AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782072886249
Gallimard (05/03/2020)
4.19/5   504 notes
Résumé :
Au plus froid de l’hiver, Vassia adore par-dessus tout écouter, avec ses frères et sa sœur, les contes de Dounia, la vieille servante. Et plus particulièrement celui de Gel, ou Morozko, le démon aux yeux bleus, le roi de l’hiver. Mais, pour Vassia, ces histoires sont bien plus que cela. En effet, elle est la seule de la fratrie à voir les esprits protecteurs de la maison, à entendre l’appel insistant des sombres forces nichées au plus profond de la forêt. Ce qui n’e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (195) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 504 notes

CasusBelli
  05 juin 2020
Le titre d'abord, certaines critiques ensuite dont, et surtout celle d'Oliv, m'ont dirigé vers cette lecture, il y a des signes parfois qui font que l'on sait qu'on finira par lire un livre, et puis disons le, j'ai aussi trouvé la couverture vraiment belle.
Je m'attendais à de la littérature "fantasy", et j'ai été surpris de lire en fait un conte fantastique inspiré du folklore et de la mythologie slave, en cela je vais faire confiance à Oliv.
J'ai beaucoup apprécié cette ambiance Russe médiévale, les gens du peuple, les humbles, superstitieux par nature vont être majoritairement représentés dans cette histoire qui s'apparente donc à un conte.
Le poids, le carcan devrais-je dire, de la religion est mis en relief, en opposition avec ce qui va faire la trame principale de l'histoire, à savoir le monde invisible des esprits.
Vous apprendrez un peu de russe, l'auteur utilisant beaucoup de termes à bon escient, ce qui va donner une touche dépaysante très agréable, vous saurez ce qu'est un "domovoï" ;) (un lexique est proposé en fin de livre).
C'est une histoire qui va nous instruire à différents niveaux, sur les plans culturels, mythologiques et historiques, même si l'auteur admet dans ses notes avoir pris quelques libertés sur ce point.
Pour conclure j'ai bien aimé, et ce, même si je pense que cette histoire pourrait être classée en littérature jeunesse car l'héroïne est bien jeune ma foi, il lui arrive beaucoup de misères aussi.
Un livre facile à lire, plutôt très soft en terme de violence, à noter l'absence de guerrier invincible et impitoyable, ici la subtilité et l'imagination triomphent ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9511
Yendare
  15 janvier 2021
Je ne connais strictement rien à l'histoire de la Russie sauf sur la période du XXe siècle dans les limites de ce que j'ai appris à l'école donc autant dire très peu de chose. le folklore Russe m'est lui aussi tout aussi inconnu. C'est donc avec beaucoup de curiosité que je me suis plongé dans ce premier tome qui me faisait de l'oeil depuis un moment maintenant notamment grâce à sa très belle couverture.
Cette lecture fut une belle découverte, je me suis laissé tranquillement porter par l'histoire qui se met doucement en place. Durant tout une première partie je me demandais vers quel horizon l'auteure allait nous emmener, le début de l'intrigue est lent, nous découvrons la vie d'une famille dans un village de Russie à l'orée d'une forêt, une vie rude, rural dans le froid et la neige mais heureusement les esprits protecteurs du foyer sont la et fournissent leur aide profitant des offrandes que lui fait la famille. La petite Vassia, dont la mère est morte quelques heures après la naissance à la capacité de voir ces derniers, on suit cette dernière grandir tandis qu'une menace se rapproche mettant en péril la vie de toute ce village. L'ambiance devient de plus en plus sombre au fil de la lecture alors que l'étau se resserre sur la famille, que le danger grandit. La jeune fille fera grâce à ses dons de son mieux pour protéger les siens et ne manquera pas de courage pour ce faire.
J'ai beaucoup apprécié la découverte de tout ce folklore Russe, la découverte de conte tel que celui de Morozko, la montée en puissance de l'intrigue avec cette ambiance de plus en plus sombre, dramatique qui se met en place lors de la lecture jusqu'à une fin de tome que j'ai trouvé plutôt réussi. J'ai trouvé les personnages très bien traités et tous très intéressants à suivre à commencer par Vassia qui est un personnage attachant, indépendant, prêt à tout pour protéger ses proches. Son père, dur mais plein d'amour pour sa fille qu'il ne veut pas voir grandir, la grand-mère Dounia qui tente le plus longtemps possible de préserver sa petite fille de tout ce monde invisible des dieux et des esprits. Les personnages du prêtes Konstantin ou encore Anna la belle-mère de Vassia sont eux aussi très intéressant et bien traité. La profonde terreur notamment ressentie par Anna qui a elle aussi la capacité de voir les esprits protecteurs et se croit folle explique toutes ses réactions lors de ce tome. Si le personnage est horrible envers Vassia tout au long de la lecture je l'ai trouvé aussi d'un côté très humain toutes ses actions étant fondé sur sa peur et le désir de protéger sa fille.
J'ai beaucoup aimé aussi l'utilisation par l'auteure de plusieurs mots Russes qui facilite l'immersion dans ce roman dépaysant et finalement toute l'ambiance générale qui se dégage de l'intrigue. Par ailleurs ce premier tome pourrait se suffire à lui-même avec un début et une vraie fin. Je suis du coup vraiment curieux de voir ce que proposera l'auteure par la suite et vais vite me pencher sur les deux autres tomes car la saison correspond à merveille je trouve pour lire cette trilogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          835
Oliv
  01 mars 2019
Avant de lire "L'Ours et le Rossignol", j'étais partagé entre des sentiments contradictoires. D'une part, une certaine impatience à l'idée de découvrir un roman se déroulant dans un contexte russe médiéval (sachant que, si l'on s'en tient aux romans disponibles en langue française, les auteurs s'y étant aventurés doivent pouvoir se compter sur les doigts d'une main). D'autre part, mon instinct de lecteur aguerri avait fait se déclencher plusieurs alarmes : un premier roman d'une jeune auteure américaine, une héroïne adolescente au caractère rebelle, le premier tome d'une trilogie... Quelques critiques rassurantes de blogueurs en qui j'ai toute confiance ont eu raison de mes hésitations. En fin de compte, j'ai bien fait de me lancer dans l'aventure, et malgré mes réticences envers le format trilogie, je lirai certainement les prochains tomes lorsqu'ils seront parus.
D'une certaine manière, l'héroïne de "L'Ours et le Rossignol" est un personnage archétypal de conte russe : son prénom évoque à la fois la Princesse-Grenouille (Vassia est d'ailleurs comparée à une grenouille par ses frères et soeurs) et Vassilissa-la-très-belle qui, comme notre héroïne, est élevée par un père veuf et, lorsque celui-ci se remarie, se retrouve brimée par sa belle-mère. Katherine Arden a eu la bonne idée de donner à cette belle-mère un rôle un peu plus complexe que celui de simple méchante : comme Vassia, Anna a le don de voir les créatures surnaturelles qui demeurent invisibles au commun des mortels... sauf que, fervente chrétienne, elle rejette ces visions qu'elle assimile à des manifestations démoniaques, la faisant passer pour folle. Cette différence entre les deux femmes illustre l'ambivalence des esprits du paganisme russe qui, selon les circonstances, peuvent amener la paix et l'équilibre ou le chaos et la destruction. La roussalka et le liéchi, le vodianoï et le domovoï, Baba Yaga et Morozko... Tous apparaissent dans ces pages, en personne ou mentionnés au détour d'une histoire narrée devant le poêle. Ces figures traditionnelles des contes et du folklore russes sont tellement attendues qu'on se sentirait floué si elles étaient absentes ! En revanche, j'ai été plus surpris d'y rencontrer des personnages historiques : les grands-princes Ivan Ier et Ivan II de Moscou, saint Serge de Radonège, le futur Dimitri Donskoï... Autant d'éléments indiquant que nous sommes au milieu du 14ème siècle. À cette époque, la Russie était encore sous le joug mongol (les princes versaient un tribut au khan de la Horde d'Or) mais elle allait bientôt entamer le processus qui la mènerait à l'indépendance. Ce choix de placer l'intrigue dans un tel contexte m'a beaucoup plu, mais quitte à faire appel à de grands noms de l'histoire russe, j'aurais préféré que ceux-ci soient davantage exploités. Peut-être le seront-ils dans les tomes suivants ? J'imagine déjà une réécriture de la bataille de Koulikovo avec des créatures mythiques luttant aux côtés des Russes pour bouter les Tatars hors du pays !
Le roman a beau être vendu comme de la fantasy adulte, compte tenu de la jeunesse du personnage principal j'avais quelques appréhensions... Lesquelles n'avaient pas lieu d'être. La naïveté, la mièvrerie n'ont pas leur place dans cette Russie septentrionale, couverte de forêts impénétrables, où l'hiver semble ne jamais prendre fin et où les conditions de vie sont particulièrement rudes. Certes Vassia est rétive aux conventions, indépendante, en décalage avec les hommes et les autres femmes de son entourage, mais elle n'est pas l'une de ces trop nombreuses héroïnes de romans historiques affublées d'une mentalité d'Occidentale actuelle. En tant que petite-fille d'une femme-cygne et arrière-petite-fille du roi des mers, elle est liée au monde surnaturel, aux esprits de la forêt... On évite ainsi un anachronique discours féministe : si Vassia refuse de se voir imposer un mari, ce n'est pas tant parce que de telles pratiques sont injustes, mais parce qu'elle perdrait ainsi sa liberté d'aller et venir seule dans la nature, et qu'elle serait séparée de ces esprits qu'elle comprend mieux que quiconque. J'avoue néanmoins avoir frémi d'horreur en voyant Konstantin, le jeune et beau prêtre récemment arrivé au village, développer une attirance contrariée pour Vassia... Fort heureusement, la romance nous sera épargnée. Ouf !
Il n'y a pas grand-chose à dire sur le style d'écriture de Katherine Arden : ça manque peut-être un peu de personnalité, mais c'est tout à fait satisfaisant, d'autant plus qu'il s'agit d'un premier roman. D'ailleurs les quelques maladresses sur lesquelles j'ai buté m'ont paru relever de la traduction. Connaissant bien le sujet de la Russie médiévale, j'étais à l'affût d'éventuelles erreurs, approximations ou anachronismes, qui sont finalement rares[*]. On ne peut pas dire que j'ai dévoré ce roman, je l'ai lu assez lentement, petits bouts par petits bouts, mais j'étais à chaque fois impatient de reprendre ma lecture pour replonger dans l'ambiance si particulière de Lesnaïa Zemlia, ce petit village russe perdu dans la forêt. En fait, "L'Ours et le Rossignol" vaut plus pour son atmosphère que pour son intrigue. Pendant la majeure partie du récit (grosso modo, les deux premières parties sur les trois qu'il comporte), on suit l'évolution des différents personnages, Vassia en premier lieu, sans trop savoir où l'auteure compte nous amener. Tout s'éclaircit dans les derniers chapitres, qui laissent davantage de place à l'action, la menace latente est enfin identifiée et on frôle à cette occasion l'un des pires clichés de la fantasy : le réveil d'une force maléfique pluriséculaire... une affaire qui a le bon goût d'être promptement réglée. Comme il s'agit d'une trilogie, j'espère qu'on continuera sur cette lancée et qu'on ne tombera pas dans la facilité de la quête héroïque pour sauver le monde, menée par une jeune fille dotée de pouvoirs extraordinaires... Katherine Arden a su éviter cet écueil dans ce premier tome, je lui fais donc confiance pour la suite !
[*]
Marina est la fille d'Ivan Kalita, et Anna est la fille d'un des fils d'Ivan Kalita, pourtant il est dit que les deux femmes ont le même grand-père. La Horde mongole a accumulé des richesses au cours de trois siècles de pillages, alors qu'elle n'a pénétré en Russie qu'un siècle plus tôt. Il y a des moines à Kiev depuis cinq siècles, alors qu'en réalité le christianisme n'y a remplacé le paganisme que depuis trois siècles et demi. L'un des personnages est comparé à un ours de Sibérie, sauf que la Sibérie n'existe pas encore : les Russes n'exploreront et ne conquerront les régions au-delà de l'Oural que deux siècles plus tard.
Enfin, le travail d'Aurélien Police est toujours de qualité et cette couverture est esthétiquement très réussie, mais ça m'embête d'y reconnaître la cathédrale Saint-Basile alors que celle-ci sera bâtie au 16ème siècle et qu'elle ne prendra son aspect actuel que bien plus tard... C'est un peu comme si on illustrait un roman sur la guerre de Cent Ans avec la silhouette du château de Chambord. Mais comme c'est russe, ça va, personne n'y verra rien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          595
florencem
  27 janvier 2022
C'est suite aux conseils d'une amie que j'ai décidé de me lancer dans la trilogie Winternight. J'en avais beaucoup entendu parler mais j'avoue que le résumé ne m'avait pas charmée plus que cela. La notion de religion me faisait un peu peur, surtout avec ce côté « dévot ». Au final, grand bien m'en a pris d'écouter la « propagande » car j'ai passé un excellent moment avec L'ours et le rossignol, si bien que je vais enchaîner avec le tome deux.
J'ai eu un peu de mal au début, je l'avoue. L'univers se met très doucement en place, et il faut attendre un bon tiers avant que les choses deviennent plus palpitantes. Ensuite, il était assez difficile de lâcher le roman. On y retrouve l'ambiance si particulière du folklore slave avec ses régions froides, son petit peuple, et la rudesse de ses habitants. Si vous aimez Naomi Novik, et que vous avez accroché notamment à La fileuse d'argent, vous pouvez vous lancer les yeux fermés.
Avec une ambiance digne des frères Grimm, nous découvrons donc Vassia, une enfant qui a le don de double vue dans un monde où la religion chrétienne prend de plus en plus de place. Entre les anciennes croyances et la nouvelle, elle va devoir trouver un équilibre pour ne pas trop faire de vagues, mais aussi permettre à sa ville et ses proches de survivre face à une menace qui se fait de plus en plus pressante.
Si vous me lisez depuis un moment, vous savez que je ne suis pas fan des aspects religieux surtout s'ils ont une tendance fanatique. Ici, c'est le cas, et on y voit tout ce que je déteste : l'utilisation de la peur face aux autres qui ne collent pas au moule, les menaces, l'hystérie, la folie, le manque de discernement… Et c'est d'autant plus pénible car l'héroïne n'a rien contre Dieu, et qu'elle demande juste à vivre sa propre vie. Elle pardonne aussi face à tout ce qu'elle subit. L'époque et le statut de Vassia, une jeune femme, font aussi que tout cela est plus exacerbé. C'est le seul point que je n'ai pas apprécié donc, même s'il se prête clairement à l'histoire.
Vassia est le gros atout de L'ours et le rossignol. Nous la suivons de son enfance à son adolescence ce qui permet d'appréhender le personnage de façon plus globale. J'aime son côté sauvage, sa vision de la vie, sa franchise et son indépendance. Sa perception du monde magique lui donne encore plus ce rôle de sauveur et elle devient le symbole de la tolérance, le pont entre deux mondes. Son « combat » prend ainsi une dimension encore plus forte. Elle se bat dans l'ombre et contre l'intolérance des autres pour une cause juste. Et j'ai hâte de voir ce que cela va donner.
Pour l'histoire, comme je le disais, cela commence doucement pour ensuite monter crescendo. le fait de découvrir le folklore slave, de voir ce monde dur et froid, les enjeux politiques comme religieux est très intéressants. J'ai particulièrement aimé quand Vassia prend son rôle à bras le corps et qu'elle devient cette sauveuse de l'ombre. Ses interactions avec Morozko ou bien sa famille sont très bien traitées jouant sur des sentiments variés et complexes qui ajoutent à la profondeur du récit.
Un premier tome vraiment palpitant qui prend le temps de poser ses bases et qui nous donne également de quoi être tenu en haleine. L'ours et le rossignol est sombre, froid, cruel mais aussi teinté de touches d'espoir et d'amour. J'ai hâte de découvrir la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
thimiroi
  03 janvier 2020
Un roman qui réenchante le monde et enchante ses lecteurs.
Premier tome d'une trilogie, L'Ours et le Rossignol est un roman de fantasy original, car il est inspiré de contes russes et se déroule dans une région septentrionale de la Russie médiévale, une contrée sauvage dont les habitants subissent des hivers particulièrement cruels.
Vassia, l'héroïne du roman, est une jeune fille capable de voir et de parler avec les esprits qui vivent à côté des humains, esprits inoffensifs ou même protecteurs pourvu que l'on croie en eux et qu'on leur fasse quelques offrandes...
Mais la venue d'une belle-mère et d'un prêtre rigides, pour qui tous ces esprits sont des créatures infernales, détourne les villageois de leurs anciennes croyances ; les esprits protecteurs s'affaiblissent et deviennent incapables de s'opposer à l'irruption de créatures maléfiques…
L'Ours et le Rossignol ressuscite avec bonheur le folklore mythologique russe et dénonce l'intolérance religieuse de ceux qui ont fondé l'instauration du christianisme non sur l'amour du prochain et la charité, mais sur la peur d'un châtiment éternel.
C'est aussi un beau récit d'apprentissage mettant en scène une héroïne particulièrement attachante, proche de la nature, indépendante, sensible et prête à donner sa vie pour les siens.
Ajoutons enfin qu'après une première partie un peu statique, le roman connaît une belle progression dramatique.
Après un début aussi réussi, on lira donc très volontiers le second tome de la trilogie déjà paru, La Fille dans la tour.
Challenge multi-auteures SFFF 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494


critiques presse (2)
Syfantasy   14 juin 2021
L’Ours et le Rossignol nous introduit une fantasy pour l’instant inexploitée : les contes du nord. Katherine Arden nous ouvre un monde inconnu, froid et sombre. Ces contes sont cruels mais d’une cruauté cette fois humaine, et ce sont les monstres qui en font les frais. Le style de l’autrice nous transporte au cœur de l’hiver pour assister à la fin d’un monde, celui des légendes. J’attends avec impatience la suite que je vais m’empresser d’acheter en ces temps propices à la lecture !
Lire la critique sur le site : Syfantasy
Elbakin.net   18 janvier 2019
Le lecteur se retrouve vraiment plongé au cœur de ce petit village médiéval et nul doute que vous sentirez le froid vous saisir les extrémités en ouvrant votre exemplaire ou bien en allumant votre liseuse ! The Bear and the Nightingale représente sans aucun doute l’une des bonnes surprises de ce premier semestre 2017 pourtant comme toujours riches en sorties, des deux côté de l’Atlantique d’ailleurs
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
BartzellaBartzella   25 mai 2022
L'air froid était lourd des chevaux et des feux, de la suie et du vin de miel. Des hommes avec des chopes suspendues à la ceinture vantaient les mérites de ce dernier à côté de leurs tonnelets gluants. Les vendeurs de pâtisseries étaient de sortie avec leurs plateaux fumants et les marchands de vêtements et de pierres précieuses, de cire et de bois rares, de miel et de cuivre, de bronzes ouvragés et de coupelles d'or jouaient des coudes pour se faire plus de place. Leurs voix tonnaient à faire peur dans le soleil du matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
JustAWordJustAWord   22 janvier 2019
Toute ma vie, on m’a dit “Viens” et “Va”. On me dit comment je dois vivre et on me dit comment je dois mourir. Je dois être la servante d’un homme et sa jument pour ses plaisirs, ou me cacher derrière des murs et abandonner ma chair à un dieu froid et silencieux. Je préférerais encore me jeter dans la gueule des enfers, si c’était de ma propre volonté. Je préfère mourir demain dans la forêt plutôt que vivre cent ans de la vie qui m’a été choisie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TatooaTatooa   14 août 2020
- Je vais à l'église, père. Anna Ivanovna n'est pas ma mère et sa folie n'est pas mon affaire. Tout comme mon âme ne vous appartient pas. Et il me semble que nous nous débrouillions très bien avant votre venue, parce que si on priait moins, on pleurait moins également.
(Vassia au père Konstantin).
Commenter  J’apprécie          90
BartzellaBartzella   29 mai 2022
Quelqu'un doit bien pouvoir être convaincu d'épouser Vassilissa Petrovna. Je ne pense pas qu'elle tienne longtemps dans un couvent. Les oiseaux sauvages meurent dans les cages.
Commenter  J’apprécie          130
marlene50marlene50   04 juillet 2021
L'esprit était assise sur une branche épaisse avec une nonchalance féline et peignait avec constance ses longues tresses. Le peigne de la roussalka était son plus précieux trésor parce que, si ses cheveux séchaient, elle mourait ; mais le peigne pouvait faire surgir de l'eau en n'importe quel lieu. Lorsqu'elle y prêtait attention, Vassia pouvait voir l'eau qui se formait entre ses dents. La roussalka avait le goût de la chair ; elle attrapait des faons qui venaient boire dans son lac à l'aube et parfois les jeunes hommes qui y nageaient au plus fort de l'été.
Mais elle aimait bien Vassilissa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Katherine Arden (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine Arden
Cette semaine, la librairie Point Virgule vous invite à défier la neige et le froid à travers quatre ouvrages destinés à la jeunesse.
- Les couleurs de Luce, Cristiana Soriano, Sassi Junior, 14,90€ - Taupe & Mulot, Bonnet blanc et blanc bonnet, Henri Meunier & Benjamin Chaud, Hélium, 12,90€ - Frissons au Mont Hemlock, Katherine Arden, Pocket Jeunesse, 15,90€ - Un hiver sans fin, Kiran Millwood Hargrave, Michel Lafon 14,95€ (version poche à 6,60€)
autres livres classés : folklore russeVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2056 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre