AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013224265
Éditeur : Hachette (13/08/2007)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 467 notes)
Résumé :
Tistou a tout pour être heureux, une maman et un papa très beaux et très riches qui l'aiment beaucoup, une très belle "maison-qui-brille" et des domestiques qui l'adorent. Tout est pour le mieux jusqu'au jour où il entre à l'école, pour apprendre à devenir marchand de canons, comme son papa. Catastrophe ! Il est renvoyé de l'école où il ne fait que dormir ! On décide alors "qu'il apprendra les choses qu'il doit savoir en les regardant directement". Et là se produit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  15 mars 2018
Dans la série "petite madeleine", je vous présente Tistou.
Pas n'importe quel Tistou (si tant est que ce prénom soit très répandu !). Mon Tistou, c'est Tistou les pouces verts.
J'ai reçu ce livre en cadeau lorsque j'étais enfant, je devais avoir entre huit et dix ans. J'ai été gâtée : je l'ai eu dans une édition magnifiquement illustrée par Jacqueline Duhème.
Entre Tistou et moi, ce fut un véritable coup de foudre.
Je peux dire qu'en tant que lectrice, j'ai grandi avec Tistou. Il m'a fait découvrir à quel point la lecture pouvait vous emporter, vous faire rêver, et je n'ai plus arrêté de lire depuis.
Tistou les pouces verts, c'est mon premier souvenir conscient de lectrice. J'avais lu bien sûr d'autres livres avant, et l'on m'en avait lu plein d'autres, mais avec Tistou, j'ai des souvenirs très nets, très précis. Je me rappelle ma joie devant certaines scènes, mon étonnement devant d'autres, je me rappelle mon émerveillement devant certaines illustrations.
Je l'ai lu un nombre incalculable de fois, prenant à chaque lecture un plaisir renouvelé, et j'en connais certains passage par coeur.
En fermant les yeux, je me vois encore prenant mon beau livre pour aller me blottir dans mon petit fauteuil et replonger dans l'univers magique de Tistou.
Le livre de Tistou les pouces verts m'a accompagnée dans tous mes déménagements, il fait partie de ces rares objets que j'ai toujours gardés. Même si je ne le lisais plus, il était hors de question de m'en séparer.
Devenue maman, j'ai eu à coeur de transmettre le goût de la lecture à mes enfants. Tistou a naturellement fait partie des livres que je leur ai lus. Au début, avec une toute petite appréhension, je l'avoue : allaient-ils l'aimer autant que moi, et surtout, ma lecture d'adulte n'allait-elle pas décevoir mes souvenirs ?
Les réponses à ces questions sont, dans l'ordre, oui et non !
Moi, grande personne avec ses idées toutes faites, comme le dirait Tistou, j'ai énormément apprécié ce conte. Pas seulement parce qu'il faisait remonter un cortège de souvenirs et d'émotions. Je l'ai apprécié pour ce qu'il est : un merveilleux texte, plein de poésie et de fantaisie, et magnifiquement bien écrit.
Avec mes yeux et mon coeur d'adulte, j'y ai trouvé des richesses que je n'avais pas vues de façon consciente lorsque j'étais enfant mais que j'avais certainement ressenties intuitivement.
Cette lecture fut donc une redécouverte, et je suis persuadée que ce livre peut être apprécié à tout âge ; ce serait dommage de le cantonner au rayon enfant.
En tout cas, Tistou les pouces verts est un livre de grande qualité. de la véritable "littérature" jeunesse, contrairement à bien d'autres ouvrages qui s'en revendiquent, alors qu'ils sont mal écrits et bien pauvres de contenu.
Maurice Druon explique dans l'avant-propos : "Il m'amusa, un jour, entre deux tomes des Rois Maudits et comme pour me détendre, de m'essayer à un genre littéraire que je n'avais point encore abordé, et fort éloigné de mes autres ouvrages."
Eh bien, pour un amusement, le résultat est époustouflant. Et je regrette que l'auteur ne se soit pas amusé plus souvent !
Tistou les pouces verts est un livre jeunesse tout frais, plein d'humour, de tendresse et de poésie. Qui plus est, il est écrit dans une langue sublime. Maurice Druon n'a pas pris ses petits lecteurs pour des idiots, et leur a offert un magnifique texte.
D'ailleurs, il écrit, toujours dans l'avant-propos : "Jamais, dans la vie courante, je ne prends le ton enfantin pour pour parler à un enfant ; je ne l'imagine pas si niais qu'il me faille niaiser pour m'en faire entendre. Quand j'étais petit, et qu'on usait avec moi de cette mauvaise façon, cela me vexait beaucoup, et je pensais, sans bien sûr oser l'exprimer : «Voici un Monsieur bien bête qui éprouve le besoin de s'accroupir pour faire semblant d'être de ma taille.»"
Merci Monsieur Druon d'avoir inventé Tistou !
Merci d'avoir si bien su s'adresser à l'enfant que j'étais et à l'adulte que je suis.
Merci, à travers ce conte merveilleux, de m'avoir ouvert les portes de la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
sabine59
  06 juin 2017
Je n'avais jamais lu cette unique oeuvre pour la jeunesse de l'auteur et c'est avec un regard d'adulte ( mais l'enfant s'agite toujours en moi!) que je la découvre ...Et j'ai été ravie.
D'abord, je suis passionnée de fleurs et de jardins, et constater que des narcisses poussent autour d'une table d'hôpital ou qu' une inondation de volubilis embellit des quartiers déshérités ne peut que me réjouir!
Le personnage de Tistou est à lui tout seul un atout primordial de ce conte: candeur apparente mais réelle maturité et générosité illuminent cet enfant qui cherche à utiliser son don ( faire pousser des plantes rien qu'en posant ses pouces à différents endroits) pour faire le bien.
Le style est à la fois poétique et humoristique. Les éléments de la nature personnifiés donnent un aspect féerique au texte, comme la lune qui" avait gonflé ses deux joues avec de l'air tout neuf". L'humour est souvent présent, notamment dans le choix des noms propres, le docteur Mauxdivers ou les peuples ennemis les Vazis et les Vatens...
Tistou fait penser au Candide de Voltaire, version plus jeune, car il pose de multiples ( et très sensées ) questions sur le fonctionnement de la société, auxquelles les adultes ont bien du mal à répondre. Les thèmes de l'enfermement, de la maladie, des inégalités sociales sont ainsi évoqués à travers ses interrogations qui touchent à l'essentiel: l'humain, l'amour de son prochain, le bonheur, la paix.
C'est un autre petit prince, ou plutôt un ange ...Une bien belle histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
fabricel
  27 juin 2013
Tistou les pouces verts est un livre que j'ai lu enfant et dont j'ai gardé toutes ces années un très bon souvenir. C'est un livre auquel je pense souvent, est-ce l'insouciance qui s'en dégage, la différence...?
Un livre à mettre dans les petites mains du plus grand nombre.
Commenter  J’apprécie          261
rabanne
  26 octobre 2016
Ce doit être l'une de mes premières lectures effectuée seule.
Tistou a un don magique, celui de faire pousser des plantes, des fleurs, avec sa main verte, euh non, ses pouces verts. Il va égayer sa ville et ses habitants, puis vouloir rejoindre un ami perdu, jusqu'au ciel...
Commenter  J’apprécie          224
Mladoria
  14 janvier 2016
Un joli conte moral avec des titres de chapitres à la "Candide", un style foisonnant de références florales et de belles réflexions sur certains grands problèmes de la vie d'adulte telles que l'emprisonnement, la maladie, la mort et surtout l'absurdité de la guerre.
La solution de Tistou, le dire avec des fleurs. C'est mignon, ça respire le bon sens et la bonté d'âme et m'a fait revenir la célèbre phrase de Prévert : "Quelle connerie la guerre !"
Je suis un peu moins emballée par la "véritable" nature de Tistou, même si je trouve les derniers chapitres très poignants.
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   15 mars 2018
Un jour, tout de suite après sa naissance, alors qu'il n'était pas plus gros qu'un pain de ménage dans une corbeille de boulanger, une marraine en robe à manches longues, un parrain en chapeau noir, avaient porté ce petit garçon à l'église et annoncé au curé qu'il s'appelait François-Baptiste. Ce jour-là, comme la plupart des nourrissons dans sa situation, ce petit garçon avait protesté, crié, était devenu tout rouge. Mais les grandes personnes, qui ne comprennent rien aux protestations des nouveau-nés, avaient soutenu avec assurance que cet enfant se nommait bien François-Baptiste.
Puis la marraine en manches longues, le parrain en chapeau noir, l'avaient ramené dans son berceau. Tout aussitôt s'était produite une chose étrange : les grandes personnes, comme si elles n'avaient plus été capables de former avec leur langue le nom qu'elles avaient donné à l'enfant, s'étaient mises à l'appeler Tistou
Le fait, dira-t-on, n'est pas rare. Combien de petits garçons et de petites filles sont inscrits à la mairie ou à l'église sous le nom d'Anatole, de Suzanne, d'Agnès ou de Jean-Claude, et que l'on n'appelle jamais autrement que Tola, Zette, Puce ou Mistouflet !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
philo15philo15   08 novembre 2010
Les grandes personnes ont, sur toute chose des idées toutes faites qui leur servent à parler sans réfléchir. Or, les idées toutes faites sont généralement des idées mal faites.
Commenter  J’apprécie          390
VALENTYNEVALENTYNE   11 septembre 2012
Tistou alla trouver Gymnastique.
- Je sais, dit le poney ; Moustache est mort.
Gymnastique disait toujours la vérité ; c’était un de ses principes.
- Mort ? s’écria Tistou. Mais il n’y a pas eu de guerre ?
- Il n’y a pas besoin de guerre pour mourir, répondit le poney. La guerre, c’est de la mort en supplément… Moustache est mort parce qu’il était très vieux. Toute vie se termine de cette manière là.
[……….]
Tistou entoura de ses bras le cou du poney et pleura un long moment dans sa crinière.
- Pleure, Tistou, pleure, disait Gymnastique. C’est nécessaire. Les grandes personnes s’empêchent de pleurer ; elles ont tort, parce que leurs larmes se gèlent à l’intérieur et c’est ce qui leur fait le cœur si dur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SebastienFritschSebastienFritsch   21 avril 2012
Les grandes personnes ont, sur toutes choses des idées toutes faites qui leur servent à parler sans réfléchir. Or les idées toutes faites sont généralement des idées mal faites. Elles ont été fabriquées il y a longtemps, on ne sait plus par qui ; elles sont très usées, mais comme il y en a plusieurs, à propos de n'importe quoi, elles ont ceci de pratique qu'on peut en changer souvent.
Commenter  J’apprécie          100
Pamela-Swynford_De_BeaufortPamela-Swynford_De_Beaufort   12 septembre 2013
"Mais puisqu'on n'avait pas mis de graines, Monsieur Moustache, d'où viennent ces fleurs ? - Mystère... mystère..., répondit Moustache. Puis, brusquement, il prit entre ses mains rugueuses les petites mains de Tistou, en disant : - Montre-moi donc tes pouces ! Il examina attentivement les doigts de son élève, au-dessus, au-dessous, dans l'ombre et dans la lumière. - Mon garçon, dit-il enfin après mûre réflexion, il t'arrive une chose aussi surprenante qu'extraordinaire. Tu as les pouces verts."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Maurice Druon (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Druon
"Tistou les pouces verts" chap.1-7 - Lecture voix douce - ASMR FR
autres livres classés : jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Maudit Moyen-âge

Quel était le surnom de Jean 1er

Le hardi
Le bon
Le posthume
Le roi de fer

10 questions
83 lecteurs ont répondu
Thème : Les rois maudits de Maurice DruonCréer un quiz sur ce livre
.. ..