AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 175 notes)

Nationalité : Guatemala
Né(e) à : Ciudad Guatemala , le 19/10/1899
Mort(e) à : Madrid , le 9/06/1974
Biographie :

Miguel Angel Asturias est un poète, écrivain et diplomate guatémaltèque.

Romancier et conteur, il est le promoteur du réalisme magique, influencé à l'origine par le surréalisme, et alimenté par la mythologie indigène, la terre elle-même, le "tellurique", et la lutte des paysans contre le joug impérialiste.

Asturias poursuit des études de droit et participe à la lutte contre la dictature de Manuel Estrada Cabrera. Il passe sa thèse, voyage en Europe puis s’installe à Paris où il étudie à la Sorbonne où il est influencé par le surréaliste André Breton.

Dans ses romans et poèmes, qui lui valent le prix Lénine de la paix en 1966 et le prix Nobel de littérature en 1967, Asturias ne cesse de condamner l'impérialisme. Ses oeuvres principales sont, "Monsieur le Président" (1946), "Une certaine mulâtresse" (1963), "l'Ouragan" (1950), "Les Hommes de Maïs", "Le Pape Vert" et "Légendes du Guatemala".

Asturias reçoit le Prix Nobel de littérature en 1967 « pour son accomplissement littéraire éclatant, profondément enraciné dans son caractère national et dans les traditions des peuples Indiens d’Amérique latine ». Il est également traducteur des textes sacrés des Mayas.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jacqueline Duhême Une vie (extraits) conversation avec Jacqueline Duhême à la Maison des artistes de Nogent-sur-Marne le 8 février 2020 et où il est notamment question d'une mère libraire à Neuilly, de Jacques Prévert et de Henri Matisse, de Paul Eluard et de Grain d'aile, de Maurice Girodias et d'Henri Miller, de Maurice Druon et de Miguel-Angel Asturias, de dessins, de reportages dessinés et de crobards, d'Hélène Lazareff et du journal Elle, de Jacqueline Laurent et de Jacqueline Kennedy, de Marie Cardinale et de Lucien Bodard, de Charles de Gaulle et du voyage du pape en Terre Sainte, de "Tistou les pouces verts" et de "Ma vie en crobards", de Pierre Marchand et des éditions Gallimard, d'amour et de rencontres - "Ce que j'avais à faire, je l'ai fait de mon mieux. le reste est peu de chose." (Henri Matisse ). "Je ne sais en quel temps c'était, je confonds toujours l'enfance et l'Eden – comme je mêle la mort à la vie – un pont de douceur les relie." (Miguel Angel Asturias)

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
Miguel Angel Asturias
gouelan   15 juillet 2015
Miguel Angel Asturias
La terre se nourrit d'empreintes, le ciel se nourrit d'ailes.
Commenter  J’apprécie          380
Sachenka   19 juin 2018
Monsieur le Président de Miguel Angel Asturias
[...] l'argent ne respecte pas le sang!
Commenter  J’apprécie          170
coco4649   08 mai 2018
Messages indiens de Miguel Angel Asturias
Marimba jouée par les Indiens





Extrait 5



Les jupes tombent. Les femmes fuient.

Pieds, mamelles, marmaille. Balles et chevaux.

Assemblée de couteaux éclaboussés de sang.

Terre entre les deux camps éclaboussés de sang.

Gammes de claviers – pont éclaboussé de sang.

Tes touches, qui les fit avec ces bras en croix éclaboussés de sang ?

Tour au front du mecapal **



Charabia de perruches !

Vertes pépinières de perroquets qui volent !

Cris de bois que l’on bat en tasses comme le chocolat !

Toit de bois d’ocoté *** couvrant les maisons de la lune !

Pic-charpentier dans l’atelier de la forêt !

Trilles, trilles sans fin du guardabarranca **** !

Oiseau-moqueur ivre d’eau-de-vie blanche !

Marimba joué par les Indiens !

(1933 -1939)





** Mecapal : lanière de cuir que les porteurs ajustent autour de leur front

*** Ocoté : bois de pin très résineux qui sert à allumer le feu où à préparer

des torches.

**** Guardabarranca : oiseau aux plumes foncées, au chant mélancolique,

qui vit généralement dans les précipices, où il chante au moment du

crépuscule.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
missmolko1   25 mars 2016
Légendes du Guatemala de Miguel Angel Asturias
Mère-Elvire de Saint-François, abbesse du monastère de Sainte-Catherine, allait devenir la novice qui coupait les hosties au couvant de la Conception, une jeune fille d'une beauté célèbre et d'un parler si candide que sur ses lèvres les mots semblaient de fleurs de douceur et de tendresse.
Commenter  J’apprécie          140
SZRAMOWO   08 mars 2016
L'ouragan de Miguel Angel Asturias
Ils n'avaient plus la force de donner de violents signes de joie. Toute la multitude tenue éveillée était inerte, abandonnée, éparpillée, après avoir passé des jours et des nuits au travail. Cette terre sur laquelle les uns étaient assis, les autres couchés, semblait tout entière dominée par eux. Tout était dominé, sauf l'humide, immobile, aveuglante chaleur de la côte. La volonté de l'homme s'était imposée. Bras et machines avaient modifié le terrain.
Commenter  J’apprécie          130
Sachenka   13 juin 2018
Monsieur le Président de Miguel Angel Asturias
À cette heure de la nuit, les quartiers pauvres donnaient une impression de solitude infinie, de misère crasseuse avec un reste de laisser-aller oriental, de fatalisme religieux qui en faisaient une émanation de la volonté divine. Les caniveaux emportaient la lune è fleur de terre, et l'eau potable, dans les tuyaux, comptaient les heures sans fin d'un peuple qui se croyait condamné à l'esclavage et au vice.
Commenter  J’apprécie          130
bilodoh   13 janvier 2014
Le pape vert de Miguel Angel Asturias
La famille de mulâtres s’est accrochée avec tous ses enfants au petit lopin planté de guineyo (bananes). Mais ce fut en vain,. On les en a arrachés, on les a foulés aux pieds, on les a mis en pièces. Ils se sont accrochés au ranche. Mais ce fut en vain. Le ranch a brûlé avec leurs hardes, leurs images pieuses, et leurs outils. Ils se sont accrochés aux cendres. Mais ce fut en vain. Une vingtaine d’énergumènes, sous les ordres d’un contremaître rouquin, les expulsa à coup de fouet. (p.105-106)
Commenter  J’apprécie          111
bilodoh   14 janvier 2014
Le pape vert de Miguel Angel Asturias
Le Christ n’était pas citoyen nord américain. C’est pour ça qu’on l’a crucifié. (p. 265)
Commenter  J’apprécie          100
coco4649   18 août 2014
Poèmes indiens de Miguel Angel Asturias
LITANIES DE L'EXILÉ



Et toi, l’exilé :



Être de passage, toujours de passage,

avoir la terre pour auberge

et contempler des cieux qui ne sont pas les

nôtres,

vivre parmi des gens qui ne sont pas les nôtres,

fredonner des chansons qui ne sont pas les

nôtres,

rire mais d’un rire qui n’est pas le nôtre,

serrer des mains qui ne sont pas les nôtres,

pleurer avec des larmes qui ne sont pas les nôtres,

céder à des amours qui ne sont pas les nôtres,

goûter à des plats qui ne sont pas les nôtres,

prier des dieux, des dieux qui ne sont pas les

nôtres,

entendre notre nom sans que ce soit le nôtre,

penser à ceci, à cela, à ce qui n’est pas nôtre,

tendre une monnaie qui n’est pas la nôtre,

et suivre des chemins qui ne sont pas les nôtres.



Et toi, l’exilé :



Être de passage, toujours de passage,

avoir pour tout bien des choses d'emprunt,

embrasser des enfants qui ne sont pas les nôtres,

s'approcher d'un feu qui n'est pas le nôtre,

entendre des clochers qui ne sont pas les nôtres,

prendre un petit air qui n'est pas le nôtre,

pleurer des morts qui ne sont pas les nôtres,

vivre cette vie qui n'est pas la nôtre,

se distraire à des jeux qui ne sont pas les nôtres,

dormir dans un lit qui n'est pas le nôtre,

grimper mais à des tours qui ne sont pas les

nôtres,

lire des nouvelles, excepté les nôtres,

souffrir pour tout le monde et pour ce qui est

nôtre,

écouter la pluie quand la pluie est autre

et boire d'une eau qui n'est pas la nôtre…



p.89-90



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bilodoh   14 janvier 2014
Le pape vert de Miguel Angel Asturias
La nuit gravée d’étoiles, comme une enveloppe noire couverte de cachets d’or, qui contiendrait le bonheur des hommes (p.127)
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Miguel Angel Asturias (258)Voir plus


Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
139 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur