AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782823600629
204 pages
Editions de l'Olivier (23/08/2012)
2.89/5   32 notes
Résumé :
«Gray était amoureux. Anna, non.
Gray dormait mal. Il errait dans la maison, contemplait ses verres d'eau ou la surface de son bain dans l'espoir de la voir lentement apparaître, comme une inconnue photographiée émerge peu à peu, affleure dans un bac de développement. Il se découvrit tout un imaginaire, toute une érotique des chambres noires. Anna lui manquait toujours, même lorsqu'elle était là. Il la sentait circuler autour de lui, la nuit; en lui, même - s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
008micado
  03 avril 2020
Le récit commence par les « notes de conservation », passages très courts à propos d'oeuvres d'art et de leurs techniques de conservation.
Nous basculons ensuite directement dans la description de la rencontre de Gray, un intellectuel un peu naïf, avec Anna, photographe célèbre, divorcée, vivant dans la même maison que son ex-mari, John, écrivain. Gray tombe très vite amoureux d'Anna et emménage chez elle.
À la mort de John Volstead, Gray est chargé par le testament de celui-ci de mener l'enquête à la recherche d'une mystérieuse et insaisissable collection Castiglioni.
La narration se présente comme une photographie dont l'auteur nous fournirait aussi le négatif à deviner. C'est une boucle figurant les mythes d'Eurydice et de Perséphone où l'amant descend au sous-sol reprendre le coeur et le passé innocent de sa belle afin de mieux la posséder puis la conserver à jamais. La mise en abyme est permanente, l'auteur rappelle la quête précédente ensuite par la recherche de cette mystérieuse collection après la mort du mari. Une collection inaccessible, comme la quête de la vie éternelle, de l'amour, de la présence à soi et aux autres. Une aspiration qui pourrait figurer la recherche par l'Homme de la perfection, du bonheur ou tout simplement du saint Graal : le but de l'existence. L'angoisse de la mort paraît en transparence par la notion permanente et répétitive d'absence dans le récit. le style est tout à fait abordable dans la lecture. Toute la complexité du roman est dans les mises en abyme et dans les différentes possibilités d'analyse des tableaux de l'histoire.
J'ai passé un moment intéressant et je lirai peut-être d'autres ouvrages de cette auteure s'ils ne concernent pas l'art pictural, sujet dont je ne suis pas forcément adepte dans le roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fantine
  11 avril 2013
Ayant eu, tout à fait par hasard, entre les mains, ce titre de Jakuta Alizkavazovic, je l'ai emprunté par curiosité, et, j'avoue avoir été déçue par ma lecture.
En effet, j'ai été quelque peu désorientée par le fil conducteur de l'intrigue que j'ai eu beaucoup de mal à comprendre – voire même pas du tout compris – et, je me suis également, demandée où voulait en venir l'auteur. Par moment, je me suis ennuyée en suivant les pérégrinations, et, autres réflexions philosophiques du héros. Ces dernières sont pour moi sans intérêt.
Même si je n'ai pas apprécié outre mesure ma lecture, je reconnais que ce roman peut plaire à certains.
Commenter  J’apprécie          70
Bazart
  17 juin 2013
Récit éclaté, notamment par sa chronologie, cette blonde et ce bunker, 3ème ouvrage de Jakuta Alikavanovic, mais premier que je lis de cette jeune auteur serbo-monténégrine, est à la fois érudit et très particulier...sorte d'OVNI qui est à la fois un livre sur l'art, un thriller, un roman d'amour, on est parfois un peu paumé, mais je reconnais quand même que l'écriture est superbe et l'oeuvre, assez fascinante...à lire pour partir à la rencontre d'une contrée littéraire peu commune...
Commenter  J’apprécie          80
antibouille
  10 janvier 2013
Un livre surprenant.Par son histoire incroyable d'un jeune homme qui hérite de l'ex-mari de son amante, d'une ligne ou d'une phrase..."A Gray : elle prétendra avoir tout détruit.Elle mentira. Je ne suis pas sûr d'en savoir plus (Collection Castiglioni)" voilà le point de départ d'une enquête improbable autour d'une collection éphémère...Surprenant également par sa construction qui enchevêtre cette recherche avec sa propre vie amoureuse.Surprenant encore par son écriture ludique aux phrases déstructurées qui restent toutefois claires et précises.Surprenant enfin par son érudition sur l'art photographique entre autres et ses références artistiques...si vous acceptez d'entrer dans l'univers de cet auteur, je vous promets un grand plaisir de lecture et de découverte littéraire.
Vous l'avez compris, il faut lire "La blonde et le bunker" de Jakuta Alikavazovic .
Commenter  J’apprécie          40
Brize
  13 octobre 2018
A sa mort, l'écrivain John Volstead a légué à Gray une ligne de testament énigmatique se référant à une mystérieuse Collection Castiglione.
John Volstead était l'ex-mari de la blonde et distante Anna, une photographe fascinée par les lumières artificielles, dont Gray était tombé amoureux. Gray s'était vu octroyer une petite chambre où elle venait le retrouver, dans leur maison en forme de bunker dont John occupait encore le sous-sol. Et, régulièrement, elle détruisait l'exemplaire d'une photo grand format où l'on voyait son mari signer un autographe sur le front d'une jeune femme blonde lui ressemblant.
Des pans de ce passé ressurgissent en même temps que Gray part en quête d'une Collection dont les apparitions sporadiques ne laissent que des traces fugitives de par le monde…
Singulier (et fort bien écrit), « La blonde et le bunker » réussit à accrocher son lecteur avec quelques fils narratifs improbables, où les réflexions sur l'art (photographie et cinéma compris) et sa conservation mêlées à celles sur le mythe d'Eurydice, la thématique du classement ou encore des doubles, croisent les vies de personnages dont nous ne saurons guère que ce qui les lie, mais cela fonctionne (pour peu que l'on ait envie de lire quelque chose de différent), on tourne les pages, intrigué, intéressé et curieux de ce qui va advenir.
Ce roman est doté d'un indéniable pouvoir de fascination, on pense au surréalisme, ou à l'absurde, on a l'impression de se promener dans un univers (un film) étrange, en noir et blanc, au sein duquel il reste toujours des non-dits.
Je craignais, néanmoins, d'être déçue par une fin en impasse ou ouverte (trop facile, je trouve, quand on ne se sort plus de ce qu'on a créé), mais l'auteur avait concocté un dénouement-résolution du mystère en bonne et due forme que j'ai trouvé fort malin (et avoir cru à tort qu'elle allait se jouer de nous m'a amusée).
Lien : https://surmesbrizees.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Telerama   27 novembre 2012
A quoi bon raconter l'intrigue, elle est fumeuse au sens physique du terme, comme dans un film d'Orson Welles, mais envoûtante de bout en bout.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   17 mai 2016
Gray héritait d’une ligne.
Il pensa au départ que c’était une façon de parler – mais non ; l’avoué n’avait pas coutume de jouer avec les mots. Gray héritait d’une ligne. Dans le document (par ailleurs incontestablement valide, rédigé par le testateur, le mort lui-même, avec une précision maniaque et une connaissance inquiétante, presque surnaturelle, du genre), il était littéralement interpellé. Ou était-ce une erreur ? Quoi qu’il en soit, il était mentionné à la fin d’une longue liste de récipiendaires.
À ma fille Estella ________
À ma première épouse Anna _______
Ces dispositions tombaient sous le coup du secret professionnel, mais le notaire, qui en avait pourtant vu d’autres, avait été si troublé par un point en particulier qu’il en fit part à Gray, alors même que cette indiscrétion ne lui ressemblait pas : il lègue les murs à l’une et les sols à l’autre – il faudra tout arracher (du si beau marbre ; du si beau bois) – mais qui fait cela ? Il était visiblement ému de ce vandalisme gratuit, de ce démembrement pervers intimé d’outre-tombe.
C’était tout à fait dans l’esprit du défunt, estima Gray.

