AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rolland Barthélémy (Illustrateur)
EAN : 9782915653922
252 pages
Éditeur : Nestiveqnen Editions (20/09/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Preux chevaliers de la Sainte Russie, sorcières moscovites, nymphes des eaux, cosaques post-apocalyptiques, super-héros soviétiques, voici un panel des personnages que l'on croisera dans les pages de ce nouveau recueil d'Olivier Boile.
Revisitant l'histoire et les légendes de la Russie médiévale et moderne, Olivier Boile met tout son talent de nouvelliste dans ce recueil qui réunit dix-huit de ses meilleurs textes.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  29 novembre 2018
Merci Babelio, merci Masse Critique, merci Nestiveqnen et merci Olivier Boile ! Je ne suis un grand lecteur de nouvelles, mais j'ai lu celles-ci sans aucun déplaisir (d'autant plus quelles peuvent constituer un chouette vivier d'idées). Déjà le thème de la Russie nous change des anglo-saxonneries habituelles, mais en plus les récits sont trop courts pour lasser : on change rapidement d'époque, de lieu, de ton, d'ambiance, de genre, de registre… Mais cette atout est aussi une faiblesse car j'ai souvent eu l'impression que les récits finissaient avant d'avoir vraiment commencé, du coup le schéma préférentiel de démarrer par un présent pour aborder le passé m'a paru prendre inutilement des pages : dans des récits aussi court, il faut aller à l'essentiel pour être efficace. Point positif, plusieurs nouvelles piochent dans le folklore russe pour prendre la forme de contes de fées qui en étant universel peuvent s'adresser à tous les publics (mais attention aux contes de fées noirs)…
Pour ne rien gâcher le livre-objet est réussi, les mots d'Olivier Boile à chaque récit sont intéressants, et la couverture de Pierre Droal et les illustrations intérieures de Rolland Barthélémy apportent un vrai plus.

"Et tu la nommeras Kiev" :
On part de l'Ukraine sous Staline pour rejoindre le Moyen-Âge pour nous raconter la fondation de la ville de Kiev. Et c'est l'immortel Saint André qui fait le lien entre le présent pétri de désenchantement et le passé plein de belles pensées...
"Vassilissa et le Cavalier de la nuit" :
Le Cavalier de l'Aube doit éternellement guider le soleil sur terre pour amener la lumière à toute la Russie. Mais le coeur à ses raisons que la raison ignore, et en recontrant Vassilissa il se devoir de la voie du devoir quitte à plonger la Russie dans les ténèbres. C'est une histoire d'amour, et les histoires d'amour finissent mal en général...
"Que jeunesse se passe" :
A travers un miroir magique, un jeune criminel en col bleu converse avec un vieux criminel en col blanc : lui même ! Peut-on éviter l'inévitable malédiction des ans qui transformerait l'enthousiasme en pragmatisme, l'optimisme en pessimisme, les flammes en braises ? Olivier Boile pioche chez les grands auteurs russes qui contrairement à d'autres n'ont jamais dédaigné écrire des récits fantastiques, mais au final cela ressemble quand même un peu à un détournement d'"Un Chant de Noël" de Charles Dickens ^^
"Coule, rivière Soukhman" :
L'auteur reprend une byline, un poème épique, pour écrire sa propre version de l'épisode finale d'une geste chevaleresque. Nous sommes dans l'exercice de style et les mécanismes sont communs aux épopées du monde entier ^^
"Vingt-cinq millions de pardons" :
Un histoire de fantôme très originale et très plaisante qui dans une station balnéaire ukrainienne met en relation une employée des postes et un général de la Horde d'Or !
"Le Chevalier gris" :
Au soir de sa vie, un paladin déchu se confie avant de rencontrer sa tragédie. le récit aurait pu prendre n'importe quel décor, mais Olivier Boile a choisi celui de la Russie médiévale pour l'y placer : mission réussie !
