AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.04 /5 (sur 658 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Nürnberg , 1967
Biographie :

Timur Vermes est un journaliste.

En 2007, il commence par être "nègre".

"Il est de retour" ("Er ist wieder da", 2012) est son premier livre.

Succès inouï en Allemagne, traduit dans trente-cinq langues, bientôt adapté au cinéma, ce roman est un véritable phénomène.

Ajouter des informations
Bibliographie de Timur Vermes   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be ! Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont

+ Lire la suite

Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   01 septembre 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Peu à peu je prenais conscience de ma situation. Si tout cela n'était pas un rêve – et cela durait depuis vraiment trop longtemps pour n'être qu'un rêve –, j'étais bel et bien en 2011. Je me retrouvais donc dans un monde complètement nouveau et il me fallait supposer que, de mon côté, j'étais aussi pour ce monde un élément complètement nouveau. Et si ce monde fonctionnait encore de façon un tant soit peu logique, il devait s'attendre à ce que j'aie cent vingt-deux ans, ou – ce qui était plus vraisemblable – à ce que je sois mort depuis longtemps.

« Vous jouez aussi d'autres rôles ? me demanda l'homme. Je vous ai déjà vu quelque part ?

— Je ne joue pas, répondis-je de façon sans doute un peu abrupte. »
Commenter  J’apprécie          350
Pecosa   22 mai 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Le plus stupéfiant restait quand même la situation actuelle de l'Allemagne. A la tête du pays se trouvait une femme lourdaude, aussi charismatique qu'un saule pleureur, et dont l'action était déjà d'emblée discréditée par ses trente-six années de collaboration bolchevique, sans qu'elle en soit le moins du monde gênée aux entournures.
Commenter  J’apprécie          330
Spilett   02 avril 2015
Il est de retour de Timur Vermes
Tout le monde sait à quoi s'en tenir avec nos journaux: le sourd note ce que lui raconte l'aveugle, le crétin de service corrige le tout et les collègues recopient.
Commenter  J’apprécie          320
Clelie22   30 mai 2014
Il est de retour de Timur Vermes
- Oui, mon Füreur ! Bon, on fait quoi maintenant ?

- Montrez-moi d'abord comment on utilise ce poste de télévision. Ensuite vous enlèverez celui qui est sur votre bureau. Vous n'êtes pas payée pour regarder la télévision. Et nous avons besoin d'une vraie machine à écrire pour vous. Pas n'importe quelle machine, il faut des caractères antiqua de taille 4. Tout ce que vous écrirez pour moi, vous l'écrirez en laissant un espace d'un centimètre entre les lignes. Sinon, je suis obligé de mettre des lunettes pour lire.

- Je ne sais pas me servir d'une machine, dit-elle, je sais seulement me servir d'un PC. Et si vous me l'enlevez, je ne peux plus rien faire. Mais d'abord il faut savoir qu'avec un ordinateur vous avez toutes les polices dont vous avez besoin.

- Pour la police, j'ai déjà la Gestapo.
Commenter  J’apprécie          200
Malivriotheque   24 juin 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Si l'ensemble était malgré tout supportable au regard et convenable d'un point de vue moral, cette impression disparaissait dès qu'elle ouvrait la bouche.
Commenter  J’apprécie          170
argali   25 mai 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Prenez simplement le blocus de Leningrad.

Deux millions de civils coincés dans cette ville, sans ravitaillement. Il faut déjà avoir une certaines conscience de son devoir pour y envoyer chaque jour des milliers de bombes, la plupart dirigées sur les entreprises de vivres. (...) Naturellement, ces civils n'avaient aucune valeur sur le plan racial...
Commenter  J’apprécie          130
akhesa   20 juillet 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Les blessures les plus profondes infligees par le destin sont celles du coeur
Commenter  J’apprécie          140
Amnezik666   10 juin 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Tout le monde sait à quoi s’en tenir avec nos journaux : le sourd note ce que lui raconte l’aveugle, le crétin de service corrige le tout et les collègues recopient ! Tous les cancans sont repris et plongés dans une soupe de mensonges avant que ce « merveilleux » breuvage soit servi au peuple qui ne se doute de rien, même si, dans ce cas, j’étais prêt à faire preuve d’une sorte d’indulgence.
Commenter  J’apprécie          120
Aproposdelivres   03 juin 2014
Il est de retour de Timur Vermes
Je me souviens : je me suis réveillé, ce devait être en début d'après-midi. J'ai ouvert les yeux, j'ai vu le ciel au-dessus de moi. Il était bleu, légèrement voilé ; il faisait chaud et je me suis tout de suite rendu compte qu'il faisait trop chaud pour un mois d'avril. On pouvait presque parler de canicule. C'était relativement calme, pas d'avions ennemis au-dessus de moi, pas de grondements de canons, pas d'explosions à proximité ni de sirènes annonçant une attaque aérienne. J'ai également noté qu'il n'y avait pas de chancellerie, pas de bunker. J'ai tourné la tête, j'étais allongé sur un terrain vague entouré par des maisons dont les murs de brique étaient en partie barbouillés par quelques vauriens - cela m'a mis en rogne et j'ai voulu aussitôt convoquer Dönitz. En même temps, je me disais, dans une sorte de demi-sommeil, que si Dönitz était là aussi, allongé quelque part, il régnerait forcément ordre et discipline ; et j'ai vite compris toute l'étrangeté de la situation. Je n'ai jamais eu pour habitude de camper à la belle étoile.

Je me suis mis à réfléchir : qu'avais-je fait la veille au soir ? Aucune raison de m'inquiéter d'un quelconque excès d'alcool, je ne bois pas. La dernière chose dont je me souviens c'est que j'étais assis avec Eva sur un canapé recouvert d'une couverture. Autre souvenir : une certaine atmosphère d'insouciance ; j'avais sans doute décidé, pour une fois, de laisser de côté les affaires de l'État. Nous n'avions pas de projets pour la soirée, il n'était bien sûr pas question d'aller au restaurant, au cinéma ou ailleurs, les possibilités de se divertir dans la capitale du Reich s'étaient déjà joliment réduites - et l'ordre que j'avais donné y était pour beaucoup. Je ne pouvais pas encore dire avec certitude si Staline allait entrer dans la ville au cours des prochains jours, mais, à ce stade de la guerre, ce n'était pas totalement impossible. En revanche, ce que je pouvais affirmer, c'est qu'il aurait autant de chances d'y trouver un cinéma qu'à Stalingrad. Je crois que nous avons encore un peu bavardé, Eva et moi, et je lui ai montré mon vieux pistolet. À part ça, aucun autre détail ne m'est revenu en mémoire. Il faut dire aussi que je souffrais d'un magistral mal de crâne. Non, inutile d'essayer de rameuter d'autres souvenirs de la veille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LiliGalipette   05 juin 2017
Il est de retour de Timur Vermes
« J’étais seul pour sauver le peuple. Seul pour sauver la terre, seul pour sauver l’humanité. » (p. 39)
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Naruto Shippuden

Comment s’appelle le meilleur ami de naruto ?

Madara
Naruto
Sasuke
Kakashi

11 questions
497 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..