AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.01 /5 (sur 470 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 24/08/1962
Biographie :

Sophie Fontanel est une journaliste et écrivaine française.

Journaliste pour la presse écrite, elle collabore à plusieurs quotidiens nationaux, "Le Matin de Paris", "Le Monde", "Libération", avant d'occuper le poste de rédactrice en chef adjointe de "Cosmopolitan". Elle travaille ensuite comme grand reporter pour le magazine "Elle" après avoir été animatrice pendant trois ans à Canal+.

Brièvement directrice de la mode de "Elle", elle quitte ce journal le 1er avril 2015 et travaille à l'Obs où elle publie chaque semaine sa chronique "La Mode pour tous".

En 1995, elle publie "Sacré Paul", son premier roman chez NiL éditions (prix du premier roman 1995). Son séjour à Canal+ lui inspirera le sujet de son deuxième roman: "Le plus jeune métier du monde" (1999).

Elle est auteur de nombreux romans dont l’"Envie" (2011), récit de son expérience prolongée du no sex, vendu à 150 000 exemplaires. Sophie Fontanel a romancé sa métamorphose capillaire dans un livre intitulé "Une apparition" (2017).

instagram : https://www.instagram.com/sophiefontanel/?hl=fr
+ Voir plus
Source : http://www.rue-des-livres.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/sophie-fontanel-nobelle-51607.html Pétillante, c?est l?un des termes qui pourrait définir Sophie Fontanel, passionnée aussi. Journaliste à l?Obs, elle fut longtemps chroniqueuse de mode pour le magazine Elle. Elle continue d?ailleurs à prodiguer des conseils sur les réseaux sociaux. Mais à côté de cette écriture journalistique, Sophie Fontanel est aussi romancière et sa propre vie a souvent été le prétexte de ses livres. « Grandir » sur la dépendance de sa mère, « L?amour dans la vie des gens » sur la désillusion sentimentale, « La vocation » d?après l?histoire de sa grand-mère, arménienne et couturière, qui lui aurait donné le goût de la mode. On se souvient aussi de « L?envie » sur l?abstinence sexuelle ou de « L?apparition » sur les cheveux blancs. Par l?originalité de son écriture et des sujets qu?elle aborde, qui s?imposent à elle comme elle aime à le dire, Sophie Fontanel tient une place à part dans la longue liste des auteurs français contemporains qui comptent. Avec « Nobelle », son nouveau titre, il y a aussi une part d?elle-même dans le portrait de l?enfant que Sophie Fontanel a imaginée même si elle se défend de raconter ici son histoire. Nous sommes en décembre 2019, une femme, Annette Comte, reçoit le prix Nobel de littérature. Pour remercier ses pairs, lors de son discours, elle choisit de raconter ce qui l?a amené à l?écriture. Et nous voilà entrainés à l?été 1972, dans une belle maison de vacances, à St Paul de Vence. La jeune Annette est là avec ses parents et son frère. Pendant que les grands restent des heures autour de la table à discuter et à refaire le monde en buvant du rosé, Annette découvre la vie, la nature, l?insouciance de son âge. Il y a aussi Magnus, qui a le même âge qu?elle et dont elle est secrètement amoureuse. Il y a ce romancier célèbre qui vit à deux pas de chez et qui fascine la gamine. Et puis il y a ce stylo et ce cahier qu?on lui a offert pour son anniversaire. A travers cette chronique d?un été, Sophie Fontanel évoque la difficulté de la création, la solitude de l?écriture, la douceur et la violence de l?enfance, l?incompréhension des adultes face à la précocité d?un talent, la place de la femme dans la littérature. Au-delà de la petite Annette, on s?attache à cette belle galerie de personnages, donc certains cachent leurs failles, dans la lumière provençale de cet été-là. Joliement mélancolique, le nouveau roman de Sophie Fontanel frappe au c?ur. « Nobelle », de Sophie Fontanel, est publié chez Robert Laffont.
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (133) Voir plus Ajouter une citation
FRANGA   19 juillet 2013
L'envie de Sophie Fontanel
A la radio, un médecin soulignait que plus un individu fait l'amour, meilleur il devient dans tous les domaines. Et moi j'éclatai de rire. Mon air railleur n'empêchait nullement cet homme de persévérer dans son catéchisme. Il rappelait que le corps humain est une mécanique, et la comparait, cette machine, au métro de Taipei, à Taiwan. Il y a des années de ça, un vice de fabrication avait concerné le béton des piliers soutenant ce métro aérien, fraîchement construit. Eh bien, sans passagers, ce métro avait fonctionné, jour et nuit, sans quoi il aurait rouillé. Selon ce médecin, une prophétie similaire planait sur le corps sexuel. Si on n'en faisait pas usage, il se dégradait.

On pouvait téléphoner à l'émission pour apporter un témoignage. J'avais composé le numéro. Plus rapidement que prévu, j'étais tombée sur un standardiste qui demandait ce que le sujet du jour m'inspirait. J'avais dit que j'étais révoltée... J'avais dit que les redoutables et ultramodernes conventions de notre époque étaient partout mais que, naïve, je m'étonnais de les trouver ici, dans une bonne émission de radio. J'avais démontré que ce n'était pas vrai, cette histoire que plus on fait l'amour, meilleur on devient. Par exemple, St François d'Assise, mère Téresa, le dalaÏ-lama, Bouddha ? Et que penser du compagnon qui fut des heures exaspérant et hostile, il a négligé votre dévouement, il vous a humiliée devant les autres, il a maudit votre souffle et il entend la nuit se réconcilier à bon compte ? On se rapproche de lui par la force des choses, en le haïssant. Est-ce bon pour la santé, ça ? J'avait dit : "Pourquoi donner à la vie sexuelle une valeur en tant que telle ? Il y a une multitude de dispositions intérieures, de circonstances extérieures. Ce qui rendrait meilleur, ce serait de ne rien croire aux propos canoniques de ce médecin." J'avais proposé : "Laissez aux gens le trésor qu'ils possèdent. Leur équilibre indéfinissable." Indéfinissable, j'avais appuyé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
luciolerouge   27 octobre 2010
Grandir de Sophie Fontanel
L'arbre que tu plantes dans ton jardin. Pour toi ce ne va être qu'une galère de tuteurs. Mais un jour, pour d'autres, l'acacia s'élèvera dans le ciel, où tu seras déjà, et il fera de l'ombre à ceux de ton sang, et toi tu n'en feras plus à personne. Tu ne seras que lumière pour ceux qui se souviennent. Une soirée d'été, quelqu'un de ta descendance sera là sous cet arbre, à humer la douceur. Ce petit-fils, cet arrière-petit-cousin, cette arrière-arrière-petite-nièce, qui que ce soit, il ne pensera plus à ses déceptions. Au contraire, il se sentira accueilli dans une plénitude, sous l'arbre muet la nuit. Alors il se dira: "D'où vient tout cet amour?" (page 145)
Commenter  J’apprécie          220
Ladybirdy   15 mars 2019
L'envie de Sophie Fontanel
Je découvrais que les hommes ont peu de personnes à qui ouvrir leur cœur. Qu’ils sont plus pauvres que nous. Leurs états d’âme, lorsqu’ils se les bouffent, leur font un bâillon.
Commenter  J’apprécie          210
brigittelascombe   30 septembre 2011
L'envie de Sophie Fontanel
Je ne sais pas si l'amour rend aveugle mais j'ai pu croire que la solitude rend clairvoyant.
Commenter  J’apprécie          180
Bazart   08 septembre 2019
Nobelle de Sophie Fontanel
Hélas, on ne peut s'ensorcer sans s'isoler. UNe femme ne le peut pas. D'ailleurs, un homme ne le peut davantage.C'est simplement qu'il s'en rend moins compte.
Commenter  J’apprécie          140
marysedepe81   03 février 2011
Grandir de Sophie Fontanel
C'est alors que, d'une voix où ne pointait aucune ironie, aucun dédain,aucun ascendant, aucune cruauté, elle me fit cette remarque : " je te demanderais de te jeter par la fenêtre, tu le ferais." On sait comment ça se passe, parfois on a l'instinct de tout prendre mal, c'est dans l'enfant en nous. Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu la force d'entendre qu'elle ne voulait pas m'agresser, qu'elle essayait de me dire autre chose, de constructif, quelque chose que je n'avais jamais voulu accueillir en moi. Et moi : " bien sûr que je le ferais, si tu me le demandais, ça voudrait dire qu'on serait au rez-de-chaussée...." J'eus son sourire céleste en hommage à ma maturité. Et je vis - je le jure- la paix tomber sur moi, la première main chaude de mon existence. La guerre que j'avais faite aux autres était terminée.
Commenter  J’apprécie          110
Theoma   07 janvier 2011
Grandir de Sophie Fontanel
Non. Ce n'est pas pareil. L'enfant, vois-tu, ton projet c'est de le sortir de la dépendance. C'est plus qu'un projet, c'est une mission. Et attends, c'est plus qu'une mission, c'est l'avenir. Un enfant, c'est quelqu'un qu'on rend indépendant. Il te quittera, pour vivre. Il a des chances de vivre, même s'il est malade, même s'il s'en sort mal. Tu peux y croire. Jusqu'au bout, tu peux penser que s'il guérit, il est sauvé, que s'il a son bac, il est sauvé, que s'il sait se lier, il est sauvé. Alors que ta maman, où tu l'emmènes ? L'indépendance à venir, ce sera la tienne. Jusqu'au bout c'est toi l'enfant que ta mère autonomise. C'est elle, la mère. Laisse-toi chambouler, parce que, mon amie, ce qu'elle est en train de parfaire, c'est ton éducation.
Commenter  J’apprécie          110
keisha   25 août 2010
Grandir de Sophie Fontanel




"Maintenant qu'elle oublie tant de choses, elle peut savourer les joies de l'improviste. Je dis que je viens, et puis je viens, mais elle, elle avait oublié que je venais, et pour un peu elle m'applaudirait. Chaque visite est un coup de foudre. Chaque personne, une rencontre nouvelle. Chaque biscuit salé, un met à tester. La manière dont une fleur s'ouvre: du jamais vu. La manière dont le soleil lui lèche les pieds : un miracle."(...) Bien sûr son insouciance ne vaut que par mes responsabilités accrues, c'est moi qui dois penser aux détails et à l'évidence, je l'accepte. Elle m'a fait ce cadeau quand j'étais enfant, de me délivrer du poids du quotidien. Les frites délicieuses arrivent par miracle."
Commenter  J’apprécie          110
Ladybirdy   15 mars 2019
L'envie de Sophie Fontanel
Je venais d’apprendre qu’une grande solitude sait toujours parler à une autre.
Commenter  J’apprécie          130
Ladybirdy   15 mars 2019
L'envie de Sophie Fontanel
Les talons étaient les indices décisifs de l’accessibilité des femmes, puisque, perchées, on ne peut pas partir en courant.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..