Omission ou parti pris, la ligne qui lui était léguée ne respectait pas la structure habituelle. Gray : elle prétendra avoir tout détruit. Elle mentira. Je ne suis pas sûr d’en savoir plus (Collezione Castiglioni ?). Gray se sentit interpellé. Il sut immédiatement de quoi le mort l’entretenait. Au reste, cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas gratifié d’une phrase complète, leurs échanges vers la fin tenant de grognements ironiques et de regards sournois.
Gray prit sa ligne d’héritage, ou son héritage d’une ligne – ce qui revient au même – et quitta la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   23 décembre 2012
Il s’était prononcé en faveur de « cette notion désuète qu’est le mystère » ; il jugeait néfaste de chercher à voir plus que ce que le peintre avait résolu de montrer. Étudier un tableau de cette façon, c’était se méprendre sur la nature de l’art
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2021
L’homme était, du moins en apparence, conforme à son image. Chevelure auburn, les tempes à peine touchées de gris et le visage semé de taches de rousseur qui le rendaient, avait dit Anna, impressionniste à photographier. Il était en pyjama, par-dessus lequel il portait, en guise de robe de chambre, un peignoir blanc sans doute dérobé dans un hôtel. Gray se figea, main gantée encore sur la poignée de porte – l’image même du cambrioleur pris en flagrant délit. Mais c’est John qui eut l’air délictueux. Il tenait une pile de livres, coincée en équilibre précaire sous le menton.— Ah, marmonna-t-il. Enchanté.Il regarda autour de lui – ses yeux, d’une couleur indéfinissable, cherchant peut-être une issue à cette scène de vaudeville. Pour finir, il déposa les soixante centimètres de livres sur le couvre-lit bleu, dans l’empreinte qu’y avaient laissée, après le déjeuner, les corps de son ex-femme et de Gray.— Je croyais que la maison était vide. Toutes mes excuses.Il étudia Gray attentivement avant de lui tendre la main, qu’il retira de lui-même devant l’inertie de son interlocuteur. Jamais il ne lui témoigna la moindre animosité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 décembre 2012
Il ne dit pas davantage qu’il maîtrisait le jargon des assurances comme une langue maternelle ; ni qu’il savait tout de la douleur ; préférant passer pour un imbécile plutôt que de lui livrer cette dernière part de lui-même
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   23 décembre 2012
La femme sur cette photo était sa plus grande rivale. Elle ne vieillissait pas, elle ne se dévoilait pas, dans l’instant qu’avait duré la prise elle avait joui de toute l’attention de John. De son attention pleine et entière : ce qu’aimer veut dire.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jakuta Alikavazovic (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jakuta Alikavazovic
Avec Lucie Taïeb et Jakuta Alikavazovic. Modération : Élodie Karaki
Jakuta Alikavazovic est écrivaine. Histoires contre nature, 2007. Corps volatils, prix Goncourt du premier roman en 2008. La Blonde et le bunker, 2012. L'Avancée de la nuit, paru en 2017, élu « révélation française de l'année » par la rédaction du magazine Lire. En 2019, elle contribue chaque mois à la chronique « Écritures » de Libération. Elle écrit par ailleurs des livres pour la jeunesse publiés à l'École des loisirs.
Lucie Taïeb est enseignante-chercheuse, traductrice de l'allemand, poète et écrivaine. A publié des textes en revue remue.net, plexus-S, z:, aka, Action restreinte, ce qui secret, des essais : Feshkills.Recycler la terre, éditions Varia 2019, Territoires de mémoire, 2012. Plusieurs recueils : peuplié, 2019, Tout aura brûlé, Les Inaperçus, 2013, La Retenue, LansKine, 2015 ; des traductions de l'allemand, dont Cruellement là, de Friederike Mayröcker, Atelier de l'Agneau, 2014. Et deux romans aux éditions de L'Ogre : Les Échappées, prix Wepler Fondation La Poste 2019, et Safe, 2016.
Élodie Karaki est critique littéraire, docteure en littérature et diplômée de Sciences-Po. Élodie Karaki anime des rencontres littéraires dans différents lieux et manifestations.
+ Lire la suite
autres livres classés : récit éclatéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2906 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre