AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221127186
378 pages
Éditeur : R-jeunes adultes (06/09/2012)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 195 notes)
Résumé :
Il y a deux siècles de cela, l’humanité a payé au prix fort ses appétits démesurés lorsque le feu de mille armes nucléaires a littéralement rasé la surface de la planète. Sous terre, au sein de la Communauté, la souffrance et la guerre ne sont plus que de lointains souvenirs : des puces implantées dans le cerveau de ses membres ont permis d’éradiquer enfin toutes ces émotions qui ont bien failli mener les hommes à leur perte.
Lorsque la puce de Zoe, une adole... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  14 septembre 2012
Dernier né de la Collection R, Glitch, premier du nom, est une dystopie. Genre hautement apprécié et représenté en librairie ces derniers temps mais généralement assez répétitif. Je deviens donc exigeante et j'attendais Heather Anastasiu au tournant.
Malheureusement, entre Glitch et moi, ça n'a pas été le coup de foudre. Et si le côté dystopique n'est finalement pas trop mauvais, les personnages manichéens, l'héroïne agaçante et la mise en place de l'intrigue n'ont pas réussi à rattraper l'ensemble.
Ma plus grosse déception et irritation à la lecture de Glitch concerne les personnages. Tous les personnages. Aucun ne sauve son voisin, qualitativement parlant, à mon goût.
L'héroïne, pour commencer est une jeune fille perturbée par les disfonctionnements de la puce implantée dans sa nuque, à la base de son cerveau. Détachée du Lien pendant les bugs, elle découvre des sensations et sentiments jusque là inconnus. Il est évident que, à cause de sa vie jusque là complètement bridée, Zoel - qui se fait appeler Zoe dès qu'elle commence à savoir penser par elle-même - est extrêmement naïve et manipulable. Oui, mais quand même, il y a des limites. Je veux bien que, découvrant tout du comportement humain normal, elle ait du mal à s'adapter et fasse parfois les mauvais choix. Parfois, pas systématiquement. Voilà donc le retour du reproche fait précédemment dans ma chronique du premier tome de Phaenix (autre livre de la Collection R) : pourquoi se sentir obligé de mettre en scène une héroïne gourde, qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez lorsqu'il s'agit d'amour ? Est-ce qu'une jeune fille de 16/17 ans découvrant l'amour est obligatoirement aveugle et incapable d'y voir clair ? On veut nous servir des héroïnes fortes, déterminées, censées et nianiania mais dès qu'un jeune homme (enfin souvent deux… le triangle amoureux c'est tendance) entre dans leur champ de vision, neurones il n'y a plus. Et ça m'énerve. Enormément.
Parlons des deux jolis coeurs maintenant. Alors c'est bien simple, l'auteure nous sert les deux contraires (c'est bien connu, dans la vie, t'es tout noir ou tout blanc) et entre la brute stupide et l'amorphe mystérieux, mon coeur balance… Maximin (surnommé Max) ou Adrien ? le désinvolte ou le résistant ? Moi je dis : aucun des deux. Je ne suis pas contre les romances adolescentes (malgré mon côté aigri et acariâtre, je suis une vraie fleur bleue… si si, je vous assure !) mais là… mais comment vibrer face à des héros au charisme de moules (oui, oui, je sais que vous l'aimez bien celle-ci !) et comment s'identifier à une héroïne gourdasse ? Impossible, je ne marche pas.
Outre les amourettes qui prennent énormément de place dans ce premier tome (malheureusement), on découvre quelques petits trucs sur le passé de Zoe et on apprend une ou deux choses sur les actions de la Résistance. Mais ça reste maigre face à l'ampleur des sentiments et sensations de la demoiselle. Elle s'ouvre aux émotions humaines, normal qu'on le vive avec elle… mais quand même.
J'ai, qui plus est, trouvé le schéma narratif étrange. Je m'explique. Avec n'importe quel livre, vous pouvez, si vous le souhaitez, tracer une ligne et y installer tous les évènements qui surviennent dans le texte. Pour ma part, j'aime que la mise en place (la situation initiale, dixit les livres de « théorie ») prenne son temps pour qu'on puisse apprendre à connaître et apprécier les personnages notamment, et que le rythme aille croissant dès l'arrivée de l'élément déclencheur et ce, jusqu'au dénouement. Bref, un schéma classique. Alors je ne suis pas du tout contre les auteurs qui jouent avec ces codes, bien au contraire, mais encore faut-il que tout soit bien calé et que ça colle… ce qui n'est pas le cas ici, à mon goût. En effet, le lecteur n'a même pas le temps de faire connaissance avec l'héroïne, que celle-ci s'enfuit avec Adrien pour rejoindre la Résistance. Je ne spoile pas, ça se passe dans les 60 premières pages. Bon, déjà, vous vous enfuiriez vous, mesdemoiselles, avec un parfait inconnu, dans un endroit inconnu et potentiellement dangereux (en tout cas, c'est ce qu'on vous apprend depuis toujours), alors que vous venez tout juste de découvrir l'existence des sensations humaines normales et que vous commencez tout juste à envisager une vie autre que celle qu'on vous impose depuis votre naissance ? Moi non. Je finirai sans doute par prendre cette décision, mais pas après 40 pages du livre. Je pensais qu'on arriverait à cette conclusion à la fin de l'ouvrage. L'idée de prendre à revers le lecteur est plutôt bonne, mais mal utilisée ici, à mon sens. Ensuite, dans la suite des évènements, j'ai eu comme une impression de « retour en arrière ». On dirait qu'à partir de la centième page, l'héroïne vit enfin ce qu'elle aurait dû vivre au départ et ce n'est qu'à partir de ce moment-là qu'on apprend véritablement à la connaître. Je ne sais pas si je suis très claire mais le déroulement du texte ne l'est pas lui-même. Bref, je ne me suis pas ennuyée pendant ma lecture mais j'ai eu une sensation désagréable.
Le côté dystopique de l'histoire est ce que je retiens de plus positif… même si ce n'est pas extraordinaire pour autant. On sait peu de choses de cette société terrifiante mais ce qu'on sait tient la route. Alors oui, ça n'a rien de très original (les puces implantées pour contrôler les êtres humains et en faire des robots), mais ça marche plutôt bien. Il y a anguille sous roche chez les dirigeants et sous leurs airs de gentils sauveurs, je sens que les résistants ne sont pas tout roses… Affaire à suivre !
Par contre, à mon sens, Heather Anastasiu aurait dû rester sur cet aspect « vraisemblable » de la science-fiction. On peut imaginer que le gouvernement parviendra à nous implanter, grâce à une raison X ou Y, dans un futur plus ou moins lointain, une puce qui nous contrôlera mais qu'il y aura des ratés car l'humain n'est pas un ordinateur et que l'esprit n'est jamais loin. Soit, ça fonctionnerait très bien. Mais voilà que l'auteure ajoute des histoires de « pouvoirs » étranges, révélés par les glitcheurs (ceux qui se déconnectent du Lien plus ou moins fréquemment à cause d'un bug de la puce). de la télékinésie à la vision infrarouge en passant par une sorte de « métamorphisme »… mouais. Les explications de ces dons ne sont pas vraiment au rendez-vous, ou alors sont très survolées et je ne suis pas convaincue. C'est peut-être un attrait supplémentaire pour certains lecteurs, pour moi c'est un frein à la crédibilité générale et c'est dommage. Parfois, en se contentant de quelque chose de plus « modeste », de moins « tape-à-l'oeil », on parvient à un meilleur rendu.
Quelques mots encore pour vous parler de la plume (enfin, de la traduction, comme d'habitude). Et bien, l'auteure utilise le point de vue interne (pourquoi pas, ça fonctionne généralement bien) mais choisit d'employer le présent et là, vraiment, j'ai de plus en plus de mal. Je suis has been, je sais, mais moi j'aime les temps du récit. Je sais qu'un présent de narration peut être très bien puisqu'il insiste sur l'urgence et donne un rythme plus soutenu au récit… mais encore faut-il qu'il soit utilisé à bon escient. Et je suis désolée, mais dans la plupart des livres Young adult lus dernièrement, le présent est mal utilisé et ça me fait mal. Bon, la lecture n'a pas été désagréable, mais je n'ai pas retrouvé l'engouement ressenti avec Phaenix, malgré les quelques défauts comportant également ce texte.

Des amourettes adolescentes sans profondeur qui prennent trop de place et empêchent de se concentrer sur l'aspect dystopique, peu original mais assez bien amené, de cette histoire. Dans le même genre et dans la Collection R, je conseille largement plus Starters, qui, malgré quelques points faibles, avait l'avantage de l'originalité et de l'intrigue véritablement surprenante.
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Archessia
  12 septembre 2012
Étant donné que, jusqu'à présent, à part pour Kaleb, la Collection R ne m'a réservée que d'excellentes surprises, j'avais plus que hâte de découvrir ce fameux Glitch dont tout le monde parlait tant ! (et de son auteur aux sublimes cheveux licorne et au look que j'aime d'amour).
Alors, ça donne quoi, Glitch ?

Dans le monde de Zoel, il existe maintenant des puces qui régulent les émotions humaines.
Tout le monde vit sous terre, a des tâches pré-définies, vit dans les mêmes capsules de logement et est soumis au Lien. Ce Lien les réunis tous, et leurs transmettent consignes et divers messages directement dans leur cerveau, grâce à des puces implantés dans la base du cou.
Cela permet une société idéale où il ne se passe jamais aucun débordement.
Sauf que Zoel se met à glitcher. de plus en plus fréquemment, elle a des instants de totales lucidité, où ses puces ne lui font aucun effet. Elle est elle, avec des émotions et des sensations qui la submergent et qu'elle ne contrôle pas, ne comprend même pas.
À chaque instant de glitch, elle panique de se faire repérer, car si elle est diagnostiquée "déviante", elle sera éliminée.
Elle fera la connaissance d'une personne qui pourra l'aider. Mais plus grandes seront ses découvertes, plus importants seront les dangers ...

Je dois dire qu'au début, j'ai été assez déstabilisée par le côté très "immature" des personnages et de leurs conversations (pour ne pas dire gamin).
Je me suis dis que, du coup, c'était plus un livre axé jeunesse, et ai donc essayé de l'aborder de la sorte.
Sauf qu'il y a pas mal d'aspect techniques un petit peu compliqués, de termes parfois un peu lourds, et également des allusions sexuelles assez franches.
Bon, du coup, je me suis retrouvée devant un décalage assez difficile à avaler.
D'un côté, j'avais un univers riche, fouillé, extrêmement bien travaillé et totalement fascinant.
De l'autre, une héroïne assez gourde, des dialogues parfois très enfantins et des réactions pas toujours crédibles.
Gloups.
J'avoue que, du coup, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce bouquin, et j'ai mis du temps à avancer dans ma lecture.
Mais ensuite, un évènement change dans la vie de Zoel, et passé la moitié du livre, mon intérêt s'est accru, pour finalement me faire terminer ce roman d'une traite.
Bien entendu, je ne vais pas vous dire de quel évènement il s'agit, vous savez que je suis 100% contre les spoilers. Mais en tout cas, ça a rajouté un je-ne-sais-quoi au récit qui l'a rendu plus vivant, plus intense.

Nous sommes ici devant une dystopie, mais il y a également de la romance qui prend une place non négligeable pendant une grosse partie de ce tome.
Cela pourrait en déranger certains, surtout que nous sommes ici devant un triangle amoureux quelque peu ... étrange.
Personnellement, si cette romance m'a énervée, c'est uniquement parce que l'un de ces trois-là m'est sorti par les yeux (pour être polie) à CHACUNE de ses interventions.
Ho bon sang de bonsoir, Zoel, ma pauvre fille ! Je sais que tu ne SAIS PAS ce que c'est une émotion, mais ça n'excuse pas tout voyons ! Robotisée ou pas, y en a qui mériteraient de sacrés coups de pieds dans les parties.
Raaaah, rien que d'y repenser, ça m'énerve !
Mais attention, ne vous trompez, pas. C'est cool que je sois énervée =D du coup, ça me donnait justement envie d'avancer, et de voir si ce merdeux était encore là plus tard.
Haha, non mais sérieusement, ce personnage apporte bien sûr beaucoup à l'histoire, et mine de rien, avec son comportement de **censuré**, il aidera Zoel à découvrir de nouveaux sentiments, et ça lui permettra de mieux s'éveiller au monde qui l'entoure, d'avoir une autre vision des évènements.
Et bon, là je vous parle du côté de la romance que je n'ai pas aimé, mais heureusement, il y a également beaucoup de positif, et cette relation en "chassé-croisé" est bien menée, attachante et toute pleine de mignonnitude (si si, ça se dit).

L'évolution du scénario et de tout ce qui gravite autour de la jeune fille est, quant à elle, totalement crédible, très visuelle et fluide, avec juste ce qu'il faut de temps morts et de montées d'adrénaline.
J'ai adoré me balader dans cet univers froid où tout bourdonne quand même, une sorte de ruche de gens lobotomisés. À vous donner froid dans le dos, vraiment.
Cela dit, je dirais que, au vu des relations et de la dynamique entre les personnages, les lecteurs plus âgés risquent de plus souvent lever les yeux au ciel que de vraiment apprécier ces interactions.
Ce qui est dommage, vu la qualité du background et du reste de l'histoire !
Il n'empêche que j'ai vraiment passé un bon moment avec ce titre, surtout la deuxième moitié, qui fut goulûment engloutie d'une traite !
Il y a du suspens, du stress, une société effrayante super bien construite, de la passion, de l'amûûûr, du désir, du danger, et même des scènes assez impressionnantes, grâce aux pouvoirs de certaines personnes (mais je n'en dirais pas plus !)...
À lire, ne fut-ce que par curiosité et pour les idées super bien trouvées de l'auteur.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Anne-C
  23 mai 2013
Voilà encore un livre de la Collection R dont la couverture est magnifique. Dans les tons mauve/rose, celle ci ne peut donne qu'envie de commencer ce livre, le résumé ne fait qu'amplifier cette envie. C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai commencé cette lecture.
Nous faisons dès le début la rencontre de Zoe, une jeune fille de 17 ans vivant au sein d'une société souterraine où les émotions n'existent plus. Les humains sont tous sous le contrôle d'une puce insérée à la base de leur nuque. le Lien contrôle tout, rien n'est laissé au hasard, la discipline est le maître mot dans ce monde. En effet, l'histoire dit que par le passé, les émotions ont causé la perte d'une grande partie de la population, elles doivent donc être contrôlées, érradiquées. Zoe devrait être comme les autres, mais depuis quelque temps, la jeune fille s'est mise à « Glitcher », pour faire simple son système semble buger ce qui la rend déviante. C'est ainsi qu'elle découvre un monde nouveau ou tout est différent, les sensations, les pensées, la vision, les émotions, … Elle devrait se dénoncer pour qu'on remettre en ordre ce qui cloche chez elle mais pourtant elle n'y arrive pas … Car elle cache un plus gros secret, un secret qui pourrait causer sa fin, sa désactivation. En effet Zoe développe des dons de télékinésie lui attirant bien des ennuis. Entre les mensonges, les secrets et la peur, notre héroïne se retrouve confronté à des situations inattendues. Elle va aller de découvertes en découvertes, apprendre que la normalité n'est peut être pas là où elle le pensait, que le monde qui est le sien n'est peut être qu'un vaste complot à lui tout seul. Mais le danger guette, Zoe devra faire preuve de courage pour cacher sa différence. C'est aidé d'autres glitchers comme Max ou Adrian qu'elle pourra peut être se sauver elle même.
Bon, par où commencer … Je vais d'abord vous parler de l'univers. J'ai bien aimé cet aspect du livre même si j'aurai apprécié en savoir un peu plus. L'idée d'une société souterraine ou tout est contrôlé par des puces au travers du lien m'a en effet tout de suite plu. Les humains semblent évoluer comme des zombies. Tout semble terne, il n'y a pas de joie ni de malheur. La vie suit son cours c'est tout, on mange on dort, on travaille 10 à 12 heures par jour et ainsi de suite, la phrase « métro, boulot, dodo » décrit bien la vie des habitants. C'est assez déstabilisant de voir cette foule évoluer telle une vague uniforme. La seule étincelle de vie semble venir de Zoe, de ses glitchs qu'elle tente de cacher comme elle peut. Parlons un peu de ces bugs, ils se produisent de plus en plus souvent pour notre héroïne, dans ces moments là elle se retrouve séparé du reste de la société, elle ressent des émotions qu'elle ne peut nommer, elle doit faire des efforts monstrueux pour ne pas montrer ce qu'elle ressent de peur qu'on la découvre car une autre caractéristique de cette malheureuse société est la dénonciation. le moindre comportement déviant est dénoncé en quelques secondes, il n'y a aucunes chances d'y échapper, tout est surveiller.
J'ai eu un petit peu de mal à m'attacher à Zoe dans la première partie du livre car elle semble distante. C'est logique d'une certaine manière car dans une société sans émotions les personnages ne peuvent qu'être « froid ». Car malgré ses glitchs, la jeune fille reste très terre à terre, elle ne sait pas nommer ce qu'elle ressent, elle ne comprend pas vraiment, elle cherche une logique qui n'existe pas. Elle m'est apparu comme une personne fragile et complètement perdue, à travers ses pensées le lecteur apprend à la connaître et même à la comprendre, à imaginer ce qu'elle ressent, ce que tous ces changements peuvent produire en elle. Adrien est quant à lui totalement différent, ce n'est pas à proprement parlé un Glitcher comme il vient de la résistance, il a donc toujours connu les émotions, la liberté et son arrivée va changer la vie de notre héroïne dans plusieurs sens. Tout d'abord parce qu'il va répondre à ses questions, trouver une explication à tout, nommer ce qu'elle ressent mais aussi parce qu'il va lui faire découvrir une émotion qui dépasse toutes les autres … L'amour. J'ai beaucoup apprécié ce personnage, il se distingue très vite des autres et permet un peu plus de profondeur.
La romance. On arrive là à un point du livre qui m'a un peu gêné. Et oui, Adrien et Zoe sont très mignons mais c'est vraiment très rapide. J'ai eu du mal à m'adapter à ça. Dès leur rencontre c'est le coup de foudre. Car Adrien connaît déjà Zoe en quelque sorte, il a lui aussi à un don, il voit l'avenir et a donc vu la jeune fille à de nombreuses reprises dans ses visions. Cet amour soudain est donc crédible de son côté, mais du côté de Zoe pas autant. Je n'ai pas accroché, peut être que leur histoire ne m'a pas semblé assez mature et trop « jeunesse », je ne sais pas trop … J'aurai aimé que l'auteure explore plus les sentiments et ne reste pas autant en surface que se soit au travers de la romance ou des glitchs de Zoe. Il y a aussi, pendant une bonne partie du livre un triangle amoureux avec Max un autre Glitcher qui a le don de changer d'apparence. Alors là je n'ai pas compris que Zoe puisse le supporter plus d'une demi seconde. Il est immature, colérique, égoïste, susceptible et n'écoute rien d'autre que ses hormones. Il ne pense qu'à une chose comme vous vous en douter et s'énerve que Zoe refuse de lui donner ce qu'il veut. Bref, à côté d'Adrien il ne vaut rien ! Cependant son personnage amène des rebondissements non négligeables qui ont rendu le roman surprenant à de nombreuses reprises !
L'auteure nous plonge donc dans un univers dystopique très intéressant et très surprenant même si j'aurai aimé quelques précisions supplémentaires. J'ai trouvé cette histoire de contrôle au travers de puces électroniques originale et j'ai hâte de voir ce que ça va donner dans la suite ! le fait que certains personnages aient des dons rend les choses encore plus attrayantes. Cependant c'est au niveau de la romance, qui occupe une part non négligeable du roman, que j'ai été quelque peu déçu … J'aurai aimé que se soit moins « rapides », que l'auteure ne précipite pas les choses entre nos personnages, que leur histoire soit plus « mature » même si elle reste mignonne. La façon dont cette romance évoluera par la suit m'intrigue beaucoup et j'espère également en apprendre plus sur le personnage d'Adrien. L'action est très présente tout au long du livre, ainsi que les rebondissements. L'auteure nous emmène de surprises en surprises. C'est donc une lecture agréable malgré quelques points négatifs. le côté "survolé" des sentiments me laisse penser que ce roman serait à conseiller à un lectorat assez jeune. le tome 2 risque de se révéler surprenant et permettra d'en apprendre plus sur la résistance ! Il sortira début 2013 et c'est avec plaisir que je lirai cette suite.
Lien : http://galadelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Emma631
  09 décembre 2013
Dans le futur, une grande guerre nucléaire a rasé la surface de la Terre. Pour remédier aux penchants destructeurs des Hommes, les survivants se sont vus implantés une puce électronique qui conditionne les différentes émotions, jugées dévastatrices. Ainsi, on ne ressent plus le malheur, la haine, la colère, mais non plus l'amour, l'amitié ... Seulement la douleur physique.
Zoel, le personnage principal, est née dans ce monde, où les humains vivent désormais sous terre au sein de la Communauté. Elle vit avec les autres des journées programmées en étant entièrement dévouée à l'ordre général des choses. Mais depuis quelques temps, sa puce "glitche", c'est-a-dire qu'elle peut parfois s'affranchir du Lien auquel tout le monde est relié. Elle ressent alors différentes émotions qu'elle se trouve incapable de qualifier. Elle devrait se dénoncer, mais ne peut s'y résoudre, car elle commence à se poser différentes questions sur le bien-fondé de cette technologie ... de plus, il semblerait qu'elle soit plus qu'une simple humaine et commence à faire preuve d'un don très spécial. Elle rencontre alors Adrien, un garçon qui fait parti d'une rébellion oeuvrant à la surface.
La collection R m'a parfois réservé de bonne surprise et étant amatrice de dystopie, j'y suis partie en toute confiance. Glitch n'est pas un mauvais livre, il y a même de très bonnes idées qui me pousseront très certainement à lire la suite, mais aussi de nombreux défauts.
Pour commencer, le début est trop précipité. Dès le début, l'héroïne nous apprend qu'elle a déjà glitcher plusieurs fois. On se retrouve donc dans son monde sans trop d'introduction, ni le temps de s'y adapter et de le comprendre. Je conçois qu'il est difficile de faire parler à la première personne un personnage qui ne ressent rien, simplement, j'aurais aimé voir un déroulement de journée normal de Zoe, puis peut-être son premier glitch.
Ensuite, Zoe renie trop vite ce qu'elle a toujours appris dès qu'elle rencontre Adrien, de qui elle tombe immédiatement amoureuse. Encore un tic de la littérature YA, les héroïnes se font tellement vite à un fait qu'elles ont pourtant ignoré toute leur vie, tombent amoureuse immédiatement et savent tout de suite que ce sera pour toujours. Je ne suis pas sûre que ce soi vraiment réaliste.
Puis enfin, quelques similitudes m'ont un petit peu gêné avec d'autres ouvrages. Avec Twilight d'abord, puisqu'Adrien et Zoe se rencontrent ... En cours de science. Ensuite avec Hunger Games : Zoe a toujours cru jusque là que la surface avait été rasée par une guerre nucléaire, hors, c'est là que la rébellion oeuvre. Je n'ai pu m'empêcher de penser au district 13.
Au niveau des personnages, je l'ai ai tous trouvé assez sympathique sauf un. Zoe est une jeune fille un peu chamboulée par ses glitchs, les nouveaux sentiments qui l'envahissent. Elle ne sait pas encore qualifier tout ce qu'elle vit, et j'ai bien aimé la suivre dans son apprentissage. Adrien aussi est un personnage agréable, il est finalement assez normal, élevé en dehors de la Communauté contrairement à Zoé. Par contre, j'ai peu apprécié celui de Max, un ami de Zoe qui intervient plus tard dans le roman. Je l'ai trouvé agaçant au possible, tellement qu'on ne peut pas avoir de doute sur ce qu'il va advenir de lui à la fin.
Enfin, en ce qui concerne l'écriture, même si elle est simple, je l'ai trouvé agréable à suivre. Même si l'histoire ne m'a pas captivé de bout en bout, l'ennui ne s'est fait que rarement ressentir parce que tout se déroule assez facilement. Il y a pas mal de rebondissements, des révélations parfois surprenantes et je me suis laissée prendre au jeu.
En conclusion, ce n'est pas une réussite sur tous les points mais quelques bonnes idées donnent envie de savoir la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LageEnder
  20 janvier 2020
C'est sur une oeuvre science-fictionnelle que j'ai décidé de jeter mon dévolu avec le tome 1 de la saga « Glitch » de l'auteure Heather Anastasiu, paru en 2012 aux éditions R, dans la catégorie jeunes adultes.
Si ce roman n'est certes pas de toute jeunesse, j'en avais trop entendu parler pour prendre le risque de passer à côté et malheureusement, bien que l'ayant lu, je crois que c'est tout de même le cas 🤷‍♀️ Je dois bien reconnaître que le concept sur lequel repose l'histoire fait preuve d'originalité.

« Zoe vit dans un monde où les mots douleur et guerre n'existent plus. Comme à l'ensemble des membres de la Communauté, on lui a implanté une puce qui la protège de toutes les émotions qui ont mené l'Ancien Monde à sa perte. Jusqu'à ce que cette puce se mette à… glitcher.
La jeune fille est bientôt submergée par d'étranges pensées et sentiments : les siens. Rien de plus dangereux dans une société où le moindre dysfonctionnement est passible de mort ! Mais Zoe possède un autre secret qu'elle doit cacher à tout prix : ses glitches ont fait naître en elle un incontrôlable pouvoir de télékinésie.
Tandis qu'elle lutte pour apprivoiser ce don dévastateur, Zoe rencontre d'autres glitcheurs. Ensemble, ils vont planifier leur fuite. Mais plus Zoe s'éveille à la beauté, à la joie, et surtout à l'amour, plus elle aura à perdre en cas d'échec…"

J'étais impatiente de plonger dans cet univers prometteur, moi qui, sur le fond, ne suis pas particulièrement adepte de ce genre littéraire. Malgré tout, j'étais attirée par l'idée d'une société « nouvelle » et surtout par le côté dystopique auquel j'aime assez m'attacher.
Cela étant, je n'ai pas su me laisser séduire par le déroulé de l'histoire 😬 Peut-être cela répond-t-il à une logique simple, dans le fond. J'ai lu énormément de récits de ce genre où une petite partie du monde prend un nouveau virage pour fonder une nouvelle société, basée sur des principes en apparence salvateurs et pourtant forts peu fondés.
Je pense donc pouvoir dire qu'en mon for intérieur, je me doutais d'une possible redite, d'un probable sentiment de déjà-vu qui s'est confirmé. Glitch fait très certainement partie des premiers romans de ce genre à être sortis, ce qui explique sans conteste son succès. le problème est qu'en cette période où je l'ai lu, tous les travers et ressorts de ce genre de récit me sont connus 😕
Ainsi, les rebondissements ou rapprochements sont visibles à des kilomètres et l'effet de surprise a perdu de sa vigueur. Les personnages ressemblent à trop de protagonistes dont j'ai déjà croisé la route. L'intrigue répond à des codes attendus qui m'ont guidée sur des chemins pré-empruntés.
Cependant, au-delà de cela, j'ai trouvé la relation qui lie Zoe à Adrien assez peu crédible, dans la mesure où notre héroïne est, de base, privée de tous sentiments, de toute émotion. du coup, son attachement immédiat et rapide s'explique assez mal. L'inverse est également vrai, au regard des propos qu'Adrien est capable de tenir au bout de seulement quelques heures à ses côtés 😶
De là, j'ai vu naître une espèce de paradoxe puisque le but de l'auteure était de mettre l'accent sur les sentiments, leur apparition et leur puissance face à la dictature de ce monde. Et même si cela est bien dommage, c'est tout l'effet inverse qui s'est produit devant la promptitude de ces derniers et leur manque de profondeur.
Par ailleurs, si je conçois le sentiment de découverte, il n'en reste pas moins assez précipité à mon goût. Et je ne parle pas de Max ! Pardon de le dire, mais mon Dieu que ce personnage m'a agacée 😤 Là aussi – et même si j'ai conscience de faire une petite révélation ici -, si j'entends la nouveauté des émotions qui s'éveillent en lui, j'ai été horripilée par son insistance, son manque de tact et ses actes de manière générale.
En conséquence, il est assez difficile de s'attacher au livre sans avoir d'atomes crochus avec ses protagonistes. Néanmoins, j'ai relevé plusieurs aspects positifs, tels que l'écriture de Heather Anastasiu. Simple à comprendre, elle n'en reste pas moins efficace et parvient à instiller de la tension à certains moments 👍
Le décor est bien planté et il n'est pas difficile de s'imaginer cette Surface ravagée où quelques poignées de résistants parviennent à survivre. Sur l'aspect scientifique, ici, l'idée était vraiment originale, en particulier le principe de technologie implantée et partie intégrante de l'être humain, même si cela en faisait des robots physiques et émotionnels.
Mon avis est donc assez partagé sur le premier tome de cette saga dont je ne pense pas lire la suite. J'arrive à percevoir le potentiel qu'il dégage et à comprendre ce qui a fait son succès à l'époque. Néanmoins, je ne retiens que le versant prévisible et assez naïf de la romance et de l'intrigue. Je suis cependant convaincue que tous les amoureux de cette littérature seront séduits et que mes goûts en la matière ont peut-être tout simplement évolué 😏
-----
🤪🔌
-----
Le petit mot de la fin 🖋
Même si je risque de ne pas faire dans l'originalité, je voudrais rappeler que je n'exprime ici qu'un avis personnel sur le roman "Glitch - Tome 1". Loin de moi l'idée d'en faire une référence en la matière ou d'estimer que cette opinion est universelle ☝
Je prendrais toujours soin de mesurer mes remarques, dans la mesure où elles seraient négatives, puisque mon but n'est aucunement de faire du tort aux ouvrages ou aux auteurs. J'ai conscience du travail que représente l'écriture d'un roman, du coeur et du temps investis dans son élaboration. Je suis avant tout une lectrice qui souhaite partager, avec tous ceux qui le voudront, son amour pour la littérature 💛
Lage
Lien : https://everytrickinthebooks..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   17 mai 2013
- Je sais que ça fait beaucoup d'un coup ; cette journée doit être pour toi un long cauchemar... Mais tu vas te réveiller. Une fois retiré le brouilleur mémoriel, tu auras tout oublié, je te l'assure.
- Et tu crois que ça va me remonter le moral ? Peut-être que ta mère a raison, après tout. Je ne suis personne. Je n'ai aucune place dans la Résistance. Je ne suis pas faite pour prendre les armes.
- Détrompe-toi, tu es quelqu'un. Et il n'y a pas que la Résistance. Même si tu ne deviens pas notre leader, je resterai à tes côtés.
- Vraiment ? Et pourquoi ?
- Parce que... parce que j'ai des sentiments pour toi.
- Pour moi ?
- Je n'ai pas infiltré l'Académie parce que je me soucie de l'avenir du Réseau. Enfin non, bien sûr, que je m'en soucie, c'est fondamental. Mais si j'ai pris tous ces risques, c'est parce que je t'ai vue, toi, que j'ai appris à te connaître à travers mes visions. Et je te connais mieux que tu ne te connais toi-même...
Face à cet aveu hallucinant, mon coeur se met aussitôt à battre la chamade. Il me veut moi ? Juste moi, pas mon don hors du commun ?
- J'ai vu le monde à travers tes yeux, poursuit Adrien, j'ai ressenti tes premières émotions avec toi, j'ai pris conscience que j'étais devenu aveugle aux beautés de la vie. Je travaillais comme une brute pour devenir un bon soldat, résolu et discipliné, je mettais toutes mes émotions en sourdine parce que j'y voyais un motif de faiblesse. Mais ensuite, il y a eu les visions, et... tout a changé. J'ai compris pouruqoi je me battais. Je veux leur faire payer ce qu'ils nous infligent et je veux venger mon père, mais je veux surtout lutter - et sacrifier ma vie, pourquoi pas - pour que la beauté et l'altruisme règnent en ce monde. Ce que je ressens envers toi, même avant de t'avoir rencontrée, c'est... Allons bon, voilà que je recommence. Je te soûle de paroles ! Ecoute, je sais que nous venons juste de nous rencontrer, que le moment n'est pas très bien choisi, et je ne veux pas te forcer...
- Attends...
Le visage d'Adrien rayonne d'un espoir timide. Je lui saisis la main ; tant d'émotions se bousculent en moi, je n'arrive pas à y mettre un semblant d'ordre.
- J'ai aussi envie de connaître ces émotions, Adrien. J'ai envie de ressentir ces choses-là. Pour toi. Et... et peut-être est-ce déjà le cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   17 mai 2013
Ma main quitte son poignet puis remonte tout doucement le long de son bras, comme mue par une force invisible. Au toucher, le tissu de sa chemise est aussi rêche que sa peau est lisse. Tremblants, mes doigts tracent le contour de son épaule et de sa nuque, d'une douceur qui dépasse l’entendement. Je sens sa peau se réchauffer, son pouls accélérer à mon contact, et je devine que cette réaction n’obéit à aucune impulsion électrique préprogrammée.
Je poursuis mon exploration, intimidée par les cheveux qui frisottent à la base de sa nuque, par son souffle chaud qui caresse mes cils, par cette intimité que nous partageons ensemble. Mes yeux ne me brûles plus. L'eau s'accumule au coin de mes paupières et déborde. Adrien est parcouru d'un frisson, ses yeux agrandis par la surprise.

Comme hors du temps, nous restons figés dans cette position, nos visages collés l'un contre l'autre, et mon cœur tambourine dans ma poitrine. Adrien fixe sur moi un regard ardent puis, tandis qu'un long soupir s'échappe de ses lèvres, il ferme les yeux et se penche doucement vers moi. Sa bouche frôle la mienne et, soudain, des ailes poussent dans mon dos, je prends mon envol, je plane...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   17 mai 2013
- Tu as déjà éprouvé de la haine, toi ?
- Bien sûr. J'ai de la haine pour les Supérieurs, pour le système du Lien qui nous a réduits en esclavage... pour ceux qui t'ont mise en danger.
- Mais le contraire de la haine, c'est l'amour... Parle-moi de l'amour, alors.
Adrien entremêle ses doigts dans les miens, troublé, et mon moniteur cardiaque s'emballe.
- Je pense, peut-être un peu naïvement que l'amour est plus fort encore que la haine. Même si je n'y comprends rien, par moments - son existence même me semble tenir du miracle. J'en ai trop vu. Trop de haine, trop de mort, trop de douleur. Certains s'acharnent à survivre et sont rattrapés par le chaos. D'autres sont assoiffés de pouvoir et prêts à tout, même au pire pour l'obtenir. Mais l'amour ? L'amour qui pousse à tous les sacrifices, jusqu'au sacrifice ultime ? Cela m'échappe depuis le début.
- Adrien...
- L'amour, selon toute logique, ne devrait pas exister. La plus grande anomalie, certains diront le plus grand défaut, du genre humain. Mais c'est surtout sa plus grande beauté, je le comprends à présent. Et je sacrifierais tout pour toi, même si ce sentiment n'est pas réciproque. Parce que je t'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   17 mai 2013
Au sein de la Communauté, il nous est strictement défendu d'avoir des secrets. Et jusqu'ici, bien entendu, cela n'a posé problème à personne, étant donné que nous ne sommes pas censés savoir les garder pour nous. Ce sont les secrets qui ont déclenché les guerres, qui ont mis la planète à feu et à sang. Les secrets, les mensonges et les passions destructrices. Nous, nous avons réchappé au cataclysme. Nous, nous sommes méthodiques. Disciplinés.

Un secret, c'est malsain. Et détenir un secret, encore plus. Pourtant, les secrets dangereux, ce n'est pas ce qui manque chez moi. Ils s'empilent aussi vite que les mensonges inventés pour les camoufler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   17 mai 2013
La plupart des texte historiques racontent que les émotions humianes ont conduit à l’apocalypse nucléaire qui a éradiqué toute vie à la surface,dans l’Ancien Monde.Pour l’instant,les sensations qui se bousculent en moi ne me semblent pas aussi sinistres que ce qu’ils prétendent.Sauf la peur,peut-être.La peur c’est la première émotionque j’ai réussi à identifier et,au fil du temps,j’ai appris à distinguer la peur de la non-peur,les sensations désagréable des autres.
J’ai commencé à faire des rêves aussi.Il ne sa passe pas une nuit ou presque sans que je revoie ce garçon emporté par les régulateurs-ses hurlements,ses traits tordus en une grimace insoutenable,la violence avec laquelle il s’est écroulé par terre,de toute sa masse.Ce garçon hante mes sommeil.Dans certains rêves,je l’entends même crier mon nom.On ne l’a jamais revu à l’Académie.Il a été désactivé...LA desactivation,cela ne fonctionne ni comme une mesure d’intimidation ni comme un chatiment,puisque les sujets sont censés être imperméable à la peur et à la culpabilité.C’est une rréalité,ni plus ni moins,un fait objectif.Quand un membre de la communauté est irréparable,ou trop défectueux pour lui être utile,la désactivation devient l’unique solution de bon sens.
Mon controle technique appreoche à grand pas.Deux fois par an,des patriciens passent au peigne fin mes implants et analysent mes cartes mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Heather Anastasiu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Heather Anastasiu
Interview Heather Anastasiu (en anglais)
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

trilogie glitch

combien a t-il de livre?

1
3
2
4

4 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Glitch, Tome 1 : L'amour est une arme de Heather AnastasiuCréer un quiz sur ce livre

.. ..