"L'Arbre d'Oumila" :
Pour redonner vigueur aux Vikings, le dieu des mers Aegis féconde l'infertile Oumila, épouse slave du roi danois Harald… Sauf que les demi-dieux issus de cet union défende le peuple de leur mère et nom celui de leur père et Loki qui a orchestré tout cela en rigole encore ! Une nouvelle sympa que ne renierait pas Neil Gaiman ^^
"Un Garçon venu d'un autre monde" :
Dans un monde Eduard Streltsov est une idole déchue condamnée à un goulag sibérien, dans un autre monde il est un rockstar du football qui est entrée dans la légende de son sport en ayant remporté la coupe de monde avec l'équipe d'URSS… Marina Vladimirovna qui se sent responsable de la chute du premier (à juste titre), aimerait bien rencontrer le second et l'étrange va permettre au miracle d'avoir lieu !
Entre conte philosophique et fable existentialiste, Olivier Boile réalise une nouvelle 100% moorcockienne ^^
"Le Chant de la Roussalka" :
Un père en deuil, un adolescent en quête de liberté. Une créature surnaturelle capable d'apporter la damnation ou la rédemption. Olivier Boile réalise sa version d'un classique du folklore russe, et c'est bien fichu !
"Sventovit, l'Enfant-Dieu" :
Valdemar le roi du Danemark et Absalom l'évêque guerrier donnent l'assaut sur l'un des derniers bastion des païens de Mer Baltique. Ces derniers sont résolus à mourir jusqu'au dernier, et décident de recourir à leur arme ultime : Sventovit le dieu aux quatre visages ! Un récit tragique réussi, pour ne rien gâché entièrement raconté par celui qui sert de vaisseau à la divinité…
"Na Zapad !" :
Olivier Boile reprend le schéma des grandes migrations indo-européennes pour réaliser une uchronie dans laquelle après avoir colonisé l'extrême-orient les cosaques colonisent l'extrême occident (sommes-nous dans un univers résolument post-apocalyptique?). Nous suivons au pas de course une dynastie qui refonde Bordeaux puis la Rochelle avant de s'élancer à la découverte des Amériques… L'idée est bonne et mérite d'être étendue en roman !
"Le Gardien" :
C'est l'histoire d'une porte qui ne faut surtout pas ouvrir, c'est son gardien qui le dit. Mais comme vous le savez la curiosité est un vilain défaut, n'est-ce pas ? Tous les classique du conte sont réunis pour un récit aussi intemporel qu'universel.
"Les Fils du héros" :
A sommes dans un récit dynastique en 3 temps :
- Héraclès confie son enfant à la reine des serpents Echidna
- la prophétie s'accomplit quand en pays nomade Skythès fils d'Héraclès accède à la royauté
- des générations plus tard, les descendants scythes d'Héraclès affrontent les descendants macédoniens d'Héraclès
Olivier Boile possède décidément tous les ingrédients pour réaliser de la Fantasy historique de qualité et ici il ouvre plusieurs pistes qui méritent d'être explorées !
"Les Doigts des morts" :
On part d'une vielle conteuse et d'une veillée pour développer une petite fable en forme de contre macabre. Vite lue vite oubliée ?
"Les Pies de la place Rouge" :
On place au crépuscule de la Russie d'Ivan de le Terrible une histoire de chasse et de procès de sorcières et la doyenne Nounekheïa fait tout pour sauver sa sororité des sbires du tsar totalitaire. Il existe des mythes universels et j'ai ici retrouvé toute les sensations du récit intitulé "Les Cygnes sauvages" popularisé par le conte d'Andersen (mis en image par un film d'animation soviétique, ça joue aussi ^^) On part du présent pour raconter le passé avant de revenir au présent : Olivier Boile dit ne pas donner dans la nouvelle à chute, mais comme ici parfois ça y ressemble un peu quand même ^^
"Nadejda" :
Les histoires de sacrifices humains en vue de sanctifier un lieu ou un objet sont vieilles comme le monde et communes à toutes les civilisations (il y en avait une dans le flashback chinois du manga / anime "Ushio & Tora"), ici l'originalité consiste dans la sacrifiée dont la vie continue dans l'épée à laquelle elle a été liée. Elle accompagne le bogatyr Niejdan avant de susciter l'intérêt, puis la fascination et enfin la compassion du bogatyr Aliocha : la boucle est bouclée quand Nadejda revient à Gorislav le forgeron qui l'a faite pour être défaite… Une belle réussite que l'auteur a étendue en roman, mais ici l'ambiguité entre la femme et l'épée est parfaite : cela serait géniale que quelque raconte la saga d'Elric le Nécromanien du point de Stormbringer !
"Du Sang sur des mains de givre" :
On passe à la moulinette le folklore russe avec Ded Moroz et Snegourotchka. On aurait pu avoir un Pinochio russe, mais Olivier Boile plonge les personnages dans les affres d'une tragédie familiale qui finit mal, très mal...
"Le Dernier Défi de Capitaine Soviet" :
Nous suivons les heurs et malheurs d'un superman soviétique confronté aux affres de la vieillesse, aux conséquences de l'abus de vodka, à la grogne de ses différents enfants, aux jérémiades de Papa Yougo, aux appels de Mikhaïl Gorbatchev et à des vandales berlinois… Olivier Boile fait référence au "Red Son" de Mark Millar mais cela ressemblerait presque au "Jupiter's Legacy" de Mark Millar ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          706
Foxfire
  26 septembre 2019
En quelques livres, Olivier Boile est devenu un de mes auteurs fétiches. Il est capable d'écrire dans des registres différents, maniant aussi bien l'humour que l'épique, tout en gardant un style personnel. J'achète ses bouquins les yeux fermés. J'avais tout particulièrement aimé « Nadejda », superbe fantasy historique russe. J'étais donc très enthousiaste à l'idée de voyager de nouveau dans cette région avec « Et tu la nommeras Kiev ». Boile ne m'a pas déçue, ce recueil est très réussi. Bien entendu, certains textes m'ont plus séduite que d'autres mais globalement j'ai passé un délicieux moment de lecture. Je vais passer en revue chacune des nouvelles pour livrer mon ressenti. Il y aura peut-être des redites mais tant pis.
Et tu la nommeras Kiev :
Boile revisite la légende autour de la création de Kiev. C'est une jolie entrée en matière qui permet de retrouver avec plaisir la belle écriture de l'auteur. Mais j'ai tout de même eu un sentiment de trop peu. Je n'ai pas eu le temps de vraiment rentrer dans la nouvelle. Mais c'est une belle introduction.
Vassilissa et le Cavalier de l'aube :
Le conte est un genre dans lequel Olivier excelle tout particulièrement. Ce registre poétique et merveilleux s'accorde parfaitement à son style. J'ai donc adoré ce texte. Ce qui est marrant, c'est que juste avant de commencer « … Kiev », j'avais emprunté à la bibli le recueil de contes russes (illustré par l'immense Bilibine) dont Olivier parle dans son commentaire à la fin de cette nouvelle. J'ai donc pu lire le conte original qui l'a inspiré. Et j'ose l'affirmer, la nouvelle d'Olivier est encore plus belle que le conte. Il a su s'emparer des meilleurs éléments de cette histoire traditionnelle et les sublimer.
Que jeunesse se passe :
Il y a du Gogol et du Dickens dans ce très beau texte… L'argument est génial et bien développé dans un récit mené avec brio même si j'ai trouvé le dénouement un peu en-dessous. le tout avec un propos intéressant.
Coule, rivière Soukhman :
Que ce registre, proche de la geste épique, sied bien à Olivier. J'ai adoré retrouver une ambiance qui rappelle celle de « Nadejda ».
Vingt-cinq millions de pardons :
Un récit très original et parfaitement mené de bout en bout. Au-delà de l'aspect ludique de la lecture de cette nouvelle, il y a une forme de suspense, c'est un texte très subtil qui dégage beaucoup d'émotion. Ce texte m'a vraiment touchée.
Le Chevalier gris :
Une des meilleures nouvelles du recueil même s'il y a, encore une fois, une sensation de légère frustration, un sentiment de trop court. C'est tout un roman qu'il aurait fallu autour de ce personnage. D'autant plus qu'Olivier est très bon dans la peinture de personnages vieillissants ou en tout cas davantage tournés vers leur passé que vers l'avenir.
L'Arbre d'Oumila :
Encore une très bonne nouvelle. Quel plaisir inattendu que de croiser les dieux nordiques dans ce recueil. le mélange vikings/slaves fonctionne parfaitement et le récit est parfaitement mené.
Un Garçon venu d'un autre monde :
J'ai été bluffée par cette nouvelle. Et pourtant ce n'était pas gagné. Une histoire où il est question de foot, ça partait mal… Cette histoire très émouvante est une de celles qui ne laisse pas de sentiment de trop peu. Elle est parfaitement aboutie.
Le Chant de la Roussalka :
Encore une nouvelle aux allures de conte, encore une petite merveille. L'histoire d'amour qui est le coeur de ce récit est absolument superbe, poétique sans jamais être mièvre, et tragiquement belle.
Sventovit, l'Enfant-Dieu :
J'ai trouvé cette nouvelle très intéressante mais elle m'a moins touchée que les autres. J'ai été impressionnée par la façon de mener le récit, j'ai aimé découvrir une mythologie que je ne connaissais pas mais ça n'a pas parlé à mon coeur. Il m'a manqué de l'émotion.
Na Zapad :
Là ça ne va pas du tout Olivier, c'est beaucoup trop court ! En fait, j'ai adoré cette nouvelle mais c'est celel qui m'a le plus laissée sur ma faim. Les promesses sont superbes, que ce soit l'argument uchronique génial ou les beaux personnages, mais seul un roman aurait permis de les tenir entièrement. Qu'elle était belle cette échappée avec les cosaques mais trop courte…
Le Gardien :
J'ai beaucoup aimé ce texte même si on devine tout très vite. Mais l'intérêt n'est pas dans la chute. On est là dans l'universalité du mythe, il y a un côté boîte de Pandore dans cette histoire. J'ai aimé la façon dont est abordé le thème de la transmission.
Les Fils du héros :
Décidément, ce recueil fourmille de bonnes idées. Et j'adore la façon dont Olivier reprend les mythes et légendes pour leur apporter quelque chose en plus.
Les Doigts des morts :
Voilà un registre plutôt inattendu pour Olivier, celui du récit d'épouvante gothique. Et je trouve qu'il s'en sort plutôt bien même si ce n'est pas le genre qui lui sied le mieux. L'ambiance macabre et poétique est réussie.
Les Pies de la place Rouge :
Un récit intéressant et prenant à la construction remarquable. le contexte est bien rendu et l'émotion est assez présente.
Nadejda :
Quel beau brouillon ! la nouvelle n'est pas aussi aboutie que le roman mais même quand on a lu le roman, on prend plaisir à cette lecture. le point de vue original est parfaitement mené de bout en bout.
Du Sang sur des mains de givre :
Ce conte très sombre est très beau mais je lui ai trouvé une certaine froideur, ce qui colle d'ailleurs plutôt bien au récit. du coup, j'ai trouvé ce texte remarquable dans son exécution mais il ne m'a pas touchée.
Le Dernier Défi de Capitaine Soviet :
On retrouve ici le versant humoristique d'Olivier. Mais l'humour déployé dans ce très bon récit se teinte d'une touche de mélancolie. J'ai beaucoup aimé ce mariage de tonalités.

J'ai encore une fois passé un merveilleux moment avec un livre d'Oliver Boile. Comme à son habitude il déploie une belle imagination et fait preuve d'une grande érudition sans jamais être prétentieux. Et puis je ne me lasse pas de son écriture, simple et élégante, vive et poétique. Je partage l'impatience de Tatooa, ma complice de lecture commune, quant au western sibérien d'Olivier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
BazaR
  22 octobre 2019
Après le roman Nadejda, ce recueil confirme qu'Olivier Boile est amoureux de la Russie, de son histoire et de ses légendes.
Et visiblement ça ne date pas d'hier. Je pensais naïvement que toutes ces nouvelles avaient été écrites après le roman, mais point du tout. Certaines sont même plutôt anciennes (ramené à l'âge de l'auteur). C'est donc le fruit d'une passion éternelle qu'il nous livre-là.
Olivier Boile a mis du sien dans ses récits, de sa propre imagination, mais pour moi il fait avant tout office de passeur. C'est le moine responsable de la bibliothèque d'écrits anciens laborieusement collectés, conservés et enluminés qui les propose à la population.
Car la première chose que l'on comprend en lisant ces récits, c'est à quel point on ignore les contes, légendes et l'Histoire de la Russie (au sens large, donc incluant a minima l'Ukraine) dans nos contrées de l'Ouest. du coup, ces histoires prennent un goût exotique marqué.
Ce sont ces nouvelles au contenu historique ou mythologique fortement marqué qui m'ont bien sûr ravi le plus. Que ce soit l'origine de la capitale ukrainienne dans la nouvelle éponyme du recueil, la lutte du plus grand des bogatyrs contre les envahisseurs Tatars de « Coule, rivière Soukhman », la rencontre mythique des Vikings avec le monde slave de « L'arbre d'Oumila » (clin d'oeil à l'auteur : j'ai acheté Les Vikings de Novgorod dans la foulée de ma lecture) ou la lutte du paganisme et de la chrétienté de « Sventovit, l'enfant-dieu ».
Et j'en oublie.
Mais certaines nouvelles n'ont pas pris sur moi, souvent celles qui noircissent la légende d'un personnage célèbre, ou plutôt qui offre un éclairage sur leur possible « côté noir de la force ». Je pense surtout au pendant slave du Père Noël dans « du sang sur des mains de givre ». Celles également qui traite du thème de la culpabilité – « Vingt-cinq millions de pardons » et « le chevalier gris » - culpabilité que j'ai eu du mal à associer au héros de ces histoires.
Olivier Boile le dit lui-même, il est estampillé d'auteur de fantasy humoristique. C'est de moins en moins vrai au fur et à mesure qu'il publie. Seule la nouvelle « le dernier défi de Capitaine Soviet » peut être vue comme humoristique, et encore du domaine de l'humour noir et un brin cynique. Mention spéciale quand même aux éclaircissements sur le nuage de Tchernobyl qui s'est arrêté à la frontière française, MDR !
Mais ma préférée, c'est Na Zapad ! J'ai fait mon choix pour l'interprétation de cette nouvelle : c'est la renaissance après l'apocalypse, à la manière du cycle de Corlay de Richard Cowper ou d'un Cantique pour Leibowitz de Walter M. Miller. Je lirai bien un roman qui étende cet univers.
Merci monsieur Boile pour ces moments de rêve éveillé. J'attends avec impatience votre prochain roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
TCHITAT92
  01 mai 2019
Ne le dites pas à mon fils, mais je lui ai chipé son livre en douce... je n'avais plus rien à lire, il fallait que j'ai mes lignes quotidiennes, des mots en nombre suffisant pour retrouver Morphée...
Bref, période de disette livresque oblige, me voilà les mains pleines d'un recueil de nouvelles (tiens donc!) fantastiques (hein?! C'est pas vrai ?!) sur le Russie (Ah, on se disait bien, il devait y avoir un , d'élément connu!).
Les dix-huit nouvelles ont défilé sous mes yeux, au fil de quelques jours, et ... j'avoue... j'ai apprécié !!!
Je ne l'aurais jamais cru, moi la fan de romans psychologique bien ancrés dans le réel, j'ai vraiment accroché à ces nouvelles, si diverses tant par leur thématiques, que leur approche de la culture, du folklore, de la société russes.
Olivier Boile a su percer à jour la "russkaia doucha", l'âme russe, il a su titiller en moi l'amoureuse de la Russie, cette grande dame noble, naîve et un peu brutale.
Ce mélange osé entre des faits réels, des éléments mythologiques et flokloriques de la tradition russe et des inventions de l'auteur forment un tout disparate très harmonieux.
J'ai tout particulièrement aimé la nouvelle du Capitaine Soviet, qui me sort absolument de mes lectures habituelles (les super-héros et moi ça fait… attends, je n'ai pas fini de compter !!;) ) mais m'a vraiment plu par son intelligence, sa drôlerie (couleur abeille) et sa touche russe/soviétique qui sonne vraie.
Mais ce que j'ai le plus apprécié, dans tout ce recueil, c'est tout simplement la plume narrative d'Olivier Boile. Un vrai coup de coeur pour son écriture, limpide, fluide, intelligente, avec juste ce qu'il faut d'humour, de références, de vocabulaire d'époque, et les tournures de phrases, classiques, qui habillent la langue française dans toute sa beauté lexicale et grammaticale.
Si M. Boile décidait de se lancer dans un roman psychologique réaliste … whaouh, je ne résisterais pas à l'appel du mot !
En un (ou un peu plus) mot, une belle découverte, l'émotion de me replonger dans la culture russe unie au plaisir de la lecture pure…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Tatooa
  25 septembre 2019
Encore un pari réussi pour Olivier Boile, qui commence à devenir incontournable en matière de mythes, Histoire et contes slaves.
Je suis bien heureuse d'avoir (un petit peu) participé à l'élaboration de ce recueil en permettant qu'y soient ajoutées les chouettes illustrations intérieures de R. Barthélémy, vive Ulule ! Arf !
Pour les écrits, Oliv (pour les intimes Babelio, lol) continue ici sur un registre assez sombre, dans l'ensemble. Ce qui m'épate avec lui, c'est l'étendue des registres de son écriture. Qui va du comique délirant des "feux de l'armure" à l'atmosphère ultra-glauque de certaines des nouvelles ici, en passant par la geste épique à la Nadejda, tout en gardant, comme me le disait très justement Foxfire, son identité et sa patte, c'est assez impressionnant.
Il est à noter que nous avons, avec Foxfire, à peu près le même ressenti sur l'ensemble des nouvelles !
Il est agréable également de lire les commentaires de l'auteur à la fin de chaque nouvelle. Contexte d'écriture, inspiration, il ne nous cache rien, c'est vraiment sympa !
Je ne vais pas passer les 18 nouvelles une par une, ce serait un peu trop long.
Je vais tenter de procéder par regroupement, on verra bien comment je m'en sors.
Les nouvelles qui m'ont laissé un goût de "trop peu, trop court", avec des personnages intéressants et charismatiques dont on aurait aimé en savoir un peu plus (ou beaucoup plus) :
Et tu la nommeras Kiev
Le Chevalier Gris (qui fait quand même partie de mes préférées, mais justement !)
Stentovit, l'enfant dieu (crédidiou de nondizeus, ça aurait pu faire un roman du tonnerre !).
Na zapad ! (Très bien, beaucoup trop courte, j'ai vu passer "futur roman avec des cosaques sibériens" ! Quand est-ce prévu pour ???)
Les fils du héros (très bien, beaucoup trop courte, des personnages très intéressants ! Encore un roman "avorté", lol !)
Les "contes" et "mythes", qui font partie des nouvelles les plus complètes et les plus abouties, me semble-t-il :
Vassilissa et le cavalier de l'aube (celle-ci est in poil trop courte, j'aurais apprécié un peu plus de développement sur les personnages)
L'arbre d'Oumila (entre conte et mythe, un mélange slaves/vikings très réussi !)
Le chant de la Roussalka (très poétique, magnifique, une des meilleures du recueil).
Du sang sur des mains de givre (un conte de Noël très glauque, lol ! En approchant de la fin je me suis dit "bien sombre, ce recueil, au final"...)
Les inclassables :
Que jeunesse se passe (Bien menée, intéressante).
Coule, Rivière Soukhman (recherche stylistique de type "geste épique" plutôt réussie. On retrouve le contexte du roman Nadejda avec grand plaisir.)
Le gardien (Celle que j'ai le moins appréciée dans le recueil, même si la mise en abyme est intéressante).
25 millions de pardon (très intéressante, aboutie, émouvante)
Le garçon venu d'un autre monde (Triste histoire vraie. Très aboutie également, j'ai toujours aimé les "Et si...").
Les doigts des morts (Je l'ai trouvé "Howardienne", celle-ci. Ambiance glauque à souhaits)
Les pies de la place rouge (Ramenée sous Ivan le Terrible (de Troyat, lu récemment) avec Marinka. Je n'ai pas souvenir d'y avoir lu cette histoire de sorcières, mais par moment je suis passée vite tant j'étais écoeurée alors je l'ai peut-être ratée. La nouvelle d'Olivier est excellente !)
Nadjeda (le point de vue est intéressant, un vrai plaisir de retrouver Nadejda ! Complémentaire du roman, en fait, avec une belle ambiguïté...).
Le dernier défi du capitaine Soviet (On retrouve ici L Olivier des feux de l'armure, c'est le délire le plus complet. Ceci dit, c'est quand même moins amusant que le roman en question, car il est assez pathétique, ce super-héros sur le retour !).
Bref, j'ai passé un très bon moment de lecture avec ce recueil, cheminant avec Foxfire, sur notre forum des Trolls de Babel, en suivant les chemins qu'Olivier nous dévoilait peu à peu. J'avoue éprouver quelque impatience à l'idée du roman sur les cosaques qui se prépare (si le commentaire sur Na Zapad ! est toujours d'actualité... Il est ?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          255

critiques presse (1)
Elbakin.net   04 novembre 2019
Dix-huit nouvelles et autant de terrains jeux à explorer pour rencontrer le cavalier de l’aube, capitaine soviet ou plus mystérieuses encore, les pies de la place rouge. [...] Olivier Boile a une nouvelle fois visé juste avec ce recueil et cette destination envoûtante.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   16 octobre 2019
L'entrée de la caverne où vivait la reine perçait la terre comme une plaie ouverte perce le flan d'un guerrier. Il y avait passé toute sa petite enfance, protégé d'un monde extérieur jugé hostile par la mère des trois garçons. Dans la chaleur et les ténèbres de ce royaume souterrain, il était resté ignorant du véritable royaume, celui qui s'étendait à l'infini le long des rives du fleuve. En réalité, il était resté ignorant de tant de choses... Désormais, il se convainquait que cette mise à l'écart n'avait pas vocation à le soustraire aux dangers du monde, mais servait plutôt à faire obstacle à la découverte de sa propre personnalité.
("Les fils du héros")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
AlfaricAlfaric   12 novembre 2018
Triste époque ! Pauvre Ukraine ! Pourquoi t'être pliée à cette sinistre idéologie, elle qui a remplacé Dieu par Vladimir Ilitch Oulianov et ses prophètes par les ouvriers et les paysannes ornant les affiches placardées sur les murs de la ville ! « L'Union Soviétique est Source de Paix », « Les Préceptes de Lénine sont Vrais », « Le Communisme est Vivant et Conquérant »... Plus personne ne prend la peine de lire ces slogans patriotiques écrits en lettres dorées, pathétiques tentatives d'une administration athée d'imposer une nouvelle forme de spiritualité à une population déboussolée, qui ne sait plus à quels saints se vouer. (in "Et tu la nommeras Kiev")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
AlfaricAlfaric   26 novembre 2018
[Héraklès] Je n’ai pas arpenté la totalité du monde connu, des montagnes du septentrion aux déserts du midi, pour renoncer maintenant. Mon cousin Eurysthée fils de Sthénélos – que les vautours arrachent sa langue et dévorent ses entrailles ! - serait trop heureux de me voir rentrer en Grèce les mains vides, affligé, le cœur empli de honte. Et je n’ai pas accompli neuf travaux incessibles au commun des mortels pour échouer à la dixième marche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
BazaRBazaR   28 septembre 2019
Un cavalier chevauchait paisiblement au milieu des arbres, le regard baissé, sans remarquer un seul instant la présence de la jeune fille. Monté sur un cheval aussi noir que la nuit, il était lui-même tout de noir vêtu, des plumes de son casque à ses bottes de cuir, en passant par sa cotte de maille et sa cape. Celle-ci, par ailleurs, était d'autant plus remarquable qu'elle était pailletée d'innombrables étoiles argentées, unique élément lumineux de cet étrange messager nocturne. Vassilissa ouvrit la bouche pour l'interpeller ; ses mots restèrent bloqués au fond de sa gorge lorsqu'elle constata que le passage du cavalier s'était accompagné de la tombée de la nuit.
("Vassilissa et le Cavalier de l'Aube")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
BazaRBazaR   14 octobre 2019
— Oui, mon garçon, nous allons être envahis. Ces ont les Danois, des êtres cruels qui vénèrent un autre dieu que le nôtre.
— Ils ne croient pas en la toute-puissance du Dieu des Dieux ?
— Les Danois ont aussi un Dieu des Dieux, mais ce n'est pas Sventovit. Le leur est un être faible qui a connu le supplice de la croix comme un vulgaire criminel. C'est pour cette raison qu'ils nous haïssent, parce que nous avons la chance d'être protégés par le seul véritable Dieu des Dieux.
("Sventovit, l'Enfant-Dieu")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Videos de Olivier Boile (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Boile
Le mois d'octobre, pour la troisième année consécutive, est le mois de l'Imaginaire. Pour fêter et agrémenter cet évènement, nous vous proposons de découvrir la rencontre organisée à Decitre Grenoble le 24 octobre 2019 avec :
-Jean-Laurent del Socorro pour son roman Je suis fille de rage aux éditions ActuSF -Thibaud Latil-Nicolas pour son roman Chevauche-Brumes aux éditions Mnémos -Olivier Boile pour son recueil de nouvelles Et tu la nommeras Kiev aux éditions Nestiveqnen
autres livres classés : russieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1507 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre