'histoire universelle". À la fin de l'éducation du Dauphin, en 1682, il est nommé évêque de Meaux et rédige la Déclaration des quatre articles de l'Assemblée du Clergé de France. Il soutient la politique religieuse de Louis XIV en luttant contre les protestants, les jansénistes et le quiétisme.

Bossuet meurt de la maladie de la pierre (calculs rénaux) en 1704.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Parmi les écrivains les plus illustres du XVIIe siècle, Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, Bossuet, Boileau, Mme de Sévigné, Mme de Lafayette, figure La Bruyère. Avec Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle, il a tendu au public de son époque un miroir qui nous reflète toujours. Bien des comportements de la société de Louis XIV ressemblent aux nôtres. Les temps changent, pas le fond des hommes. Jean-Michel Delacomptée explore ce miroir et ce que ses reflets disent de nous. De La Bruyère lui-même, on sait fort peu de choses. Quels milieux fréquentait-il ? Était-il misanthrope, misogyne ? A-t-il aimé ? Était-ce un orgueil blessé ? Quelle était la morale de cet auteur si grave et pourtant si drôle ? Jean-Michel Delacomptée brosse le portrait captivant de ce classique de notre littérature. Il ouvre ainsi une porte dérobée dans les Caractères, dont il rappelle avec force l?intemporelle grandeur.

+ Lire la suite

Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   30 novembre 2016
Méditation sur la brièveté de la vie/ Panégyriques/ Sermons/ Oraisons funèbres/ Discours sur l'histoire universelle de Jacques-Bénigne Bossuet
Je n'ignore pas, Chrétiens, que la science ne soit un présent du ciel, et qu'elle n'apporte au monde de grands avantages : je sais qu'elle est la lumière de l'entendement, le guide de la volonté, la nourrice de la vertu, l'amie de la vérité, la compagne de la sagesse, la mère des bons conseils ; en un mot, l'âme de l'esprit, et la maîtresse de la vie humaine. Mais comme il est naturel à l'homme de corrompre les meilleures choses, cette science, qui a mérité de si grands éloges, se gâte le plus souvent en nos mains par l'usage que nous en faisons.



PANÉGYRIQUE DE SAINTE CATHERINE.
Commenter  J’apprécie          662
Nastasia-B   17 novembre 2016
Sermon sur la Mort et autres Sermons de Jacques-Bénigne Bossuet
C'est bien peu de chose que l'homme, et tout ce qui a fin est bien peu de chose. Le temps viendra où cet homme qui nous semblait si grand ne sera plus, où il sera comme l'enfant qui est encore à naître, où il ne sera rien. Si longtemps qu'on soit au monde, y serait-on mille ans, il en faut venir là. Il n'y a que le temps de ma vie qui me fait différent de ce qui ne fut jamais : cette différence est bien petite, puisqu'à la fin je serai encore confondu avec ce qui n'est point, et qu'arrivera le jour où il ne paraîtra pas seulement que j'aie été, et où peu m'importera combien de temps j'aie été, puisque je ne serai plus. J'entre dans la vie avec la loi d'en sortir, je viens faire mon personnage, je viens me montrer comme les autres ; après, il faudra disparaître. J'en vois passer devant moi, d'autres me verront passer ; ceux-là mêmes donneront à leurs successeurs le même spectacle ; et tous enfin se viendront confondre dans le néant.

Ma vie est de quatre-vingts ans tout au plus ; prenons-en cent : qu'il y a eu de temps où je n'étais pas ! qu'il y en a où je ne serai point ! et que j'occupe peu de place dans ce grand abîme de temps ! Je ne suis rien ; ce petit intervalle n'est pas capable de me distinguer du néant où il faut que j'aille. Je ne suis venu que pour faire nombre, encore n'avait-on que faire de moi ; et la comédie ne se serait pas moins bien jouée, quand je serais demeuré derrière le théâtre. Ma partie est bien petite en ce monde, et si peu considérable que, quand je regarde de près, il me semble que c'est un songe de me voir ici, et que tout ce que je vois ne sont que de vains simulacres.



Méditation sur la brièveté de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
Jacques-Bénigne Bossuet
Fifrildi   02 juillet 2019
Jacques-Bénigne Bossuet
L'imagination aide beaucoup l'intelligence.
Commenter  J’apprécie          583
Jacques-Bénigne Bossuet
fredho   23 juin 2014
Jacques-Bénigne Bossuet
Le bonheur humain est composé de tant de pièces, qu'il en manque toujours.
Commenter  J’apprécie          500
Nastasia-B   18 février 2017
Bossuet : Oeuvres de Jacques-Bénigne Bossuet
" Le monde se réjouira, " dit le Fils de Dieu ; " et vous, mes disciples, vous serez tristes. " Qu'est-ce à dire ceci, Chrétiens ? Le monde, les amateurs de biens périssables, les ennemis de Dieu seront dans la joie : encore ce désordre est-il supportable ; mais vous, ô justes, ô enfants de Dieu, vous serez dans l'affliction et dans la tristesse ! C'est ici que le libertinage que l'innocence ainsi opprimée rend un témoignage certain contre la providence divine, et fait voir que les affaires humaines vont au hasard et à l'aventure.



SERMON SUR LA PROVIDENCE.
Commenter  J’apprécie          452
Nastasia-B   21 décembre 2018
Méditations sur la brièveté de la vie et autres sermons de Jacques-Bénigne Bossuet
C'est une entreprise hardie que d'aller dire aux hommes qu'ils sont peu de chose. Chacun est jaloux de ce qu'il est, et on aime mieux être aveugle que de connaître son faible ; surtout les grandes fortunes veulent être traitées délicatement ; elles ne prennent pas plaisir qu'on remarque leur défaut : elles veulent que, si on le voit, du moins on le cache. Et toutefois, grâce à la mort, nous en pouvons parler avec liberté. Il n'est rien de si grand dans le monde qui ne reconnaisse en soi-même beaucoup de bassesse, à le considérer par cet endroit-là.



SERMON SUR LA MORT, Premier point.
Commenter  J’apprécie          442
Jacques-Bénigne Bossuet
moravia   30 mars 2019
Jacques-Bénigne Bossuet
Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.
Commenter  J’apprécie          445
Nastasia-B   01 décembre 2018
Oraisons funèbres de Jacques-Bénigne Bossuet
Quoique Dieu et la nature aient fait tous les hommes égaux en les formant d'une même boue, la vanité humaine ne peut souffrir cette égalité, ni s'accommoder à la loi qui nous a été imposée de les regarder tous comme nos semblables. De là naissent ces grands efforts que nous faisons tous pour nous séparer du commun et nous mettre en un rang plus haut, par les charges ou par les emplois, par le crédit ou par les richesses.



Oraison funèbre de Henri de Gornay.
Commenter  J’apprécie          411
Jacques-Bénigne Bossuet
gouelan   28 février 2019
Jacques-Bénigne Bossuet
L'hérétique est celui qui a des idées personnelles.
Commenter  J’apprécie          401
Nastasia-B   14 novembre 2016
Bossuet : Oeuvres de Jacques-Bénigne Bossuet
Je ne suis venu que pour faire nombre, encore n’avait-on que faire de moi ; et la comédie ne se serait pas moins bien jouée, quand je serais demeuré derrière le théâtre.



Méditation sur la brièveté de la vie.
Commenter  J’apprécie          361

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jacques-Bénigne Bossuet (173)Voir plus


Quiz Voir plus

L'évangile oublié de Jacobovici & Wilson : culture générale

Le temple d’Artémis

Se trouve à Éphèse
Est l’une des Sept Merveilles du monde
Réponse 1 et 2
Aucune de ces réponses

25 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : jésus christ , religion , histoireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..