AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 112 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Douai , le 20/06/1786
Mort(e) à : Paris , le 23/07/1859
Biographie :

Marceline Desbordes-Valmore, cantatrice, comédienne, poète et femme de lettres, naît dans une famille de la petite bourgeoisie, ruinée par la Révolution.

Fin 1801, après un séjour à Rochefort et un autre à Bordeaux, la jeune fille et sa mère s'embarquent pour la Guadeloupe, île appartenant à la France depuis 1635, afin de chercher une aide financière chez un cousin aisé, installé là-bas.

Le voyage entrepris, qui devait être un nouveau départ devient un véritable calvaire. D'une part, la traversée en bateau, qui dure plus que prévu affaiblit les deux femmes, d'autre part, une épidémie de fièvre jaune se déclare en Guadeloupe et emporte, en mai 1803, la mère de la jeune fille. En outre, des troubles politiques agitent l'île et la situation du cousin ne se révèle pas aussi bonne qu'on le disait : l'aide qu'il apporte est donc bien maigre.

De retour en métropole près de son père à Douai, à seize ans elle devient comédienne, spécialisée dans les rôles d’ingénue, et cantatrice. Sa rencontre avec le compositeur belge Grétry lui permet de se produire à l'Opéra-Comique de Rouen en 1805. Au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles elle incarne Rosine dans le "Barbier de Séville".

Elle se produit à l’Odéon de Paris à partir de 1808 ou elle crée notamment des rôles de Pigault-Lebrun. Elle y rencontre Henri de Latouche qui sera son amant secret pendant 30 ans. Il lui donne un fils qui décède à l’âge de 5 ans en 1816.

En 1817 elle se marie avec un acteur peu reconnu, Prosper Lanchantin dit Valmore. Ils mèneront une vie d’errance, matériellement difficile et marquée par les deuils. Elle perd un bébé puis ses deux filles. Seul son dernier fils survit. Menant une carrière militaire il sera prisonnier pendant sept années.

En 1819, elle publie son premier recueil de vers, "Élégies, Marie et romances", que suivent "Élégies et Poésies nouvelles" (1825), "Poésies" (1830), "Les Pleurs" (1833), "Pauvres fleurs" (1839), "Bouquets et prières" (1843), et plusieurs recueils de contes et nouvelles en prose.

Ses poèmes son appréciés pour leur style, leur musicalité et l’émotion vraie qu’ils inspirent. Lamartine, Béranger, Vigny, Baudelaire, Verlaine et Hugo qui sera un ami fidèle, l’admirent. Une pension de 1500 francs et plusieurs prix académiques lui sont accordés.

Après avoir perdu quatre enfants, son frère et de nombreuses amies, elle s'éteint dans le désespoir le 23 juillet 1859 laissant un dernier recueil qui est publié à titre posthume
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission "Une Vie, une Œuvre », par Marie-Christine Navarro, diffusée le 9 mars 1995 sur France Culture. Invités : Marc Bertrand, Christine Planté, Patrick Laupin, Francis Ambriere, Monique Mestayer, Michèle Demarcy, Jocelyne Godard, Georges Emmanuel Clancier, Françoise Maligand et Georges Dottin.

Podcasts (8) Voir tous


Citations et extraits (148) Voir plus Ajouter une citation
Malaura   14 février 2012
Poésies de Marceline Desbordes-Valmore
Vous aviez mon cœur,

Moi, j’avais le vôtre :

Un cœur pour un cœur ;

Bonheur pour bonheur!

Le vôtre est rendu,

Je n’en ai plus d’autre,

Le vôtre est rendu,

Le mien est perdu!



La feuille et la fleur

Et le fruit lui-même,

La feuille et la fleur,

L’encens, la couleur :

Qu’en avez-vous fait,

Mon maître suprême ?

Qu’en avez-vous fait,

De ce doux bienfait ?



Savez-vous qu’un jour

L’homme est seul au monde ?

Savez-vous qu’un jour

Il revoit l’amour ?

Vous appellerez,

Sans qu’on vous réponde ;

Vous appellerez,

Et vous songerez !…



Vous viendrez rêvant

Sonner à ma porte;

Ami comme avant,

Vous viendrez rêvant.

Et l’on vous dira :

«Personne !… elle est morte.»

On vous le dira ;

Mais qui vous plaindra ?

Commenter  J’apprécie          650
Marceline Desbordes-Valmore
Piatka   10 juin 2015
Marceline Desbordes-Valmore
Dès qu'on l'a vu, son absence est affreuse ;

Dès qu'il revient, on tremble nuit et jour ;

Souvent enfin la mort est dans l'amour ;

Et cependant... oui, l'amour rend heureuse !



Extrait du poème L'AMOUR
Commenter  J’apprécie          560
Marceline Desbordes-Valmore
Piatka   17 juin 2014
Marceline Desbordes-Valmore
UN BILLET DE FEMME



Puisque c'est toi qui veux nouer encore

Notre lien,

Puisque c'est toi dont le regret m'implore,

Ecoute bien :



Les longs serments, rêves trempés de charmes,

Ecrits et lus,

Comme Dieu veut qu'ils soient payés de larmes,

N'en écris plus !



Puisque la plaine après l'ombre ou l'orage

Rit au soleil,

Séchons nos yeux et reprenons courage,

Le front vermeil.



Ta voix, c'est vrai ! Se lève encor chérie

Sur mon chemin ;

Mais ne dis plus : " A toujours ! " je t'en prie ;

Dis : " A demain ! "



Nos jours lointains glissés purs et suaves,

Nos jours en fleurs ;

Nos jours blessés dans l'anneau des esclaves,

Pesants de pleurs ;



De ces tableaux dont la raison soupire

Otons nos yeux,

Comme l'enfant qui s'oublie et respire,

La vue aux cieux !



Si c'est ainsi qu'une seconde vie

Peut se rouvrir,

Pour s'écouler sous une autre asservie,

Sans trop souffrir,



Par ce billet, parole de mon âme,

Qui va vers toi,

Ce soir, où veille et te rêve une femme,

Viens ! Et prends-moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
Marceline Desbordes-Valmore
Piatka   05 novembre 2013
Marceline Desbordes-Valmore
LES SÉPARÉS



N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.

Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.

J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,

Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.

N'écris pas !



N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.

Ne demande qu'à Dieu... qu'à toi, si je t'aimais !

Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,

c'est entendre le ciel sans y monter jamais.

N'écris pas !



N'écris pas. Je te crains ; j'ai peur de ma mémoire.

Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.

Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.

Une chère écriture est un portrait vivant.

N'écris pas !



N'écris pas ces doux mots que je n'ose plus lire :

Il semble que ta voix les répand sur mon coeur ;

Que je les vois brûler à travers ton sourire.

Il semble qu'un baiser les empreint sur mon coeur.

N'écris pas !
Commenter  J’apprécie          508
Marceline Desbordes-Valmore
Piatka   20 juin 2015
Marceline Desbordes-Valmore
L'IMPOSSIBLE



Qui me rendra ces jours où la vie a des ailes

Et vole, vole ainsi que l'alouette aux cieux,

Lorsque tant de clarté passe devant ses yeux,

Qu'elle tombe éblouie au fond des fleurs, de celles

Qui parfument son nid, son âme, son sommeil,

Et lustrent son plumage ardé par le soleil !



Ciel ! un de ces fils d'or pour ourdir ma journée,

Un débris de ce prisme aux brillantes couleurs !

Au fond de ces beaux jours et de ces belles fleurs,

Un rêve ! où je sois libre, enfant, à peine née,



Quand l'amour de ma mère était mon avenir,

Quand on ne mourait pas encor dans ma famille,

Quand tout vivait pour moi, vaine petite fille !

Quand vivre était le ciel, ou s'en ressouvenir,



Quand j'aimais sans savoir ce que j'aimais, quand l'âme

Me palpitait heureuse, et de quoi ? Je ne sais ;

Quand toute la nature était parfum et flamme,

Quand mes deux bras s'ouvraient devant ces jours... passés.

Commenter  J’apprécie          490
Marceline Desbordes-Valmore
sabine59   04 juin 2019
Marceline Desbordes-Valmore
Une ruelle de Flandre



Dans l'enclos d'un jardin gardé par l'innocence

J'ai vu naître vos fleurs avant votre naissance,

Beau jardin , si rempli d'oeillets et de lilas

Que de le regarder on n'était jamais las.



En me haussant au mur dans les bras de mon frère,

Que de fois j'ai passé mon bras par la barrière

Pour atteindre un rameau de ces calmes séjours

Qui souple s'avançait et s'enfuyait toujours!



Que de fois , suspendus aux frêles palissades,

Nous avons savouré leurs molles embrassades,

Quand nous allions chercher pour le repos du soir

Notre lait à la cense, et longtemps nous asseoir



Sous ces rideaux mouvants qui bordaient la ruelle,

Hélas! Qu'aux plaisirs purs la mémoire est fidèle !

Errant dans les parfums de tous ces arbres verts (...)



(" Poésies inédites")
Commenter  J’apprécie          473
Marceline Desbordes-Valmore
Piatka   05 août 2015
Marceline Desbordes-Valmore
LE SECRET



Dans la foule, Olivier, ne viens plus me surprendre ;

Sois là, mais sans parler, tâche de me l'apprendre :

Ta voix a des accents qui me font tressaillir !

Ne montre pas l'amour que je ne puis te rendre,

D'autres yeux que les tiens me regardent rougir.



Se chercher, s'entrevoir, n'est-ce pas tout se dire ?

Ne me demande plus, par un triste sourire,

Le bouquet qu'en dansant je garde malgré moi :

Il pèse sur mon coeur quand mon coeur le désire,

Et l'on voit dans mes yeux qu'il fut cueilli pour toi.



Lorsque je m'enfuirai, tiens-toi sur mon passage ;

Notre heure pour demain, les fleurs de mon corsage,

Je te donnerai tout avant la fin du jour :

Mais puisqu'on n'aime pas lorsque l'on est bien sage,

Prends garde à mon secret, car j'ai beaucoup d'amour !
Commenter  J’apprécie          422
Marceline Desbordes-Valmore
sabine59   21 février 2019
Marceline Desbordes-Valmore
J'étais à toi peut-être avant de t'avoir vu.

Ma vie, en se formant, fut promise à la tienne;

Ton nom m'en avertit par un trouble imprévu ,

Ton âme s'y cachait pour éveiller la mienne.(...)
Commenter  J’apprécie          430
Marceline Desbordes-Valmore
Piatka   12 août 2014
Marceline Desbordes-Valmore
LE SOIR



Seule avec toi dans ce bocage sombre ?

Qu'y ferions-nous ? à peine on peut s'y voir.

Nous sommes bien ! Peux-tu désirer l'ombre ?

Pour se perdre des yeux c'est bien assez du soir !

Auprès de toi j'adore la lumière,

Et quand tes doux regards ne brillent plus sur moi,

Dès que la nuit a voilé ta chaumière,

Je me retrouve, en fermant ma paupière,

Seule avec toi.



Sûr d'être aimé, quel voeu te trouble encore ?

Si près du mien, que désire ton coeur ?

Sans me parler ta tristesse m'implore :

Ce qu'on voit dans tes yeux n'est donc pas le bonheur ?

Quel vague objet tourmente ton envie ?

N'as-tu pas mon serment dans ton sein renfermé ?

Qui te rendra ta douce paix ravie ?

Dis ! Quel bonheur peut manquer à ta vie,

Sûr d'être aimé ?



Ne parle pas ! Je ne veux pas entendre :

Je crains tes yeux, ton silence, ta voix.

N'augmente pas une frayeur si tendre ;

hélas ! Je ne sais plus m'enfuir comme autrefois,

Je sens mon âme à la tienne attachée,

J'entends battre ton coeur qui m'appelle tout bas :

Heureuse, triste, et sur ton sein penchée,

Ah ! Si tu veux m'y retenir cachée,

Ne parle pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Piatka   03 décembre 2013
Poésies de Marceline Desbordes-Valmore
LA VOIX D'UN AMI



Si tu n'as pas perdu cette voix grave et tendre

Qui promenait mon âme au chemin des éclairs

Ou s'écoulait limpide avec les ruisseaux clairs,

Eveille un peu ta voix que je voudrais entendre.



Elle manque à ma peine, elle aiderait mes jours.

Dans leurs cent mille voix je ne l'ai pas trouvée.

Pareille à l'espérance en d'autres temps rêvée,

Ta voix ouvre une vie où l'on vivra toujours !



Souffle vers ma maison cette flamme sonore

Qui seule a su répondre aux larmes de mes yeux.

Inutile à la terre, approche-moi des cieux.

Si l'haleine est en toi, que je l'entende encore !



Elle manque à ma peine ; elle aiderait mes jours.

Dans leurs cent mille voix je ne l'ai pas trouvée.

Pareille à l'espérance en d'autres temps rêvée,

Ta voix ouvre une vie où l'on vivra toujours !
Commenter  J’apprécie          384

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Marceline Desbordes-Valmore (263)Voir plus


Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..