AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 450 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Argenteuil, Val d'Oise , le 31/08/1970
Biographie :

Stéphane Carlier est un écrivain français.

Il est le fils aîné de Guy Carlier et le frère de Raphaël Carlier dit "Carlito".

Après une hypokhâgne et une maîtrise d’Histoire, il a d'abord été pigiste dans diverses rédactions parisiennes (France-Soir, Gala, L'Express).

En 1996, il entre au ministère des Affaires étrangères qui l’affecte aux États-Unis, où il passe dix ans (New York, Los Angeles, Palm Springs) puis en Inde, à New Delhi. Après quoi, il passe trois ans à Lisbonne avant de revenir en France, en Bourgogne.

Afin que son patronyme n'influence pas les éditeurs, il a signé son premier roman Antoine Jasper et l'a envoyé par la poste, depuis Los Angeles, où il vivait à l'époque.

A noter qu'il a procédé de la même manière en 2018 pour son sixième roman, "Le Chien de Madame Halberstadt". Il l'a envoyé aux éditeurs par la poste, sous le nom de Baptiste Roy. Quatre d'entre eux se sont montrés intéressés, dont le Tripode, avec qui Stéphane voulait travailler depuis sa découverte de Goliarda Sapienza.

Son plus gros succès à ce jour (mars 2019) est "Les Perles noires de Jackie O" dont les droits ont été optionnés par le cinéma (comme ceux de "Les gens sont les gens"), le livre à peine sorti.


+ Voir plus
Source : www.cherche-midi.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Deuxième partie de notre rencontre avec Stéphane Carlier pour la sortie de "Les perles noires de Jackie O."


Citations et extraits (93) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   31 juillet 2019
Amuse-bouche de Stéphane Carlier
Il avait lui aussi un problème d’odeur corporelle, mais différent de celui de Mlle Gouix. La sienne variait sensiblement au cours de la journée. On attaquait sur une note classique de renfermé(dortoir de classe de neige) pour évoluer vers quelque chose de plus animal (bouc par temps de pluie) et finir en beauté, à partir de 16 heures, sur un bouquet de senteurs généralement en rapport avec la pourriture (mulot décédé dans un coin de cave, tennis d’ado portée sans chaussette en été, cocotte-minute contenant du chou-fleur ouverte au bout de plusieurs semaines).
Commenter  J’apprécie          4128
noor   04 décembre 2013
Les gens sont les gens de Stéphane Carlier
C'était loin d'être une intellectuelle. On lui disait "Homère" et elle pensait "Simpson".
Commenter  J’apprécie          361
Ladybirdy   12 septembre 2019
Grand amour de Stéphane Carlier
C’est important, les rêves. Les gens prennent la vie au sérieux, ses contingences, qui les écrasent, qui les enfoncent. Et ils se trompent. Ils se retrouvent tout cabossés à quarante ans… Ce sont nos rêves qu’il faut prendre au sérieux. Nos rêves les plus fous. Eux seuls doivent nous guider.
Commenter  J’apprécie          324
Ladybirdy   01 août 2019
Amuse-bouche de Stéphane Carlier
« Bon, Sabine, je vais vous charger d’une mission très…

–Je m’appelle Sabrine.

–Pardon ?

–Je m’appelle Sabrine, pas Sabine. »

Philippe s’arrêta.

« Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

–C’est pas une histoire, c’est mon nom.

–Depuis quand ?

–Bah, depuis que je suis née.

–Et vous avez attendu tout ce temps pour me le dire ?

–C’est-à-dire que je n’ai jamais eu l’occasion de vous corriger. Vous ne m’appelez jamais par mon prénom. En général, vous ne m’appelez pas. »

Rigaud tombait des nues. Bien sûr qu’il l’appelait par son prénom. Il appelait toujours ses secrétaires par leur prénom… Sabrine, ça n’avait aucun sens, un peu comme s’il lui annonçait qu’il s’appelait Philippre. Sans compter que la pauvre fille avait déjà un patronyme qui ressemblait à un cri de cochon…
Commenter  J’apprécie          307
iris29   30 mai 2016
Les perles noires de Jackie O. de Stéphane Carlier
Vivants nous oublions l'essentiel . Qu'il faut , tous les jours ,penser à la mort et aimer ceux que l'on aime .
Commenter  J’apprécie          310
Ladybirdy   31 mai 2019
Le chien de Madame Halberstadt de Stéphane Carlier
- Vous verrez, les animaux, ça change la vie.

C’était exactement ce que je craignais.
Commenter  J’apprécie          270
iris29   29 mai 2016
Les perles noires de Jackie O. de Stéphane Carlier
- Vous mangez?

- Non, je fais une réussite.

- Vous mangez énormément .

- Toutes les deux heures . Comme Usain Bolt.
Commenter  J’apprécie          250
Ladybirdy   31 juillet 2019
Amuse-bouche de Stéphane Carlier
Quelques mois plus tôt, elle avait collé sur les enveloppes des 282 exemplaires du rapport annuel de l’inspection générale des étiquettes d’adressage sur lesquelles un bug de l’imprimante faisait apparaître l’acronyme du bureau international du travail (BIT) au début de chaque ligne. Ce qui donnait :



BITSon Excellence M. Jean-Noel Lapoya

BITAmbassade de France aux Etats-Unis

BIT4161 Reservoir Road, NW



Oui, elle s’en était aperçue. Tout de suite, avant même de coller sa première étiquette. Seulement, elle n’avait pas eu envie de « se retaper » les 282 étiquettes. Et puis elle ne voyait pas où était le problème puisqu’on arrivait malgré tout à « comprendre pour qui c’est».

Philippe, lui, vit très bien où était le problème.
Commenter  J’apprécie          237
Ladybirdy   31 mai 2019
Le chien de Madame Halberstadt de Stéphane Carlier
–Il a l’air en forme pour douze ans… Comment il s’appelle ?

Trou. Black-out. Hiver islandais. Impossible de me rappeler le nom de ce chien que j’avais dû entendre deux fois dans la bouche de Mme Halberstadt. Je me souvenais qu’il commençait par C et ressemblait à courgette, mais rien de plus. Un maître hésite rarement quand on lui demande le nom de son chien et comme je voulais qu’elle pense qu’il m’appartenait, j’ai répondu :

–Courgette.

–Courgette ?

–Oui.
Commenter  J’apprécie          232
iris29   30 mai 2016
Les perles noires de Jackie O. de Stéphane Carlier
Son trou à rat, son boulot de merde , attendre le métro sur un quai qui sent l'urine, découper des bons de déduction dans le journal du dimanche, les fissures, les fuites, les cafards , tout ce froid, toute cette crasse, l'Amérique peut les garder...
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

À en perdre son latin !! 🙃 🐇

Bella matribus detestata :

(on peut ne pas) détester sa belle-mère
la guerre dont les mères ont horreur

12 questions
41 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , latin , Faux amis , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..